LES GENS DE LOCON SUR LAWE
LES GENS DE LOCON SUR LAWE

Tout ce qui concerne les gens de LOCON et du BETHUNOIS
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 ADMR62 ou l 'aide aux personnes agées détournée ! ! ! !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 515
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: ADMR62 ou l 'aide aux personnes agées détournée ! ! ! !   Mar 29 Mar - 9:36

http://www.lavoixdunord.fr/region/l-admr-62-en-deficit-definir-une-strategie-pour-les-ia653b16386n3239891


L’ADMR 62 en déficit: «Définir une stratégie pour les 3 à 5 ans à venir»

PUBLIÉ LE 25/12/2015
PAR DAVID DERIEU

Après un âge d’or dans les années 2000, de nombreuses structures ADMR (Aide à domicile en milieu rural) du Pas-de-Calais accusent un déficit. Pour André Olivier, président de la fédération départementale, la crise est bien là et la situation est grave, mais pas désespérée.




Nous évoquions il y a une dizaine de jours le bilan d’activité de l’ADMR d’Aubigny, structure passée en déficit cette année. Une situation que connaissent hélas de nombreuses structures ADMR du Pas-de-Calais. « L’an dernier, sur les 25 services d’accompagnement et d’aide à domicile (SAAD), une structure sur deux était déficitaire. Et la tendance 2015 est à un nombre de bilans déficitaires de plus en plus important », constate André Olivier. Sans être plus surpris que cela, vu que les causes sont identifiées et qu’un travail est entrepris pour y remédier.
« La grande difficulté, c’est que ce déficit s’ajoute à une absence de trésorerie pour y faire face. Le système est tendu. Le conseil départemental soutient l’ADMR et la finance, mais avec ses limites budgétaires également », explique le président. Il précise d’ailleurs que ce n’est pas la fédération qui demande aux structures déficitaires de retrouver l’équilibre dans les trois ans, mais bien le Département, lié aux structures locales par des contrats pluriannuels d’objectifs et de moyens (CPOM).
Les bilans négatifs sont dus à plusieurs facteurs. Des frais fixes qui augmentent, à cause par exemple de la nouvelle législation sur les mutuelles.Le nombre de plans APA(allocation personnalisée d’autonomie) accordé qui est en baisse, et la diminution également du nombre d’heures alloué à ces plans. Les frais liés aux temps de déplacement, aux kilomètres à rembourser et à la modulation des heures, qui sont autant de freins pour contenir les dépenses. « L’objectif premier est de diminuer les charges, confirme André Olivier, mais ça ne suffira pas à tout solder… »

>> Des pistes pour retrouver l’équilibre













André Olivier n’est pas défaitiste ou pessimiste. « Quand on a fêté les 60 ans de l’ADMR du Pas-de-Calais, quelqu’un a dit la vie commence à 60 ans ! Il faut y croire, il y a encore beaucoup à faire », estime le président. Pour cela, une méthode est arrêtée, et un calendrier de travail défini. « Il faut définir une stratégie départementale pour les trois à cinq années à venir. On va le faire à partir de début janvier. Nous allons organiser des réunions avec les présidents locaux dans nos quatre secteurs du Pas-de-Calais, pour dresser un état des lieux précis et se dire les choses. L’idée est d’associer le plus grand nombre de personnes à la démarche, les présidents et les bénévoles, les directeurs et les cadres locaux. »

Palette de services immense













Regarder la réalité et la difficulté en face pour mieux y répondre, ce sera une première étape. Viendra ensuite le temps du déploiement des solutions, et l’ADMR ne manque pas d’imagination.
Le salut pourrait venir en partie du développement de réponses déjà existantes, mais sous-utilisées. « Nous faisons 80 % de notre activité dans le secteur de l’autonomie, mais nous avons des services à développer dans les domaines de la famille et de l’aide à domicile en général. Nous avons une palette de services immense à développer. » Mieux faire connaître ses propositions pour la garde d’enfants à domicile, les soutiens aux familles et les actions socio-éducatives, c’est s’ouvrir les portes de nouveaux clients. Il en va de même pour le ménage et le repassage, le petit bricolage et le petit jardinage. Tout cela existe et mérite d’être mieux connu.

« Habiter autrement »













La mise en place de nouveaux produits est également envisagée. Un projet de soins infirmiers est à l’étude ici ; un projet de micro-chèche est envisagé là. Un projet est en cours de réflexion pour développer dans le Pas-de-Calais le programme « Habiter autrement », déjà expérimenté ailleurs. « Il s’agit de petites unités d’une douzaine de logements où les personnes vieillissantes peuvent rester autonomes et bénéficier d’une offre de services mutualisée, pour rester chez soi le plus longtemps possible. » Une solution proche du béguinage, pour laquelle la puissance départementale et nationale de l’ADMR est un atout indéniable. « Il n’y a pas de résignation, notre réseau est une force. »
++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro

L'ex-directeur de l'ADMR 62 et son adjoint en garde à vue

PUBLIÉ LE 10/12/2010 À 04H16
Un directeur départemental d'ADMR (aide à domicile en milieu rural) émargeant à 20 000 E par mois...



Un salaire mirobolant qui a de quoi interpeller. Lundi et mardi, au terme d'une enquête qui aura duré plus d'un an, le SRPJ de Lille a placé en garde à vue cet ancien directeur de l'ADMR du Pas-de-Calais, ainsi que son adjoint. Tous deux ont été laissés libres à l'issue de leur audition, mais le dossier a été transmis au procureur de la République de Béthune.
L'affaire commence en mars 2009, lorsque la préfecture du Pas-de-Calais, informée de dysfonctionnements, demande l'envoi d'une mission interministérielle pour regarder d'un peu plus près le fonctionnement de l'ADMR 62. La mission se penche par la même occasion sur l'HAD Artois-Ternois, un service d'hospitalisation à domicile créé par l'ADMR 62, sur lequel se trouve ventousée HFLS, une coûteuse petite filiale de droit privé. Le rapport de la mission sera transmis à Daniel Lenoir, directeur de l'agence régionale de santé, qui demande au SRPJ de Lille d'enquêter.
Entre-temps, l'ADMR 62 a fini par licencier le directeur et son adjoint. Tous deux attaquent d'ailleurs leur ex-employeur devant les prud'hommes, le directeur réclamant une indemnité de... deux millions d'euros. Les prud'hommes de Béthune doivent rendre leur jugement dans cette affaire le 21 janvier 2011.
Avantages en nature
Pendant la garde à vue au SRPJ de Lille, les enquêteurs ont entendu les deux hommes sur leurs salaires extravagants. Ils les ont aussi interrogés sur d'autres avantages en nature : chauffeur, travaux dans leurs domiciles, prise en charge de factures privées, etc. Les policiers se sont penchés sur le cas HFLS, cette micro-société qui employait la fille, le fils et le beau-fils de l'ex-directeur. « Ça tournait un peu en vase clos », souligne un proche du dossier, qui rappelle que seuls le directeur et son adjoint sont entendus dans ce dossier : « Les autres salariés des ADMR et de l'HAD Artois-Ternois ne sont pas du tout mis en cause. » L'ex-directeur et son adjoint ont admis les avantages financiers dont ils bénéficiaient, mais les ont justifiés par le fait que le président de l'ADMR de l'époque, Augustin Sergeant, hélas décédé depuis, les leur avait accordés. La confiance de ce vieux monsieur, âgé de 84 ans, a-t-elle été abusée ? Voilà une des questions clefs du dossier. •
A. D. et F. T.
La Voix du Nord
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: ADMR62 ou l 'aide aux personnes agées détournée ! ! ! !   Dim 26 Sep - 13:29

Salaire mirobolant et petite filiale... les dangereuses pratiques de l'ADMR 62
dimanche 26.09.2010, 05:15 - PAR FRANÇOISE TOURBE



Les locaux d'HFLS, Haut de France logistique santé, près de la gare de Béthune, sont fermés depuis juin 2010.

Pourquoi des associations locales ADMR (aide à domicile en milieu rural) refusent-elles les nouveaux statuts proposés par leur fédération départementale, au point que certaines d'entre elles envisagent de partir ?

Comment l'Hospitalisation à domicile Artois-Ternois s'est-elle retrouvée avec un trou dans son budget qu'elle peine à combler ? Une histoire à tiroirs (caisse ?) dans laquelle on va de surprise en surprise.

Les derniers conseils d'administration de l'ADMR 62 ont été rudes pour Michel Delmotte, président, qui a essuyé deux refus : celui des nouveaux statuts de la fédération et celui du cautionnement d'un prêt bancaire de 800 000 euros au profit de l'HAD Artois-Ternois.

« Nous sommes en désaccord avec l'ADMR 62 qui veut faire partager ses risques financiers aux associations locales », explique André Flajolet, président de l'ADMR de Saint-Venant et environs et député.
Des risques financiers ? Une ADMR ? Eh bien oui... Vendredi 17 septembre, le conseil des prud'hommes de Béthune a examiné l'affaire opposant Régis Dubreucq, ancien directeur de l'ADMR 62, à son ex-employeur.

Le montant des indemnités réclamées laisse pantois : 2 millions d'euros...


Un salaire de président de la République

C'est que ce dédommagement est à la hauteur de la rémunération de M. Dubreucq qui s'élevait, les dernières années, à plus de 20 000 euros mensuels (brut). Plus que le président de la République... S'y ajoutaient une indemnité de logement de 1 000 euros, la prise en charge des factures d'eau, d'électricité, de redevance TV, une voiture de fonction... Tout cela - certes - parfaitement paraphé par le président départemental de l'époque, Augustin Sergeant, le maire octogénaire d'Ecoust-Sein-Mein, près d'Arras, hélas décédé depuis.

Rien n'interdit, évidemment, de gagner plus de 20 000 euros par mois et sans doute M. Dubreucq se donnait-il corps et âme pour l'ADMR 62, mais le gouffre séparant sa rémunération de celle des petites mains de l'aide à domicile en milieu rural, souvent payées au SMIC, n'en demeure pas moins sidérant. Les prud'hommes rendront leur jugement le 21 janvier.

Quant à l'HAD Artois-Ternois, fondée par l'ADMR 62 en 2006, elle offre une qualité de soins appréciée et qui n'a jamais été mise en cause.

Une petite filiale qui coûte cher...

Pourtant, elle peine à combler le déficit causé par la remontée, dans son budget, des pertes de la petite filiale de droit privé, HFLS, fermée en juin 2010.

Créée en avril 2008, HFLS semblait au départ une bonne idée puisqu'il s'agissait de mutualiser la logistique de l'hospitalisation à domicile entre plusieurs associations oeuvrant dans le même domaine.

Le problème, c'est qu'HFLS facturait ses services au forfait - 50 euros par jour et par patient - qu'il y ait ou non prestation. L'HAD, qui est montée au plus fort de son activité jusqu'à 140 patients par jour, pouvait ainsi verser, quotidiennement, 6 000 à 7 000 euros à HFLS. Une charge qui est vite devenue « hautement problématique ».

Le contrat a été renégocié, mais c'est alors HFLS, dont les charges de personnel étaient exagérément lourdes, qui s'est retrouvé dans le rouge... •

UNE ENQUÊTE CONFIÉE AU SRPJ

Une coûteuse petite filiale de droit privé ventousée sur une association d'hospitalisation à domicile, fonctionnant donc avec de l'argent de la sécurité sociale… Le dispositif a fini par attirer l'attention....
En mars 2009, le préfet du Pas-de-Calais a envoyé une mission interministérielle enquêter auprès de l'HAD Artois-Ternois et de l'ADMR 62. Sept experts de la santé, de la sécurité sociale et de la répression des fraudes ont passé une semaine, le nez plongé dans les livres de comptes.

Leur rapport – resté interne à l'administration – a été rendu en avril 2009 au préfet, puis transmis à Daniel Lenoir, directeur de l'agence régionale de santé. Ce dernier a pris les mesures dépendant de sa compétence, demandant par exemple à l'HAD de mieux respecter les critères de l'assurance maladie pour accepter un patient… Mais pour le reste, Daniel Lenoir a estimé ne pas disposer des moyens lui permettant de séparer le bon grain de l'ivraie, et a transmis l'affaire à la brigade financière du SRPJ de Lille. Qui a ouvert une enquête. Celle-ci devrait atterrir, dans les prochaines semaines, sur le bureau du procureur de Béthune.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
ADMR62 ou l 'aide aux personnes agées détournée ! ! ! !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Exprimer une idée à l'aide de figures de style
» Priere pour les personnes désespérées
» Besoin d'aide pour une personne en difficulté
» Besoin d'aide pour un melange d'alcool
» Mexique : des chevaux au secours de personnes handicapées

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
LES GENS DE LOCON SUR LAWE :: MONDE , Politique, financier, religieux,idéologique... :: gens d ' ici :: ON EN PARLE ? :: La VIE dans le BETHUNOIS-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: