LES GENS DE LOCON SUR LAWE
LES GENS DE LOCON SUR LAWE

Tout ce qui concerne les gens de LOCON et du BETHUNOIS
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 ARTOIS COMM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: ARTOIS COMM   Mer 26 Juil - 1:01







Hakim Elazouzi
24 juillet, 19:24 · Bruay-la-Buissière · 

Passage cet après midi toujours à Bruay la Buissière pour une visite de la cité des électriciens. 
Un projet de développement culturel, artistique et touristique est porté sur ce site minier, plus ancien coron encore debout de France !








Commentaires;





Pierre Acarie A 15 millions d'euros

 


Eric Deleval Financé à plus de 65% par les fonds Européens, l'état, la Région et le département.
Futur centre d'interprétation des paysages, de l'architecture et de l'urbanisme dans le bassin minier.
Gîtes urbains, résidences d'artistes et d'universitaires, jardins
 partagés en relation avec le Louvre Lens et le centre historique minier de Lewarde.
Classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.
Un des 5 grands sites de la mémoire du bassin minier dans les Hauts de France.




Gérer

Philippe Massardier Un fleuron de la mémoire ouvrière dignement restauré et ouvert à tous.




Pierre Acarie Philippe Massardier la mémoire .... beau prétexte pour ne pas investir pour l'avenir .. je me demande si ça n'est pas une forme de clientélisme en brossant dans le sens du poil les mineurs et leurs héritiers

Gérer

Pierre Acarie Avec ces 15 millions d'euros nous aurions pu construire 100 maisons modernes et confortables pour que des familles vivent correctement avec des enfants qui étudient dans des conditions confortables .... ça c'est investir pour l' AVENIR , et pas se vautrer dans le passé



Eric Deleval Nous ne nous vautrons pas monsieur. 
Nous sommes simplement en train de sauver une cité minière, monument historique classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.
Ce projet est tourné vers l'avenir, la connaissance et les technologies modernes. Il a entre 
autre, pour ambition d'accueillir les scolaires de la régions ou d'ailleurs afin qu'ils mesurent ce que fut l'époque minière et comprennent mieux le Monde qui les entoure aujourd'hui.
La collectivité n'a pas à se substituer aux bailleurs sociaux dont la vocation est la construction de logement, en revanche, le programme local de l'habitat veille à l'éradication des logements indignes en y consacrant de Lourds moyens financiers et humains.
Votre communauté d'agglomération prend également en charge les plans locaux d'urbanisme et soutient par là une évolution harmonieuse de nos Villes. Nous ne sommes, ni vous, ni moi, des pleureuses.
Nous avons pour ambition d'accompagner notre jeunesse vers le savoir par l'art, la Culture et l'histoire.
Je mesure l'importance financière du projet mais sachez qu'il correspond, au global, à la rénovation de 40 anciens logements.
Je n'ai pas l'ambition de vous convaincre mais vous m'obligeriez en acceptant de visiter les lieux quand le projet sera abouti.
Très cordialement



Gérer

Pierre Acarie Eric Deleval j'espère que l'entrée sera gratuite car j'ai déjà donné ma part en impôt . Si je tiens compte du coût à 15 millions d'euros avec les remblais des caves et autres aléas et de la rénovation de 40 maisons ....étroites ... ça nous fait du 375 000 l'unité . Plus chères au m2 qu'à Paris... c'est démentiel.



Gérer

Pierre Acarie Sachez que nos enfants connaissent le passé minier de leur parents et grands parents . Par contre ils veulent du travail et pas faire du tourisme historique . Pensez au fiasco du Louvre Lens en chute de fréquentation sans retombées financières sur la ville de Lens



Gérer

Eric Deleval Création d'un bâtiment neuf, (centre d'interprétation) voiries, assainissement et réseaux divers, paysagement, mobilier urbain, ameublement, scénographie comblement des galeries d'un carrière de Marne.
C'est tout un quartier qui est remis à neuf de fonds en combles.
Chaque lot de travaux a fait l'objet d'un appel d'offre retenant la proposition la meilleure par les entreprises.
Le coût en rénovation d'un monument historique est très au delà des montants habituels de la construction compte tenu de la spécificité des interventions.
Certains bâtiments étaient à la limite de l'effondrement.
Le développement touristique est aussi source d'activité même si je déplore avec vous que le Louvre n'aie pas eu davantage de retombées.
Sa mise en tourisme est incontestablement à réviser mais là nous sommes à une autre échelle.



Gérer

Pierre Acarie Eric Deleval bref vu l'état de délabrement et des bâtisses en ruines vous auriez mieux fait de démolir ce chancre d'urbanisme et de faire pour une fois table rase du passé . De plus cela va encore nous coûter en gardiennage entretien et résidences d'artistes dont on se demande pourquoi il faudrait les héberger .



Gérer

Eric Deleval Incontestablement nos visions divergent.
Je n'avais pour ambition que de vous préciser ce projet qui reste à mes yeux un élément de développement du territoire.
Je vous renouvelle mon invitation
Cordialement.



Gérer

Pierre Acarie Je viendrai .... avec des tracts . Des pancartes et des amis dénoncer ce gaspillage .... je plaisante .....quoique en réfléchissant



Gérer

Pierre Acarie Pour info j'ai déjà visité



Les musées...  Les commemorations des guerres passées ca suffit.... moi je sature   ! ! !

nous voulons des investissements structurants et des facilités pour amener des investisseurs dans notre territoire afin de reduire le chomage  ! ! !! 

CETTE JOURNALISTE DU MONDE A TOUT COMPRIS :




Gérer









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: ARTOIS COMM   Lun 3 Juil - 8:22



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: ARTOIS COMM   Jeu 13 Avr - 10:07

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: ARTOIS COMM   Ven 24 Mar - 9:27

LA VOIX DU NORD


L’agglo doit activer la taxe d’ordures ménagères ou jouer sur la fiscalité 


PAR ELSA LAMBERT-LIGIERbethune@lavoixdunord.fr


La transformation de l’ancienne usine Bosal à Annezin est l’un des investissements de l’agglo. PHOTO JOHAN BEN AZZOUZ


Pour maintenir sa capacité à rembourser la dette tout en assurant plus de services à plus d’habitants,  la nouvelle agglomération doit trouver des ressources. Seules possibilités : activer la taxe d’ordures ménagères aujourd’hui à 0 % ou augmenter la fiscalité des ménages. Les élus en ont débattu mercredi.  
>
 
 
 


L’année dernière, pour Artois Comm.  on avait dit qu’on maintenait les taux. Mais on ne peut pas faire de miracles.  

UN CONTEXTE PARTICULIER

Le débat d’orientation budgétaire a lieu dans un contexte particulier, souligne Léon Copin, vice-président en charge du budget. D’une part avec la fusion d’Artois Lys, Artois Flandres et Artois Comm. D’autre part avec l’entrée en vigueur de la loi Notre, qui signifie de nouvelles compétences comme les zones d’activités économiques, les eaux pluviales et le PLU. Enfin, le budget 2017 doit intégrer aussi le transfert des piscines et celui, au 1 er septembre, des conservatoires de danse et de musique de Béthune-Bruay. Beaucoup de changements et d’impacts financiers.


2
 PAS DE MIRACLE 
Le problème majeur dans les années à venir concerne l’évolution de l’épargne brute, soit la capacité à rembourser la dette. « Un redressement de cet indicateur est indispensable pour maintenir des capacités de fonctionnement et d’investissement compatibles avec l’activité quotidienne des services et la réalisation des projets », précise Léon Copin. Pour y arriver, trois possibilités : restreindre les dépenses de fonctionnement – mais des dépenses sont incompressibles –, augmenter les tarifs – mais les recettes tarifées ne pèsent que 1,7 % des recettes totales – et le levier fiscal. Soit en agissant sur la taxe d’ordures ménagères, qui est toujours à 0 % ou sur les taxes d’habitation, foncière… « Rien n’est fait, mais rien n’est exclu » , affirme le président Wacheux. «L’an dernier, pour Artois Comm. on avait dit qu’on maintenait les taux. Mais on ne peut pas faire de miracles ! » La décision sera connue lors du vote du budget le 12 avril.




3
ET LES AUTRES ?


Un comparatif de la part intercommunale d’imposition des agglos de la région montre que la communauté d’agglomération de Béthune-Bruay Artois Lys romane est bien placée. Quand on additionne taxe d’habitation, foncier bâti et taxe d’enlèvement d’ordures ménagères, le total est de 395 € par ménage (pour une base locative moyenne de 2 500€) contre 625 pour la communauté urbaine d’Arras, 457 pour celles de Lens-Liévin et d’Hénin-Carvin, 524 pour le Douaisis et 514 pour la Métropole de Lille.


4
LES INVESTISSEMENTS
On peut citer des bâtiments à vocation économique (Le Plat Rio à Annezin, le pôle artisanal à Beuvry, à Haisnes, le département électrique du CRITTm2A), l’aménagement de zones (Futura à Beuvry, porte des Flandres à Auchy, extension à Ruitz), la lutte contre les inondations, les services à la population avec la déchetterie à Houdain ou le refuge pour animaux…



afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: ARTOIS COMM   Ven 17 Mar - 8:32





Les patrons versent 2 500 € par salarié et par an   aux collectivités locales 


PAR YANNICK BOUCHER  economie@lavoixdunord.fr




Cela fait réagir le MEDEF régional, qui en appelle à une réduction des dépenses publiques locales. Trop de taxes tuent la compétitivité et l’emploi. Des taxes qui augmentent alors que les collectivités investissent moins… 


 
 
 
Frédéric Motte, président régional du MEDEF a le sens de l’introduction. Autant prévenir : «Ce document n’est pas lancé pour polémiquer mais c’est un outil au service des collectivités locales » . En tout cas un message très clair qu’entendront peut-être les candidats à la présidentielle : «Nos entrepreneurs n’en peuvent plus d’être taxés localement avant de déclarer le premier sou de chiffre d’affaires ».




D’après le MEDEF, les collectivités locales font payer le prix trop fort en fiscalité aux entreprises de la région. 


Le baromètre dévoilé hier à la Cité marquoise des Échanges lève donc le voile. Les collectivités locales (mairies, agglomérations, communautés urbaines, Région, Départements…) ont prélevé 3,5milliards d’euros de fiscalité sur les entreprises régionales en 2015. 


Un prélèvement significatif puisque pour un chef d’entreprise, cela représente 2154 € par salarié privé et par an, 2501 € en incluant le versement transport. C’est l’équivalent d’un mois de salaire brut et à 1,5 mois de salaire dans les secteurs comme l’intérim ou le bâtiment qui emploient une proportion importante de salariés. « Le problème n’est pas de payer des impôts locaux, il est normal de contribuer à la dépense publique, explique Frédéric Motte, le souci est plutôt dans l’augmentation de la fiscalité des entreprises alors que les collectivités investissent moins ». 


En clair, l’État donne moins d’argent aux collectivités qui doivent donc freiner leurs investissements et leurs dépenses publiques. Et d’après le MEDEF, font payer le prix trop fort aux entrepreneurs avec une augmentation de 13,3 % en 5 ans de la fiscalité locale des entreprises alors que l’inflation n’a progressé que de 3,4 % et la richesse régionale de 2,7 %.


 « On veut bien faire des efforts de productivité mais les collectivités doivent de leur côté essayer de se réorganiser pour dépenser moins, notamment dans leur fonctionnement », estime le patron des patrons. Qui propose le gel des dépenses publiques locales pendant cinq ans pour soulager les acteurs économiques. Et de transformer l’impôt actuel de production (« on est taxé dès la création de l’entreprise, avant même les premiers résultats ») en impôt de bénéfice (« laissez-nous travailler et taxez-nous après »). Abysse à débats.
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: ARTOIS COMM   Ven 13 Jan - 9:23

LA VOIX DU NORD BETHUNE


BÉTHUNOIS, BRUAYSIS

Artois-Lys romane : Alain Wacheux élu président au bout du suspense

Premier conseil communautaire ce mercredi pour la nouvelle agglo, issue des fusions d’Artois Comm. et des communautés de communes Artois-Lys et Artois-Flandres. Les 154 délégués ont élu leur président et leurs vice-présidents. Alain Wacheux, seul candidat à la présidence, a été logiquement élu dès le premier tour de scrutin.

Par S. BI et RU. MU. – Photo Pascal Bonnière | Publié le 12/01/20



Alain Wacheux, seul candidat à la présidence, a été logiquement élu dès le premier tour de scrutin. PHOTO PASCAL BONNIERE

Sont élus : Bernard Delelis (95 voix contre 1 à Bernard Delelis) ; Pierre Moreau (124) ; Serge Marcellak (127) ; Olivier Gacquerre (130) ; Raymond Gaquère (119) ; Marcel Coffre (127) ; Isabelle Levent (68 voix contre 53 à Corinne Laversin) ; Daniel Delcroix (124) ; Gérard Delahaye (118) ; et Philippe Miloczyk (119).

23 h 15


Jacques Napieraj est élu à la 5e vice-présidence avec 108 voix contre 2 à André Flajolet.

Un élu d’Ourton demande l’élection des dix derniers vice-présidents en une fois. «  Depuis tout à l’heure, aucun candidat battu ne s’est représenté à une autre vice-présidence. Vu le temps, la plaisanterie a peut-être assez duré.  »

«  On ne peut pas qualifier le strict respect du fonctionnement démocratique de plaisanterie, s’offusque Alain Wacheux. Mais on peut redemander si cette situation a des chances de se produire.  » Pas d’objection : les dix derniers vice-présidents seront élus d’un seul coup.

Sont candidats : Bernard Delelis et Frank Gluszak (6e vice-présidence) ; Pierre Moreau (7e) ; Serge Marcellak (8e) ; Olivier Gacquerre (9e) ; Raymond Gaquère (10e) ; Marcel Coffre (11e) ; Isabelle Levent et Corinne Laversin (12e) ; Daniel Delcroix (13e) ; Gérard Delahaye (14e) ; Philippe Miloczyk (15e).

23 h


Bernard Blondel est élu 4e  vice-président, avec 93 voix contre 43 à René Flinois et une à André Flajolet – sûrement celle de Pierre-Emmanuel Gibson...

22 h 30


Léon Copin est élu 2e  vice-président par 100 voix contre 125 à Frank Gluszak. Thierry Tassez est lui élu 3e  vice-président avec 112 voix contre 1 à Bernard Delelis – qui n’était pas candidat.

21 h 55


Nadine Lefebvre est élue 1re  vice-présidente. Léon Copin et Frank Gluszak sont candidats à la 2e  vice-présidence. Même si, rappelle Alain Wacheux, «  un candidat qui battrait Léon Copin n’hériterait pas forcément de sa délégation  », les finances.

21 h 30


La nouvelle agglo compte quinze vice-présidents, comme du temps d’Artois Comm. Mais avec 100 communes, Alain Wacheux propose de confier des délégations à des élus du bureau communautaire pour constituer un «  exécutif élargi  », histoire que les petites communes y aient accès.

Alain Wacheux propose de les élire en une fois mais plusieurs élus refusent. C’est parti pour quinze scrutins. La démocratie, c’est parfois long. Comme une traversée de l’Atlantique ?

20 h


Après avoir déclaré la nouvelle agglo installée, il laisse la place à la doyenne Jacqueline Imbert (Béthune) pour lancer l’élection du président. Sans surprise, Alain Wacheux, président sortant de feu Artois Comm., est le seul candidat. Un tour suffit à son élection, par 132 voix sur 149 votants.

« Je souhaite que ce bateau dans lequel nous embarquons ce soir vogue longtemps. »

Remerciant ses électeurs, en particulier «  ceux qui ne me connaissent pas encore  », il souhaite que «  ce bateau dans lequel nous embarquons ce soir, que Jacques Napieraj aime appeler paquebot (quand ce n’est pas Titanic), vogue longtemps. Ça ne pourra se faire que dans le respect de chacun  ».

19 h


Jacques Napieraj officie comme maître de cérémonie, au privilège de l’âge. L’ancien président d’Artois-Flandres rappelle son opposition à la fusion : «  Je ne crois pas que big is beautiful, il faut trouver l’échelle adaptée et ce n’est pas forcément la même partout.  »

Mais en «  profond démocrate  », il s’incline face à cette « décision d’État  » qui a «  bouleversé le mandat des délégués  » des trois intercommunalités disparues. Il appelle ses collègues à «  bâtir l’agglomération le mieux possible avant de songer à une communauté urbaine qui irait non pas de Dunkerque à Tamanrasset mais d’Hénin-Beaumont à Blessy  ».
..
.
.
.
.
Béthune a partagé la photo de Agglo Béthune-Bruay.
1 h · 






Agglo Béthune-Bruay
5 h · 
Hier soir lors du 1er conseil de la Communauté d'Agglomération de Béthune-Bruay, Artois Lys Romane les 154 délégués communautaires ont voté pour élire le Président et les 15 vice-présidents.
Alain Wacheux a été élu Président, ses vice-présidents sont :
1ère Vice-Présidente : Madame Nadine LEFEBVRE 
2ème Vice-Président : Monsieur Léon COPIN 
3ème Vice-Président : Monsieur Thierry TASSEZ 
4ème Vice-Président : Monsieur Bernard BLONDEL 
5ème Vice-Président : Monsieur Jacques NAPIERAJ
6ème Vice-Président : Monsieur Bernard DELELIS
7ème Vice-Président : Monsieur Pierre MOREAU 
8ème Vice-Président : Monsieur Serge MARCELLAK 
9ème Vice-Président : Monsieur Olivier GACQUERRE
10ème Vice-Président : Monsieur Raymond GAQUERE 
11ème Vice-Président : Monsieur Marcel COFFRE
12ème Vice-Présidente : Madame Isabelle LEVENT 
13ème Vice-Président : Monsieur Daniel DELCROIX 
14ème Vice-Président : Monsieur Gérard DELAHAYE 
15ème Vice-Président : Monsieur Philippe MILOSZYK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 515
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: ARTOIS COMM   Jeu 5 Jan - 9:28


COMBIEN NOUS COUTERA CE CHANGEMENT DE LOGO ??????????????????
REPONSE : 400 000 euros environ ....REPONSE : 400 000 euros environ ....REPONSE : 400 000 euros environ....REPONSE : 400 000 euros environ  


Dernière édition par Admin le Ven 13 Jan - 9:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: ARTOIS COMM   Lun 27 Juin - 16:33







Hersin-Coupigny : Fusion des intercommunalités, pour les élus, c’est «niet»

PUBLIÉ LE 26/06/2016
PAR RUBEN MULLER


Jeudi, les conseillers municipaux d’Hersin-Coupigny étaient les premiers à se prononcer sur la fusion entre Artois Comm. et les communautés de communes Artois-Lys et Artois-Flandres voulue par la préfète. Heureusement pour elle, cet avis n’est que consultatif : les élus ont voté contre comme un seul homme.


Le maire Jean-Marie Caramiaux rappelle le contexte de cette délibération : « Burbure et Lillers ont obtenu l’autorisation de rejoindre Artois Comm., ce qui a posé la question du maintien de la communauté de communes Artois-Lys, dont Lillers est la ville-centre. La préfète a alors proposé la création d’une agglo à l’échelle de l’arrondissement. »

Le 3 juin, la commission départementale de coopération intercommunale a approuvé cette fusion, qui créerait au 1er janvier 2017 une communauté d’agglomération de cent communes et 280 000 habitants.
L’ensemble des collectivités concernées (communes et intercommunalités), doivent rendre leur avis sur la fusion. Pas facile, commence l’adjoint aux sports Patrick Skrzypczak. « On sait ce qu’on perd, pas ce qu’on gagne. Dans la mesure où aucune commune n’est lésée à Artois Comm., je ne vois pas pourquoi on fusionnerait. »
« On peut comprendre l’intérêt à élargir les intercommunalités dans des régions plus grandes, estime Frédéric Desplanque (Mieux vivre Hersin). J’y suis plutôt favorable si ça facilite la mutualisation des moyens. Mais c’est difficile de rendre un avis sans connaître les avantages et les inconvénients. Par exemple, comment évoluera la fiscalité ? On ne sait pas.»
« Les fusions de collectivités sont censées nous faire gagner de l’argent, rappelle Nicolas Descamps, adjoint à l’environnement. Mais dans les nouvelles grandes régions, on a autant d’élus, autant de techniciens mais moins de dotations… »


« C’est démesuré »





Le caractère rural de la plupart des 35 communes qui rejoindraient Artois Comm. inquiète aussi les élus. Sur cent communes dans la grande agglo, 62 comptent moins de 1 000 habitants. « Artois Comm. est déjà une grosse machine qui ne fonctionne pas à plein rendement, lâche Jean-Marie Caramiaux. Rien que pour l’assainissement, on a déjà du mal à 65 car ce sont des budgets monumentaux. Imaginez qu’on doive financer celui de Lespesses ou Ham-en-Artois, à 50 km de la station d’épuration ! À long terme, je crains que les taxes explosent. »
« La fusion avec la CCNE était logique, là, c’est démesuré, juge le premier adjoint Jean-Pierre Bève. Artois-Lys et Artois-Flandres sont plutôt tournées vers Saint-Omer, elles n’ont pas la mentalité Artois Comm. On risque de déséquilibrer l’agglo en faveur du rural. »
« Ça modifierait aussi l’équilibre politique alors qu’Artois Comm. a une majorité cohérente, ajoute Jean-Marie Caramiaux. Alain Wacheux a été clair : On n’est pas demandeur. ». Les élus hersinois non plus : ils rejettent la fusion à l’unanimité.
Cet article vous a intéressé ? Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: ARTOIS COMM   Jeu 10 Sep - 10:59

IL Y A DE L' ARGENT POUR LA CITE DES ELECTRICIENS , PAR CONTRE LES PAUVRES SONT OUBLIES ...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: ARTOIS COMM   Jeu 12 Mar - 10:55

OU L 'ON REPARLE DE LA CITE POURRIE  DES ELECTRICIENS DE BRUAY.
Un projet « à plus de 10 millions d'euros » à la cité des Électriciens


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: ARTOIS COMM   Lun 2 Fév - 17:03

ARTOIS COMM ...COMMUNIQUE 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: ARTOIS COMM   Mar 15 Juil - 17:07

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10203730980782277&set=a.1302518610313.44629.1450896213&type=1&theater

LES POILUS SONT MORTS POUR LA FRANCE.. ET LES MAGASINS PROXI... 


Artois Comm fait de la publicité pour la grande distribution !







 affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid 


  je donne une medaille au photographe et au directeur de la publication payée par nos impots 






Dernière édition par PACA le Jeu 10 Sep - 11:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: ARTOIS COMM   Mer 26 Fév - 15:16

ON SE FOUTERAIT PAS UN PEU DE NOUS en cette période difficile ?
 cherry  cherry  jocolor  jocolor  jocolor  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid  affraid 

ARTOIS COMM EST EN TRAIN DE REHABILITER CETTE CITE DES MINES COMPLETEMENT POURRIE 
LE MONTANT DU CHANTIER EVALUE IL Y A QQS ANNEES SE MONTERAIT ACTUELLEMENT AUX ENVIRONS DE 12 MILLIONS D 'EUROS
Avec 1,5 millions d 'euros pour combler les cavités et les caves 
I

http://m.lavoixdunord.fr/region/bruay-visite-au-coeur-du-chantier-de-comblement-du-ia32b0n1368136

Un projet « à plus de 10 millions d'euros » à la cité des Électriciens


PUBLIÉ LE 09/06/2012
Par La Voix du Nord




« On est parti d'une situation, passer un coup de bulldozer,à faire une résidence (artistique). » Éric Deleval, vice-président d'Artois Comm. en charge de la culture, évoque en ces termes la cité des Électriciens. Un nouvelavenir se profile pour elle. Un projet d'envergure porté par l'agglomération vise à faire des lieux un grand site de la mémoire minière.



PAR ALEXANDRA TREPARDOUX
bruay@info-artois.fr PHOTO DELPHINE PINEAU
De l'anonymat à la reconnaissance. Ce pourrait être le titre du film de la vie de cette cité des Électriciens. Une cité pas tout à fait comme les autres. Plus vieux coron de l'ouest du bassin minier, il se partage aujourd'hui en deux parties. La première, qui n'a pas bougé depuis des lustres, abrite des maisons pour la plupart murées et quelques habitants. La seconde reçoit des artistes et des événements culturels.
Au fil des ans, la cité acquiert ses lettres de noblesse. « Le regard a été modifié chez les habitants et les élus qui ont pris conscience de sa valeur patrimoniale », déclare Éric Deleval. Ce n'est pas pour rien qu'Artois Comm. est le porteur d'un projet d'envergure qui pourrait faire de la cité « l'un des cinq pôles structurants de valorisation du patrimoine minier », selon les termes de Jean-Paul Korbas, directeur du service culturel de Bruay. Le but à terme est d'en faire un site d'intérêt aussi grand que les quatre sites dédiés à la mémoire minière : la base 11-19 à Loos-en-Gohelle, le 9-9 bis à Oignies, le site de Wallers-Arenberg et le Centre historique minier de Lewarde. Un comité scientifique et culturel est même en train de se mettre en place pour travailler sur le fond du dossier.
Raphaël Alessandri est référent pour la cité des Électriciens à la Mission Bassin Minier Nord - Pas-de-Calais (MBM), qui accompagne la candidature UNESCO et, techniquement, les porteurs de projet. Depuis 2003, la MBM travaille avec l'agglo en ce sens. Pour l'architecte-urbaniste, le site de Bruay est « complémentaire » aux quatre grands sites de la mémoire minière, qui concernent plus l'aspect technique, les fosses et sont des sites de développement économique. Il explique le double intérêt de la cité : « Dans l'équilibre géographique, il manque sur l'Artois un grand site de la mémoire. Et on pourrait y raconter une histoire, celle de l'évolution de l'habitat minier, qu'on ne peut pas faire ailleurs.
Pour que ça devienne un grand site, tous les ingrédients sont là, explique-t-il. Mais il faut une exigence de contenu, des travaux à réaliser à la fois sur les espaces publics et les bâtiments, l'accompagnement des partenaires financiers et la mise en réseau avec les grands sites et le Louvre-Lens. » L'étude de faisabilité et celle de l'aspect économique viennent de s'achever. D'après Raphaël Alessandri, tout doit aller vite, une grosse partie des travaux devant être réalisée avant 2015. Pour une question de financement. « Il reste du crédit Girzom sur ce site », explique-t-il, évoquant également un contrat de projet État-Région.
Que prévoit le projet ? Rouvrir la cité pour en faire un lieu de vie, la rendre piétonne, créer un café-librairie, la construction de neuf logements... Maisons et Cités, propriétaire des lieux, céderait une partie de la cité à l'agglomération. La thématique sera celle de l'art, du paysage et surtout de l'habitat minier. « On est en phase de lancer le projet. L'agglo va lancer une consultation, dit-il.
Le coût de l'opération avec l'étude, c'est plus de 10 millions d'euros. » Mais pour se faire, tout doit être présenté en conseil communautaire - incessamment sous peu - et être voté. •  
La cité des Électriciens rouvre ses portes les 16 et 17 juin pour un week-end culturel et artistique. Plus d'informations dans une prochaine édition.

Cet article vous a intéressé ? Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :
Bruay la buissiere
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: ARTOIS COMM   Mar 8 Nov - 8:17

Le gaspillage de l’ intercommunabilité
L’ intercommunalité coûte cher à l’ Etat alors qu’elle était censée permettre aux élus de faire des économies.

La feuille d’ impôts de nombreux français vient de s’enrichir d’une sympathique rubrique: la somme due au titre de l’ intercommunalité. En clair, le regroupement de plusieurs communes désireuses de mutualiser certaines de leurs activités. Et ceux qui pensaient que partager la facture des transports publics, de l’eau, des déchets ou des équipements sportifs et culturels épargnerait leur bas de laine devront revoir leurs calculs. » Economies d’échelle« , promettait le regroupement des communes. « Explosion des dépenses« , leur répond aujourd’hui l’ éc
ho.

En 1992, la 1ère communauté de communes voit le jour dans le Morbihan. Et, malgré les susceptibilités de clocher, la plupart des 37 000 villes et villages de France tentent l’expérience. Mais 19 ans plus tard, la gestion de beaucoup de ces associations a tourné à la gabegie. Ainsi, selon le Conseil des prélèvements obligatoires ( rapport 2009, » l’appartenance à l’ intercommunalité tend à accroître, de manière générale, les 4 impôts directs locaux par rapport à une situation hors groupement« . Un dérapage que la Cour des comptes avait déjà noté en 2005, puisque, selon elle, 1 seul groupement sur 4 avait réalisé les économies escomptées, tandis que les 3/4 avaient fait flamber les coûts.

Comment ? Notamment en décuplant les indemnités versées aux responsables de ces nouveaux « machins ». Publiés par René Dosière, les chiffres du ministère de l’ Intérieur ( 2007/ 2009) indiquent ainsi que leurs émoluments ont augmenté de 28% alors que ceux des conseilleurs généraux ou régionaux baissent respectivement de 2,2% et 9,4%. Et le coût de l’ intercommunalité est encore plus vertigineux si l’on remonte à l’an 2000, avec une hausse de leurs salaires de 279% en 9 ans. S’il est vrai que les maires de village touchent un secours plutôt qu’un salaire ( de 650 à 1200 euros par mois), l’ intercommunalité leur permet utilement de compléter ce revenu.

Mieux payés, les élus des grandes villes ne s’oublient pas pour autant. La communauté urbaine de Rouen, par exemple, appointe un président ( Laurent Fabius) et pas moins de 45 vice-présidents, chacun recevant 1800 euros brut pour boucler ses fins de mois. Un record. Mais la communauté urbaine de Lyon n’est pas en reste, avec 40 vice-présidents, tandis que celle de Nantes en rétribue 33 et celle de Nice 27. La mutualisation des moyens tourne au partage du butin par l’ armée mexicaine…

Une fois fiancés, les élus veulent des mariages féconds et voyants. Equipements pour les transports ou l’ éducation, centres culturels, stades, ronds-points comme s’il en pleuvait en enterrement des lignes EDF sont ainsi votés dans l’ allégresse. Et d’autant plus facilement qu’ils échappent au débat public, car, en attendant, seuls les maires et les bureaux techniques ont voix au chapitre.

« Plus on dépense, plus on est aidé par l’ Etat« , constate Pierre Méhaignerie, ex-ministre et patron UMP de la communauté urbaine de Vitré ( Ille-et-Vilaine). Le système de l’ intercommunalité est pervers car la dotation globale de fonctionnement allouée aux collectivités par Bercy dépend en partie des frais engagés. Depuis 10 ans, le coût de l’ intercommunalité augmente au rythme de 3 à 5% par an, et représente aujourd’hui près de 7 milliards d’euros.

Si ces dépenses en tout genre sont créatrices d’emplois, les effectifs communaux ne maigrissent pas en proportion. On ne mutualise pas, on multiplie. Entre 1998 et 2008, le nombre de fonctionnaires intercommunaux est passé de 120 000 à 233 000, tandis que le nombre de fonctionnaires communaux s’accroissait de 8%, pour atteindre 1,12 million. Durant cette période, aucune charge nouvelle n’a pourtant été transférée aux communes. Mais celles-ci, il est vrai, ont souvent « municipalisé » les services jusque-là assurés par des associations subitement sevrées de subventions d’ Etat.

» En supprimant les doublons entre communes et intercommunalités et en freinant certains investissements, on pourrait facilement arriver à une économie de 10 à 15 milliards par an » estime René Dosière. Supprimer les doublons ? C’était d’ailleurs d’ailleurs l’idée de départ. Cela permettrait également bien plus d’économies que les 7 milliards que va récupérer le gouvernement avec son plan de rigueur, en faisant encore payer la note par les contribuables ( voir Plan de rigueur Fillon). Et pendant ce temps, l’argent public continue à être dilapidé par nos élus…

source: le canard enchainé

http://www.impots-economie.com/le-gaspillage-de-l-intercommunalite/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+ObservatoireDesSubventions+%28Impots-economie.com%29

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: ARTOIS COMM   Jeu 13 Oct - 16:42

Dans le but louable de respecter l ' environnement ARTOIS COMM propose page 15 de son journal de mettre un autocollant " STOP PUB " si on ne veut plus recevoir de publicité dans nos boites a lettres ...

Le probleme est que leur journal, tiré a 87.000 exemplaires est distribué dans nos boites a lettres avec les publicités par ADREXO ...

Si tout le monde suit les conseils d ' ARTOIS COMM en refusant la publicité ils vont rester avec leurs 87.000 exemplaires ...Elle est pas belle la vie ECOLOGISTE ????????


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ARTOIS COMM   

Revenir en haut Aller en bas
 
ARTOIS COMM
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cas pratique liberté d'établissement Droit des affaires comm
» [Noblesse] Armoiries de la noblesse d'Artois
» Marie-Thérèse de Savoie, comtesse d'Artois
» Le comte Charles-Philippe d'Artois
» Caserne d'Artois

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
LES GENS DE LOCON SUR LAWE :: MONDE , Politique, financier, religieux,idéologique... :: gens d ' ici :: ON EN PARLE ? :: La VIE dans le BETHUNOIS-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: