LES GENS DE LOCON SUR LAWE
LES GENS DE LOCON SUR LAWE

Tout ce qui concerne les gens de LOCON et du BETHUNOIS
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 VOILA POURQUOI LES GENS N' ONT PLUS ENVIE DE VOTER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: VOILA POURQUOI LES GENS N' ONT PLUS ENVIE DE VOTER   Sam 28 Jan - 15:20

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: VOILA POURQUOI LES GENS N' ONT PLUS ENVIE DE VOTER   Sam 28 Jan - 10:03

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: VOILA POURQUOI LES GENS N' ONT PLUS ENVIE DE VOTER   Ven 27 Jan - 21:47

http://srv497.fr.nf/les-2-notes-100000e-penelope-fillon/


A quoi a abouti concrètement le travail fourni par Penelope Fillon lorsqu’elle était rémunérée 5.000 euros brut mensuels par « La Revue des deux mondes », durant 20 mois ? À ceci…


C’est l’autre emploi présumé fictif de Penelope Fillon. Si la polémique enfle actuellement autour de l’activité de collaboratrice parlementaire de l’épouse du candidat LR à la présidentielle – personne ne semble l’avoir vue durant huit ans alors qu’elle était grassement rémunérée par son mari, puis par le suppléant de celui-ci -, les quelque 100.000 euros qu’elle a pu toucher en vingt mois à La Revue des deux mondes interrogent aussi.
>La sortie de piste du frère de François Fillon : un bénévole payé 12 337 € brut par mois ?
Selon le Canard enchaînéPenelope Fillon a commencé à percevoir 5.000 euros brut mensuels en mai 2012, et ce jusqu’en décembre 2013. Premier problème, le directeur de la publication d’alors, Michel Crépu, explique au Monde l’avoir embauchée après coup de fil de Marc Ladreit de Lacharrière, patron de la holding qui détient la Revue et ami de l’ancien Premier ministre : « Un après-midi, Marc Ladreit de Lacharrière m’a appelé et m’a dit : ‘Penelope Fillon s’ennuie. Pourrait-elle critiquer quelques livres ?’ » Autre problème : Crépu affirme, notamment auprès de Marianne, n’avoir « jamais eu affaire à elle, ni physiquement, ni au téléphone, ni même par mail ». Et de préciser : « Cela peut arriver qu’on écrive à distance, le problème c’est le travail qui a été fait… ».
Car les preuves concrètes du travail effectué par Madame Fillon ne peuvent pour l’instant se résumer qu’à deux notes de lecture, publiées en septembre et octobre 2012 à la toute fin de la revue, sous le pseudonyme « Pauline Camille ». Ces notes, les voici : la première fait 2.500 signes, s’étale sur deux colonnes et concerne un ouvrage du romancier Lucien Azay, récompensé par le prix de La Revue des deux mondes en 2012. La seconde, publiée le mois suivant, est encore plus courte : moins de 1.000 signes consacrés à l’essayiste William Marx, lui aussi sélectionné à l’occasion du même prix. Visuellement, cela donne ça :



Face à l’accusation de poste fantôme, Marc Ladreit de Lacharrière a réagi ce 26 janvier auprès du Monde, volant au secours de Penelope Fillon. En mai 2012, il déclare l’avoir contactée dans ce contexte :
« La revue voyait son chiffre d’affaires baisser chaque année. J’ai donc demandé à quelques amis et personnalités de réfléchir à son devenir, notamment en l’ouvrant vers l’étranger. Penelope Fillon était de ceux-là. C’est une femme intelligente, elle a lu beaucoup de livres – dont deux résumés seulement ont été publiés. »
Mais au-delà de ces deux publications, peut-il donner trace de l’activité de conseil « informelle » dont il fait état ? Y a-t-il des témoignages ? Celui qui s’affiche comme la 32e fortune de France explique qu’il n’y a pas eu de réunions : « J’ai dans mes activités une agence de notation, avec des sièges à New York, Londres et Hong Kong, je suis un homme de téléphone et de face-à-face« .
Ne reste donc de fait, comme trace tangible de cette collaboration, que ces deux petites notes au fin fond de deux exemplaires de la revue. Ainsi que 100.000 euros dans les poches de Penelope Fillon.
Source : Marianne













Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: VOILA POURQUOI LES GENS N' ONT PLUS ENVIE DE VOTER   Ven 27 Jan - 21:41

8 casseroles qui vont vous ôter toute envie de voter François Fillon en 2017


François Fillon, candidat de la droite et du centre, s’impose comme l’un des favoris dans la course à l’Elysée. Pour autant, comment oublier sa gestion calamiteuse de l’argent public durant toute la période où il était le Premier ministre de Nicolas Sarkozy ? Petite rétrospective



1. Il a fait tripler la taille de son appartement de fonction aux frais du contribuable
François Fillon, lorsqu’il était Premier ministre de 2007 à 2012, était obnubilé par les déficits publics et les dépenses de l’Etat. Sauf que dans son édition du 3 juin 2009, le Canard Enchaîné avait révelé qu’il a agrandi son appartement de fonction pour loger son épouse et trois de ses enfants. De 78m² du temps de Raffarin, l’appartement du Premier ministre est ainsi passé à 309 m² dont 213 m² pour la partie privative.

2. Fillon partait week-end à Marrakech avec un Falcon 50 aux frais de l’Etat


En mai 2009, Fillon part en week-end privé à Marrakech avec un Falcon 50. Au Canard enchaîné, ses conseillers justifient l’utilisation de cet avion en expliquant qu’en tant que Premier ministre, il pouvait être susceptible de rentrer en France à tout moment. Matignon avait précisé que Fillon et ses proches allaient rembourser leur billet au tarif d’un vol commercial. Sauf qu’« au regard du tarif de l’heure de vol en Falcon 50 ou de son immobilisation sur un aéroport, l’Etec [l’escadron gouvernemental] facture l’heure 2601 euros. Soit, pour un week-end de trois jours : 182 272 euros ». Aucune preuve du paiement du billet d’avion par l’ex-Premier ministre n’a de toute façon été publiée.

3. Quand Fillon inaugure une nouvelle ligne TGV … en le survolant avec son jet



Même Nicolas Sarkozy a dû avoir du mal à croire l’exploit de son Premier ministre, en 2007. Pour l’inauguration officielle du TGV-Est, François Fillon s’est  déplacé … en jet. Logique, pour promouvoir la rapidité du TGV Est.
Le Canard Enchaîné, dans son édition du mercredi 13 juin 2007, révèle l’information. Le 9 juin 2007, le Premier ministre se rend à l’inauguration officielle du TGV-Est qui doit relier Paris à Strasbourg en 2h20. A l’heure du départ, à 7h36 à la gare de l’Est, les journalistes qui couvrent l’événement apprennent le Premier ministre est déjà monté dans la voiture 11 du TGV pour travailler mais qu’il rejoindra les journalistes à l’arrivée du train.
Le convoi officiel arrive finalement avec 26 minutes de retard, tout simplement parce que le TGV a fait un arrêt imprévu en gare de Nancy-Metz, le temps qu’il a fallu pour faire monter dans le TGV François Fillon. Ce dernier n’était en réalité pas du tout dans la voiture 11 du train mais avait préféré faire l’essentiel du parcours à bord d’un jet, un Falcon. La supercherie est alors divulguée à la presse par la SNCF.
Le train trop prolétaire pour François Fillon ?

4. Les week-ends de Fillon en Falcon 7X coûtaient 1,3 million d’euros par an à l’Etat


C’est le magazine Capital du mois de décembre 2011 qui avait sorti l’information : « chaque week-end du Premier ministre dans son château de Solesmes (Sarthe) revient à 30 000 euros pour le contribuable ». Comment expliquer un tel coût en pleine crise économique ? Selon le magazine, François Fillon utilisait un Falcon 7X pour parcourir les 230 kilomètres qui séparent Matignon et son domicile dans la Sarthe.
Une heure de vol à bord d’un Falcon revient à environ 7 800 euros, sans compter le cortège de voitures officielles qui attendait le Premier ministre à sa descente, « les retours au bercail du chef du gouvernement coûtent 1,3 million d’euros par an… alors qu’il irait plus vite en prenant le train », dénonçait Capital.

5. Il a fait payer ses employés par d’autres ministères pour faire croire qu’il avait baissé ses dépenses


L’ancien Premier ministre avait affirmé avoir baissé les dépenses de fonctionnement de Matignon. En réalité, les frais de personnels, dont les voyages, étaient assurés par d’autres administrations… Un certain sens de la transparence (Le Canard Enchaîné n°4623, 3 juin 2009)
Au 1er janvier 2008, 40 des 62 membres du cabinet de François Fillon étaient payés par des administrations extérieures : leurs salaires n’entrent donc pas dans le budget de Matignon, que le Premier ministre se vantait pourtant d’avoir diminué.
François Fillon a présenté un « budget de crise » pour 2008 sauf qu’en réalité, le nombre de fonctionnaires dont le salaire est pris en charge par des institutions extérieures a augmenté. Au 1er juillet 2008, 49 des 70 membres du cabinet ne sont pas payés par le budget de Matignon (contre 40/62 six mois plus tôt). Même constat pour les fonctionnaires en service à l’Hôtel de Matignon : 230 étaient rémunérés par d’autres (contre 185 six mois plus tôt).

6. Il a passé Noël avec le dictateur Moubarak aux frais des contribuables


En décembre 2010, François Fillon passe le réveillon en Egypte, chez le dictateur Moubarak. Pour y aller, il fait le voyage à bord d’un Falcon 900 dont l’heure de vol est facturée … 9 400 euros. Comme en mai 2009, Matignon avait indiqué que le Premier ministre avait remboursé son billet au tarif d’un vol commercial, sans dire que l’Etat avait pris en charge « le prix du stationnement sur le tarmac d’Assouan, plus l’entretien et le séjour de tout l’équipage. Car l’avion est resté immobilisé pendant dix jours, et tout ce petit monde, remarqué par d’autres visiteurs pour sa bonne humeur, était logé non loin de la famille Fillon, à l’hôtel cinq étoiles Pyramisa », indiquait le Canard enchaîné.

7. L’Etat assure pour 86 000 € le train de vie Fillon, y compris l’essence de sa voiture


François Fillon est un ancien Premier ministre, à ce titre, il bénéficie de la prise en charge par l’Etat du coût d’une voiture de fonction, le salaire d’un chauffeur et celui d’un assistant. Pour l’année 2014, l’Etat a dépensé 54 717 euros pour rémunérer un assistant, 12 167 euros pour un chauffeur. Quant au frais d’entretien de sa voiture de fonction, l’Etat a déboursé 4 452 euros en 2014, ainsi que 14 263 euros de carburant et 541 euros pour l’assurance.
Au total, François Fillon a donc bénéficié d’une dotation publique de 86 140 euros… pour avoir été Premier ministre entre 2007 et 2012. Sachant qu’il bénéficie d’une indemnité de député, de frais de représentation et d’une enveloppe pour rémunérer ses collaborateurs parlementaires.

8. Pour une simple inauguration, sa femme utilise un Falcon à 10 000 € le trajet aux frais de l’Etat


Mercredi 7 mars 2009, la femme de François Fillon, qui est alors Premier ministre, se rend à Roscoff pour le baptême d’un navire de la flottille des Britanny Ferries qui fait le lien entre la France et l’Angleterre. Le service de communication de Matignon précise alors que Pénélope Fillon « représente son mari à l’inauguration. »
L’histoire prend une tournure polémique quand l’information selon laquelle elle s’y est rendue aux frais du contribuable en Falcon 50, pour un trajet d’environ 10 000 euros, au cœur de la crise économique.
La femme du Premier ministre ne devait pas être à 3 heures près : « Elle aurait pu monter dans un train, environ 130 euros l’aller-retour, (…) Paris-Morlaix, soit 3h42 » souligne alors Le Canard.
Source : Le  Top  100
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 535
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: VOILA POURQUOI LES GENS N' ONT PLUS ENVIE DE VOTER   Mar 13 Déc - 11:27

La masse laborieuse pèse sur le budget de l’Etat (disent-ils!)… Pourtant l'Etat dépense encore 43 000 € par an pour le personnel et les déplacements... d'Edith CRESSON, 25 ans après son départ de Matignon et qui n’est plus laborieuse du tout !!!.

Vous vous rappelez d'Edith CRESSON ? Elle a été Premier Ministre sous François MITTERRAND en 1991. C'était il y a 25 ans

Aujourd'hui âgée de 82 ans, elle est bien évidemment à la retraite… Et pourtant... En tant qu'ancien Premier ministre, l'Etat prend en charge le coût de sa voiture de fonction et le salaire d'une assistante. 

C'est ce qu'a révélé MEDIAPART en février dernier, dans l'indifférence générale. L'Etat finance encore les anciens Premiers Ministres.

C'est le secrétariat général du gouvernement, un service dépendant de Matignon, qui gère les petits privilèges des anciens Présidents de la République et anciens Premiers Ministres.Au nom de la transparence et du droit d'accès aux documents administratifs, garanti à tous citoyens par une loi de 1978, MEDIAPART a obtenu le détail de ces frais. Non sans mal. La demande a été faite au secrétariat général gouvernement en janvier 2015, et sans réponse positive de sa part, MEDIAPART a dû saisir la CADA (Commission d'accès aux documents administratifs), laquelle a rendu un avis favorable à la transmission de ces documents. Une voiture et une assistante pour Edith CRESSON.

S'agissant d'Edith CRESSON, pour l'année 2015, l'Etat a dépensé 33 817 € pour rémunérer une assistante. Elle dispose également d'une voiture de fonction, achetée en 2007, pour un montant de 44 467 €. Pas vraiment le coût d'une Twingo. Quant aux frais d'entretien de sa voiture de fonction, l'Etat a déboursé 4 233 € en 2015, ainsi que 5 189 € de carburant + 541 € pour l'assurance.

Au total, hors coût d'achat du véhicule, l'Etat a dépensé 43 780 €.

Sachant qu'elle touche les retraites très, mais très juteuses, liées à tous ses mandats (maire, député, commissaire européen, ministre et premier ministre), est-ce bien raisonnable de continuer à financer une voiture et une assistante à une femme de 82 ans sous prétexte qu'elle a été Premier ministre il y a 25 ans ? Et c’est pareil pour tous les anciens Premiers ministres…

C’était le 1/4 d’heure de vérité pour vous aider à mieux comprendre comment est utilisé votre argent, c'est-à-dire expliquer pourquoi il y a des déficits, des cadeaux, des prébendes, des amis de tous bords à gratifier… Et pourquoi vos salaires stagnent, vos retraites diminuent et vos impôts augmentent autant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: VOILA POURQUOI LES GENS N' ONT PLUS ENVIE DE VOTER   Ven 4 Nov - 9:16

Nicolas Bays deputé du Pas de Calais  Circonscription  lens Liévin ...et remplacant de Kucheida fait parler de lui dans le livre :  " NOS TRES CHERS EMIRS "




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: VOILA POURQUOI LES GENS N' ONT PLUS ENVIE DE VOTER   Jeu 27 Oct - 10:54

LA VOIX DU NORD

La Métropole européenne de Lille épinglée sur le temps de travail de ses agents

La chambre régionale des comptes s’est penchée sur les ressources humaines de la Métropole européenne de Lille (MEL). Les sages pointent un temps de travail hebdomadaire de 33 heures en moyenne. Une largesse qui coûterait 7 M€ par an.

Par SÉBASTIEN BERGÈS | Publié le 26/10/2016


Le rapport d’observations définitives de la CRC a été communiqué aux élus des 85 communes lors du conseil de la MEL du 14 octobre. PHOTO ARCHIVES BAZIZ CHIBANE









Au suivant  ! Après le Département du Nord, la Métropole européenne de Lille est à son tour rappelée à l’ordre par la chambre régionale des comptes. Sur un ton certes moins sévère. Il faut dire que seule la gestion des ressources humaines de la MEL a été étudiée, alors que les finances du Nord ont été intégralement passées au crible (et à la sulfateuse). Reste que le principal reproche adressé à la MEL figurait également dans le réquisitoire dressé contre le Département : le temps de travail des agents.

Ces acquis sociaux coûteraient, selon la Chambre, 7,35 millions d’euros chaque année à la MEL. L’équivalent de 143 postes à temps plein.

L’ex-communauté urbaine de Lille, sous la présidence de Martine Aubry puis de Damien Castelain, a consenti de lourds efforts de gestion, reconnaissent les magistrats dans le rapport d’observations définitives communiqué aux élus le 14 octobre.

« Gisements d’économies »


Les effectifs ont été réduits de 84 postes (équivalents temps plein) entre 2010 et 2014, pour s’établir fin 2015 à 2 388 personnes, un chiffre «  inférieur à celui des autres métropoles  », note la Chambre. Une gestion serrée dont la poursuite est d’autant plus nécessaire que les transferts de compétences à la Métropole européenne de Lille (à commencer par la voirie) induisent des transferts de personnel. Or il existe des «  gisements d’économies  », relèvent les sages.

Semaine de 33 heures


Et le principal filon résiderait dans le temps de travail. Trop faible du fait de congés trop nombreux, selon la CRC, qui a fait le compte : cinq semaines réglementaires, « deux jours de fractionnement », « journée du président », dix jours fériés, cinq ponts, jours d’ancienneté (jusqu’à six après trente ans de carrière) et demi-journée jeunes parents.

Résultat, un agent de la MEL travaillerait en moyenne 33 heures par semaine, ou 1 501 heures par an. Moins que la durée légale, 1 607 heures, et moins qu’au Département, 1532 heures. Ces acquis sociaux coûteraient, selon la Chambre, 7,35 millions d’euros chaque année à la MEL. L’équivalent de 143 postes à temps plein.

Martine Aubry et Damien Castelain ont chacun répondu aux observations des magistrats. La première a notamment contesté la moyenne de 1 501 heures, selon elle une «  durée théorique  » ne tenant pas compte du poids relatif des congés spécifiques. Le second a réfuté que les avantages octroyés aux agents contrevinssent à la loi. Au moment où Jean-René Lecerf impose le passage aux 35 h, Damien Castelain assume d’occuper l’avant-garde de la réduction du temps de travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: VOILA POURQUOI LES GENS N' ONT PLUS ENVIE DE VOTER   Jeu 27 Oct - 10:34

AVEC PERCHERON les voyages formaient  les élus du conseil régional et
Michel Hecquet , élu écologiste EELV les VERTS en a bien profité.










Dernière édition par PACA le Jeu 27 Oct - 10:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: VOILA POURQUOI LES GENS N' ONT PLUS ENVIE DE VOTER   Jeu 27 Oct - 10:12






 
 
 

BATAILLE POUR UN FAUTEUIL


 Patrick Kanner veut être sénateur et souhaite que la deuxième place revienne à sa fidèle Martine Filleul, au titre notamment de son (grand) service rendu : avoir pris la fédération PS du Nord au candidat de Martine Aubry. 


Problème, ceci implique que la sénatrice Delphine Bataille laisse sa place. Comment ? En allant se présenter sur la circonscription de son père, le député Christian Bataille (notre photo) qui, à 71 ans en 2017, est prié de prendre sa retraite. 


Les Bataille refusent. 




Et on apprend que le ministre ne s’est pas contenté de demander. 


Le conseil fédéral du PS du Nord – dont Martine Filleul est la patronne – a voté pour que cette circonscription soit réservée à une femme.


 Ce stratagème est non seulement cousu de fil blanc, mais en plus victimise un Christian Bataille dont on pouvait pourtant à la base s’interroger sur la légitimité à briguer un... septième mandat.

LA VOIX DU NORD


lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 535
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: VOILA POURQUOI LES GENS N' ONT PLUS ENVIE DE VOTER   Lun 26 Oct - 11:38

19 OCTOBRE 2015

Dans "Frères ennemis", les journalistes Renaud Dély et Henri Vernet décrivent une classe politique déboussolée, dont l'unique moteur est la haine. Florilège.





CHARLOTTE CHAFFANJON
Publié le 19/10/2015- Le Point.fr

 

photo datant du 15 mai 2012 à Paris 

 
François Hollande, président de la République : "Tous ceux qui sont autour de moi doivent me protéger et non se protéger. Tout ce que je pourrais faire pour eux pourrait se retourner contre eux et à juste titre contre le président."

François Rebsamen, maire PS de Dijon et ancien ministre du Travail, à François Hollande : "Mais, François, t'es malade ? Avec Lebranchu, on va avoir du fumier devant nos permanences dans quinze jours !"

François Rebsamen, encore : "Au fond, Stéphane et moi, François ne peut plus nous voir, il ne nous supporte plus…"

Arnaud Montebourg, ancien ministre PS de l'Économie : "Au fond, toute ma vie, j'ai combattu François Hollande."

Vincent Peillon, ancien ministre PS de l'Éducation nationale : "En fait, déjà pendant la campagne, je ne les supportais plus…"

Les "snipers sarkozystes" à propos de Bruno Le Maire : "On lui a épargné les mines de sel et aujourd'hui il nous crache à la gueule."

Nicolas Sarkozy au sujet de son ancien ministre de Travail Xavier Bertrand : "Mais enfin, qu'est-ce qui lui prend ? Moi qui lui ai donné le parti et de gros ministères ? C'est un médiocre. Sans moi, il ne serait rien."

Jean-François Copé, ancien président de l'UMP : "Si la peine de mort avait existé, s'il avait eu le pouvoir de me mettre à mort dans les quinze jours, le processus aurait pu aboutir."

Dialogue entre Jean-Marie Le Pen et sa fille Marine Le Pen, FN : "On en est là à cause de ton ego surdimensionné ! - Non, à cause de ta paranoïa !"

Jean-Vincent Placé, sénateur écolo : "Tu devrais en buter un pour l'exemple. Après, les autres ne moufteront plus, crois-moi."



Ont-ils tous perdu la tête ?





[size=20]Cet ahurissant recueil de citations fleuries est extrait de Frères ennemis*, deuxième livre que consacrent les journalistes Renaud Dély, de L'Obs, et Henri Vernet, duParisien, à la violence en politique. 
[/size]

[size=20]On ne découvre pas ici qu'au sommet tous les coups sont permis ni que le pouvoir déconnecte de la réalité. Mais les auteurs ont obtenu une foule de témoignages – celui de l'ancien ministre de l'Éducation nationale Vincent Peillon est même unique – qui rendent glaçante cette constatation et prégnante cette question : ont-ils tous perdu la tête ?[/size]

Du premier cercle des hollandais meurtris aux sarkozystes survoltés, de la guerre familiale au Front national – "C'est Loft Story sans la piscine" – à la "secte" EELV qui explose sur fond de différents politiques et de règlements de comptes amoureux, nos dirigeants, "ces nombrils qui nous gouvernent", semblent passer leur temps à jouer à la guerre plutôt qu'à réfléchir à un projet d'avenir. 

Dans ce monde d'hommes, où les rares femmes, telle NKM, doivent revendiquer le statut de "tueuse", les sensibilités sont exacerbées. Tout n'est que passion, revanche et blessures extrêmes.

Ce n'est pas pour rien que certains, non sans paradoxe puisqu'ils rêvent eux-mêmes de la plus haute fonction (Arnaud Montebourg, Jean-Luc Mélenchon...), ne cessent de réclamer un changement de régime pour dépersonnaliser un système où la perspective de la présidentielle hystérise le débat.

Comment réfléchir sereinement quand on ne pense qu'à tuer l'autre, du moins symboliquement, le tout en pleine période de montée du Front national, de défiance envers les politiques et d'abstentions record. À moins que ceci n'explique cela...

Frères ennemis de Renaud Dély et Henri Vernet, Calmann-Lévy
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: VOILA POURQUOI LES GENS N' ONT PLUS ENVIE DE VOTER   Mar 31 Mar - 16:55

http://dailynord.fr/2015/03/louvre-lens-elvire-percheron/

GRANDES MANOEUVRES



DAILYUNE PAR DAILYNORD | 09H30 | 31 MARS 2015
Elvire Percheron au Louvre-Lens : cette fois, c’est la bonne !


INFO DAILYNORD. Le Percheron est buté. Quand il a une idée en tête… En 2012, le président de Région avait déjà tenté de propulser sa fille, Elvire, à la direction du Louvre-Lens. Avant de lui offrir, un an plus tard, un poste de directrice générale adjointe au sein du Conseil régional. Rebelote. Dans quelques jours, Elvire débarque au Louvre-Lens.

Un an d’abonnement gratuit à DailyNord pour qui trouve Elvire Percheron sur cette photo dans la Galerie du Temps. Photo : DailyNord.



Ce n’était donc qu’une question de temps. Au printemps 2012, Daniel Percheron avait tout fait pour que sa fille, alors sa conseillère spéciale en matière de culture au Conseil régional, devienne n°3 du Louvre-Lens, au poste d’ administratrice adjointe.


 Hélas, quelques fuites malencontreuses à la presse à propos du caractère népotique de la promotion – le Louvre-Lens est financé en grand partie par la collectivité régionale -, ainsi que les réserves de certains membres du conseil d’administration du musée, avaient contraint le Président à rebrousser chemin. Le poste promis à Fifille était dans la foulée « non pourvu » sur l’organigramme du musée.


C’était Elvire ou rien, fallait-il comprendre. Une Elvire qui ne restait pas longtemps sans prendre du galon. En novembre 2013, DailyNord vous révélait qu’elle était nommée cette fois-ci Directrice Générale Adjointe (DGA) au Conseil Régional – soit l’un des plus hauts postes de l’institution -, ce qui avait eu le don de fortement agacer certains fonctionnaires territoriaux.
La nouvelle DGA en charge de la mission « Attractivité et Solidarités », soit la politique culturelle, ne sera pas restée bien longtemps en poste.


 Dans quelques jours, Elvire Percheron rejoindra officiellement la direction du célèbre musée en tant qu’administratrice adjointe chargée de la communication et du développement des publics (le descriptif du poste par ici). Une demi-surprise tant la rumeur courait depuis des mois parmi les quatre-vingt-cinq salariés affectés autour de la Galerie du Temps.


Officiellement, le Conseil régional n’est pas intervenu dans la nomination



La nomination est défendue par Catherine Ferrar, administratrice générale et numéro 2 du Louvre-Lens, contactée ce lundi par DailyNord.


 « Finalement, c’est un handicap de s’appeler Percheron… Parmi les quatre à six candidatures de mémoire pour ce poste, elle était objectivement au dessus du lot. Elle a participé en amont à l’ouverture du Louvre-Lens au vu de ses fonctions au sein du Conseil Régional. Elle connaît parfaitement le dossier. » Comme les autres candidats, la fille du Président est passée devant un jury fin janvier.


 Celui-ci était composé des collectivités régionales partenaires, à savoir le Département du Pas-de-Calais, la Ville de Lens et la Communauté d’Agglomération Lens-Liévin, mais pas le Conseil Régional (cette collectivité n’a pas son avis à donner sur les nominations des administrateurs adjoints selon les statuts de l’établissement, voir ici l’article 13).


En revanche, le Louvre-Paris a tenu à faire partie du jury cette fois-ci pour contrer par avance les accusations de népotisme qui avaient fait grand bruit en 2012.
 Des accusations injustifiées selon Catherine Ferrar : si les deux postes d’administrateurs adjoints n’avaient pas été pourvu à l’époque, c’est parce qu’ils étaient « mal définis » et qu’ils ne correspondaient pas à de réels besoins en période de pré-ouverture. Trois ans plus tard, ce n’est plus le cas.
 A en croire la numéro 2 du musée, le succès du Louvre-Lens a rendu la création de ces deux postes indispensable à la bonne marche du musée.


 Au côté d’Elvire Percheron, arrive donc un administrateur adjoint chargé de la partie financière, juridique et des ressources humaines : Ludovic Vigreux, actuellement directeur général des services dans une mairie du Pas-de-Calais, choisi parmi une quinzaine de candidats (ses missions sont décrites dans cette annonce).


Une nomination qui tombe à pic



Quoi qu’il en soit, la nomination d’Elvire Percheron tombe à pic, alors que son père va quitter le Conseil régional en décembre.
 Au sein de la collectivité, personne n’a l’air pressé de prendre sa suite : accepter un poste aussi exposé pourrait en effet s’avérer suicidaire en cas de changement de majorité dans quelques mois. Se recaser avant cette sombre perspective est d’ailleurs l’un des sports les plus prisés en ce moment par les collaborateurs estampillés de gauche au sein des collectivités territoriales.


 Elvire, elle, peut souffler. Aux suivants !




afro afro afro afro afro afro afro
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: DEPENSES SANS CONTROLES    Mar 19 Juil - 9:06

Montpellier : 2 associations culturelles subventionnées à 90%
à la une • communauté de communes • conseil général • conseil régional • les financements • mairie
2 associations de Montpellier sont financées à 90 % par l’argent public. Euterp et “le Festival de Radio France et Montpellier Languedoc-Roussillo
n”.

Les associations les plus subventionnées sont généralement des organismes créés à l’initiative des collectivités territoriales ou de l’État. Elles sont dirigées par des fonctionnaires ou sous tutelle administrative. On les appelle les associations “faux-nez” de l’administration.

Euterp est l’association de gestion des opéras de Montpellier et l’orchestre national de Montpellier. Elle est placée sous la tutelle d’un surintendant de la musique, René Koering . Voici ce qu’en dit l’hebdomadaire L’Agglo-Rieuse, ” le journal d’information impertinente” de la Communauté d’Agglomération de Montpellier :

” [Jetons] un coup d’oeil sur le “machin mis en place pour engranger et dépenser des dizaines de millions d’euros. Comme les règles de la fonction publique territoriale, en particulier les statuts du personnel et les rémunérations, sont très encadrées, nos “mali­nous” ont créé une association pour contourner le problème. Cette association-couverture est habillée du joli nom de la muse de la musique : Euterp. Son président est l’ancien préfet Daniel Constantin, qui, retraité de l’État, émarge aussi au budget régional et possède un bureau proche de celui de Frêche à l’hôtel de Région. L’association bénéficie aussi, grâce à l’Agglo, d’un siège à l’Opéra Berlioz au Corum.

Billetterie : seulement 10 %

Le budget annoncé pour 2009 par le conseil d’ad­ministration du 19 décembre de cette ” modeste” association est de 25 136 089 € hors taxes. 25 M€, à titre de comparaison, le coût des pompiers de l’Hérault et des services incendie et secours est de 62 M€ par an. Seulement 10 % des recettes d’Euterp proviennent de la billetterie, ventes de spectacles et mécénat. C’est l’argent public qui alimente le bud­get à 90%.

L’Agglo est le plus gros pourvoyeur de fonds avec une subvention de 11,20 M€, suivie par la Région à 7,60 M€ pour 2009. L’État verse à Euterp 3,5 M€ et le Département 0,6 M€. La Ville de Mont­pellier, qui ne donnait que 0,025 M€ en 2008, se fend cette année, après une gueulante de Frêche, de 0,13 M€, soit cent fois moins que l’Agglo. Les chœurs et l’orchestre, soit une centaine de personnes, consom­ment près de 8 M€ des dépenses de personnel, admi­nistratifs et techniciens 5,1 M€.

Une autre association, le Festival de Radio et Montpellier Languedoc-Roussillon, plane sur la musique avec, à la direction, l’incon­tournable Koering (7 OOO€ par mois). Sur un budget 2009 à 3,2 M€, les recettes de la billetterie n’atteignent que 10 % du total. La Ville de Montpellier, principale bénéfi­ciaire du festival qui est à son nom, ne par­ticipe pas au tour de table financier. La Région, avec 2 M€, est le principal bailleur de fonds de l’opération; suivent l’Agglo, le Département et Radio France qui cotise symboliquement à 0,19 M€.

Bien enten­du, nos édiles proclament que toutes les précautions sont prises pour contrôler ces millions d’argent public, avec commissaire aux comptes et tutti quanti. Il n’en demeure pas moins curieux que ce soit des associations et non des collectivités, qui pourtant subventionnent aux 9/10, qui gèrent directement ces 28 M€.”

Les faux-nez de l’administration

Au prétexte de chercher des formules de gestion plus souples, l’État ou les collectivités territoriales travestissent ces nouvelles structures sous le label associatif, ce qui complique encore le contrôle, par les citoyens français ou leurs représentants, de l’usage des fonds publics.

Elles permettent à l’administration de pratiquer des activités – commerciales, par exemple – que son statut public lui interdit.

C’est bien commode pour les collectivités qui font du clientélisme ou qui maquillent en subvention des dépenses, qu’elles sortent ainsi du budget où elles devraient apparaître.

La profonde inégalité entre les associations subventionnées (0,01 % d’entre elles qui raflent près de 55 % de la manne étatique) est provoquée par le détournement du système associatif au profit des institutions publiques : les subventions sont devenues une véritable chasse gardée de faux-nez de l’administration.

Nous avons affaire à un véritable détournement des finances publiques : une administration omnipotente et omniprésente utilise la loi de 1901 sur les associations pour s’autofinancer au lieu de promouvoir les initiatives de la société civile en fonction de l’utilité publique.

[b]La solution : une gestion directe de l’État ou des collectivités locales ou au contraire une dévolution totale au privé.[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: LA PANIQUE CHEZ LES ELUS    Jeu 31 Mar - 11:42


Certains élus ont parfois la tentation de jouer en solo afin de tirer seul leur carte du jeu et de ne rendre de comptes a personnes .

Dans le bas pays du Bethunois on dit : " il vaut mieux un grand chez soi , qu 'un petit chez les autres " et celà les incite peut être, dans une vision egocentrique à ne pas vouloir adherer à un parti politique.

Evidemment là ils seraient perdus dans la masse et noyés dans une organisation necessaire pour être plus efficace .Leur probleme est qu 'ils devraient se plier a ce parti et celà gene leur individualisme .

Ils se refusent donc a jouer collectif et ils préferent se marginaliser en étant seuls contre tous .

Lorsqu 'il y a une vague " bleue Marine " on pare au plus pressé , on se protege , on s 'unit , on se rassemble pour essayer d 'endiguer et de limiter les dégats et ensuite le danger passé on essaye ENSEMBLE de tout faire pour que ça ne se reproduise plus...

On ne reste pas tout seul , avec ses petites mains pour rétablir la securité et la paix .

Rester seul dans la tempete face aux éléments déchainés c 'est le seul moyen de se laisser emporter et noyer par la vague ...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2551
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: VOILA POURQUOI LES GENS N' ONT PLUS ENVIE DE VOTER   Mar 22 Mar - 10:23

La déliquescence politique...

Cette déliquescence a atteint son apogée, vendredi et samedi, par la distribution de 2 tracts mensongers et diffamatoires.


1- Le premier était un tract anonyme (c'est-à-dire: non signé) distribué par le PS, notamment sur le marché d'Hénin-Beaumont, par Messieurs Facon, député, Picque, conseiller général sortant, Yard, maire de Montigny. Pris en flagrant délit par S. Briois, le conseiller général a fui, le député et le Maire ont bredouillé des phrases incompréhensibles comme l'auraient fait des gamins pris en train de chaparder...
B. Yard, pour démontrer sa bonne foi, a même déployé son tract, ce qui a épargné au FN de faire appel à un huissier pour faire constater la réalité du délit.
Ce tract anonyme (comme pour mieux montrer que ses auteurs étaient irresponsables, puisqu'ils n'assumaient pas leurs propos) dénonçait les indemnités perçues par M. Le Pen au titre de ses différents mandats (14 680 euros). Double mensonge:
- en incluant, dans ces indemnités, des frais forfaitaires (secrétariat, etc);
- en omettant (à dessein) de signaler que la loi limitait le montant des indemnités à 1,5 fois l'indemnité parlementaire de base, soit environ 8400 euros bruts (écrêtement), le surplus étant reversé à un élu, en l'occurence...S. Briois (environ 2000 euros).


Le FN a donc tous les éléments pour faire annuler les élections si...il ne gagne pas...


Ce tract est-il également diffamatoire ou injurieux? Ce sera à la justice de se prononcer. Il prétend que MLP avait choisi son mandat de députée européenne, bien indemnisé, plutôt que celui de conseillère municipale héninoise, non indemnisé...Il m'aurait paru plus judicieux d'écrire que c'est la loi sur le cumul des mandats qui obligeait à faire un choix entre les 2. Qu'elle ait choisi le mandat le plus rémunérateur, chacun est libre de le penser!

Quant aux élus qui ont distribué le tract incriminé, leur responsabilité pénale risque d'être recherchée...Une inéligibilité à prévoir? Peut-être...

2- Le second tract, distribué par le FN est doublement mensonger à l'égard de Pierre Ferrari:

- une photo sur toute la première page montre Gérard Dalongeville avec Pierre Ferrari, en omettant de dire que PF avait été démis de ses fonctions au bout de 3 mois de mandat, parce qu'il s'opposait au maire. Bien sûr, le procédé veut semer la confusion dans l'esprit des lecteurs... A signaler d'ailleurs que, à l'intérieur de ce 4 pages, figure une autre photo du même style faisant partie des archives photographiques de la mairie. La justice ne manquera pas de s'intéresser au fait de savoir comment cette photo a pu arriver entre les mains du FN.

- sur ce même tract apparait photocopie d'un prétendu contrat de travail CDI signé par le Directeur de l'Hôpital de l'époque (M. Reynald Ferrari), embauchant ...son fils, à dater de juin 2007. A cette époque, Pierre Ferrari travaillait à la mairie. Cela voudrait donc dire que le contrat était un emploi fictif à l'Hôpital!
On se doute bien que ce contrat est un faux fabriqué à partir d'un autre contrat. Ce maquillage a été fait de l'intérieur de l'Hôpital, avec peut-être des complicités de l'extérieur, et transmis au FN.
P. Ferrari a, bien entendu, porté plainte et une enquête ne devrait pas avoir trop de mal à remonter la filière. Les responsables de ce faux devrait être démasqués facilement. Restera à déterminer quel rôle a joué le FN: commanditaire ou complice? S'il est complice, la question est de savoir qui avait intérêt à salir P. Ferrari...
Que ce soit pour la photo ou le faux-contrat, la manipulation est grossière. Dans les 2 cas, il s'agit d'archives auxquelles peu de personnes ont accès, ce qui facilitera l'enquête!

Sales mœurs à Hénin-Beaumont!
PUBLIÉ PAR ALAIN ALPERN
LIBELLÉS : ELECTIONS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: VOILA POURQUOI LES GENS N' ONT PLUS ENVIE DE VOTER   

Revenir en haut Aller en bas
 
VOILA POURQUOI LES GENS N' ONT PLUS ENVIE DE VOTER
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi les gens fument ?
» Pourquoi les gens ne comprennent pas ma démarche ?
» Les gens sont curieux
» Pourquoi avoir créé un forum sur le paranormal ?
» Pourquoi vivre si on est athée ?

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
LES GENS DE LOCON SUR LAWE :: MONDE , Politique, financier, religieux,idéologique... :: GENS D'ICI ET CHRONIQUE DU SOUVENIR :: ON EN PARLE ? :: LA TETE DE GONDOLE DE LA SEMAINE-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: