LES GENS DE LOCON SUR LAWE
LES GENS DE LOCON SUR LAWE

Tout ce qui concerne les gens de LOCON et du BETHUNOIS
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 PRESIDENTIELLES 2017.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 535
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: PRESIDENTIELLES 2017.   Sam 3 Juin - 14:38

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: PRESIDENTIELLES 2017.   Jeu 1 Juin - 15:06

RETRAITES NE VOTEZ PAS POUR LES LISTES DE " EN MARCHE " et pour la liste DESPRES


Les retraités doivent se défendre et, pour cela NE PAS VOTER pour  ce gouvernement aux legislatives 




La Cour des comptes considère que l'objectif de rattrapage des revenus des retraités par rapport aux actifs est atteint. Elle propose donc dans son dernier rapport une hausse de leur imposition.

Revue des mesures proposées et de leurs gains escomptés.


Dans son dernier rapport sur la sécurité sociale, la Cour des comptes préconise de faire davantage participer les retraités à la solidarité nationale.


D'après la Cour des comptes, les différentes niches fiscales et sociales qui s'appliquent aux retraités représenteraient *un manque à gagner de 12 milliards d'euros pour l'État et la sécurité sociale*.


Or, les revenus des têtes blanches sont désormais légèrement plus élevés que ceux des actifs, et leur patrimoine beaucoup plus. Selon le président de la Cour Didier Migaud , les retraités sont dans une situation financière plus favorable que les actifs*, *notamment les jeunes*." Et l'objectif de ces avantages, qui était de réduire l'écart avec les actifs, est atteint."

Revue des mesures préconisées par la Cour des comptes :

- Supprimer progressivement *l'abattement de 10% *alors qu'ils n'ont plus de frais professionnels (gain de *2,7 milliards d'euros*).
- Supprimer progressivement *l'exonération des majorations de pensions pour les parents de 3 enfants* (gain de *800 millions d'euros*).
> > > > > > > > - Aligner le taux de CSG appliqué aux pensions de retraite sur celui des actifs*.
Ce qui soumettrait les 7,9 millions (49%) de retraités aujourd'hui assujettis à une CSG de 6,6% à un taux de 7,5% (gain de *1,2 milliard d'euros*).
> > > > > > > > - Les 585.000 particuliers employeurs de 70 ans et plus qui bénéficient d'une *exonération de cotisations patronales*, se la verraient supprimée (gain escompté de *380 millions d'euros*). *C'est vrai qu'un chirurgien, ou ingénieur, ou pilote d'avion en retraite est en situation plus favorable qu'un jeune actif qui bosse à la poste.....Voilà bien une injustice de taille*.


*Autre injustice, on a plus de patrimoine à 70 ans qu'à 30 ans.... c'est dingue non ?*

C'est vrai aussi que les honteux retraités qui ont connu l'époque de travailler plus pour gagner plus,( 48h hebdo et 3 puis 4 semaines de congés) et préparé leur retraite en économisant,sont has been en regard des 35h , 5 semaines de congés et RTT.

Mais c'est vrai aussi qu'il faut éviter de parler :
• Des sénateurs
• Des députés
• Des ministres qui ont la retraite, à vie, après 8 mois de ministère
• Des effectifs pléthoriques de ministres, de sénateurs, de députés et de fonctionnaires de ladministration territoriale de la France : régions, départements, arrondissements, cantons, intercommunalité et communes.... sans parler de l'administration Européenne...
• Des régimes spéciaux
• De ceux qui partent à 50 ans et ceux qui partent à 65 ans
• De ceux qui partent avec 75% du salaire des 6 derniers mois, alors que d'autres partent avec 50 % du salaire moyen des 25 dernières années ......
• Des députés européens qui ne paient pas un centime de CSG
.Et Des présidents de la république en retraite 

.Des journaleux chouchoutés par le pouvoir en place.
• Ceux qui ne paient rien et reçoivent tout.
Et puis, il faut bien payer les RSA, CMU et tous les assistés venus d'ailleurs,*alors tout est bon pour trouver des coupables ....


Au passage ils sont loin d'expliquer les 12 ou 17 milliards du trou de la sécu (même pas foutus de savoir combien). 

D'une part, il n'y a pas de déficit, d'autre part si l'Etat payait la cotisation de ses fonctionnaires, nous serions "haut la main" en positif !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 535
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: PRESIDENTIELLES 2017.   Dim 14 Mai - 10:06

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: PRESIDENTIELLES 2017.   Sam 13 Mai - 10:19

Monique Pinçon-Charlot : « Nous sommes face à une classe sociale puissante et mobilisée pour défendre ses intérêts »


PAR NOÉ ROLAND LE 12 MAI 2017



Avec près de trente ans de travaux sur la grande bourgeoisie au compteur, Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon sont des références en la matière. Mœurs, éducation, stratégies de préservation des privilèges… Les riches n’ont plus de secrets pour eux ! Après leur départ du CNRS en 2007, les sociologues passent des sciences humaines au militantisme. Ils présentent d’ailleurs cette année leur candidature aux législatives dans les Hauts-de-Seine. À l’occasion de la sortie de leur dernier livre « Les prédateurs au pouvoir » (éditions Textuel), Le Comptoir a contacté Monique Pinçon-Charlot qui a aimablement répondu à ses questions. Élections présidentielles 2017, guerre des classes et reconstitution de la gauche radicale sont au menu de cet entretien.

Le Comptoir : Dans votre dernier livre, Les prédateurs au pouvoir, vous attaquez la « pensée unique », expression peu claire car elle est utilisée par tout le monde d’Acrimed au FN. Comment définiriez-vous cette « pensée unique » ?


Monique Pinçon-Charlot : Aujourd’hui, selon la perception de l’oligarchie, les partis sont morts et il n’y a plus de gauche ni de droite. Quand on emploie l’expression « pensée unique », on vise bien le fait que la pensée néo-libérale est devenue une seconde nature. Elle est devenue le réel, quelque chose qu’on ne peut pas remettre en question. Le néolibéralisme peut être amélioré, amendé pour être encore plus violent, mais il ne peut pas être critiqué. On est bien dans un totalitarisme oligarchique et qui me fait toujours penser au roman 1984 d’Orwell, avec Big Brother à la tête d’un parti unique.

Lors de l’entre-deux-tours des présidentielles 2017, n’a t-on pas assisté à la démonstration de l’existence de cette pensée unique, avec l’injonction à voter Macron pour faire barrage au FN ? Sommes-nous dans ce que Emmanuel Todd appelait un « flash totalitaire » après les attentats de Charlie Hebdo ?


Je suis assez d’accord avec la formule. J’y adhère d’autant plus que le Front national est un parti qui, après sa création, a été renforcé et mis en scène par les socialistes : c’est le cas depuis 1983, au moment où la pensée unique a commencé à se constituer dans le sillage du renoncement du Parti socialiste, avec le tournant de la rigueur. À partir de ce moment-là, Mitterrand a fait des démarches personnelles auprès des grands médias pour que Jean-Marie Le Pen ait son rond de serviette sur les plateaux télévisés. Il y a ensuite eu l’introduction de la proportionnelle intégrale aux législatives de 1986, qui a permis l’entrée de 36 députés FN à l’Assemblée nationale. Ces manœuvres politiques n’ont cessé de se poursuivre, avec pour objectif une instrumentalisation du Front national pour permettre au néo-libéralisme de rebondir. En 2002 s’est constitué un front républicain pour le second tour des élections présidentielles, front qui s’est aujourd’hui transfiguré en la personne d’Emmanuel Macron. Macron est l’emblème de l’oligarchie : il n’y a plus ni droite ni gauche, ni privé ni public, ni rive droite, ni rive gauche. Dès sa qualification pour le second tour, il est parti fêter sa victoire à la Rotonde et a été très peu adroit. Gauche libérale et droite se sont unies, et l’extrême-droite leur est bien utile.

L’oligarchie dont vous parlez n’est-elle pas menacée par le retour en force dans les urnes d’une gauche plus radicale réunie autour de Jean-Luc Mélenchon ?


Ce qui s’est passé lors de ce premier tour est très important. J’ai été très contente de ce résultat auquel j’ai personnellement contribué, avec toutefois des bémols. Michel et moi nous avons fait de multiples rencontres qui nous poussent à penser que le rapport de force de la gauche radicale est actuellement énorme. Si Mélenchon avait joué le jeu de la dynamique du Front de gauche et accepté qu’on l’ouvre à d’autres forces, des associations ou des individus, au lieu de créer La France insoumise, faisant cavalier seul, nous aurions été présents au second tour. Je regrette beaucoup ce qui s’est passé et j’appréhende les législatives. Je dis ça en tant que citoyenne en colère et en tant que sociologue malheureuse. J’ai peur que la classe dominante ait un coup d’avance sur nous. Malgré ses contradictions, et alors qu’elle représente très peu de monde, elle la jouera collectif aux législatives, avec le traditionnel jeu pervers des fausses contradictions et des oppositions mises en scène. Le Front national sera son allié, car il risque maintenant de capter la critique sociale et de se l’approprier. En haut, on a donc le collectivisme et la solidarité de classe, très clairement. Quand Marine Le Pen, qui est présidente de groupe au Parlement européen, s’oppose à la création d’une commission d’enquête sur la fraude fiscale, elle démontre une solidarité de classe avec ses proches mouillés dans l’affaire des Panama Papers. Quand il s’agit de voter le secret des affaires, c’est l’ensemble des eurodéputés du FN qui mettent comme un seul homme un bulletin “pour” dans l’urne. Ce sont des indicateurs de cette solidarité oligarchique. Ce ne sont que deux exemples, mais il y en a beaucoup d’autres. Et en face ? On assiste à la guerre des petits chefs, et c’est catastrophique. Tous ensemble, nous aurions été au second tour.




Vous dites que le rapport de force est favorable à la gauche radicale en France. Cela veut-il dire que les Français n’aiment pas les riches ?


Ce n’est pas une question d’aimer ou pas. La psychologisation du social n’entre pas en ligne de compte ici. C’est plutôt qu’on est dans une guerre, avec des prédateurs, très peu nombreux, mais très puissants. C’est la raison pour laquelle Michel et moi avons écrit notre dernier petit livre. On nous donne chaque jour en pâture des phénomènes de corruption, mais c’est encore bien trop gentil de parler de corruption. On masque derrière ce mot quelque chose qui relève de la prédation, du vol, d’une guerre contre les peuples, quelque chose qui fait système. Et face à cela, le peuple doit se défendre.

Vous dépeignez donc la grande bourgeoisie et les réseaux qui sont à son service comme des « prédateurs ». Cela veut-il dire que plus on est riche, plus on est misanthrope ? Les grands bourgeois se rêvent-ils encore comme la “race des meilleurs”, comme une aristocratie ?


Il existe dans notre pays une tradition qui remonte à la construction sociale de la noblesse. Ce qui est intéressant, c’est ce mythe du sang bleu. Les nobles l’étaient par le roi et leur peau devait être suffisamment blanche pour que leurs veines bleues soient visibles. Quelque part, on retrouve ici cette idée que l’excellence sociale doit passer par la race, par quelque chose qui a à voir avec une excellence corporelle, selon des critères précis. Après la Révolution, cette noblesse s’est transformée en bourgeoisie et en noblesse d’État. À son tour, cette bourgeoisie a constitué des dynasties familiales afin que les richesses et les privilèges demeurent toujours au sein des mêmes groupes de génération en génération. L’ordre de classes est ainsi reproduit.

Vous faites donc remonter la pensée d’extrême droite à l’Ancien Régime ?


Tout à fait. Dans notre petit livre Sociologie de la bourgeoisie, nous avions d’ailleurs consacré une page au Front national, dans laquelle nous relevions que de nombreux descendants de la noblesse d’Ancien Régime occupaient des postes de responsabilité du Front National.

Dans Les prédateurs au pouvoir, vous citez le pape François. Pensez-vous que le souverain pontife mérite le surnom de “pape décroissant” ?


Je ne sais pas si c’est une bonne façon de le nommer mais, à son arrivée, j’ai été saisie par sa façon de parler qui m’a semblé très en phase avec notre travail. J’ai été très surprise car je suis totalement athée. J’ai lu ses encycliques, et je trouve que c’est une personnalité tout à fait intéressante. En outre, son poste lui donne une place tellement importante au regard de l’humanité que je salue son travail et son courage.

Citation :
« Peu nombreux mais très puissants, les prédateurs mènent une guerre contre les peuples. »

Vous mettez en garde contre les théories du complot. Que répondriez-vous à une personne qui vous reprocherait de vouloir construire une théorie du complot basée sur l’idée que les riches veulent détruire leurs semblables ?


Aujourd’hui, les oligarques que sont Macron, Fillon, Valls et les autres ont mis au point des mots-écrans qui empêchent de penser, comme “populisme”, “système” ou “théorie du complot”. On n’analyse plus la société en termes de rapports de classe, avec des actionnaires qui s’en mettent plein les poches et qui traitent les salariés et les chômeurs comme une variable d’ajustement. On va toujours vers le moins-disant social, on tape systématiquement sur les petits, qu’on considère comme des moins que rien qui ne méritent aucun égard. Si ça continue, bientôt, ça sera même zéro salaire ! Le peuple est clairement esclavagisé, déshumanisé à son insu. Bien entendu, on fait tout pour le lui cacher. Le Front national détient le discours ad hoc pour capter les voix des mécontents. Nous n’avons pas besoin de théorie du complot, puisque nos travaux sociologiques démontrent que nous sommes face à une classe puissante, mobilisée en tous lieux et à tout instant pour défendre ses intérêts. Cette classe sociale – au sens marxiste du terme – n’a même pas besoin de chef d’orchestre puisque chacun de ses membres défend les intérêts de sa classe.

Vous voulez dire que cela tient à l’éducation de la grande bourgeoisie ?


Exactement. Ce sont les rallyes pour les jeunes, les cercles pour les adultes, des instances informelles comme Bilderberg, des instances de coordination institutionnelle comme Davos… Nous sommes face à une classe sociale mobilisée qui ne complote pas mais qui défend ses intérêts. Il n’existe pas de trou noir ou de zone opaque. Tout ça est disponible sur Internet, dans les beaux quartiers. Il revient au peuple, aux intellectuels, aux journalistes et aux enseignants de faire le boulot ! En creusant, on se rend bien compte que tout cela est public, visible, mais tout le monde ne se lance pas dans cette “vigilance oligarchique”, comme on aime l’appeler. Au sein des classes populaires, on constate même une forme de timidité sociale extrême à s’en prendre aux puissants, une peur.



En 2016, vous avez donné une interview à L’Humanité dans laquelle vous racontiez qu’au moment de la sortie de votre livre Le président des riches, qui correspondait avec l’arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy, vous avez été éjectés des réseaux grands-bourgeois qui vous avaient ouvert leurs portes. Que s’est-il passé à ce moment là ?


Quand nous sommes partis à la retraite en 2007, nous n’avions plus de devoir de réserve puisque nous n’étions plus au CNRS. Nous avons alors ouvert notre travail d’investigation sociologique aux champs politiques et économiques. Avant, nous travaillions plutôt sur les mœurs et le patrimoine, avec des travaux sur les modes de vie, la chasse à courre, la transmission. Ce furent des sujets très importants à traiter, car c’est en passant par ce type de questionnement moins critique et clivant que nous avons pu comprendre petit à petit le fonctionnement de cette classe. Nous avons donc publié Le président des riches à la retraite, et ça a eu un effet impressionnant. Sous Sarkozy, nous étions dans la transversalité totale de l’oligarchie. On a vu comment s’écrivaient les lois, comment les choix économiques s’inscrivaient unilatéralement en direction des intérêts des plus riches. À partir de ce moment là, les portes des beaux quartiers se sont fermées et on a même eu un contrôle fiscal. Aujourd’hui, on travaille autrement, avec l’aide de salariés sous anonymat ou de lanceurs d’alerte.

Vous parlez des mœurs de la grande bourgeoisie. Ces derniers ne sont-ils pas en train d’être réhabilités par Emmanuel Macron, avec son projet de relancer les chasses présidentielles et de donner un rôle politique plus important à la première dame de France ?


Après Sarkozy, c’est un cran de plus qui va être franchi, assurément. Macron s’est présenté à une élection présidentielle sans jamais avoir été élu, quasiment en vertu du droit divin. Il gouvernera grâce aux ordonnances, au cynisme et aidé par la technocratie et la bureaucratie européennes. L’Union européenne s’est en effet construite à coup de normes, de directives, en ostracisant autant que faire se peut les référendums. Un président qui se dit ni de droite, ni de gauche et qui brouille les cartes entre privé et public, dans ce cadre là, ne peut qu’effectuer la synthèse des intérêts de l’oligarchie. Le fait qu’il soit arrivé en tête du premier tour et se montre maladroit et indécent sans s’excuser témoigne de son absence totale de culpabilité. Dans la tête de Macron, tout est parfaitement normal : arrivé au-dessus de tout, il a même le culot de déclarer que la suppression de l’ISF est une mesure de gauche !

Citation :
« Le déficit est construit comme une arme pour asservir les peuples : il n’a pas pour vocation à être remboursé. »

C’est un fait incontestable : les riches n’aiment pas l’impôt. Par contre, ils adorent jouer les philanthropes, s’illustrer par des dons, se bâtir une légende dorée, comme Bernard Arnault le fait avec ses musées. Selon vous, ont-ils pour projet de remplacer les services publics dans leur mission culturelle ?


Ce n’est pas que les riches n’aiment pas l’impôt, ça va plus loin : ils le refusent. Ils refusent de contribuer aux solidarités nationales. En ne payant pas leurs impôts, ils provoquent un déficit de 80 milliards d’euros dans les caisses de Bercy. Si les riches payaient à la hauteur de leur fortune, il n’y aurait plus de déficit public. Il faut réaffirmer que le déficit n’est pas quelque chose de naturel qui aurait vocation à être remboursé par les peuples. Le déficit est construit comme une arme pour asservir les peuples : il n’a pas pour vocation à être remboursé.

Les riches ne sont pas solidaires, mais ils ont besoin, de temps en temps, de légitimer leur violence de classe avec des œuvres dites caritatives ou philanthropiques, du mécénat. Ce que de nombreux représentants du peuple ignorent, c’est qu’il s’agit encore une fois d’une arme supplémentaire qui permet de piocher dans les caisses de l’État, puisque le mécénat est défiscalisé à 66 %. La fondation Louis Vuitton, par exemple, a été payée en partie par l’argent du peuple français. Son propriétaire Bernard Arnault a de surcroît bénéficié de complicités de la mairie de Paris qui lui a permis d’installer sa fondation dans le bois de Boulogne, qui est un domaine public.

Les riches possèdent tout, on pourrait ainsi imaginer qu’ils sont heureux. Pour autant, ne peut-on pas les imaginer malheureux, à l’instar des personnages du roman Les visages pâles de Solange Bied-Charreton ? Les malheurs de la grande bourgeoisie, est-ce une piste d’étude que vous avez déjà arpentée ?


Les riches n’échappent pas aux drames et aux catastrophes humaines. Ils sont sujets aux accidents, aux maladies, ou encore au suicide. Cependant, notre approche de sociologues nous oblige à dire que la plupart des membres de ce groupe social sont parfaitement heureux. C’est très vite expliqué par le fait qu’ils naissent dans les beaux quartiers, jouissent d’une éducation spécifique, demeurent entre eux, avec le miroir de leurs semblables, sans jamais être confrontés à l’autre dissemblable, sauf éventuellement dans la situation du personnel domestique, qui renforce le sentiment de supériorité. Chaque individu de cette classe sociale vit dans un sentiment d’immunité psychologique : la culpabilité, la mauvaise conscience n’existent pas. En tant que classe, ils se sentent impunis : on l’a encore très bien vu avec François Fillon qui a maintenu sa candidature aux présidentielles malgré ses casseroles.



Leur vie est faite d’entre-soi, les riches rencontrent les conditions de la pratique pour épanouir leur habitus, leur condition de dominants. Ils ne connaissent pas la frustration, ni le travail de deuil. Disons que le système de dispositions qui leur est donné à la naissance les amène plutôt à s’épanouir, à pouvoir faire ce pour quoi ils ont été constitués. Sociologiquement parlant, ce sont des gens sans problèmes. D’ailleurs, jusqu’à notre livre Le président des riches, les retours sur notre travail de la part de la grande bourgeoisie étaient positifs. Ces personnes se rendaient compte que Pierre Bourdieu, qu’ils prenaient pour un affreux gauchiste, avait développé une théorie qui fonctionnait parfaitement sur leur classe. Ils ont apprécié nos premiers travaux en nous disant qu’ils correspondaient à la réalité. Ils ont reconnu que le système théorique de Pierre Bourdieu avait permis de théoriser leur sens pratique. Dans notre premier livre sorti en 1989, nous avions garanti l’anonymat à un certain nombre de personnes que nous avions côtoyé dans les beaux quartiers : nous avions remplacé leurs noms par des titres de noblesse de branches éteintes. Nous avons été appelé par un membre du Jockey Club qui nous a dit que notre livre était formidable mais nous a reproché de les avoir affublé, lui et ses amis, d’affreux patronymes. Ils validaient tout, jusqu’à la question de la ségrégation spatiale, mais ils voulaient voir apparaître dans le livre leurs patronymes familiaux, capital symbolique auquel ils tiennent !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: PRESIDENTIELLES 2017.   Jeu 11 Mai - 8:26



Dernière édition par PACA le Sam 13 Mai - 10:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: PRESIDENTIELLES 2017.   Mar 9 Mai - 8:09

LA NOUVELLE VAGUE POLITICIENNE AUX DENTS LONGUES ARRIVE ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: PRESIDENTIELLES 2017.   Lun 8 Mai - 18:24

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: PRESIDENTIELLES 2017.   Lun 8 Mai - 9:52

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: PRESIDENTIELLES 2017.   Lun 8 Mai - 0:35

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: PRESIDENTIELLES 2017.   Lun 8 Mai - 0:21

-20170507-[bloc_1/image]]
-20170507-[bloc_1/titre]]Résultats Beuvry (62660) :
-20170507-[bloc_1/texte]]Marine LE PEN arrive en tête au 2nd tour de l'élection présidentielle 2017. 
Découvrez les résultats complets dans votre ville.

-20170507-[bouton]]Voir les résultats >
Retrouvez les résultats des communes voisines :


Retrouvez les résultats de la région et du département :


SUIVEZ-NOUS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ANNE MANSOURET
Invité



MessageSujet: Re: PRESIDENTIELLES 2017.   Lun 8 Mai - 0:09

Anne Mansouret
 


Vous voilà Président, Monsieur le Président de la République.

Puisque vous êtes, paraît-il, philosophe, je voudrais juste, entre deux coupes de champagne, vous faire penser un peu.
Françoise Giroud écrivait : "Il faut avoir été dans une position subalterne, avec toutes les humiliations que cela suppose, pour savoir que le monde se divise en dominants et en dominés, et que seuls les dominants respirent."

Aujourd'hui, sans avoir vraiment convaincu, en agitant lâchement les grigris et les moulins à prières, en sortant du placard les épouvantails du passé, les dominants vont pouvoir reprendre leur respiration pour cinq ans.
Mais sachez, Jeune présomptueux, vous qui êtes convaincu "qu'aux âmes bien nées la valeur n'attend pas le nombre des années" ; vous qui niez les clivages idéologiques au bénéfice de l'efficacité économique...
Oui, sachez qu'à votre droite comme à votre gauche, les dominés d'hier seront insoumis dès demain.
Revenir en haut Aller en bas
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: PRESIDENTIELLES 2017.   Dim 7 Mai - 23:59

Les résultats par candidat à l’élection présidentielle 2017 – Locon




[th][/th][th][/th][th][/th]
E. Macron
 EN MARCHE !
 
56.75 %795 VOTES
M. Le Pen
 FRONT NATIONAL
 
43.25 %606 VOTES
Taux d'abstention : 19,83 %
[th]Participation[/th][th]Inscrits[/th][th]%[/th]
Inscrits1 987100 %
Abstentions39419,83 %
Votants1 59380,17 %
Blancs1437,20 %
Nuls492,47 %
Exprimes1 40170,51 %


Dernière édition par PACA le Lun 8 Mai - 0:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: PRESIDENTIELLES 2017.   Jeu 4 Mai - 16:31

https://networkpointzero.wordpress.com/2017/03/24/2017-le-coup-detat/


AVERTISSEMENT :
Les informations qui ont été utilisées pour cette analyse ont été recoupées et vérifiées conformément aux principes de la charte journalistique de Munich. Elles ont pour origine des articles de presse, interviews télé, images et ouvrages dont les auteurs sont connus et reconnus pour la fiabilité de leurs recherches. Il serait trop long de les énumérer ici. Loin de tout name-droping, vous trouverez en fin de publication les références. Mais tout est vérifiable. Attention, cependant aux sites complotistes, confusionnistes où d’extrême droite. Assurez vous que les sites que vous consultez soient reconnus pour le sérieux de leurs publications. Préférez les sites de recherches universitaires. A ceux qui disent que cet article est complotiste, il s’agit, tout simplement, d’un propos irresponsable qui a pour objectif de discréditer toutes critiques à l’égard de pratiques qui mettent en danger la démocratie. Mais plus grave encore cela permet de les avaliser. Il est urgent de cesser ce genre d’accusation un peu simpliste et de poser les vraies questions. En l’occurence a-t-on oui ou non utilisé l’appareil d’État à des fins de stratégies politiques? Les relais d’influence sont -ils réels ? Les media et les instituts de sondage sont ils indépendants? etc. Ce sont les questions centrales du débat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: PRESIDENTIELLES 2017.   Jeu 4 Mai - 16:26

Macron à dit à Marine devant des millions de téléspectateurs:
"Je ne connais pas Mohamed Saou" !
Qui est le gros menteur ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: PRESIDENTIELLES 2017.   Jeu 4 Mai - 16:20




Les islamistes de l’UOIF appellent à voter Macron

Avr 26, 20178





Share




Présidentielle. L’Union des Organisations Islamiques de France a déclaré dans un communiqué qu’il fallait donner “au candidat Emmanuel Macron, le score le plus large”.


Au lendemain des résultats du premier tour de l’élection présidentielle, c’était la Mosquée de Paris qui appelait à voter pour le candidat d’En Marche. Ce mardi 25 avril, c’est l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), proche des Frères Musulmans, qui appelle à voter Emmanuel Macron lors du second tour de l’élection présidentielle.
Citation :
L’Union des Organisations Islamiques de France appelle tous les musulmans de France, par-delà leurs opinions politiques, à ne pas se relâcher à cette occasion, et à aller voter massivement pour faire barrage aux idées de xénophobie et de Haine et donner au candidat Emmanuel Macron, le score le plus large”, écrivent-ils.
Marine Le Pen, invitée de l’émission L’Elysée 2017 sur TF1 mardi soir, a déclaré pour sa part qu’elle souhaitait la dissolution de cette organisation islamiste. Elle a également attaqué les liens unissant l’UOIF à Emmanuel Macron : “Emmanuel Macron est entre les mains de l’UOIF. (…) Il nous a expliqué qu’il avait dans son entourage un islamiste radical mais que c’était un type bien. Je ne pense pas qu’il y ait de type bien chez les islamistes radicaux”, en référence à l’affaire Mohamed Saou, un référent d’En Marche!, proche des Indigènes de la République et accusé de radicalité. Emmanuel Macron avait confessé que c’était tout de même “un type bien”…
Depuis 2014, l’UOIF est inscrite sur la liste des groupes terroristes publiée par les Emirats arabes unis, pour sa filiation avec les Frères musulmans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: PRESIDENTIELLES 2017.   Mer 3 Mai - 13:07



Bravo au maire de Locon qui reste impartial 


   au fou ! !  ! Honte aux  communistes qui ont faire defiler les travailleurs contre la loi MACRON-EL KHOMRI et qui demandent maintenant de voter MACRON ....


.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: PRESIDENTIELLES 2017.   Mer 3 Mai - 9:42


chomage , fin de mois difficile , angoisse de l 'avenir , pouvoir d 'achat en baisse etc ...a qui la faute si la population est en desarroi ??? Qui a mené les travailleurs  a un niveau de pauvreté ? 


Qui a géré le pays pendant 40 ans ? Qui a pollué la politique par des magouilles , des detournements d 'argent , des fausses factures ...le 59/62 regorge de politiciens vereux qui ont fait monter le FN et le plus bel exemple est a Henin Beaumont et qui a interet a detourner vers LEPEN tous les déboussolés pour ensuite leur dire que c 'est mal de voter le pen ?


 J'accuse la classe politique de faire le jeu de l 'extreme droite pour pouvoir , au dernier moment nous demander de lui faire barrage !



elephant study rendeer santa sunny sunny

FN fort = droite divisée ?


C'est à l'issue des Européennes de juin 1984 que la question est formulée à voix haute : le gouvernement de François Mitterrand favorise-t-il la poussée du FN pour diviser et affaiblir la droite ? 


Le combat antifasciste, notamment avec la création de SOS Racisme en octobre 1984, ne serait-il pas un moyen de fédérer la gauche dans son rejet du FN ?


 Au début des années quatre-vingt, Pierre Bérégovoy, secrétaire général de l’Élysée, émet ce commentaire, révélateur de la stratégie politique de son parti à l’égard du FN : « On a tout intérêt à pousser le Front national, il rend la droite inéligible. 


Plus il sera fort, plus on sera imbattables. C’est la chance historique des socialistes ».


afro afro geek rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer Basketball affraid affraid affraid affraid affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: PRESIDENTIELLES 2017.   Mer 3 Mai - 9:41

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: PRESIDENTIELLES 2017.   Dim 30 Avr - 11:48


Ce que les suisses peuvent faire , les Francais seraient incapables de le faire ?
Ben oui l...le probleme des Francais est qu 'ils ont des élus sans volonté ...peu imaginatifs 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 535
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: PRESIDENTIELLES 2017.   Mer 26 Avr - 10:54

OPERATION RECYCLAGE ET RETOURNEMENT DE VESTES  lol!




lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 535
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: PRESIDENTIELLES 2017.   Mer 26 Avr - 10:37

Après
> une longue attente, le programme Macron a fini par être publié et
> il pose déjà de graves questions à une catégorie électorale qui
> réunit pas moins de 17 millions d’électeurs : les retraités. En effet à
> la lecture attentive du document, ceux-ci peuvent dés à présent
> légitimement nourrir plusieurs sujets d’inquiétudes quant au maintien de
> leur pouvoir d’achat.

1
> – Le premier a trait à l’augmentation générale de 1,70 point du taux de
> la CSG. On sait que, comme tous les autres revenus de remplacement, les
> retraites bénéficient d’un taux spécifique à 6,60%. Certes le candidat
> précise qu’échapperont à l’augmentation les retraités bénéficiant de
> taux réduits, mais sans précisément indiquer lesquels, si bien qu’on ne
> sait pas si le taux spécifique de 6, 60% inférieur au taux de droit
> commun de 7, 50% fait ou non partie desdits taux réduits. Pire encore,
> rien n’indique dans le programme si c’est ce taux qui sera augmenté de
> 1,70% auquel cas la CSG retraite passerait à 8,30% (soit une
> augmentation quand même de plus de 25%) ou si tout simplement les
> retraités rejoindront d’abord le taux général de 7,50 % avant
> l’application de la majoration de 1,70 point, soit alors un prélèvement
> total de 9,20% auquel cas l’augmentation de 2,60 points passerait à près
> de 40% ! Or on sait que dans un programme, l’ambiguïté profite toujours
> au candidat, jamais à ses électeurs !

2
> – Même incertitude, même ambiguïté, à propos du sort des deux
> cotisations maladie (1,00%) et dépendance (0,30%) qui pèsent sur les
> retraites. Si on sait bien que les cotisations maladies et chômage
> disparaitront des retenues salariales en procurant donc aux salariés une
> économie de 3,10% sur leur salaire, rien de semblable n’est annoncé
> quant à l’éventuelle suppression de la cotisation maladie des retraités,
> ni de celle de leur contribution dépendance.

3
> – Si donc pour les salariés le calcul de l’incidence nette de la
> réforme est simple et aboutit à une économie de 3,10 – 1,70 = 1,40% (par
> souci de simplification, tous nos calculs négligeront la réduction de
> base de 1,75%) de leur salaire augmentant conséquemment leur pouvoir
> d’achat, il en va tout autrement pour les retraités laissés piteusement
> dans l’incertitude. En effet, sauf -hypothèse peu probable- à ce que le
> taux de 6,60% soit considéré comme un taux effectivement réduit, ils
> peuvent espérer au mieux que leur pouvoir d’achat ne sera amputé que de
> 1,70 – 1,30 = 0,40%, si la déduction des cotisations maladie et
> dépendance est admise, alors que dans le cas contraire, il pourra l’être
> au pire de 2,60% (= 9,20 - 6,60). De toute manière face à l’impôt, il
> est clair que le plan Macron opère une discrimination au détriment des
> retraités, puisque ces derniers seraient pour l’instant les seuls à
> laisser des plumes dans la réforme, qui profite au contraire à
> l’ensemble des salariés et plus largement encore aux autres actifs.
> L’écart est significatif puisqu’en période de quasi-blocage des
> pensions, les actifs gagneraient :

- 1,40% là où les retraités perdraient au moins 0,40% (écart résultant avec les salariés = 1,80%, soit 1,40 + 0,40),
> - plus probablement 1,70% pour une CSG à 8,30% (écart comparatif résultant porté alors à 3,10%, soit 1,40 +1,70)
> - et peut-être même 2,60% pour une CSG à 9,20% (écart comparatif résultant = 4,00%, soit 1,40 + 2,60).

Il
> s’agit de toute manière d’un sérieux coup de canif à l’équilibre entre
> les générations, comme si, avec ce déclassement des retraités,
> s’enclenchait sournoisement cette euthanasie financière qu’appellent de
> leurs vœux plusieurs économistes. Ces derniers visent en effet à réduire
> drastiquement le poids des retraites au profit d’autres acteurs, mais
> en oubliant tout simplement qu’avant de percevoir leurs pensions, la
> plupart des retraités ont acquitté durant quatre décennies au moins de
> lourdes cotisations qui devraient leur avoir acquis quelques droits.
> Quoi qu’il en soit, cet arbitrage entre actifs et retraités, ouvertement
> défavorable aux derniers, qui plus est, réduits au pain sec ces
> dernières années, mérite au moins quelques sérieuses explications. Or
> pour l’instant, on est obligé de constater qu’elles font cruellement
> défaut et que le candidat est particulièrement discret sur ce point
> important de son programme.

4
> – Par ailleurs, le candidat veut s’en prendre à l’emploi des provisions
> des régimes de retraites qu’il souhaite rediriger à hauteur de quelque
> 15 à 20 milliards d’euros en direction de l’investissement en
> entreprise, via notamment des fonds de pension. Sans nécessairement
> critiquer cette orientation destinée à redynamiser notre économie, on ne
> peut reprocher aux retraités de nourrir quelque appréhension vis-à-vis
> d’une réforme qui n’est pas exempte de risques, si on ne l’assortit pas
> de sérieux garde-fous. Or on peut douter sérieusement de la compétence
> et de la pertinence des autorités publiques pour définir ces garde-fous,
> alors que malgré leurs innombrables corps de contrôle et d’inspection,
> tous plus prestigieux les uns que les autres, elles n’ont pas su éviter
> toute une série des désastres financiers comme la faillite du Crédit
> Lyonnais, la recapitalisation forcée d’Air France, la descente aux
> enfers d’Aréva, le lent dévissage d’EDF ou la claudication persistante
> de la SNCF, tout le monde s’accordant en sus pour dénoncer la piètre
> qualité d’actionnaire de l’État. Bien entendu de ces garanties, de ces
> précautions indispensables pour que les fonds de pension à la française
> soient rigoureusement sélectionnés, prudemment gérés et sérieusement
> contrôlés par des autorités de préférence privées et strictement
> indépendantes, pas un mot comme si le plus important était que le monde
> financier puisse fondre sur une nouvelle épargne dont il s’empresserait
> d’extraire d’intéressantes commissions, sans avoir à garantir
> raisonnablement la sécurité, ni la pérennité de ses choix.

5
> – Toujours à propos d’épargne, on sait qu’en moyenne chaque Français
> épargne environ 16% de ses revenus annuels. Or compte tenu des
> incertitudes et des réformes incessantes qui affectent leurs retraites,
> nombre de Français ont pris la précaution de se constituer une
> assurance-vie pour leurs vieux jours. Jusqu’alors, celle-ci – dés que souscrite au moins depuis 8 ans
> - n’acquittait en cas de retrait que des prélèvements sociaux de 15,50%
> sur les revenus capitalisés dans la limite d’un plafond annuel de € 4
> 600 pour un contribuable isolé, € 9 200 pour un couple. L’imposition à
> l’impôt sur le revenu au taux réduit de 7,50% ne commence en effet
> qu’au-delà de ces plafonds. Manifestement tel qu’en l’état, le plan
> Macron n’a cure de ces subtilités et porte immédiatement à 30% le
> prélèvement sur les produits de l’assurance-vie, soit une augmentation
> d’impôt de 94% (30,00/15,50) sur la partie sous plafond et d’un peu plus
> de 30% au delà (soit 30,00/23,00) lorsque les retraits intègrent un
> revenu excédant les plafonds précités ! Certes, devant la levée de
> boucliers de tous les professionnels de l’assurance-vie, le candidat a
> concédé ne plus vouloir appliquer sa réforme qu’aux nouveaux versements,
> ce qui compliquera un peu plus une fiscalité où les assureurs ne font
> rien pour faciliter le suivi dans le temps des revenus acquis. Belle
> augmentation quand même pour quelqu’un qui prétend sans rire vouloir
> restituer du pouvoir d’achat aux Français, promouvoir la capitalisation
> et réduire la dépense publique.

6
> - En outre, le candidat s’est fait fort d’exonérer de cet impôt 80% des
> redevables actuels de la taxe d’habitation, l’État venant se substituer
> à ces "affranchis" pour régler l’impôt communal. On glissera sur
> l’évident racolage électoral qui met en péril l’autonomie des
> collectivités territoriales, comme sur la croix qui est ainsi faite sur
> une véritable révision de valeurs cadastrales devenues folles. Mais le
> vrai problème, c’est que de mémoire de fiscaliste, de publiciste ou de
> contribuable, on n’a jamais vu l’Etat tenir ni complétement, ni
> durablement ses engagements. Les exemples abondent en effet où,
> prétextant toujours une circonstance imprévue ou quelque nouvelle
> condition, il rabote rapidement ses versements. Or, dans le plan Macron,
> on voit déjà poindre des exigences de bonne gestion des collectivités
> territoriales qui fourniront sans peine le prétexte nécessaire pour
> permettre à l’État de se désengager progressivement dans les années qui
> suivent. Et ce n’est pas aux retraités que l’on apprendra ce qui se
> passera alors, les collectivités territoriales ayant toujours eu une
> très fâcheuse tendance à transformer en impôt local les sommes que
> l’État ne leur verse plus. Par ailleurs, cette exonération parfaitement
> démagogique venant s’ajouter à celles déjà existantes incitera
> inévitablement l’immense majorité des locataires à demander toujours
> plus à leurs élus, puisqu’en définitive ils seront exonérés de toute
> participation aux charges locales. Or les retraités savent bien que
> c’est dans leurs propres rangs que se trouveront une bonne partie des
> contribuables qui, exclus de toute exonération, vont devoir au fil des
> ans faire face à de fortes augmentations d’impôts pour combler les
> déficits dus tant au cumul des moins-values à venir sur les concours que
> l’État va tailler en biseau qu’au coût des exigences croissantes de la
> démagogie ambiante.

7
> – D’autre part, les retraités propriétaires d’un logement ont tout à
> craindre du flou qui entoure actuellement le sort de la taxe foncière,
> elle aussi un temps promise à la disparition, avant que la question ne
> quitte brutalement l’actualité pour être récemment recyclée dans le
> nouvel ISF. Précisément pour cet ISF, que le candidat avait d’abord
> début 2016 envisagé de supprimer, mais qu’en définitive il conserverait,
> tout en le recentrant sur la "rente foncière" (terme exquis avec son
> discret relent de lutte des classes !), le doute demeure à la fois quant
> au sort fiscal des actifs mobiliers (dont précisément les
> assurances-vie) autres que les valeurs d’entreprises exonérées et quant
> aux taux définitivement retenus et aux barèmes utilisés. En effet si
> comme annoncé, ces derniers demeureraient prétendument inchangés alors
> que chuteraient les bases d’imposition cantonnées aux seuls biens
> fonciers, il y a fort à parier que le produit du nouvel ISF se réduirait
> rapidement à une peau de chagrin mettant en cause sa subsistance. On le
> voit, il règne plus qu’un certain flou sur les intentions du candidat.
> Cela fait pourtant partie des choses qu’un électeur a le droit de savoir
> avant de se déterminer. Enfin la poursuite ou l’abandon de la réforme
> actuellement en cours de la généralisation de la retenue à la source ne
> sont pas davantage évoqués, alors que les retraités actuellement
> assujettis à l’impôt sur le revenu peuvent légitimement craindre, la
> Gauche ne s’en est pas cachée, que ladite retenue ne serve de cheval de
> Troie à un prochain renforcement de la progressivité, via un nouvel
> impôt unique sur le revenu incorporant la CSG.

En
> résumé, il demeure beaucoup encore – et disons-le tout net – beaucoup
> trop de zones d’incertitudes pour un programme qui aurait dû tirer de sa
> publication tardive un degré supérieur de finition et d’information. Or
> ce dernier fait encore manifestement défaut. Quant à ce qu’on sait
> vraiment déjà :

>- avec l’augmentation de la CSG sans contrepartie annoncée,
> - avec la réorientation d’une part des provisions constituées par les
> Caisses de retraite vers les risques d’entreprise, sans indiquer les
> précautions prises pour garantir la sécurité des nouveaux placements,
> - avec la sur-taxation prochaine de l’assurance-vie,
> - avec l’extension démagogique de l’exonération de la taxe d’habitation,
> - et avec enfin la constatation douloureuse de la diminution continue
> de leur pouvoir d’achat accentuée encore par le long blocage de leurs
> pensions,

https://www.facebook.com/rachlinedavid/videos/10154268512486106/


afro
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: PRESIDENTIELLES 2017.   Mer 26 Avr - 1:32

TOUTE L'HABILETE DES PUISSANTS, C'EST DE CONVAINCRE LES CITOYENS DE COMBATTRE LE FRONT, EN SOUTENANT DES PARTIS DONT LA POLITIQUE DETESTABLE A ENVOYE DES HORDES D'ELECTEURS ECOEURES, VERS LE FRONT...

C'EST DU GRAND ART...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 535
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: PRESIDENTIELLES 2017.   Lun 24 Avr - 10:26

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 535
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: PRESIDENTIELLES 2017.   Dim 23 Avr - 23:55

Résultats du Pas-de-Calais au 1er tour

RÉSULTATS COMPLETS
Mis à jour le 23/04/2017 à 23h50

1 090 368 inscrits
21,47% d'abstentions234 076 d'abstentions

78,53% de votants856 292 votants

1,79% de votes blancs15 351 votes blancs

0,90% de votes nuls7 685 votes nuls

97,31% d'exprimés833 256 d'exprimés


Marine Le Pen(Front National)286 149 voix

34,34 %

Jean-Luc Mélenchon(La France insoumise)159 339 voix

19,12 %

Emmanuel Macron(En Marche !)153 781 voix

18,46 %

François Fillon(Les Républicains)119 085 voix

14,29 %

Benoît Hamon(Parti Socialiste)43 084 voix

5,17 %

Nicolas Dupont-Aignan(Debout la France)41 426 voix

4,97 %

Philippe Poutou(Nouveau Parti anticapitaliste)9 001 voix

1,08 %

Nathalie Arthaud(Lutte Ouvrière)8 667 voix

1,04 %

Jean Lassalle(Résistons !)5 832 voix

0,70 %

François Asselineau(Union Populaire Républicaine)5 484 voix

0,66 %

Jacques Cheminade(Solidarité et progrès)1 408 voix

0,17 %

Résultats des tendances politiques au 1er tour

RÉSULTATS COMPLETS
Mis à jour le 23/04/2017 à 23h50



NON-DÉFINIE

0,87 %

EXT. GAUCHE

2,12 %

GAUCHE

24,29 %

CENTRE

18,46 %

DROITE

19,92 %
EXT. DROITE

34,34 %
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 535
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: PRESIDENTIELLES 2017.   Dim 23 Avr - 23:37


LOCON , comme la France est coupée en 4 blocs 

Résultats de Locon au 1er tour





RÉSULTATS COMPLETS
Mis à jour le 23/04/2017 à 22h12




1 987 inscrits


15,35% d'abstentions305 d'abstentions


84,65% de votants1 682 votants


1,19% de votes blancs20 votes blancs


0,65% de votes nuls11 votes nuls


98,16% d'exprimés1 651 d'exprimés









Marine Le Pen(Front National)465 voix


28,16 %







François Fillon(Les Républicains)394 voix


23,86 %







Emmanuel Macron(En Marche !)342 voix


20,71 %







Jean-Luc Mélenchon(La France insoumise)233 voix


14,11 %







Nicolas Dupont-Aignan(Debout la France)110 voix


6,66 %







Benoît Hamon(Parti Socialiste)58 voix


3,51 %







Philippe Poutou(Nouveau Parti anticapitaliste)14 voix


0,85 %







Jean Lassalle(Résistons !)13 voix


0,79 %







François Asselineau(Union Populaire Républicaine)10 voix


0,61 %







Nathalie Arthaud(Lutte Ouvrière)9 voix


0,55 %







Jacques Cheminade(Solidarité et progrès)3 voix


0,18 %
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: PRESIDENTIELLES 2017.   

Revenir en haut Aller en bas
 
PRESIDENTIELLES 2017.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Présidentielles 2017 : Réforme du collège, des rythmes, loi travail... #ON S'EN SOUVIENDRA
» Pour qui allez-vous voter ? [PRESIDENTIELLES 2017]
» Présidentielle 2017
» Présidentielle Française 2017
» Elections presidentielles

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
LES GENS DE LOCON SUR LAWE :: MONDE , Politique, financier, religieux,idéologique...-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: