LES GENS DE LOCON SUR LAWE
LES GENS DE LOCON SUR LAWE

Tout ce qui concerne les gens de LOCON et du BETHUNOIS
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 EN MARCHE...ARRIERE... AVEC MARGUERITE DESPREZ deputée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
PACA



Messages : 2529
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: EN MARCHE...ARRIERE... AVEC MARGUERITE DESPREZ deputée   Lun 17 Juil - 18:09

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2529
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: EN MARCHE...ARRIERE... AVEC MARGUERITE DESPREZ deputée   Jeu 13 Juil - 16:54

Les retraités vont perdre 1.7 % de leur pouvoir d achat a cause de l 'augmentation de la CSG .....


Mais les riches ne paieront plus l 'impot sur la fortune ...


Merci MACRON et ses sbires ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2529
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: EN MARCHE...ARRIERE... AVEC MARGUERITE DESPREZ deputée   Jeu 13 Juil - 11:28

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2529
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: EN MARCHE...ARRIERE... AVEC MARGUERITE DESPREZ deputée   Dim 9 Juil - 16:09

AFFAIRE RICHARD FERRAND : LE DÉPUTÉ A ÉTÉ ENTENDU PAR LA POLICE JUDICIAIRE DE RENNES



juillet 7, 2017


L’ex-ministre de la Cohésion des territoires est dans la tourmente depuis les révélations du Canard enchaîné sur l’avantage dont aurait bénéficié sa compagne, lors d’une transaction immobilière en 2011.



Le président du groupe La République en marche, Richard Ferrand, le 4 juillet 2017 à l’Assemblée nationale.  (MARTIN BUREAU / AFP)

S’il a quitté le gouvernement, Richard Ferrand n’en a pas fini avec la justice.



 Le chef de file des députés de La République en marche a été entendu jeudi 6 juillet à Rennes par la police judiciaire dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte par le parquet de Brest le 1er juin, a déclaré à l’AFP le procureur de la République de Brest, confirmant une information du Télégramme.




Selon le quotidien breton, Richard Ferrand a été entendu de 14 heures à 21 heures à l’hôtel de police de Rennes au sujet des « conditions d’acquisition et de location du local des Mutuelles de Bretagne par sa compagne en 2011, et de la mission de conseil qui lui a été confiée après son départ des Mutuelles en 2012, quand il a été élu député ».


« Aucune infraction pénale n’a été mise au jour »

Toujours selon Le Télégramme« aucune infraction pénale n’a été mise au jour », et l’enquête se joue sur la question de savoir si les Mutuelles de Bretagne étaient ou non « investies d’une mission de service public ».


Si c’est le cas, « et en tenant compte de règles de prescription complexes, l’infraction de prise illégale d’intérêts pourrait être constituée », selon le quotidien, qui ajoute qu’une décision judiciaire « pourrait intervenir avant la fin du mois de juillet ».



+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
ILS NOUS AVAIENT PROMIS D 'ETRE HONNÊTES 


ET IRREPROCHABLES ....


pourtant la liste des magouilleurs s ' allonge 




          



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2529
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: EN MARCHE...ARRIERE... AVEC MARGUERITE DESPREZ deputée   Dim 9 Juil - 16:01

MACRON À LAS VEGAS : L’ENQUÊTE CONFIÉE À DES JUGES D’INSTRUCTION


juillet 7, 2017



Le parquet de Paris a ouvert, vendredi, une information judiciaire contre X pour « favoritisme et recel de favoritisme » sur l’affaire du déplacement de Macron au CES en janvier 2016.






Emmanuel Macron, alors ministre de l’Économie, s’est rendu à Las Vegas an janvier 2016 pour participer à un salon sur les nouvelles technologies. © SIPA/ Mystic pixs




Le parquet de Paris a annoncé ce vendredi 7 juillet que l’enquête sur des soupçons de favoritisme dans l’organisation d’un déplacement d’Emmanuel Macron, alors ministre de l’Économie, en janvier 2016 à Las Vegas, a été confiée à des juges d’instruction. 





« Au vu des premiers éléments de l’enquête préliminaire » ouverte le 13 mars, le parquet de Paris a décidé d’ouvrir vendredi une information judiciaire contre X pour « favoritisme et recel de favoritisme », a-t-il précisé. 





Au centre de l’affaire, une soirée le 6 janvier 2016 à Las Vegas, en plein Consumer Electronics Show (CES), grand-messe mondiale de l’innovation technologique, au cours de laquelle Emmanuel Macron avait rencontré des dirigeants de start-up françaises.




Business France, agence publique dont la ministre du Travail Muriel Pénicaud était à l’époque directrice générale, est soupçonnée d’avoir enfreint la réglementation sur les marchés publics en ne faisant pas d’appel d’offres pour l’organisation de cet événement, confiée au géant de la communication Havas en décembre 2015. 





« La mise en concurrence n’a pas eu lieu concomitamment entre les trois prestataires contactés », Havas, Apco et Publicis, écrit le cabinet E&Y dans un audit rendu en juillet 2016, d’après une source proche du dossier. 





Révélé par Libération, cet audit relève aussi le fait qu’il n’y a eu « aucun bon de commande, aucun devis réalisé, aucun contrat signé, aucune facture », une situation susceptible « d’engager la responsabilité pénale des auteurs ». Muriel Pénicaud est soupçonnée d’avoir été informée en amont de dysfonctionnements.




Vers une mise en examen de Muriel Pénicaud ?




Les enquêteurs de l’office anticorruption de la police judiciaire ont notamment saisi le 20 juin, lors d’une perquisition chez Havas et Business France, un courriel du 11 décembre 2015 de Fabienne Bothy-Chesneau, à l’époque directrice de la communication de l’organisme, qui peut suggérer que sa patronne a été « briefée » des difficultés rencontrées. 





La ministre est aussi soupçonnée d’avoir tardé à informer son conseil d’administration du rapport rendu par E&Y et d’en avoir présenté une synthèse tronquée, d’après Libération.






L’ouverture de cette information judiciaire rend désormais envisageable l’option d’une mise en examen de Muriel Pénicaud sous condition que les juges d’instruction réunissent des « indices graves ou concordants » à son encontre.





 L’enquête porte aussi sur le rôle qu’auraient pu jouer certains membres du cabinet d’Emmanuel Macron à Bercy. Emmanuel Macron et son cabinet « sont totalement hors de cause », avait assuré le 8 mars le ministre des Finances Michel Sapin après les premières révélations du Canard enchaîné sur la soirée controversée.




SOURCE AFP



+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


ILS NOUS AVAIENT PROMIS D 'ETRE HONNÊTES ET IRREPROCHABLES ....


pourtant la liste des magouilleurs s ' allonge 




lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2529
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: EN MARCHE...ARRIERE... AVEC MARGUERITE DESPREZ deputée   Dim 9 Juil - 9:30

la voix du nord 


Premier « cadeau » empoisonné pour Marguerite Deprez ?  


B. F.

Marguerite Deprez-Audebert s’est engagée en faveur du port fluvial et du canal Seine-Nord, encore récemment avec Gérald Darmanin, à Béthune.
<>
 
 
 

Le canal Seine-Nord a été intégré au paysage économique du Béthunois par l’intermédiaire du port fluvial de Béthune. Un port aux infrastructures dépassées, auquel un projet de rénovation doit donner un nouveau souffle. Béthune espérait bénéficier du trafic du futur canal.


Beaucoup ont soutenu ce projet d’avenir et donc le « grand » canal, à commencer par Marguerite Deprez-Audebert. 


Réellement convaincue par les enjeux, elle y a conduit en mars 2015 Dominique Riquet, député européen, mais aussi il y a quelques semaines Gérald Darmanin fraîchement nommé ministre du Budget.


 « On ne peut envisager une pause, notre territoire a besoin de cet atout. L’Union européenne partage ce constat : au terme de longues négociations et d’une évaluation minutieuse du projet, 1,8 milliard d’euros avaient été débloqués pour son financement. J’ai fait part de ces inquiétudes à notre Premier ministre, à Nicolas Hulot et à notre ministre des Transports, Élisabeth Borne », a expliqué Marguerite Deprez (*), sur sa page Facebook. 




« Gérald Darmanin doit être gêné aux entournures. Mais je pense qu’il se bat pour trouver une solution », explique Stéphane Saint-André.


Oliver Gacquerre, maire de Béthune, « n’accueille pas favorablement cette décision », mais « ne crie pas au loup avant d’avoir plus d’informations. Je suis sur ma faim. On est sur pause pour quelle raison et au profit de quel investissement ? Si on nous propose autre chose, on étudie . » Seule certitude à ce jour, selon l’élu : « Le canal, on en a vraiment besoin. Il y a un consensus là-dessus dans la région. On est tous mobilisés. »


(*) Nous n’avons pas sollicité Marguerite Deprez, en raison du décès de son père, Léonce.



+++++++++++++++++++++++++++++++++


ca commence tres mal pour Marguerite  ! ! ! !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2529
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: EN MARCHE...ARRIERE... AVEC MARGUERITE DESPREZ deputée   Dim 9 Juil - 8:14


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2529
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: EN MARCHE...ARRIERE... AVEC MARGUERITE DESPREZ deputée   Sam 8 Juil - 17:32

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 526
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: EN MARCHE...ARRIERE... AVEC MARGUERITE DESPREZ deputée   Sam 8 Juil - 15:57

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 526
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: EN MARCHE...ARRIERE... AVEC MARGUERITE DESPREZ deputée   Sam 8 Juil - 15:46

l ' OBS  PRESIDENTIELLES :




Que dit vraiment Macron sur l'immigration ?


Emmanuel Macron le 26 avril 2017 à Arras. (Eric FEFERBERG/AFP)


En matière d'immigration, le candidat d'En Marche ! avance des propositions bien différentes de celles de son adversaire frontiste, qui compte mettre le sujet au premier plan de l'entre-deux-tours.


 Théophile Simon Publié le 27 avril 2017 à 14h00







[size=16]e[/size]

Européen convaincu, Emmanuel Macron aborde logiquement l’immigration à travers le prisme de l’Union européenne, dont il n’entend pas remettre en cause les traités fondateurs.


 Et particulièrement pas Schengen, à la différence de la droite, qui promet depuis 2012 de réorganiser le fonctionnement de la zone de libre circulation.


 Concrètement, le finaliste du second tour propose de "créer une force de 5.000 garde-frontières européens" afin de "surveiller et protéger les frontières extérieures de l’Union européenne".




A l’échelle européenne encore, Emmanuel Macron avait été, parmi les membres du gouvernement de l’époque, l’un des plus fervents supporteurs de la décision d’Angela Merkel d’ouvrir les frontières de l’Allemagne aux centaines de milliers de réfugiés de guerre syriens. 

Interrogé à ce sujetpendant l’été 2015 par une chaîne de télévision israélienne, l’actuel favori des sondages avait ainsi estimé que "si cela est organisé dans le bon ordre, de manière intelligente, c’est une opportunité pour nous", avant de continuer :
"C’est d’abord notre dignité mais c’est aussi une opportunité économique, car ce sont ces hommes et des femmes qui ont des qualifications remarquables."




Au vu de ses engagements présidentiels, l’ancien ministre de l’Economie n’a, depuis, pas varié de cette position : il propose ainsi à la France d’"assumer sa juste part" dans l’accueil de réfugiés, sans objectifs chiffrés.


 Une philosophie aux antipodes de celle de sa concurrente frontiste, qui avait proposé, lors d’une visite à Calais en octobre 2014, de "renvoyer [les migrants] chez eux, même dans des pays en guerre".


Un gouffre avec Le Pen



Comme sur beaucoup d'autres sujets, l'immigration fait apparaître un gouffre entre les programmes des deux finalistes de cette présidentielle.


 Marine Le Pen compte d’ailleurs bien en faire l’un des principaux terrains d’affrontement d'ici au 7 mai. 


Au JT de France 2, lundi 24 avril, elle a donc fustigé la "violence migratoire" du programme de son adversaire avant d’affirmer qu’Emmanuel Macron "est pour l’immigration massive et pour la soumission et la fracturation en communautés, c’est-à-dire pour le communautarisme".


Le Pen à l'Elysée : à quoi ressembleraient ses 100 premiers jours


Sur ce registre, Marine Le Pen joue à domicile : un sondage Ifop pour Atlantico publié en mars montrait que "les flux migratoires et le contrôle des frontières" est la première des préoccupations pour 27% des partisans du Front national, contre seulement 3% des sympathisants d’En Marche ! mais 15% des sympathisants Les Républicains. 


C’est donc bien ce dernier électorat que Marine Le Pen devra ravir à Emmanuel Macron malgré la consigne de vote de François Fillon dimanche soir.


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


CECI EST UN PETIT RAPPEL ...pour ceux qui ont voté MACRON 


et qui pourtant refusaient  l 'immigration ....allez comprendre... 




lol! lol! lol!


Dernière édition par Admin le Sam 8 Juil - 16:03, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 526
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: EN MARCHE...ARRIERE... AVEC MARGUERITE DESPREZ deputée   Sam 8 Juil - 15:30

Les Français désapprouvent le cap imposé par Macron et Philippe

Par 
Auteur
valeursactuelles.com
 
/ Vendredi 7 juillet 2017 à 09:581




Avis. Selon un sondage Odoxa avec Dentsu Consulting publié ce vendredi 7 juillet et réalisé pour Le Figaro et France Info, plus d'un Français sur deux n'est pas convaincu par les objectifs fixés par le gouvernement.
Les Français sont déçus par la prise de parole et le cap fixé cette semaine par Emmanuel Macron et Édouard Philippe, selon un sondage Odoxa avec Dentsu Consulting publié ce vendredi 7 juillet et réalisé pour Le Figaro et France Info.



Les Français “n'approuvent globalement pas les mesures annoncées”


Pour 54% des Français, les directives proposées par le président devant le Congrès à Versailles le 3 juillet n'amélioreront pas la situation de la France. 



66% des sympathisants de gauche considèrent que la vision de l'ex-banquier n'est pas la bonne. Les Français ne sont pas plus tendres avec le Premier ministre, Edouard Philippe. 


En effet, 58 % des sondés “n'approuvent globalement pas les mesures annoncées” dans son discours de politique générale à l'Assemblée nationale le 4 juillet.



SUR LE MÊME SUJET
 

Toutes les mesures proposées par le gouvernement ne sont pas pour autant boycottées. La “limitation de matières lors de l'épreuve du bac et à l'introduction d'une part de contrôle continu” obtient ainsi 72% de voix favorables, tout comme “la fin de l'état d'urgence d'ici au 1er novembre” (un Français sur deux est favorable). 


En revanche, c'est un “non” catégorique pour la hausse de la CSG pour tous “afin de baisser les cotisations salariales” (64% des Français sont opposés).


++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


LA DECEPTION ....
Ne jamais oublier que MACRON et ses sbires ne furent élus qu'avec moins de 20 % des votants ...et PAR DEFAUT CONTRE MARINE LEPEN 




.



.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 526
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: EN MARCHE...ARRIERE... AVEC MARGUERITE DESPREZ deputée   Sam 8 Juil - 9:18

Adressée à Monsieur Édouard Philippe Premier Ministre
Ne touchez pas à notre canal



Seine Nord Europe NE TOUCHEZ PAS À NOTRE CANAL France



 
Le gouvernement vient d'annoncer sa volonté de faire une pause dans les nouveaux grands projets d'infrastructures.
Parmi ceux-ci, le projet du canal Seine Nord Europe espéré par tous les habitants et les élus de l'Oise, de la Somme, du Pas-de-Calais et du Nord, porté par toutes les grandes collectivités territoriales des Hauts-de France. «Nous sommes maintenant dans l’irréversible et dans le lancement des travaux.» déclarait pourtant François Hollande en avril 2017 à Noyon (Oise), en lançant officiellement la réalisation du projet.
En effet, ce projet structurant est un investissement vital pour pour les territoires qu'il traverse. Avec des millions d'heures de travail et plus de 10 000 emplois rien que pour sa réalisation, la perspective des débouchés économiques qu'il apportera à terme, le canal Seine Nord Europe est une promesse de développement et d'avenir de notre région, d'avenir pour le transport fluvial qui bénéficiera à tous les grands ports maritimes et fluviaux de la Seine à l'Escaut.
Ses retombées économiques attendues permettent d'envisager 45 000 emplois pérennes d'ici 2050 en structurant une économie autour d'une infrastructure compétitive.
il est aussi un projet fédérateur source de fierté pour tous les habitants des Hauts de France, qui ne veulent pas, qui ne peuvent plus attendre.
Alors, Monsieur le Premier Ministre, s'il vous plait, ne touchez pas à notre canal !
Cette pétition sera remise à:

  • Monsieur Édouard Philippe Premier Ministre

https://www.change.org/p/monsieur-le-premier-ministre-ne-touchez-pas-%C3%A0-notre-canal?recruiter=42179645&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=autopublish&utm_term=autopublish


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 526
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: EN MARCHE...ARRIERE... AVEC MARGUERITE DESPREZ deputée   Sam 8 Juil - 9:06

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 526
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: EN MARCHE...ARRIERE... AVEC MARGUERITE DESPREZ deputée   Ven 7 Juil - 17:15

PETITE PENSEE pour tous ceux qui ont voté Macron et ses sbires de EN MARCHE 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 526
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: EN MARCHE...ARRIERE... AVEC MARGUERITE DESPREZ deputée   Ven 7 Juil - 16:47

http://www.lepoint.fr/economie/les-impots-augmenteront-en-2018--05-07-2017-2140718_28.php

LE POINT 




Les impôts augmenteront en 2018




CSG, impôts locaux, taxe carbone vont bondir, tandis que les baisses prévues par le candidat Macron sont repoussées. Revue de détail.



PAR LAURENCE ALLARD
Publié le 05/07/2017 à 12:53 | Le Point.fr


Contrairement à ce qu'avait annoncé le candidat Emmanuel Macron, les prélèvements obligatoires vont progresser l'année prochaine.



Les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent. Les Français vont encore en faire les frais l'an prochain. 


Dans son discours de politique générale, le Premier ministre a annoncé le report de quasiment toutes les baisses d'impôts annoncées par le candidat Macron. Il ne reste plus que la hausse de 1,7 point de la CSG compensée en partie par la suppression des 3,15 points de cotisations chômage et maladie payées par les salariés. 


Ces deux mesures interviendront, elles, dès le 1er janvier. En cause : le dérapage des déficits publics révélé par la Cour des comptes.




La suppression complète de la taxe d'habitation pour 80 % des ménages est repoussée à 2022, la réforme de l'ISF qui devait sortir de l'assiette imposable tous les actifs non immobiliers, l'instauration de la flat tax de 30 % (prélèvements sociaux inclus) sur les revenus du capital n'interviendront qu'en 2019. 


Tout comme la transformation du CICE en baisse des charges.


 Un report assorti d'aucune certitude que, cette fois, ces mesures ne seront pas l'an prochain encore repoussées.


Le retour du déficit public sous la barre des 3 % du PIB est d'autant moins acquis que se profilent de nouvelles charges du fait de la hausse des taux d'intérêt (augmentation de la charge de la dette) et que ces réformes devaient contribuer à redonner du dynamisme à la croissance, redonner de l'attractivité à notre pays.


Exit les mesures sur le capital qui devaient inciter les expatriés à rentrer



Exit en 2018 la baisse des charges et la baisse de l'impôt sur les sociétés qui devaient relancer l'investissement aujourd'hui en berne. Exit toutes les mesures sur le capital qui devaient inciter les expatriés à rentrer, à investir sur leur épargne sur des placements qui financent l'économie. 


Pire : en 2016, ces revenus seront encore plus taxés qu'aujourd'hui du fait de la hausse de la CSG. Exit la relance du pouvoir d'achat au travers de la disparition progressive de la taxe d'habitation. 


Au total, les ménages paieront en 2018 plus de CSG sur les revenus salariaux, leurs pensions et sur les revenus de leur épargne, plus d'impôts locaux, plus de taxe carbone.


 Édouard Philippe a, en effet, annoncé l'accélération de la montée en puissance de cet impôt qui frappe la consommation de carburants. 


Il avait été prévu que cette « contribution climat », qui a représenté pour chaque Français en moyenne un coût supplémentaire de 86 euros en 2016, atteigne 200 euros bien avant 2020. 


S'y ajoute la hausse du prix du paquet de cigarettes, qui devrait passer en moyenne progressivement de 7 à 10 euros.




Autre contre-message : la baisse des dépenses publiques se transforme en une stabilisation, ce qui, certes, exige des économies compte tenu de l'inflation et de l'évolution naturelle des dépenses, mais on est loin d'un programme drastique de retour à l'équilibre par la maîtrise des dépenses.


Dans un pays où le ras-le-bol fiscal est fort, les Français accepteront-ils d'attendre un an de plus ? Emmanuel Macron en fait le pari.


++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


UN GRAND MERCI A TOUS CEUX QUI ONT VOTE  


POUR " EN MARCHE" ...


HEUREUX ... les MOUGEONS ?


.


Dernière édition par Admin le Sam 8 Juil - 9:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 526
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: EN MARCHE...ARRIERE... AVEC MARGUERITE DESPREZ deputée   Ven 7 Juil - 10:04

LES TRAVAILLEURS  DE LA FONCTION PUBLIQUE APPRECIERONT: 





Le jour de carence rétabli 



<
 
 
 

FRANCE.

Le jour de carence dans la fonction publique, qui consiste à supprimer la paie du premier jour d’absence pour maladie, sera rétabli dès 2018, a annoncé jeudi le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, lors des états généraux des comptes de la nation, à Bercy.

« Même si le jour de carence ne doit pas être le seul instrument pour lutter contre l’absentéisme des agents, qui est aussi la conséquence de souffrances d’une partie d’entre eux (...), il permet de lutter contre le micro-absentéisme qui désorganise les services, alourdit la charge de travail des collègues en poste et coûte environ 170 millions d’euros par an», a-t-il déclaré.



++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
Merci....... EN MARCHE ARRIERE 


.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 526
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: EN MARCHE...ARRIERE... AVEC MARGUERITE DESPREZ deputée   Ven 7 Juil - 9:46

LA VOIX DU NORD 


Le projet Seine-Nord et ses 10 000 emplois par an bientôt enterrés ?  


PAR SÉBASTIEN LEROY,
AVEC LA RÉDACTION D’ARRAS  region@lavoixdunord.fr







«Douche froide», «catastrophique», «inacceptable»... Les élus locaux se disent «atterrés» face à un éventuel abandon.




François Hollande l’avait dit « irréversible ». Mais le chantier du barreau fluvial à grand gabarit   des Hauts-de-France n’est plus assuré de voir le jour. Son destin est entre les mains du nouveau gouvernement qui doit en priorité trouver 8 milliards d’économies. 

>
 
 
 

 
RÉGION.
À l’origine, il y a cette petite musique, lancinante et de moins en moins sourde depuis que la Cour des comptes a débusqué un « dérapage » de 8 milliards d’euros du précédent gouvernement. Plus de sous donc. En tout cas plus autant à consacrer aux grands projets d’infrastructures du pays. 


C’est le sens de la « pause » évoquée par Emmanuel Macron samedi, lors de l’inauguration de la ligne à grande vitesse (LGV) Paris - Rennes. « Le combat que je souhaite engager pour les années à venir, c’est celui des transports du quotidien », a-t-il dit, ajoutant qu’il n’entendait pas « relancer de grands projets nouveaux ». Dans le viseur, les coûteuses LGV. Mais certains pointent aussi Seine-Nord, le barreau fluvial entre la région parisienne et l’Escaut avec ses 4,5 milliards d’euros.




Je dis à l’État: pas d’excuse, pas de prétexte. On accélère maintenant, c’est un projet d’intérêt général. XAVIER BERTRAND 




« AU CAS PAR CAS »


Hier matin, Nicolas Hulot a confirmé que certains grands projets allaient être réétudiés : «Nous allons faire une pause et voir au cas par cas. » Le projet en lui-même n’est jamais cité.


 Mais hier après-midi, le sénateur du Pas-de-Calais Jean-François Rapin posait la question clairement à la ministre des Transports : «Pouvez-vous nous confirmer le calendrier et l’engagement de l’État (1,1 milliard d’euros) ? »


 Et Élisabeth Borne de répondre, tout aussi clairement : « Il y a eu des promesses faites sans vision d’ensemble. L’addition des engagements pris ne passe pas dans la trajectoire des dépenses publiques. Le président a décidé une pause en attendant une loi de programmation quinquennale équilibrée. » Et de renvoyer à de futures assises de la mobilité. Sombre perspective.


Une pause, ça n’est pas un enterrement.


 Mais les signaux sont suffisamment écarlates pour que tout ce que les Hauts-de-France comptent d’élus et de personnalités monte en défense du canal et de ses 10 000 emplois par an. Principal contributeur côté collectivités locales avec 350 millions d’euros, le président de Région Xavier Bertrand (LR) tape du poing : « Ce projet, on en a besoin, ce n’est pas un projet pour nous faire plaisir. Je dis à l’État : pas d’excuse, pas de prétexte. On accélère maintenant, c’est un projet d’intérêt général. » Jean-René Lecerf (ex-LR), président du conseil départemental du Nord, qui a rencontré Emmanuel Macron, hier ne masquait pas son « inquiétude, voire (son)pessimisme ». 


Son homologue du Pas-de-Calais Michel Dagbert (PS) rappelle que ce chantier « est incontournable dans une région où les récents scrutins ont une nouvelle fois été marqués par l’expression d’une population en souffrance ». Et Gérald Darmanin, qui s’est démené fin 2016 avec Xavier Bertrand pour boucler le financement ? Le ministre indiquait dans La Voix du Nord à son arrivée à Bercy : « Que chacun se rassure, le gouvernement confirmera l’enveloppe budgétaire. » 


Nous avons sollicité le ministre des Comptes publics hier. Sans succès.


++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

UN GRAND MERCI A NOTRE DEPUTEE MARGUERITE  ET A TOUS CEUX QUI L ' ONT ELUE 


MERCI ....EN MARCHE ARRIERE 


Dernière édition par Admin le Ven 7 Juil - 10:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 526
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: EN MARCHE...ARRIERE... AVEC MARGUERITE DESPREZ deputée   Ven 7 Juil - 9:43




LA LIBERTÉ DE TOUT DIRE, SURTOUT CE QUE LES MÉDIAS VOUS CACHENT ! SITE D'INFORMATION SUR L'ACTUALITÉ POLITIQUE, ÉCONOMIQUE ET SOCIALE EN FRANCE.





LA RÉALISATION DU CANAL SEINE-NORD POURRAIT ÊTRE AJOURNÉE. QU’EN PENSE MARGUERITE ?
juillet 6, 2017

La réalisation du canal Seine-Nord pourrait être ajournée. C’est ce qu’a affirmé Nicolas Hulot, confirmant une information donnée dans une interview au journal Les Echos par la ministre des transports, Elisabeth Borne.

La réalisation du canal Seine-Nord pourrait être ajournée. PHOTOS ARCHIVES DIDIER CRASNAULT LA VOIX DU NORD
En fin de matinée ce jeudi, Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire, a confirmé que certains grands projets de transports allait être réétudiés : « Nous allons faire une pause et voir au cas par cas. »

Une position qu’avait déjà prise Elisabeth Borne, ministre des transports dans une interview donnée aux Echos. « L’argent doit prioritairement aller à l’entretien et à la modernisation. L’ajustement se fera donc forcément sur les grands projets ».
Dans ces « grands projets » figure le canal Seine-Nord. De quoi soulever de nombreuses inquiétudes, notamment dans les Hauts-de-France.
« Ce projet on en a besoin, ce n’est pas un projet pour nous faire plaisir. Il fera du bien à l’economie, au port de Dunkerque. »
Du côté du conseil régional, Xavier Bertrand tombe des nues et dissimule à peine son agacement. En marge du point presse de lancement du festival international des séries de Lille, il a mis les points sur les I. « Ce projet on en a besoin, ce n’est pas un projet pour nous faire plaisir. Il fera du bien à l’economie, au port de Dunkerque. La Région a fait un effort, ce n’est pas pour rien. Je comprends qu’il y ait beaucoup de projets d’investissement au niveau national qui sont peut-être à revoir. Tout le monde comprend que les lignes à grande vitesse, il y en a eu beaucoup et qu’il n’y en aura pas autant à l’avenir. Mais ce projet, il ne sort pas du chapeau d’un magicien. Je dis à l’État : pas d’excuse, pas de pretexte. On accélère maintenant, c’est un projet d’interet général. »
Le président du conseil régional a rappellé les engagements du candidat Macron en campagne et du premier ministre Edouard Philippe, ancien maire du Havre et pas fanatique du projet. « Edouard Philippe m’a dit ne t’inquiète pas, il se fera, je ne mettrai pas de bâtons dans les roues. J’ai tendance à croire ce qu’on me dit. »
La Région s’est engagée fin 2016 à financer à hauteur de 350 millions d’euros ce projet de plus de 4,5 milliards au total, dont 1,8 milliard provenant de l’Europe et 1 milliard de l’Etat. 10 000 emplois sont espérés sur le chantier par le président des Hauts de France.
Xavier Bertrand indique qu’il rencontrera la ministre des Transports Elisabeth Borne prochainement.
Patrick Kanner, ancien ministre et conseiller départemental du Nord, a aussi réagi sur twitter.
L’abandon du canal Seine Nord Europe par le gouvernement serait une agression sans précédent contre les intérêts des Hauts de France.Patrick Kanner
Stéphane Demilly, député-maire UDI d’Albert et membre du Comité stratégique de l’établissement public en charge du projet, a également réagi ce jeudi matin sur Europe 1 : « S’il est vraiment question de stopper le projet du canal Seine-Nord, ça va être la révolution dans les Hauts-de-France. »
NDLR : Nous attendons avec impatience la réaction de notre Député Modem de la 9eme circonscription du Pas-de-Calais. Nous avons encore en mémoire ses engagements lors de la campagne des législatives et son numéro de castagnettes médiatiques au port fluvial de Béthune


....++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


Decidemment notre deputée Marguerite Desprez avale des couleuvres 


Promis juré ...la taxe d habitation devait etre supprimée .....et c 'est reporté aux calendes grecques 


Le Canal Seine Nord ???? c 'est reporté aussi ...

MERCI .....EN MARCHE ARRIERE


Dernière édition par Admin le Mer 30 Aoû - 17:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: EN MARCHE...ARRIERE... AVEC MARGUERITE DESPREZ deputée   

Revenir en haut Aller en bas
 
EN MARCHE...ARRIERE... AVEC MARGUERITE DESPREZ deputée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Medjugorje:Laurentin fait marche arriere....
» trimestre ou semestre ?
» projet avec variateurs triphasés
» je suis perdu
» La meilleure façon de stationner sa voiture!!!

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
LES GENS DE LOCON SUR LAWE :: MONDE , Politique, financier, religieux,idéologique... :: GENS D'ICI ET CHRONIQUE DU SOUVENIR :: ON EN PARLE ? :: LA TETE DE GONDOLE DE LA SEMAINE-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: