LES GENS DE LOCON SUR LAWE
LES GENS DE LOCON SUR LAWE

Tout ce qui concerne les gens de LOCON et du BETHUNOIS
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 RELIGIONS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: RELIGIONS    Mer 4 Oct - 9:48



Quand ils ont réclamé des menus sans porc à la cantine, je n'ai rien dit : ce n'était qu'une préférence alimentaire.

Quand ils ont réclamé le port du voile pour les femmes, je n'ai rien dit : ce n'était qu'un choix vestimentaire.

Quand ils ont réclamé le port du burkini à la plage, je n'ai rien dit : ce n'était qu'un souci de décence.

Quand ils ont réclamé la construction de nombreuses mosquées, je n'ai rien dit : ce n'était que des lieux de culte, comme il y en avait aussi pour nous.

Quand ils ont réclamé que ces mosquées soient surmontées de minarets, je n'ai rien dit : ce n'était qu'un problème architectural.

Quand ils ont réclamé des pauses pour la prière pendant la journée de travail, je n'ai rien dit : ce n'était que pour être plus efficaces ensuite.

Quand ils ont réclamé des jours fériés liés à leurs fêtes religieuses, je n'ai rien dit : ce n'était que l'équivalent de nos jours fériés de culture catholique.

Quand ils ont réclamé le financement du pèlerinage à La Mecque par les comités d'entreprise, je n'ai rien dit : mon entreprise n'était pas concernée.

Quand ils ont réclamé l'appel du muezzin cinq fois par jour, je n'ai rien dit : en gardant mes fenêtres fermées, je ne l'entendais presque pas.

Quand ils ont réclamé le statut de langue officielle pour l'arabe, je n'ai rien dit : le français restait aussi langue officielle.

Quand ils ont réclamé la révision des manuels scolaires pour les rendre conformes au Coran, je n'ai rien dit : de toute façon, les élèves n'apprennent plus rien à l'école.

Quand ils ont instauré la charia en France, je n'ai rien dit : en démocratie, l'avis de la majorité prévaut sur celui de la minorité.

Quand ils ont exigé que je me convertisse à mon tour, je n'ai rien pu dire : il n'y avait plus que des musulmans autour de moi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: RELIGIONS    Lun 28 Aoû - 9:02

Fanatisme religieux : le coup de gueule d'un principal de collège

  • Par Marie-Estelle Pech

  • Mis à jour le 28/08/2017 à 08:17
     

  • Publié le 27/08/2017 à 19:41







Parce qu'il n'est plus soumis au devoir de réserve des fonctionnaires, 
Bernard Ravet s'est décidé à raconter sa vie de principal dans trois collèges difficiles de Marseille.
 Il décrit la violence, la montée de l'islamisme, la solitude des chefs d'établissements et des enseignants.



Retraité depuis 2015, Bernard Ravet, principal pendant quinze ans dans «trois des collèges marseillais les plus difficiles» livre un témoignage de première main (1) sur la montée progressive du fanatisme religieux musulman dans certains établissements scolaires. Et sur la réponse peu efficace voire fuyante de l'institution: «Il faut en finir avec la loi du silence qui pèse sur l'impact du religieux dans certains établissements», écrit cet ex-principal. Le fanatisme «frappe à la porte de dizaines d'établissements, (...) imposant ses signes et ses normes dans l'espace scolaire, dans les cours de récréation, les cantines, les piscines. Longtemps, je me suis tu. Par respect du devoir de réserve. Par crainte de stigmatiser les établissements que je dirigeais et d'en aggraver la réputation peu flatteuse (...). Par souci de protéger les élèves et les familles alors majoritaires qui résistaient aux coups de boutoir du fanatisme. Par peur d'être accusé d'islamophobie ou de racisme rampant». Essentiellement confronté à des problèmes de violence dans son collège des quartiers nord de Marseille, il doit vite faire face à un autre adversaire au début des années 2000: Dieu.






Lieu d'observation idéale, la cantine


Cela commence avec ces enseignantes et ces élèves qui, à la sortie du collège, se font bombarder de canettes de coca aux cris de «putes! salopes!». Leur point commun? Elles avaient mis une jupe. Ce sont ces jeunes dealers, des barbus en sweat et tee-shirt qui viennent lui expliquer que le fait de vendre de la drogue ne pose pas de problème en dépit de leur croyance religieuse car «les consommateurs ne sont pas musulmans. Si la drogue tue, elle ne tue que des mécréants. Ce n'est pas contraire à notre religion».
Emplacement d'observation idéal, la cantine se situe «à l'exact point d'intersection entre ma fonction de directeur d'ONG pédagogique et cette fonction que je devine alors sans me la formuler, imam de la République». Pour beaucoup d'enfants, le repas de midi est le seul de la journée. Il était hors de question de proposer de la viande halal mais «nous composions nos menus en fonction de cette contrainte. (...) Lorsque nous servions de la viande, nous prévoyions donc des œufs, du poisson, un deuxième légume ou des féculents... De quoi composer une assiette nourrissante qui n'allait pas finir à la poubelle». Marginal en 2000, lorsqu'il prend son premier poste dans les quartiers nord, «le refus de manger de la viande qui n'était pas halal était devenu la norme en 2013, lorsque j'ai quitté le collège Izzo». De même que la pratique du ramadan. Si en 2000, la moitié de ses élèves le respectaient, «en 2013 nous étions à 90% ou 95%».




Fracture grandissante entre garçons et filles


La fracture entre garçons et filles est quant à elle grandissante: ils se mélangent «très peu» en cours de sport. Les activités sportives et les sorties sont distinctes, les relations amoureuses et amicales très rares. Les garçons ne s'assoient pas à côté des filles et sont un peu moqueurs. Les garçons trouvent normal de prendre part à l'éducation de leurs sœurs, de vouloir se marier avec une jeune fille chaste tandis qu'eux-mêmes ne consentent pas au même sacrifice. «Certains élèves que j'ai eus avaient du mal à accepter les remarques d'un professeur femme», note le principal.
Il énumère aussi le cas de ces élèves, qui, le matin sont soudain plus nombreuses à arriver voilées devant l'établissement. «La plupart se découvrent avant d'arriver à la porte. Mais certaines tentent de forcer le passage, de retarder au maximum le moment d'enlever leur voile, de pénétrer d'un mètre, de deux mètres, dans l'enceinte du collège. Toujours grignoter du territoire. C'est une bataille pied à pied». Comme avec cette petite Djamila, dont les parents sont injoignables. Bernard Ravet finit par coincer la mère, à l'heure de la prière du vendredi grâce à une assistante sociale. Le père finira par lâcher du lest après un entretien au forceps.




«Il est normal de lapider une femme adultère»


Un jour, une jeune professeure d'histoire-géographie déboule dans son bureau, fébrile. «Monsieur le principal, pardon de vous déranger, je viens de vivre quelque chose de grave. C'était pendant le cours d'instruction civique des cinquièmes. Le cours sur les droits de l'homme. Mustapha a pris la parole... - Mustapha. Celui qui est plutôt bon? - Oui. Et là, il explique, soutient et argumente que l'homme et la femme ne sont pas égaux, qu'il est normal de lapider une femme adultère, tout comme de couper la main d'un voleur. - J'imagine que vous avez réagi. - Bien sûr! Il a continué. «Mais si, c'est vrai, c'est comme ça qu'on fait, c'est dans le petit livre qu'on m'a donné à la mosquée.» - Quel petit livre? - Je l'ignore.» Quelques jours plus tard, Bernard Ravet récupère ce livret d'une vingtaine de pages qui détaille les crimes des «mécréants»: croire que «les régimes et les législations établies par les hommes sont mieux que la législation de l'islam» ; dire que «l'application de la législation islamique concernant les peines légales, telles que l'amputation de la main du voleur ou la lapidation de l'adultère mariée, n'est pas conforme aux mœurs actuelles modernes». Il apprend que ce livre vient de la mosquée d'Abdel, un surveillant du collège. «Abdel. Toujours propre sur lui. Habillé à l'occidentale. Physique sec. Petite barbiche bien taillée. Extrêmement poli. Je n'ai qu'à m'en féliciter. Bien que d'un tempérament solitaire, il s'est imposé parmi le petit groupe de surveillants sur lesquels je m'appuie dans les circonstances les plus délicates. Il sait «tenir» une permanence avec 50 élèves sans que cela bronche. Est toujours partant pour remplacer un collègue absent. Pour tout dire, c'est mon meilleur surveillant.» À cet instant jaillit néanmoins de sa mémoire qu'il n'embrassait pas ses collègues de sexe féminin...
«Merci de nous avoir informés, répondra le rectorat après un rapport circonstancié du principal, mais ce monsieur a signé un contrat pour six ans on ne peut rien faire». Les RG, eux, lui révéleront que l'individu est sous surveillance depuis six mois, «classé S en quelque sorte». Méfiant, le surveillant finira par partir de lui-même grâce à la débrouillardise du principal. Une fois de plus.
Ses seuls vrais soutiens, pendant toutes ces années, se résument aux commissariats avec lesquels il entretient d'excellents rapports, à ses collègues dirigeants d'établissements locaux et à Jean-Pierre Obin, son ami inspecteur général, auteur d'un rapport détonnant en 2004 sur «les signes et manifestations d'appartenance religieuse dans les établissements scolaires» qui décrivait la progression du fanatisme religieux dans les établissements. «C'est lui, qui en couchant sur le papier une réalité sur laquelle je n'avais plus prise, m'a donné l'espoir qu'il restait un peu de lumière dans la maison, qu'on ne pouvait pas ne pas désespérer complètement de l'institution».
(1) «Principal de collège ou Imam de la République?». Bernard Ravet avec Emmanuel Davidenkoff. Éditions Kero. Parution le 23 août 2017.


La rédaction vous conseille

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: RELIGIONS    Jeu 24 Aoû - 18:30

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: RELIGIONS    Sam 19 Aoû - 15:51

https://www.facebook.com/laicartorg/videos/vb.1392706801044897/1687045601611014/?type=2&theater



Main dans la main (au propre comme au figuré) avec la la députée-maire Anne-Lise Dufour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: RELIGIONS    Ven 18 Aoû - 21:54

Merci pour votre intervention CARVINOIS .....J' essaye toujours d'être objectif et sans parti pris afin de ne blesser personne . Je cite aussi mes sources ...

Chacun doit réfléchir sur les problèmes de notre société et pour ça il faut parfois provoquer les consciences .

Bonne soirée CARVINOIS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carvinois
Invité



MessageSujet: Petite précision sur le papier d'Elizabeth Lévy    Ven 18 Aoû - 20:54

C'est très bien vu à Mr Acarie d'avoir mis le lien sur le traitement de l'étude sur les musulmans de France à la fin de l'article...d'ailleurs je conseille de le lire en préambule...vous comprendrez que l'analyse qui en est faite par Mme Lévy est complètement idéologique...elle y appose sa propre grille de lecture...celle qui est en filigrane de tous ses argumentaire à propos de l'Islam...
Revenir en haut Aller en bas
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: RELIGIONS    Ven 18 Aoû - 9:10

« Musulmans de France, l’enquête qui surprend », annonçait le JDD à sa « une ». « L’enquête qui terrifie » aurait été un titre plus adapté.


 

28% de fans de la charia

C’est la première fois, à ma connaissance, qu’un travail aussi sérieux tente d’établir un portrait idéologique et culturel des musulmans de France (trois quarts de Français, un quart d’étrangers). On se disait bien qu’une partie d’entre eux avait quitté le monde commun – ou n’y avait jamais résidé – mais on pouvait encore espérer qu’il s’agissait d’une infime minorité. Or, on apprend que 28 % des musulmans de France estiment que la charia prévaut sur la loi de la République. Oui, vous avez bien lu : près d’un tiers des musulmans vivant dans notre pays vivent mentalement dans une tout autre contrée. Un tiers sur une population estimée (à la baisse) entre 3 et 4 millions, ça fait un million de personnes, souvent jeunes. Combien seront-ils, dans dix ans, à être passés de la charia au djihad ? Seulement 1 %, soit « seulement » 10000 ? Voilà qui rassurera certainement les 70 à 80 % de Français que l’islam inquiète.


La réalité se révèle pire que les fantasmes

On pourrait se réjouir de ce que 70 % des musulmans vivant dans notre pays soient devenus des laïques comme les autres. « Deux tiers des musulmans pensent que la laïcité permet de vivre librement sa religion », affirme Hakim El Karoui. Alors, il doit y avoir maldonne sur le sens du mot laïcité.  En effet, douze ans après le vote de la loi interdisant les signes religieux à l’école, 60 % des personnes interrogées estiment que les filles devraient pouvoir porter le voile à l’école ; 48 % pensent qu’on doit pouvoir affirmer son identité religieuse au travail ; 58 % des hommes et 70 % des femmes sont favorables au port du voile – hijab. Autrement dit, même au sein de la majorité que l’on dit intégrée, on n’entend pas renoncer à ce signe de rupture avec le modèle français qu’est la dissimulation du corps féminin.


Les promoteurs de l’étude espéraient sans doute que la réalité scientifiquement établie permettrait de trancher le cou des fantasmes sur l’islam. Or, la réalité se révèle pire que les fantasmes. Comment « déradicalisera-t-on » les 20 % de musulmans et 28 % de musulmanes qui, dans notre pays,  approuvent le port de la burqa ? Combien de générations faudra-t-il pour les convaincre qu’une femme libre n’est pas souillée par le regard d’un homme ?


Ces questions ne seront évidemment pas posées, comme le montre le titre hilarant du Monde sur le sujet : « Les musulmans de France, une population jeune et diverse ». Les perroquets du tout-info et tous les autres fossoyeurs du réel s’emploient déjà à expliquer qu’on a mal compris : l’intégration progresse. Quant à ceux pour qui elle ne progresse pas, ils sont révoltés plus que musulmans. Fort bien. Et qu’est-ce qu’on fait, avec tous ces révoltés ?


par Elisabeth Lévy

Le traitement de l’étude sur les musulmans de France réalisée par l’Institut Montaigne sous la direction de Hakim El Karoui et publiée hier par le JDD nous en a fourni un exemple éclatant. On dirait que les médias se sont concertés pour tenter de planquer la réalité sous des titres lénifiants. 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: RELIGIONS    Mer 7 Juin - 10:45

AVIS A TOUS CEUX QUI CROIENT QUE LE BOUDHISME EST AUSSI UNE RELIGION DE PAIX ...
CERTAINS DISENT UNE PHILOSOPHIE :


 LE VÉNÉRABLE W. », DE BARBET SCHROEDER  


On donnerait le «bon Dieu» sans confession à ce moine qui pervertit le bouddhisme.

 
 
 

Qui l’eût cru ? 


Un moine bouddhiste qui considère son monastère comme une base de guerre, incite à voter Donald Trump et monte une association pour la race et la religion visant notamment à éradiquer les ethnies musulmanes qui, selon lui, menacent la Birmanie. 


Encore une illusion qui s’écroule !




Un bouddhiste quelque peu dissident, mais un bouddhiste quand même et plutôt efficace dans le genre leader charismatique.


De l’extrême bonté à la forme la plus extrême du Mal, il n’y a qu’un pas, aisé à franchir, nous dit le cinéaste Barbet Schroeder qui, tout au long de sa carrière, en a rencontré, des criminels, des dictateurs, des psychopathes !


LA TRILOGIE DU MAL


Wirathu, le moine en question, aime jouer avec la caméra qui l’aide à développer placidement ses préceptes nationalistes et son appétit de destruction tandis que des images d’archives rendent compte des atrocités dont il est à l’origine.


En 2003, il est condamné à 25 ans de prison pour incitation à la haine et au conflit religieux. Puis amnistié neuf ans plus tard.


Cet homme de 49 ans dont le portrait trôna à la une de Time Magazine sous le titre « Le visage de la terreur bouddhiste » est la nouvelle vedette de l’emblématique réalisateur deMore, La Vallée, JF partagerait appartement et cinéaste globetrotter fasciné par les personnalités borderline.


Ce documentaire ponctué de témoignages à charge est l’ultime volet d’une « Trilogie du Mal » initiée en 1974 avec Général Idi Amin Dada et poursuivie en 2007 avec L’Avocat de la terreur, consacré à Jacques Vergès. PHL


Un coffret DVD sort chez Carlotta composé de trois longs-métrages de fiction (Maîtresse, Tricheurs, La Vierge des tueurs) et de deux documentaires (Général Idi Amin Dada et Koko, le gorille qui parle). En prime, une galette de 3 h 30 dédiée à Charles Bukowski.


afro affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: RELIGIONS    Mar 23 Mai - 8:10

NOTRE AVENIR EN EUROPE ????? VOICI LE PROGRAMME ........





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: RELIGIONS    Jeu 6 Avr - 14:58

http://www.sudinfo.be/1820842/article/2017-04-06/tolle-en-suede-une-police-islamique-oblige-les-filles-de-s-asseoir-a-l-arriere-d





Tollé en Suède: une police «islamique» oblige les filles de s'asseoir à l'arrière d'un bus scolaire et raille leur jupe



Un reportage de la télévision suédoise, diffusé ce mardi soir, a provoqué un véritable tollé en Suède. Des enregistrements montrent ainsi une femme qui se dit de la « police de la morale islamique » railler des jaunes filles en jupe courte et leur demander d’aller à l’arrière d’un bus scolaire, séparées des garçons.


Capture TV4
Cette femme a accepté de témoigner pour la télévision suédoise.

L’émission de télévision nommée « Kalla Fakta » (Faits rudes) et diffusée sur la chaîne suédoise TV4 a ainsi dévoilé en caméra cachée des comportements inhabituels dans la banlieue nord de Stockholm, la capitale de la Suède. Comme le révèle le quotidien suédois Aftonbladat, le reportage fait notamment état de nombreuses interdictions morales et autres intimidations adressées à certaines personnes dans des quartiers chauds de la capitale, notamment de la part d’individus se revendiquant de la « police de la morale islamique ».
L’une des réalisatrices du reportage a ainsi réalisé plusieurs visites dans des cafés, toujours en caméra cachée. À plusieurs reprises, des hommes lui ont ainsi demandé d’aller s’asseoir à un autre endroit de l’établissement, là où des hommes ne peuvent pas la voir.
D’autres femmes ont également témoigné et affirment qu’elles ont déjà été harcelées et intimidées parce qu’elles sortaient seules, même en promenant leur chien… Une femme du quartier de Hjusta affirme pour sa part comment des voisins ont commencé à lui crier dessus parce qu’elle était sur son balcon en train de boire un verre de vin. Quelques minutes plus tard, un groupe de jeunes hommes s’est rassemblé devant son appartement et a commencé à la menacer avant de tenter de rejoindre son balcon via le tuyau d’évacuation des eaux.
Une autre femme, une réfugiée venue de Syrie, explique pour sa part qu’elle a été la cible de nombreuses intimidations depuis l’été dernier, principalement lors de la dernière période de Ramadan. Habillée plus légèrement, elle affirme sous couvert d’anonymat que des hommes l’ont menacée et lui ont jeté des objets par la fenêtre. « Je me suis enfuie d’un pays où les femmes étaient opprimées pour venir en Suède », confie-t-elle. « Maintenant, je suis ici et j’ai le même sentiment qu’à l’époque où j’étais dans mon pays natal ».
Des jeunes filles âgées de 6 à 10 ans, établies à l’école islamique Al-Azhar, dans la banlieue nord de Stockholm, ont elles été contraintes par une « policière de la morale » de s’asseoir à l’arrière de leur bus scolaire les menant à leur établissement, séparées des garçons. Elles ont également été raillées car certaines venaient en jupe… Le directeur de l’établissement Roger Lindquist a précisé pour sa part qu’il n’était pas au courant de cette pratique. Pourtant, l’école a récemment instauré des cours de sport non-mixtes.
Le Premier ministre suédois Stefan Löven s’est offusqué en voyant ses images et a réagi : « C’est scandaleux. Cela ne peut pas arriver en Suède. Il est interdit de séparer les enfants selon leur sexe. En Suède, nous prenons le bus ensemble ! » Des mesures devraient être prises à l’encontre de l’école, selon le gouvernement suédois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: RELIGIONS    Mar 21 Mar - 10:34

https://fr.gatestoneinstitute.org/


France: la Déradicalisation des Djihadistes est un « Fiasco »
par Soeren Kern  •  21 mars 2017

  • Le rapport laisse entendre que la déradicalisation, dans des centres spécialisés ou en prison, ne fonctionne pas parce que la plupart des islamistes radicaux ne veulent pas être déradicalisés.
  • Sur les 8.250 islamistes inconditionnels que compte environ la France, 17 demandes d'admission seulement ont été présentées. Neuf personnes seulement ont démarré le programme, mais pas un seul n'a été au terme des dix mois.
  • Séparer les islamistes des autres prisonniers n'a fait que les rendre plus violents en raison de l' « effet de groupe » a indiqué le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas.
  • « Une déradicalisation ne se produit pas en six mois. Ces personnes, auxquelles on n'a pas donné d'idéal et qui se sont accrochées à l'idéologie de Daech, ne vont pas s'en défaire comme ça. Il n'y a pas de sésame. » — Esther Benbassa, Sénatrice.
  • « Le programme de déradicalisation est un fiasco total. Tout doit être repensé et repensé à partir de zéro. » — Le sénateur Philippe Bas, président de la commission des lois qui a commandé le rapport.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: RELIGIONS    Sam 18 Mar - 10:30

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: RELIGIONS    Mar 10 Jan - 9:10

http://www.lesiteinfo.com/maroc/le-ministere-de-linterieur-interdit-la-vente-de-la-burqa-au-maroc-photo/




Le Ministère de l’Intérieur interdit la vente de la burqa au Maroc (Photo)


 
- 9 Janvier 2017 À 17 H 05
 




Le Ministère de l’Intérieur a diffusé un communiqué à tous les fabricants et revendeurs de burqa, leur interdisant formellement cette activité.
En effet, c’est à ce jour, lundi 9 janvier, que les Pachas des différentes villes du Royaume ont envoyé un communiqué avec un avertissement écrit, à tous les vendeurs repérés, leur interdisant la confection et la vente de ce style de vêtement. Les autorités ont donné aux personnes concernées un délai de 48h à compter de la date de réception dudit communiqué, pour se débarrasser de tous les stocks encore disponibles à la vente.

Il est précisé, comme mesure répressive, qu’il sera procédé à la saisie du local et à l’interdiction de fabrique et de revente dans l’avenir, en cas de non respect de ces instructions dans les délais impartis. Selon nos sources, ces mesures sont purement sécuritaires. 


LIRE AUSSI: Vente de la Burqa au Maroc: la réaction du Salafiste El Haddouchi
F.E.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 535
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: RELIGIONS    Jeu 15 Déc - 0:49

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: RELIGIONS    Lun 12 Déc - 10:50



LA VEULERIE et LE FATALISME sont les deux mamelles de la soumission de ces femmes ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: RELIGIONS    Sam 10 Déc - 7:43

http://a-contre-air-du-temps.over-blog.com/2016/12/les-musulmans-integristes-bachar-el-assad-un-editorial-incomplet-et-nous.html

Les musulmans intégristes, Bachar el-Assad, un éditorial incomplet et "nous"...


Par Michel AYMERICH

Michel Touma dans un récent éditorial que je reproduis ci-dessous rappelle au candidat à la présidentielle qu'est François Fillon quelques vérités... Mais elle m'apparaissent bien isolées d'un contexte plus général où bien des responsabilités sont engagées de longue date.
Rien n'est simple, il est vrai. Toutefois quelques réflexions.

Bachar el-Assad a fait libérer des islamistes sunnites (musulmans sunnites intégristes) dans le cadre d'une « manœuvre [qui] était diabolique » (Michel Touma). Ces derniers combattent néanmoins réellement pour le pouvoir. Donc ils combattent pour chasser Bachar, mais aussi les Alaouites qui selon Daniel Pipes « doivent être considérés comme non musulmans. » [1].

Soutenir les « rebelles », comme le fait une partie de l'Occident, revient donc à soutenir ces islamistes sunnites qui ne se différencient des autres islamistes sunnites réunis sous la bannière de l'Etat islamique essentiellement que par des considérations TACTIQUES et non stratégiques. La stratégie des « rebelles » consistant à établir l'ordre islamique et la charia dans toute la Syrie et plus tard PARTOUT dans le monde. Il faut lire (et écouter) le témoignage de Pierre le Corf qui a fait l'objet d’un reportage sur France 2 : « Je suis neutre ici en tant qu'humanitaire, mais je suis contre la barbarie et le fanatisme. Ceux que vous appelez rebelles n'existent pas autour d'Alep, ici ce ne sont que des drapeaux noirs tout autour de la ville, ceux de Al-Nusra, même drapeau que Daesh.
Balles, mortiers, roquettes, bonbonnes de gaz remplies de clous et j'en passe. Ils arrachent la tête des prisonniers et civils qui refusent de se soumettre à la charia. La majorité d'entre eux sont Afghans, Tchétchènes, Irakiens etc, ne sont pas Syriens, ils souhaitent créer un état Islamique (Oui Daesh aussi = concurrents) » [2]. Il faut aussi absolument écouter Vanessa Beeley, une journaliste indépendante, activiste pour la paix et fille de Harold Beeley, ancien ambassadeur de Grande-Bretagne en Arabie Saoudite [3].

Bachar a joué avec le feu fondamentaliste (la manœuvre diabolique). Ceux en Occident qui veulent le renverser semblent également jouer avec le même feu fondamentaliste. Celui-ci, en effet, n'est pas moins diabolique.

Comme en témoignent les centaines de milliers de morts qui ne peuvent être attribués au seul Bachar el-Assad, aussi « diabolique » qu'il puisse être. Ce que rapportent Pierre le Corf et Vanessa Beeley confirme ce constat.

3-1) Le premier a voulu semer la zizanie, mais n'a permis qu'aux djihadistes de l'emporter auprès de son opposition. Ceux-ci constituent désormais l'armature idéologique principale de celle-ci...
3-2) Les seconds veulent renverser Bachar à tout prix, quitte à soutenir les djihadistes...
3-3) Bachar comme les Occidentaux qui veulent coûte que coûte le renverser ont joué et continuent – du moins pour les seconds- de jouer cyniquement avec cette figure du diable djihadiste qu'est le Front Fatah al-Cham (anciennement Front al-Nosra) qui n'a guère à envier à l’État islamique (Daesh)...

La Russie de Poutine soutient tactiquement Bachar el-Assad en vue stratégiquement d'asséner un coup important aux djihadistes sunnites. Quels qu'ils soient ! Ceux de l’État islamique largement soutenu par la Turquie d'Erdogan [4] comme ceux qui ont pour priorité tactique le renversement de Bachar, c'est-à-dire les « rebelles » soutenus par une partie de l'Occident : l'administration Barak Hussein Obama et Hillary Clinton (laquelle menaçait d’abattre des avions russes en Syrie ! ) ; l'Allemagne de Merkel ; La France de Hollande...

CONCLUSION:

A) Il restera à faire partir Bachar el-Assad par d'autres moyens, c'est-à-dire sans laisser le moins du monde des djihadistes (musulmans intégristes), agents des impérialismes sunnites concurrents que sont la Turquie d'Erdogan et les pays du Golfe (Arabie saoudite et Qatar), parvenir au pouvoir. Ce qui n'est pensable qu'à la condition de soutenir sur une période qui peut s'avérer longue une opposition formée d'apostats, donc peu susceptible d'accueillir en son sein des musulmans qui oscilleront entre la rupture de facto avec les impératifs contenus dans le coran et l’obéissance plus probable à ces mêmes impératifs...

B) Parallèlement il faut neutraliser le pouvoir d'extrême nuisance de l'agence de l'impérialisme chiiite [5] qu'est le Hezbollah et plus encore de ses parrains iraniens qui forment le noyau de cet impérialisme politico religieux d'obédience chiite...

C) Une bonne politique serait de s'entendre stratégiquement avec la Russie, la Chine, les USA, Israël et l'Inde, afin de saper durablement les bases des deux fondamentalismes sunnite et chiite qui n'existent que par la négation des droits humains les plus fondamentaux. Négation de droits que ces fondamentalismes en concurrence veulent étendre au monde entier! Mais l'inconséquence en la matière semble être une marque de fabrique d'un Occident qui n'a jamais hésité à soutenir un fondamentalisme musulman sunnite ou chiite contre le mouvement communiste et contre toutes forces progressistes pouvant menacer ses alliés musulmans, aussi peu fiables soient-ils ! Il faudra, donc, neutraliser pour le moins ces forces en Occident qui sont toujours prêtes à soutenir un fondamentalisme musulman ou un autre au profit de leurs alliances malodorantes avec un ou plusieurs des 57 pays membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI)...



Manifestation pendant la Révolution iranienne, en 1978. Source: Wikirouge et trois photos de la répression islamique. Source: https://iranenlutte.wordpress.com/2009/08/18/le-desir-ne-mourra-jamais-que-sest-il-passe-pendant-lete-sanglant-au-kurdistan/

[1] Daniel Pipes écrivait en 1989 :«  Les Alaouites rejettent les grands principes de l'Islam; sous tous les angles, ils doivent être considérés comme non musulmans. [...]  Il semble inévitable que les Alaouites – qui restent une minorité petite et méprisée, en dépit de toute leur puissance actuelle - finiront par perdre leur contrôle sur la Syrie. Lorsque cela se produira, il est probable que les conflits qui à tous les niveaux seront communautaires les abattront, avec la bataille décisive ayant lieu entre les dirigeants alaouites et la majorité sunnite. En ce sens, la chute des Alaouites- que ce soit par des assassinats de hautes personnalités, un coup d'Etat de palais, ou une révolte régionale - est susceptible de ressembler à leur ascension.»
Source : http://fr.danielpipes.org/9655/conquete-alaouite-syrie

[2] Source: http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/france-2-et-alep-ou-comment-185359

[3] Alep – Témoignage à contre courant d’une journaliste britannique.
Source:http://www.les-crises.fr/alep-temoignage-a-contre-courant-dune-journaliste-britannique/

[4] « L'archive publiée par Wikileaks ce lundi 5 décembre 2016 comprend exactement 57 934 mails de Berat Albayrac , le gendre du président turc. La correspondance met en lumière les relations troubles entre Albayrac et le groupe terroriste Daesh, à travers la compagnie pétrolière Powertans. »
Source:http://www.tunisiefocus.com/economie/wikileaks-publie-milliers-de-mails-gendre-derdogan-devoile-relations-troubles-daech-160880/

[5] « Dans une déclaration qui coïncide avec la sortie de 500 000 nouveaux câbles, appelés «Câbles Carter III », Julian Assange a expliqué les événements qui se sont déroulés en 1979 qui ont conduit à la montée de l’État islamique. Il a déclaré: «Si une année pourrait être considéré comme «l’année zéro» de notre époque moderne c’est l’année 1979.»
Source: http://www.europe-israel.org/2016/12/la-cia-a-cree-letat-islamique-revele-julian-assange-de-wikileaks-qui-publie-500-000-cables-diplomatiques-americains/

L'année 1979, c'est l'année de la contre-révolution iranienne, qualifiée faussement de « révolution » iranienne. En effet, à la révolution largement dirigée par des organisations se réclamant du marxisme-léninisme (Parti communiste iranien (Tudeh) et Fedayin du Peuple...) et une organisation combinant « islam » avec (de manière soupoudrée) des références marxistes a succédé une contre-révolution islamique dirigée par l'ayatollah Khomeini revenu en Iran, avec 17 membres de son état major, le 1er février 1979, par avion affrété par la France de Giscard, au moment où la Révolution était entrée dans sa phase victorieuse...

De grâce, monsieur Fillon...
Par Michel Touma


« Un double non-sens... C'est le seul qualificatif que l'on pourrait attribuer à la position proclamée de François Fillon concernant la Syrie. Le candidat de la droite française à la présidentielle de 2017 prône en effet une coopération avec le régime de Bachar el-Assad pour lutter contre l'État islamique. Il souligne, en outre, la nécessité de s'accommoder du maintien du pouvoir en place à Damas dans le but de défendre les chrétiens d'Orient.
Dans l'un et l'autre cas, M. Fillon fait manifestement fausse route et montre soit qu'il cherche à tromper son opinion publique, soit qu'il ignore totalement certaines réalités propres à la région.

Prétendre qu'une attitude complaisante à l'égard du tyran syrien permettrait de mener à bien le combat contre Daech revient à occulter des faits bien établis, relevés à maintes reprises par plus d'un haut responsable occidental. Certes, il est plausible que le candidat de la droite française ne soit pas très coutumier de la politique de pyromane-pompier pratiquée pendant des décennies, et jusqu'à présent, par le régime Assad, père et fils.

Mais est-il possible que M. Fillon ne sache pas qu'au printemps 2011, quelques semaines après le déclenchement du soulèvement populaire, Bachar el-Assad a libéré de ses geôles plus d'un millier de cadres et de ténors jihadistes qui se sont empressés de s'organiser et de recruter des combattants pour prendre part au conflit armé dans les villes syriennes ? La manœuvre était diabolique : favoriser l'émergence d'une opposition radicale susceptible de laminer et de discréditer la rébellion modérée de manière, par la suite, à se poser en rempart face à ces mêmes courants extrémistes dont il avait facilité la mise en place.

Il est déplorable que des personnalités telles que Donald Trump et François Fillon se laissent prendre à ce jeu ou feignent de ne pas le percevoir. Pourtant, des dirigeants occidentaux n'ont pas manqué de dévoiler ouvertement cette cynique supercherie. En novembre 2015, le secrétaire d'État John Kerry soulignait ainsi sans détours qu'« Isis (l'État islamique) a été créé par Assad » en libérant, notamment, des prisonniers d'el-Qaëda. Nous avions rapporté dans ces mêmes colonnes la teneur de trois tweets postés le 1er juin 2015 (en dehors du territoire syrien) par l'ambassade US à Damas, indiquant que le régime non seulement évitait dans les combats les positions militaires de Daech, mais s'employait à les renforcer et menait même des raids pour appuyer l'avancée des jihadistes de l'EI à Alep.

Au début du soulèvement, l'ambassadeur de France en Syrie devait faire la même constatation en relevant que l'aviation de Bachar el-Assad survolait les positions jihadistes sans les inquiéter outre mesure pour aller bombarder les combattants de l'opposition modérée. L'ancien chef du Quai d'Orsay, Laurent Fabius, soulignait dans ce cadre le 20 août 2014 que l'EI « est protégé d'une certaine manière par le régime Assad qui a libéré ses dirigeants de ses prisons ».

La liste de témoignages et de faits sur le terrain qui confirment les constations de MM. Kerry et Fabius et des ambassades américaine et française à Damas est longue, très longue... François Fillon pourrait facilement s'en informer afin de déterminer si réellement le président syrien serait un allié fiable et crédible pour combattre l'EI.

La seconde aberration dans la position du candidat de la droite française concernant la Syrie est la volonté de collaborer avec Bachar el-Assad pour défendre les chrétiens d'Orient ! M. Fillon ignore-t-il que durant les 30 ans d'occupation syrienne du Liban, le régime Assad (père et fils) n'a épargné aucun effort, aucun moyen pour affaiblir et marginaliser le pouvoir chrétien au pays du Cèdre et qu'à cette fin : il a fait assassiner deux présidents (maronites) et a tenté de liquider d'autres leaders chrétiens ; il a pilonné à l'artillerie lourde des localités et des quartiers chrétiens opposés au diktat de Damas ; il a lâché au début de la guerre libanaise une milice qui lui était inféodée contre des villages chrétiens du Akkar et de la Békaa pour y perpétrer des massacres et lui permettre de se poser par la suite en « sauveur » de la population de ces mêmes villages (encore la fameuse politique de pyromane-pompier...) ; il a contrait à l'exil Amine Gemayel, puis Michel Aoun (après avoir liquidé, le 13 octobre 1990, des centaines d'officiers et de soldats, dans leur écrasante majorité chrétiens) ; il a mis sur pied dans les années 90 des groupuscules fondamentalistes sunnites pour intimider et juguler l'opposition chrétienne de l'époque à chaque fois qu'elle voulait manifester contre la tutelle syrienne ;
il a orchestré des procès politiques contre un autre leader chrétien, Samir Geagea, et l'a fait emprisonner parce qu'il refusait de rentrer dans le rang ; il a exercé sans relâche de fortes pressions sur l'ex-patriarche maronite, le cardinal Nasrallah Sfeir, afin de l'amener, mais en vain, à avaliser l'anschluss syrien sur le Liban ; et last but not least, ce régime avec lequel M. Fillon souhaiterait coopérer pour défendre les chrétiens d'Orient a fomenté il n'y a pas si longtemps un diabolique complot terroriste, en manipulant un ancien ministre, afin d'assassiner le patriarche maronite et des dignitaires musulmans au Liban-Nord pour provoquer une nouvelle conflagration confessionnelle entre chrétiens et musulmans.
Là aussi, la liste est longue, très longue... Alors, de grâce, monsieur Fillon, si vous souhaitez réellement la défense des chrétiens d'Orient, ne cherchez pas à faire relâcher le loup sanguinaire dans notre bergerie. »
Michel Touma
(Source : http://www.lorientlejour.com/article/1022247/de-grace-monsieur-fillon.html)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: RELIGIONS    Jeu 10 Nov - 15:02

Comment préserver les musulmans de la contamination culturelle occidentale ?
PUBLIÉ PAR MIREILLE VALLETTE LE 10 NOVEMBRE 2016




L’islam est une religion si brillante, si exceptionnelle, qu’elle ne doit en aucun cas être contaminée par nos sociétés. Une stratégie issue de l’OCI explique comment faire.

L’Organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture, ISESCO (copie musulmane d’UNESCO), représente la vision la plus menaçante du futur de l’islam en Occident. Et sa réalisation est en cours.

Un vaste dispositif destiné à imposer l’islam à l’Europe, avec la coopération active de celle-ci

L’ISESCO a été créée en 1979 par l’Organisation de la coopération islamique (OCI) qui comprend 57 pays musulmans. Ils font la pluie et le mauvais temps à l’ONU. Le texte qui nous occupe s’intitule «Stratégie de l’action culturelle islamique à l’extérieur du Monde islamique», il a été adopté en 2000 par l’OCI et rafraîchi en 2007.

Il fait partie d’un vaste dispositif destiné à imposer l’islam à l’Europe, avec la coopération active de celle-ci. L’historienne Bat Ye’or a longuement décrit ce processus, notamment dans «L’Europe et le spectre du califat*» (2010).

Une intervention audio d’Alain Wagner diffusée récemment rappelle brièvement l’arrière-plan des manœuvres.



L’objectif central affirmé : créer une société parallèle.

L’Occident ne cesse de céder de nouveaux espaces à cette religion et permet ainsi la progressive réalisation du rêve des pieux musulmans : vivre ensemble chacun pour soi tout en infiltrant les institutions et en imposant une image idyllique de leur religion. Telle que présentée, celle-ci ressortit du conte merveilleux.

La stratégie insiste beaucoup sur la nécessaire acquisition des méthodes, techniques et pédagogies les plus modernes afin de ferrer très tôt et solidement les enfants, et de former des cadres compétents et des prédicateurs efficaces qui sauront convaincre et communiquer. Cette thèse a d’étonnantes résonances avec (entre mille autres) les thèses de Tariq Ramadan et les activités du Centre suisse islam et société.

L’ISESCO casse sa grosse tirelire pour fournir lieux de formation et infrastructures destinées à financer ses objectifs.

Faites-vous une raison, l’islam est là pour toujours


protéger les musulmans contre «la dilution culturelle» et les vents contraires à son «identité civilisationnelle»

L’islam est présent en Europe d’une façon «stable, durable, irréversible».

«On peut conclure qu’il est devenu une réalité, fait partie de son paysage culturel et social, qu’il y a maintenant des racines qui s’enfoncent de plus en plus profondément dans le sol si bien qu’elles sont plus difficiles à arracher que ne le pensent certains.

Cette expansion étant irréversible, la présence de l’islam en Europe affronte néanmoins de grands défis, des résistances farouches.»

Mais la conjoncture est idéale pour les disciples de Mahomet, car les sociétés occidentales deviendront «multiraciales et multiculturelles», composées «d’ethnies et de religions diverses». Dans cette société invertébrée, chacun aura sa sphère et l’islam est destiné à occuper solidement la sienne. Il doit répondre pour cela à un but majeur: protéger les musulmans contre «la dilution culturelle» et les vents contraires à son «identité civilisationnelle».

S’immuniser, résister aux tentatives d’«intégration forcée», à ceux qui veulent «reléguer au rebut» le sacré et réduire la religion à la vie privée. Les résistants sont aidés par les «innombrables mosquées, associations et centres culturels islamiques créés un Occident» et ceux qui sont à venir.

Un exemple de danger : les chaînes de TV «étrangères» [nos télévisions nationales] qui «véhiculent la culture de la violence, du libertinage et de la délinquance (…) comportements culturels purement occidentaux.»

La conjoncture est idéale aussi, car nos sociétés, rappellent les auteurs, ont «le culte de l’égalité», prônent le droit à la différence, les droits de l’homme, la diversité culturelle, le droit international, tous outils très utiles pour faire avancer les revendications. Même la laïcité est vue positivement, puisque dans ce cas, l’Etat ne se préoccupe pas des religions, mais autorise leurs pratiques publiques et privées. «L’islam profite donc de cette situation». Les musulmans n’ont par ailleurs aucune difficulté à adopter ces principes humanistes, car ils «ne font que confirmer ce à quoi l’islam a appelé il y a plus de 15 siècles».

Vivre dans les pays où la loi d’Allah s’applique est tout naturel.

Les problèmes naissent dès qu’une communauté se retrouve minoritaire, en territoire judéo-chrétien par exemple, une culture qui n’a pas encore saisi qu’elle abrite la plus belle des religions. Dans ces terres ignorantes et parfois récalcitrantes, le danger est immense ! Il importe de faire comprendre par mille moyens les beautés de l’islam «en tant que dogme, loi et civilisation», totalement exemptes bien entendu de fanatisme et de violence.


L’Occident a fait venir ces musulmans comme force de travail «sans se soucier de leur encadrement culturel, intellectuel ou religieux…» Il faut rattraper rapidement la donne en préparant «les outils qui nous servent à construire une société islamique pure et saine». Ne pas oublier non plus de valoriser les racines laissées dans certains pays européens par l’islam, pays qui «ont déjà vécu des siècles durant sous sa conduite», «ses prescriptions et règles éclairées».
Rien à voir, croit-on comprendre, avec une occupation étrangère ou avec la colonisation occidentale.


La «civilisation de substitution» s’appuiera sur «l’islam authentique» dont la chanceuse ISESCO a reçu la révélation, qui implique quelques époussetages, notamment à propos des femmes. Les hommes, qui n’avaient pas bien lu le Coran, ont adopté des valeurs qui privilégient le père, empêchent leur conjointe de travailler, alors que l’islam confère des droits égaux aux femmes.


Souci numéro 1 : les enfants


L’heure est gravissime, puisque certains sont même attirés par la vie occidentale !

Peut-être l’ignoriez-vous, mais les enfants musulmans vivent une situation dramatique, sont en proie à des déchirements psychologiques, à «une identité en perdition et inquiète». L’heure est gravissime, puisque certains sont même attirés par la vie occidentale !

Et qui est responsable de ce drame ? Nos systèmes éducatifs «qui refusent de s’ouvrir aux cultures des autres, la société qui rejette tout ce qui ne s’assimile pas dans les valeurs et la culture occidentale». Les pauvres innocents s’exposent à «un procédé méthodiquement conçu pour les imprégner des valeurs occidentales et leur faire adopter la pensée, le comportement, les us et les habitudes qui sont en corrélation avec ces valeurs.» La conclusion est évidente : il importe de les prémunir contre toute fusion dans ce milieu malsain, les protéger au plus tôt de «l’invasion culturelle et de l’aliénation intellectuelle».

Pour réveiller cette identité islamique déclinante, il faut faire appel à des méthodes pédagogiques et scientifiques modernes, et offrir des activités attrayantes dans les centres culturels, telles que sport, informatique, etc. Et là, on ne refuse pas les trouvailles du milieu aliénant : «… les musulmans d’Occident devraient être les premiers à bénéficier du grand progrès de la technologie des pays occidentaux en matière éducative…» Soit utiliser les outils technologiques de pointe que

Pages: 1 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: RELIGIONS    Mar 8 Nov - 17:19

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 535
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: RELIGIONS    Mar 8 Nov - 9:05

QUI PEUT BIEN VOULOIR FAIRE DES PRIERES .... AVOIR DES PLATS SPECIAUX A LA CANTINE....UN TRAITEMENT PRIVILEGIE AU TRAVAIL ???????

LA VOIX DU NORD

08/11/2016
Myriam El Khomri présente un guide du fait religieux en entreprise

La ministre du Travail, Myriam El Khomri, a présenté aux partenaires sociaux un guide du fait religieux en entreprise, pour accompagner DRH et syndicats face aux demandes croissantes des salariés.
>




Le « guide pratique du fait religieux dans les entreprises privées », rédigé sous forme de 39 questions-réponses, énonce des principes de base – interdiction de demander sa religion à un candidat, de désobéir à sa supérieure parce qu’elle est une femme, de faire du prosélytisme en entreprise… – et les illustre par des « situations concrètes ».


Selon le ministère, l’idée est née, dans le « contexte post attentat », « d’une demande croissante » des organisations syndicales, patronales et des DRH, qui avaient « l’impression qu’ils ne disposaient pas des outils leur permettant de répondre à des cas concrets de salariés qui souhaitent avoir un lieu de prière, ou tel ou tel menu à la cantine… »

« Ce n’est pas un guide qui crée des règles nouvelles », mais « un vade-mecum à l’usage du salarié ou du DRH ». Et « ce n’est pas le constat d’une déferlante », précise-t-on. « Il n’y a ni étude, ni retour qualitatif ou quantitatif qui démontrerait que c’est un problème majeur qui crée une guerre civile dans toutes les entreprises de France et de Navarre. »

Près d’un manager sur deux (48 %) est confronté à la question de l’expression des convictions religieuses au travail, et 18 % se disent « débordés », selon une étude de l’institut Randstad et de l’Observatoire du fait religieux en entreprise publiée en septembre.

Le guide, rédigé par la Direction générale du travail, en « concertation très étroite » avec les partenaires sociaux, a « vocation à évoluer », indique-t-on au ministère.

« Dans quelques mois, nous referons sans doute un point pour voir si des questions nouvelles apparaissent. » Il pourrait évoluer « à la marge » si les représentants des cultes, consultés « la semaine dernière », émettent des « remarques ».

Le guide sera mis en ligne « dans dix jours maximum » sur le site du ministère, mais il n’est « pas prévu à ce stade » de le distribuer à toutes les entreprises. « L’idée, c’est qu’il y ait suffisamment de médiatisation pour que les gens sachent qu’il existe, et que les organisations syndicales et patronales puissent s’en faire le relais au sein des entreprises. »

La CGPME a salué une initiative « positive ». Même s’il n’y a « pas lieu de légiférer sur ce sujet au risque de créer des problèmes généraux qui se règlent au cas par cas », « pour autant, il arrive que des chefs d’entreprise soient désarmés pour faire face à certaines situations », souligne l’organisation patronale.



lol! lol! lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 535
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: RELIGIONS    Ven 4 Nov - 17:24


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
SAINT MAUR

avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 23/09/2007

MessageSujet: Re: RELIGIONS    Mar 25 Oct - 10:17



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: RELIGIONS    Sam 1 Oct - 15:58

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: RELIGIONS    Jeu 29 Sep - 16:37

http://www.6play.fr/dossier-tabou-p_6188/L-islam-en-France-la-Republique-en-echec-c_11609230

DOSSIER TABOU


L'islam en France : la République en échec
2h 3min
Ce nouveau programme, incarné par Bernard de La Villardière, explore les grandes questions qui se posent à notre société. Des questions qui suscitent la controverse et divisent l'opinion. Pour ce premier numéro de Dossier Tabou, nous nous sommes intéressés à la compatibilité de l'islam avec la République.

Port du voile, du burkini, demandes à caractère intégriste à l'hôpital, écoles confessionnelles, construction de mosquées : voici une vingtaine d'années que les revendications relatives à la pratique de l'islam font la Une de l'actualité. Depuis les tragédies de janvier 2015, les Français s'interrogent davantage encore sur la place de l'islam dans notre société. 
Lors de notre enquête, nous avons découvert que plusieurs courants de l'islam se livrent à une sévère concurrence sur le territoire national : modéré, piétiste fondamentaliste et djihadiste. Des courants financés, contrôlés, instrumentalisés par des puissances étrangères. Aujourd'hui, ce sont les porte-voix de l'Arabie Saoudite, de l'Algérie, du Maroc ou de la Turquie qui s'expriment le plus souvent dans les mosquées. Nous avons découvert que les imams les plus extrémistes gagnent du terrain aux dépens de modérés républicains, parfois menacés de mort. 
Face à cette absence de gouvernance, une puissante fédération musulmane tente de mettre la main sur l'ensemble des musulmans: l'UOIF. L'Union des Organisations Islamiques de France est la filiale française des Frères Musulmans dans notre pays. Une institution secrète qui a pour but de déconnecter la communauté musulmane du reste de la société, de grignoter peu à peu l'espace public au nom de la liberté d'expression pour installer la charia en France. L'UOIF possède ses mosquées et ses écoles. Elle organise de grands rassemblements et attire des centaines de milliers de personnes qui peuvent écouter des prédicateurs étrangers souvent homophobes, antisémites et favorables à la lapidation des femmes. D'anciens Frères Musulmans ont accepté de témoigner pour dévoiler la stratégie cachée du mouvement qui veut former les élites islamistes de demain.
À l'hôpital public, des femmes refusent de plus en plus d'être examinées par un homme. Même du côté du personnel les entorses au règlement se multiplient. Voiles et barbes longues s'invitent dans les salles de consultation. 
Dans certaines communes, des élus ont cédé aux sirènes du communautarisme. Pour s'attirer des voix ils multiplient les entorses à la laïcité. Financements déguisés de lieux de cultes ou aides à des écoles confessionnelles, ces coups de canifs dans le pacte républicain ont parfois renforcé localement les courants les plus radicaux de l'islam.
Jilbab, tchador, niqab, hijab, la question du voilement de la femme musulmane divise les Français. Le simple foulard suscite parfois l'hostilité. Nous avons rencontré des musulmanes qui souffrent de ces amalgames. Elles revendiquent le droit d'afficher leur appartenance religieuse dans un pays qui est le leur... Mais elles rejettent aussi la surenchère salafiste. 

Au cours de notre enquête, nous avons voulu donner la parole à des musulmans qui sont les premiers à dénoncer les dérives dans la gestion de leur culte. Des dérives qui empêchent la naissance d'un véritable islam de France.
Votre soirée
·        
 
EN COURS
2h 3min
L'islam en France : la République en échec
Diffusé le mercredi 28/09 à 21:00



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: RELIGIONS    Sam 24 Sep - 20:17

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: RELIGIONS    Mer 7 Sep - 8:57

Vers un bastion de Daesh en Bosnie ?
[size=11]Publié le 7 septembre 2016 dans Europe[/size]

Nous assistons, dans un silence médiatique étourdissant, à la très inquiétante réislamisation des Balkans.

  • Par Florent Ly-Machabert.





On sait des services secrets et de la police anti-terroriste bosniaques que l’État Islamique a procédé dès 2012 à l’acquisition de terres en Bosnie-Herzégovine, à Gornja Maoča, dans le hameau d’Ošve (à environ 100 km au nord de Sarajevo) et à Dubnica, en raison de leur position géographique très privilégiée, comme points de passage stratégiques vers l’Europe de l’Ouest (depuis la Turquie ou la Syrie), mais également comme boucles d’une ceinture autour de la Srpska ennemie, la République serbe de Bosnie (à ne pas confondre avec la Serbie, indépendante), comme le rappelle le centre d’analyses politico-économiques, Stratpol.

Introduction de l’Islam rigoriste en Bosnie

Mais se souvient-on que l’introduction d’un islam rigoriste dans un pays qui compte aujourd’hui 45% de musulmans, un tiers d’orthodoxes (des Serbes pour la plupart) et 15% de catholiques remonte en réalité à la guerre de 1992 à 1995 durant laquelle des pays du Golfe mais aussi l’Iran ont apporté leur soutien aux Bosniaques au nom du djihad « entre frères » ? Se souvient-on des anciens combattants de la Légion arabe d’Oussama Ben Laden qui ont lutté aux côtés des Bosniaques ?
Se rappelle-t-on que c’est Ben Laden qui, au même titre que Bernard-Henri Lévy d’ailleurs, a servi de conseiller (militaire) à Alija Izetbegovic, fondateur du SDA, le parti national des musulmans de Bosnie, affilié aux Frères musulmans et président de la République jusqu’en 1996 ? Que c’est Izetbegovic, mort en 2003, qui a transformé la religion musulmane de son pays en idéologie, islamisé l’armée et abandonné l’idée d’une République multiethnique et séculière pour la Bosnie-Herzégovine, Mustafa Ceric, chef de la communauté islamique, prenant le relais de ce nationalisme clérical, ce qui permet de comprendre son appel d’août 2009 à « inclure la Charia dans la constitution bosniaque » ? Se souvient-on encore, avec Enver Kazaz, professeur à la faculté de philosophie de Sarajevo, que ce sont ces hommes que nos diplomates occidentaux ont adoubés contre les Yougoslaves ?

Le futur califat bosniaque de l’EI

Aussi n’est-ce pas un hasard si, en plus d’être une plaque tournante pour le trafic illégal d’armes depuis la guerre des Balkans (certaines des kalachnikovs ayant servi à perpétrer les massacres du 13 novembre ont ainsi été fabriquées en 1987 et 1988 à Kragujevac en Serbie, comme le confirme l’actuelle direction de Zavasta Arms), ce territoire intéresse l’EI qui a la volonté de faire de la Bosnie-Herzégovine un califat en Europe. Selon le rapport The Lure of the Syrian War: The Foreign Fighters’ Bosnian Contingent de l’ONG bosniaque Atlantic Initiative, près de 400 personnes alimenteraient cette filière terroriste bosniaque et seraient ainsi parties combattre en Irak ou en Syrie aux côtés de Daesh, ce qui représente une proportion importante de la petite population bosniaque (moins de 4 millions).
PUBLICITÉ


La loi bosniaque offrant la nationalité aux individus s’étant battus durant la guerre, venus pour une bonne part d’Arabie Saoudite, Sarajevo accueille aujourd’hui la grande mosquée salafiste du roi Fahd Abdul Aziz (seconde plus grande mosquée des Balkans) et, d’après Nikola Mirkovic, spécialiste des Balkans, le pays accueille d’ores et déjà trois centres de formation, d’entraînement et de repos de Daesh sous le commandement de Nusret Imamović, d’abord affilié à al-Qaïda, puis à al-Nosra et enfin à l’EI.
Cette information a d’ailleurs été confirmée le 1er septembre dernier par La Croix, KTO, Radio Notre-Dame et RCF, qui se sont entretenus avec Jean-Frédéric Poisson, député des Yvelines et actuel candidat à la primaire de la droite et du centre pour l’élection présidentielle, qui en revient.
Nous assistons donc, encore et toujours impuissants semble-t-il et dans un silence médiatique étourdissant, à la très inquiétante réislamisation des Balkans, puisqu’en dehors de la Bosnie, il faut penser aux musulmans Albanais de Macédoine, du Kosovo et bien sûr d’Albanie, dont une fraction minoritaire mais croissante, constituée d’anciens moudjahidines et de nouveaux trentenaires convertis au djihad, s’érige aisément contre « l’agresseur » slave et orthodoxe devenant ainsi la proie putative des réseaux terroristes de Daesh.

afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RELIGIONS    

Revenir en haut Aller en bas
 
RELIGIONS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le problème du TEMPS dans les religions ...
» Les religions sont comme les humains ; imparfaites et impermanentes.
» Bibliothèque des religions
» différents niveaux des religions
» LES religions et le "blasphème".

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
LES GENS DE LOCON SUR LAWE :: MONDE , Politique, financier, religieux,idéologique... :: RELIGIONS-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: