LES GENS DE LOCON SUR LAWE
LES GENS DE LOCON SUR LAWE

Tout ce qui concerne les gens de LOCON et du BETHUNOIS
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 GENS DU VOYAGE et MIGRANTS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: GENS DU VOYAGE et MIGRANTS    Lun 24 Oct - 9:12

GRANDE GESTICULATION A CALAIS ...PENDANT QUE LES ANGLAIS RIGOLENT ....ET QUE LES BELGES FERMENT LEUR FRONTIERE ...




EDWY PLENEL:
· 
« Si on nous demande de partir, on partira. Si on nous oblige à monter dans un bus, on montera dans le bus. Puis on reviendra. Même depuis la frontière espagnole, on reviendra. On a fait plus difficile, comme circuler en Érythrée, de cachette en cachette, jusqu'à la frontière.


 Ou traverser le désert entre la Libye et le Soudan. » Pourquoi l'Angleterre ? Cet ingénieur maîtrise l'anglais, langue dans laquelle il a travaillé. Et il a peur de perdre du temps. « J'ai dépensé plus de 4 000 euros depuis l'Érythrée. Je veux travailler le plus vite possible, et rembourser. Venir en Europe est un investissement. » Et la France ? Il secoue la tête. « Je n'ai jamais entendu dire que c'était bien en France. » Chez les Érythréens – qui forment environ 15 % de la jungle, selon l'ONG Refugee rights –, très peu choisiraient la France, selon Salomon. « Parmi la centaine que je connais ici, il n'y en a pas. Je suppose que jusqu'au dernier moment ils vont tenter le passage. »





Dans le camp de Calais: «On reviendra. On a déjà fait plus difficile.»
Le démantèlement du bidonville devrait commencer lundi 24 octobre. Alors certains migrants tentent par tous les moyens de passer en Angleterre, au risque de leur vie.…
MEDIAPART.FR
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: GENS DU VOYAGE et MIGRANTS    Mer 19 Oct - 11:02

LA VOIX DU NORD


NORRENT-FONTES

Bagarre sur le camp de la Marnière : l’un des migrants blessé est décédé

Une centaine de migrants installés sur le camp de la Marnière, à Norrent-Fontes, ont pris part à une bagarre dans la nuit de lundi à mardi. Deux d’entre eux ont été blessés. L’un d’eux est décédé mardi soir.Par SARAH BINET ET STÉPHANE DEGOUVE |

 Publié le18/10/2016 mis à jour à 21h38


Une bagarre entre une centaine de migrants érythréens et soudanais a éclaté dans la nuit de lundi à mardi sur le camp de Norrent-Fontes. PHOTO ARCHIVES PASCAL BONNIERE








Alertés qu’une bagarre mettant aux prises plusieurs dizaines de migrants érythréens et soudanais avait éclaté dans le camp de la Marnière, vers 1 heure, les secours sont intervenus en nombre. À commencer par les gendarmes venus des compagnies de Béthune (Saint-Venant, PMO de Béthune) et de Saint-Omer (Aire et PSIG de Wizernes). Quand ils sont arrivés, ils ont trouvé «  une centaine de personnes qui se donnaient des coups  », relate Julien Michel, substitut du procureur. Une fois les acteurs de ces violences dispersés, les gendarmes ont découvert que deux d’entre eux étaient blessés.
Secourus par les pompiers, ils ont été emmenés au centre hospitalier de Beuvry. «  On a un blessé léger et un blessé grave qui est dans le coma, poursuit Julien Michel. Il se serait pris un coup de bâton sur la tête.  » On n’en sait pas beaucoup plus sur la gravité des blessures. Ni d’ailleurs sur les victimes ou les auteurs, qui auraient pris la fuite.
«  On essaye de les identifier  » admet le représentant du parquet qui confirme que les gendarmes multiplient les investigations dans le cadre de l’enquête de flagrance. Charge à eux de déterminer aussi les circonstances de cette bagarre. Julien Michel parle, pour le moment, de «  conflit interne dans la vie du camp  ».

Des individus dénoncés

Dans leur enquête, gendarmes et parquet sont aiguillés par les déclarations de réfugiés et de bénévoles de Terre d’errance, arrivés peu après les faits sur les lieux. Une dizaine de Soudanais et d’Érythréens auraient apporté des éléments sur cette agression qui prend des airs de remontrances : des passeurs auraient ciblé un de leur camarade d’infortune. «  On ne fait pas d’angélisme, explique Nan Suel, de Terre d’errance, on a déjà eu des phénomènes de violences. Mais ça n’était jamais allé jusque-là. On condamne évidemment toute violence et tout abus de pouvoir.  » L’association avait d’ailleurs fait évoluer ses statuts pour pouvoir porter plainte.
À chaque fois que des violences ont été constatées, notamment par ces passeurs visés aujourd’hui, «  nous n’avions pas de preuves formelles à présenter aux gendarmes. Et sans preuve, difficile d’accuser. Mais là, on les a identifiés, et ça ne nous pose pas problème de les dénoncer  », poursuit Nan Suel.
Les bénévoles seront encore plus présents au camp les prochains jours. Déjà hier, une longue réunion avec les réfugiés a été organisée car «  tout le monde est abasourdi  ». Les migrants, sonnés, «  ont peur que ça leur retombe dessus  ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: GENS DU VOYAGE et MIGRANTS    Mar 18 Oct - 18:50

Nord Pas-de-Calais



Calais : l'interprète d'un journaliste travaillant pour France 5 violée aux abords de la "Jungle"
Les faits se seraient déroulés la nuit dernière aux abords de la "Jungle " de Calais.


  • @F3nord
  • Publié le 18/10/2016 à 09:48, mis à jour le 18/10/2016 




© MAXPPP Calais, aux abords de la rocade.


L'interprète qui accompagnait un journaliste freelance travaillant pour France 5 a déposé plainte pour viol ce mardi matin au commissariat de Calais. La nuit dernière, vers 2h30, aux abords de la "Jungle", elle affirme avoir été victime d'un viol en réunion. Trois Afghans qui étaient armés de couteaux sont actuellement recherchés. La jeune femme participait à la réalisation d'un reportage sur les mineurs isolés.

Selon le Parquet de Boulogne-sur-mer, l'un des trois individus a obligé l'interprète à avoir un rapport sexuel sous la menace d'un couteau tandis que les deux autres maintenaient à distance, également avec un couteau, le journaliste de 42 ans. Lorsque les trois personnes les ont laissé partir, le journaliste et son interprète se sont rendus au commissariat de Calais et l'interprète en pachtoune de 38 ans, originaire d'Afghanistan, a été prise en charge par le CHR de Calais. Le matériel de l'équipe a également été volé. 

TROIS PERSONNES RECHERCHÉES


Cette "équipe chevronnée préparait pour France 5, depuis plusieurs mois, une enquête sur les mineurs isolés de Calais", a confirmé une porte-parole de la chaîne, qui a apporté son soutien aux victimes.

Les trois agresseurs sont toujours recherchés, selon le parquet qui précise qu'une enquête a été ouverte confiée à la Police Judiciaire de Coquelles. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: GENS DU VOYAGE et MIGRANTS    Mar 18 Oct - 18:47





NORRENT-FONTES Bagarre entre une centaine de migrants, un blessé dans le coma

PUBLIÉ LE 18/10/2016
C. J.







La gendarmerie était au camp de migrants ce mardi après-midi pour effectuer des constatations sur place. Cette nuit, vers 1h du matin, une bagarre a éclatée entre une cinquantaine d’Érythréens et une cinquantaine de Soudanais.
Deux blessés, chez les migrants, ont été évacués au centre hospitalier de Béthune-Beuvry. L’un d’eux se trouve dans le coma.
Les confrontations ne sont pas rares au sein du camp de Norrent-Fontes, du fait notamment de la cohabitation entre diverses nationalités. Mais il est très rare qu’autant d’exilés soient en cause.
Une enquête, menée par la gendarmerie, est en cours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: GENS DU VOYAGE et MIGRANTS    Sam 15 Oct - 19:19

LA VOIX DU NORD 
Pour Camille, 17 ans, la solidarité avec les migrants est une affaire de famille

Que peuvent bien faire des adolescents de 17 ans durant leur temps libre ? Squatter les réseaux sociaux ? Faire du sport ? Un peu de tout ça, sans doute, mais aussi s’engager dans des actions de solidarité. À l’image de Camille Lamour, lycéenne et sensible au sort des migrants à Calais.

Par BENOÎT FAUCONNIER | Publié le 15/10/2016
 










Quitter quelques heures par mois le confort douillet du nid familial ou du lycée, pour affronter la dure réalité d’un camp de migrants à Calais… Camille Lamour, 17 ans, a franchi le pas, et elle adore ça. Elle a emmené sa mère dans cette aventure solidaire. Premier déclic fin mai : «  On a croisé un migrant qui marchait derrière Décathlon. Il cherchait la direction de Calais  », explique Camille, alors en voiture avec sa mère et son frère. «  Je suis allée le voir, j’ai acheté un menu au fast-food et j’ai demandé à mon fils de se déshabiller dans la voiture pour lui laisser son t-shirt  », explique Delphine, la maman, qui songeait depuis un moment à s’engager localement en faveur des plus démunis.
Une semaine plus tard, deuxième déclic, au lycée Saint-Dominique, où Camille est scolarisée en terminale S : «  On étudie en classe le roman Eldorado, de Laurent Gaudé. Le texte abordé, c’est ce que cherchent les migrants. Notre prof a contacté le Secours catholique, qui est venu au lycée.  »




Suite à une visite du Secours catholique au lycée





Camille est convaincue qu’elle peut venir en aide à ces populations en difficulté : «  On a une belle vie. Si on peut faire profiter les gens d’un peu de gentillesse, de nos connaissances…  » L’adolescente revient chez elle avec des projets en tête. «  Elle m’a dit : «maman, il y a un départ pour Calais avec le Secours catholique. Je peux y aller ? Tu peux m’accompagner ?»  » raconte Delphine, qui accepte. Le premier trajet à Calais est un choc : «  Quand on arrive au camp, on est dans un autre monde. J’ai reçu tout de suite un sentiment de sympathie. Je n’ai pas eu peur  », témoigne Delphine Lamour. Avec sa fille, elle contribue au service des petits-déjeuners. «  On a dû en servir 3 500, à une cadence incroyable. Tout le monde arrive le sourire aux lèvres. On est tous des êtres humains, on se serre les coudes.  »
Même perception au terme d’une distribution de denrées, dans la jungle. «  Je les ai trouvés tous super polis  », raconte l’adolescente. D’autres visites l’ont confortée dans son choix : « Je me dis que je profite de ce que j’ai dans la vie. Ça me fait plaisir d’aider les gens. J’ai envie d’y retourner, d’en faire encore plus.  » Delphine confirme, et veut aussi veut s’impliquer davantage : «  On a le sentiment d’avoir servi à quelque chose. Donner une brique de lait à un enfant et voir son sourire…  »
Conscientes aussi des difficultés que connaissent les habitants de Calais, Camille et Delphine ne veulent pas changer de cap. «  On va faire ce qu’il faut pour être bénévoles », disent-elles. «  Quand je vois leur sourire, j’ai la pêche  », résume Camille, qui aimerait faire médecine… et se lancer dans un séjour humanitaire.
flower flower flower flower flower flower flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: GENS DU VOYAGE et MIGRANTS    Jeu 13 Oct - 9:22

LA VOIX DU NORD
Décision surprise : la justice suspend le démantèlement du camp de migrants  


PAR SARAH BINETbruay@lavoixdunord.fr

Mairie et propriétaires ont été déboutés. Les migrants peuvent rester dans le camp.

 PHOTO PASCAL BONNIèRE
>
 
 
 

NORRENT-FONTES.
C’est un soulagement pour les uns. 
Une déception pour les autres. Et une surprise pour tout le monde.
 Dans une décision très attendue et surveillée comme le lait sur le feu par les associations, la juge des référés du tribunal correctionnel de Béthune a débouté la mairie de Norrent-Fontes et des propriétaires terriens, qui demandaient conjointement le démantèlement du camp de migrants situé sur leurs parcelles.


 Dans une ordonnance saisissante de quatre pages, la juge souligne que « l’obligation d’évacuer leur abri de fortune constitue une ingérence dans ces droits (humains) qui apparaît disproportionnée par rapport au droit » de propriété. Cette décision est à mettre en perspective avec le futur démantèlement de la « jungle » de Calais.


Hier, les réfugiés semblaient soulagés. Ils restent cependant dans des conditions de vie extrêmement précaires.

Démantèlement du camp   de migrants : la justice dit « non »  


PAR SARAH BINETbruay@lavoixdunord.fr

Hier après-midi, bénévoles et réfugiés se sont retrouvés autour d’un chocolat chaud pour évoquer la décision de justice. Entre soulagement, joie et questionnement sur l’avenir. PHOTO PASCAL BONNIÈRE
Hier après-midi, la décision est tombée. La juge des référés du tribunal correctionnel de Béthune   a débouté la demande de la mairie et des propriétaires : le camp de migrants ne sera pas démantelé, pour le moment. Du côté des réfugiés, on souffle. Même si les conditions de vie restent précaires.  
>
 
 
 

NORRENT-FONTES.
Un jeune homme, le menton niché dans son écharpe, fait le « V » de la victoire. On devine un sourire à ses yeux en amande. La nouvelle s’est vite répandue dans le camp de migrants. 


Hier après-midi, les bénévoles des associations ont appris aux réfugiés que la demande de la mairie et des propriétaires terriens avait été déboutée par la juge. Offrant, de fait, un sursis aux baraquements du camp et du repos à ceux qui les occupent. Pas de fanfaronnade, non, mais un grand soulagement. « Je suis content. Content », rapporte un jeune Érythréen pourtant transi de froid. 


Cela fait cinq mois que Norrent-Fontes est sa maison. Sa joie, il l’a partagée avec ses compagnons d’infortune et les bénévoles, qui ont afflué en fin d’après-midi pour partager une boisson chaude et quelques gâteaux.


On espère désormais renouer un vrai dialogue avec la municipalité et l’État. NAN SUEL, DE TERRE D’ERRANCE
 
La symbolique de la décision les conforte dans ce combat qui est le leur au quotidien. « Ça nous fait du bien », glisse Nathalie, bénévole des premières heures. Pourtant, « on avait très peur du contraire, souligne Nan Suel, responsable à Terre d’errance,on avait même prévu d’organiser une manifestation… »


DU SURSIS ?


Mais les réjouissances sont de courte durée quand elles se font les pieds dans la boue. « On n’oublie pas qu’ils vivent ici dans des conditions extrêmement précaires », rappelle Nathalie. Mais cette décision, qui met dans ce cas précis les droits humains au-dessus de ceux de la propriété, pourrait ouvrir de nouvelles perspectives. « On espère renouer un vrai dialogue avec la municipalité, l’État », signale Nan Suel. Cet État qui va bientôt opérer le démantèlement de la « jungle» de Calais. Et qui pourrait quand même faire pareil à Norrent-Fontes. Mais « ce sera désormais compliqué pour lui de justifier une expulsion » après ce cinglant revers judiciaire.


Les arguments de la décision
Sur le caractère d’urgence du démantèlement demandé :
« Il ne peut être sérieusement mis en avant le caractère urgent dans ce dossier, au vu de l’ancienneté de l’implantation du camp. »
Sur le dommage :
« Il n’y a aucun dommage imminent qui puisse être démontré, pour les raisons suivantes : (…) l’implantation de longue date de ce camp (…), le maire a lui-même octroyé un terrain et n’a cessé de faire appel à l’État pour trouver une solution respectant les droits de l’Homme (…) ; Plusieurs démantèlements ont déjà eu lieu, en vain, les migrants revenant régulièrement ; une plainte a été récemment classée sans suite par le parquet de Béthune pour état temporaire de nécessité . »
Les solutions de relogement :
« En l’espèce, aucune solution durable et concrète pour le relogement des personnes présentes sur le camp n’a été présentée. (…) »
Les conditions de vie :
Cette zone « est située à deux kilomètres des premières habitations, (elle) est isolé(e) de la ville et de tout riverain. (…) Il n’en demeure pas moins que les seuls gênés par ces nuisances sont les migrants eux-mêmes. »


« On est très surpris de la décision »  
R. V.


Le maire de Norrent-Fontes, ne s’attendait pas à cette décision.
<>
 
 
 

« On est très, très surpris de la décision. » « On », ce sont Bertrand Cocq, le maire de Norrent-Fontes, et les propriétaires des terrains occupés par les migrants. Pour l’élu, les propos de la juge des référés « ne vont pas trop dans le sens du président de la République, qui vient d’annoncer le démantèlement du camp de Calais ». Effectivement.


Ceci dit, l’édile « en prend acte ». Et va faire un point avec ses services techniques pour l’occupation des salles communales. 


Car l’hiver arrive. « Je ne sais pas comment on va pouvoir mettre à l’abri trois cents personnes, plus celles qui vont arriver », anticipe Bertrand Cocq, persuadé qu’avec le futur démantèlement du camp de Calais, et la disparition récente de ceux de Chocques et Steenvorde, Norrent-Fontes va voir arriver d’autres migrants. « La commune n’est pas dimensionnée pour recevoir un tel afflux de personnes », estime-t-il.


Il se dit enfin « surpris par l’obstination des associations (qui viennent en aide aux migrants) à les laisser vivre dans de telles conditions ». Pour lui, la meilleure solution reste les centres d’accueil et d’orientation, mis en place par l’État.



++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


"Comme beaucoup de Francais je déplore cette immigration mais lorsqu 'on a été en partie responsable de ces  déplacements en masse a cause de notre politique étrangère , il faut savoir assumer . On ne peut pas abandonner  ces populations dans lesquelles il y a des femmes et des enfants dans le plus grand dénuement ."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julia2491



Messages : 3
Date d'inscription : 07/03/2016

MessageSujet: Re: GENS DU VOYAGE et MIGRANTS    Ven 18 Mar - 3:49

Malheureusement les gouvernements valent ce que valent les individus qui les composent housse sony xperia m5 housse sony m5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: GENS DU VOYAGE et MIGRANTS    Jeu 23 Aoû - 1:39

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: GENS DU VOYAGE et MIGRANTS    Mar 21 Aoû - 23:43

toujours pas de reponse du journaleu ...


(photo montage paca)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: GENS DU VOYAGE et MIGRANTS    Mar 21 Aoû - 15:21

LU SUR LE SITE SOCIALISTE CHTIBETHUNOIS :
je cite en rouge :

"Les roms

Cluj-Napoca, jusqu'en 1974 Cluj, est une ville du nord-ouest de la Roumanie, située dans la vallée du Someșul Mic, à 440 kilomètres de Bucarest. Par un décret présidentiel de Nicolae Ceaușescu, la ville a été rebaptisée Cluj-Napoca en 1974. Ancienne capitale de la Transylvanie, Cluj est actuellement le chef-lieu du judet du même nom et de la région de développement Nord-Vest.

les habitués du site vont nous dire que vient faire cette ville (belle ville de Roumanie) ici.

Et bien cette ville roumaine n'accepte absolument pas les camps de roms.

Alors nous donnons raison à Manuel Valls de faire effectuer, le déménagement de ces camps avec les renforts de la police malgré les déclarations ubuesques de Martine Aubry, pas d'accord avec le ministre.

Article de la dépeche du midi :
Martine Aubry aurait préféré apprendre autrement que par la presse le démantèlement d'un camp illicite de Roms dans la métropole lilloise. Sur décision du ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, les familles ont été expulsées le 10 août alors que la maire de Lille était en vacances. Contrariée de ne pas avoir été prévenue personnellement par son camarade, la première secrétaire du Parti Socialiste a écourté son séjour pour regagner sa mairie jeudi.
Même si Martine Aubry ne qualifie pas de similaire la politique du gouvernement actuel avec celui de l'ère Sarkozy, qui se différencient notamment par la disparition des objectifs chiffrés, la socialiste souhaite que les démantèlements soient accompagnés de solutions alternatives pour reloger les Roms expulsés, comme l'avait promis François Hollande lors de sa campagne présidentielle.
Pour intégrer les individus de la communauté tzigane à la société, trois villages d'insertion ont été créés et trois autres sont en cours d'installation dans la municipalité. Des terrains appropriés ont aussi été aménagés pour les accueillir. L'ancienne candidate à la présidentielle est d'autant plus remontée que cette expulsion a été ordonnée sans concertation alors qu'elle devait faire une conférence de presse la semaine prochaine pour mettre les choses au clair. Même si Martine Aubry passera le relais de la direction du parti fin octobre, elle tient à garder ses responsabilités au sein de sa municipalité.
Même les villes roumaines n'en veulent pas pourquoi les villes françaises seraient elles obligées de les garder...
SIGNE : LE JOURNALISTE


REPONSE DE PACA :

Décidemment le PS Bethunois sera toujours lamentable ! Comment voulez vous moooosieur le pseudo journaliste qu’un employeur qui veut embaucher pour plus d'un an un Rom bulgare ou roumain est obligé de payer au minimum 713 euros de taxe à l'OFII (Office français de l'immigration et de l'intégration) pour proposer un emploi dans une liste limitée à 150 métiers définis par le gouvernement français, et soumis ensuite à autorisation préfectorale. ? Normal ça ? Il y a injustice et discrimination !

Ce sujet est la principale revendication des 15 000 à 20 000 Roms étrangers installés en France, venant essentiellement de Bulgarie et de Roumanie, qui affirment que sans travail l'intégration, la scolarisation et l'accès au logement sont impossibles. La France fait partie de la demi-douzaine de pays européens qui n'ont pas encore levé les restrictions en la matière et le PS est responsable dans la mesure où depuis 1981 il participa a la gestion de la France et a ses lois .

Les gens du voyage EUX sont bien Français ! ils furent enrolés dans l’armée en 14/18 et 39/45 et furent pour la plupart internés , gazés et brulés dans les camps nazis …On parle des juifs , mais eux sont oubliés ….Et malgré cela ils ne peuvent pas circuler librement et doivent posseder un carnet de route et le faire viser dans chaque commissariat des villes où ils passent .Normal ça aussi ?

Je croyais que le socialisme était né de la révolte contre toutes les injustices …a BETHUNE il y a encore du boulot pour y arriver !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 515
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: GENS DU VOYAGE et MIGRANTS    Dim 30 Jan - 17:05

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
Admin
Admin
avatar

Messages : 515
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: GENS DU VOYAGE et MIGRANTS    Dim 30 Jan - 16:47

À Norrent-Fontes, un vent de solidarité souffle en faveur d'un accueil digne des migrants
dimanche 30.01.2011, 05:18 - CÉCILE DEBACHY

Cinq cents personnes ont répondu à l'appel de Marc Boulnois, pour l'accueil des migrants. PHOTO DELPHINE PINEAU
| MOBILISATION |



Sommé par le préfet du Pas-de-Calais, en décembre, de démanteler le camp de migrants installé sur sa commune, ...
Marc Boulnois, le maire de Norrent-Fontes, a choisi de ne pas céder. Hier, fin de l'échéance donnée par le préfet, l'édile, accompagné de dizaines d'élus et de citoyens de la région, a choisi de marcher symboliquement pour marquer son refus et évoquer un problème avant tout national et européen « qui dépasse largement les frontières politiques ».
http://nord-pas-de-calais.france3.fr/info/marche-de-soutien-programmee-67095390.html?onglet=videos&id-video=LILL_1350339_270120111025_F3

Pari tenu et même gagné pour Marc Boulnois. S'il y a encore un mois, le jeune maire écolo de ce petit village situé près de Bruay- La Buissière se sentait bien seul face à la décision de Pierre de Bousquet de Florian, aujourd'hui il est à la tête d'un véritable front de solidarité, en sa faveur et celle d'un problème qui dépasse largement les petites frontières de son village.

Si le temps de l'indignation n'est pas encore passé, il a fait place hier à celui de l'unité. « C'est agréable de voir que l'on n'est pas seul ! »

Et l'édile a de quoi se réjouir. Car, après son appel lancé aux élus de la région sur la question de l'accueil des migrants par les communes (qui a déjà recueilli plus de 135 signatures), c'est d'une marche symbolique de sept kilomètres d'errance qu'il a pris la tête hier.

Un parcours identique à celui qu'empruntent les migrants à leur arrivée à la gare d'Isbergues, avant une étape par son village, point stratégique dans leur périple vers l'Angleterre. Derrière lui, cinq cents citoyens, militants associatifs et une trentaine d'élus locaux et régionaux de tous bords (PS, PC, Verts), pour dénoncer la politique « sécuritaire » instaurée par l'État contre les migrants, « dont les droits fondamentaux sur notre territoire et la dignité ne sont pas respectés ». Une situation qui doit se régler à l'échelle nationale et européenne. « Toute la région est particulièrement concernée. C'est un lieu de passage vers l'Angleterre. Nous refusons de voir mourir ces gens sur notre territoire », explique Damien Carême, maire de Grande-Synthe, cosignataire de l'appel.

« Inacceptable »

« Je suis indignée de voir qu'un maire hospitalier, qui ne souhaite tout simplement pas voir des gens dormir dehors dans sa commune, soit mis en demeure. C'est inacceptable ! », poursuit Majdouline Sbaï, vice-présidente du conseil régional.

Une solidarité inédite qui pourrait bien être le point de départ d'une grande concertation à l'échelle régionale, « le seul moyen detrouver des solutions concrètes et dignes ». Si l'élu est en attente d'une réponse du préfet, il est bien décidé à ne pas céder. « Regardez, c'est ubuesque ! Hier, on déclenchait de nouveau le plan grand froid dans le Pas-de-Calais. Les maires sont invités à mettre des salles à disposition pour les gens qui vivent dehors. Mais là, on me demande justement le contraire ! Ça montre qu'il y a encore beaucoup de choses à faire ! » •

Partager :


Dernière édition par Admin le Dim 30 Jan - 17:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: GENS DU VOYAGE et MIGRANTS    Jeu 27 Jan - 1:00

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: GENS DU VOYAGE et MIGRANTS    Lun 24 Jan - 14:49

LES MAINS EN L'AIR

Au ciné "les étoiles" à Bruay
MARDI 25 JANVIER A 20 H 30
projection du film "Les Mains en l'air"
suivi d'un débat animé par RESF, La CIMADE, Terre d'errance et la Ligue des droits de l'Homme.


22 mars 2067, Milana se souvient de ce qui lui arrivé, il y a soixante ans... En 2009, Milana, d'origine tchétchène, est élève en classe de CM2 à Paris. Ses copains, sa bande, ce sont Blaise, Alice, Claudio, Ali et Youssef. Mais un jour Youssef, qui n'a pas de papiers, est expulsé.

Puis, c'est au tour de Milana d'être menacée. Se sentant alors en danger, les enfants décident de réagir. Ils prêtent serment de toujours rester ensemble et organisent un complot pour sauver Milana...
20:30

Les Mains en l'air
Comédie dramatique (01h30min) - Date de sortie : 09/06/2010
De Romain Goupil
Avec Valeria Bruni Tedeschi, Hippolyte Girardot


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: GENS DU VOYAGE et MIGRANTS    Jeu 20 Jan - 18:32

Appel aux maires
Appel aux maires du Nord Pas de Calais et d’ailleurs



Le 24 décembre 2010, le préfet du Pas de Calais mettait en demeure le maire de Norrent-
Fontes de démanteler le camp des migrants présents sur un terrain communal depuis plus de
deux ans.
Un maire quel qu’il soit ne peut assumer seul la responsabilité et les conséquences sur sa
commune de politiques migratoires françaises et européennes qui allient à la fois des enjeux
de sécurité, de dignité humaine, de droits de l’Homme, et de respect d’accords internationaux.
C’est pourquoi nous demandons aux autorités administratives, sur ces questions
particulièrement sensibles, de toujours rechercher la concertation, l’information et le dialogue
avec les élus locaux avant de prendre toute mesure autoritaire.
Nous appelons à l’encouragement, à la reconnaissance et au soutien des communes qui
agissent conformément aux droits de l’Homme tels que ratifiés par la France et aux
fondements de notre constitution. En particulier celles qui accueillent des migrants et qui
assurent, dans la mesure de leurs moyens avec l'aide et le soutien des associations et des
habitants, l'accès aux services de base des migrants et plus largement des personnes en
difficulté sur leur territoire.
Nous demandons à l’Etat de les soutenir et d’apporter son soutien, y compris financier, à ces
communes.
Nous demandons la création d’un comité de concertation permanente entre le préfet, les
parlementaires, les élus locaux et territoriaux, et les associations pour dégager les approches
les plus pertinentes et développer des pratiques et des projets humains, justes et opérationnels
en vue d’améliorer la situation des migrants sur le territoire.
Nous nous déclarons solidaires des communes qui accueillent des migrants et déclarons
accepter nous aussi l’implantation d’un lieu d’accueil, d’information et d’accompagnement
des migrants sur notre territoire.



Marc Boulnois, Maire de Norrent-Fontes
Damien Careme, Maire de Grande Synthe
Maryse Roger-Coupin, Maire d’Angres



Nous ont rejoint: en soutenant notre action:

Luc Coppin maire de Fresnes sur Escaut, Michel Hermant maire de Roquetoire, René Hocq maire de Burbure, Bernard Delelis maire de Gonnehem, Daniel Rougé maire d' Allouagne, Stéphane Saint André maire de Béthune, Gilles Mouquet maire de Calonne sur la Lys, Marcel Cocq maire d'Ames, Lucien Andries maire de Lillers, Martine Aubry maire de Lille, Bernard Baude maire de Méricourt, Bernard Weisbecker maire de Leffrinckoucke, Patrick Cornu maire de Torcy, Jean François Caron maire de Loos en Gohelle, Odette Duriez maire de Cambrin



Michel Lefait Député, Marlène Zingaro, conseillère municipale de Bruay Labuissière, Jean Wallon conseiller général, Sandrine Rousseau Vice Présidente du conseil régional, Lisette Sudic conseillère municipale de Bruay La buissière, Philippe Vasseur conseiller général, Pierre Jocelyn Huyghe conseiller municipal Villeneuve d'Ascq, Janine Petit conseillère régionale, José Szymaniak maire adjoint de Bergues, Paulo Serge Lopes conseiller régional, Arnaud Gignon conseiller municipal de Hondschoote, Marcel Lefevre maire adjoint de Dunkerque, Louardi Boughedada maire adjoint de Dunkerque, Claudine Ducellier maire adjointe de Dunkerque, André Deboudt Agnés Evrard, Gery Champagne Jacqueline Poignant conseillers municipaux de Dunkerque, Jean Marc Ben conseiller municipal de Calais, Jean Louis Robillard, Madlouline Sbai, Emmanuel Cau, Myriam Cau Vices présidents du conseil régional, Marie Blandin Sénatrice, Hélène Flautre, José Bové, Eva Joly députés européens, Michel Hecquet conseiller régional, Francine Delépine, maire adjointe de Witterness, Catherine Bourgeois conseillère régionale, Pascal Barrois président de la communauté Artois Lys





Si vous êtes élus et que vous souhaitez rejoindre cet appel, envoyez votre appui à contact@norrent-fontes.fr

Par marcboulnois.over-blog.com
Ecrire un commentaire - Partager
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: GENS DU VOYAGE et MIGRANTS    Ven 14 Jan - 18:08

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: GENS DU VOYAGE et MIGRANTS    Ven 14 Jan - 11:55

«Personne dans le fossé, quelle que soit sa nationalité»

SOCIETE - Le maire du village de Norrent-Fontes (Pas-de-Calais) tient tête au préfet. Il refuse de «faire disparaître» le campement d'une vingtaine de migrants érythréens près de l'aire d'autoroute. Il pense que ça ne sert à rien, et que c'est inhumain. Interview.


Alors que le préfet du Pas-de-Calais vous met en demeure de «faire disparaître» le campement de migrants de Norrent-Fontes avant le 29 janvier, vous refusez de le faire. Pourquoi?
D'abord, la concertation est le premier niveau de réponse dans une République qui se respecte. Ensuite, ce n'est pas en supprimant le campement qu'on pourra l'arrêter. Il y a toujours eu du passage à Norrent-Fontes.
Vous l'avez rencontré lundi, comment ça s'est passé?
Il veut toujours démanteler, et propose deux pistes: héberger les migrants -sans dire où-, les informer sur le retour volontaire, et la demande d'asile. Nous avons appris hier qu'il continue les arrestations. Nous sommes sceptiques, à la fois parce que ces réponses sont partielles (pourquoi ici et pas ailleurs?), et qu'elles demandent du temps et de la concertation.
Qu'est-ce qui va se passer si vous refusez de démanteler?
Le préfet peut prendre un arrêté pour constater que sa mise en demeure n'a pas été suivie d'effet, réquisitionner les moyens de la commune, et ses salariés. Et qu'est-ce qu'on va faire quand les gens vont dormir dans les champs, les fossés à Norrent-Fontes? Quelle que soit sa nationalité, je ne veux voir personne dormir dans les fossés. La plupart sont des victimes, on devrait leur porter assistance. L'Etat devrait tout mettre en oeuvre pour les protéger. A plus forte raison quand il y a parmi eux des mineurs.
«Ça a commencé avant Sangatte»
Depuis quand voyez vous les migrants à Norrent-Fontes?
Ça a commencé avant Sangatte, pendant la guerre du Kosovo. Il y a d'abord eu des Kosovars, ensuite des Afghans, aujourd'hui des Erythréens. Nous sommes à côté de la dernière station service de l'A26 avant Calais, vers l'Angleterre. Le campement a été démantelé sept fois par les autorités. Ça n'a jamais résolu le problème.
Qui sont-ils, en ce moment?
Il y a une vingtaine de migrants érythréens, dont des femmes. Depuis fin novembre, ils sont dans une salle, ouverte pour l'hiver, comme l'an dernier. Quand le beau temps reviendra, ils repartiront d'eux-mêmes rejoindre le campement fait de bric et de broc, de cabanes et de toile, pour être près de l'aire d'autoroute.
A part ça, que fait la mairie?
On prête le local pour le vestiaire, on apporte de l'eau potable. Les communes environnantes s'occupent des douches, la communauté de commune ramasse les poubelles. Heureusement que les bénévoles sont là pour les soins, et pour le quotidien, y compris pour les informer sur leurs droits. Ce sont eux qui prennent en charge les frais du local d'hiver. L'Etat a octroyé 100.000 euros à la mairie de Calais pour prendre en charge les migrants l'hiver. Ici, rien. J'ai interpellé le préfet à ce sujet. Du coup, je pense que sa mise en demeure est une réponse du berger à la bergère.
Ça se passe comment avec les habitants?
On vit des choses fortes. De la solidarité et du soutien, très majoritairement. Des jeunes ont organisé un tournoi de foot, il y a des repas. Les boulangers et les pâtissiers des environs donnent des gâteaux. Les Erythréens sont invités à la cérémonie des voeux, demain. A l'église, ils participent aux célébrations. Ça se passe bien parce que l'association Terre d'Errance fait le lien. Quand les migrants étaient livrés à eux mêmes, qu'ils allaient prendre de l'eau au cimetière pour se laver derrière les arbustes, il y avait plus de suspicion. Je préfère un village apaisé qu'un village assiégé par la gendarmerie.
Recueilli par Haydée Sabéran
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: GENS DU VOYAGE et MIGRANTS    Dim 9 Jan - 11:52


photo p.acarie

photo p.acarie

MARC , les milices les forces de l ' ordre respecteront le drapeau Français et tous ceux qui vivent dessous ....sinon on ne pourra plus croire en cette République
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: GENS DU VOYAGE et MIGRANTS    Dim 9 Jan - 11:46


Accueil » Région » Actualité Région » À Norrent-Fontes, le préfet met le maire en demeure de raser le camp des ÉrythréensActualité Région
À Norrent-Fontes, le préfet met le maire en demeure de raser le camp des Érythréens
dimanche 09.01.2011, 05:15 - PAR LAURENT DECOTTE
Marc Boulnois ne veut pas qu'en mars, les migrants, hébergés l'hiver par la commune dans une salle, se retrouvent sans cet abri. PHOTO PATRICK JAMES. | BRAS DE FER
|
Dans une missive envoyée le 24 décembre, le préfet du Pas-de-Calais met en demeure le maire de Norrent-Fontes de « faire disparaître le campement » qui accueille depuis des années sur sa commune des Érythréens en quête d'Angleterre. Il invoque des raisons sécuritaires et sanitaires. L'édile écolo répond un non ferme et avance des arguments humanitaires.

Ces deux-là se verront demain en préfecture d'Arras mais gageons qu'ils ne passeront pas leurs vacances ensemble. Marc Boulnois, jeune maire Europe Écologie de Norrent-Fontes, n'a pas du tout goûté la lettre qu'il a reçue le 29 décembre de Pierre de Bousquet de Florian, ex-patron de la DST et préfet des Hauts-de-Seine, actuel préfet du Pas-de-Calais. Ce dernier le « met en demeure de faire disparaître d'ici au 29 janvier le campement » d'Érythréens qui est sur sa commune.
Il s'agit de cabanes de bric et de broc dans lesquelles les migrants s'abritent et (re) prennent des forces quand ils ne tentent pas de monter dans un camion pour l'Angleterre depuis l'aire d'autoroute de Saint-Hilaire-Cottes, à côté.
Le préfet invoque deux motifs : la salubrité. « Il est indigne que des gens vivent dans ces conditions en France en 2011. » Et la sécurité : « Entre le 18 septembre et le 31 décembre, la SANEF (société des autoroutes) a déposé 11 plaintes pour cause de dégradations (notamment la destruction du grillage), les routiers 37 en un peu plus d'un an. Et en 2010, 497 interpellations de migrants en situation irrégulière ont eu lieu sur cette aire. »
« Habitat insalubre »
Marc Boulnois tacle : « Dans son courrier, le préfet pointe "l'absence de point d'eau, de toilettes et de ramassage régulier des ordures". Or, il y a une cuve d'eau, deux toilettes sèches et la communauté de communes collecte les ordures. Le préfet, qu'on n'a jamais vu ici, doit se fonder sur un vieux rapport. » « C'est jouer sur les mots », se défend le représentant de l'État. « C'est de l'habitat insalubre. » Effectivement, on n'y enfermerait pas son pire ennemi. Mais les bénévoles de l'association Terre d'Errance et le maire, main dans la main, insistent : « Si on détruit ce campement, ils n'auront plus d'abri, seront fragilisés et davantage exposés aux passeurs. » Le préfet ne veut pas en démordre : il veut profiter que la vingtaine d'Érythréens - « des gens qui souvent fuient le service militaire et sont des migrants économiques (1) » - présents en ce moment soient hébergés dans une salle communale pour faire raser le camp vide pendant l'hiver.
Mais il ne peut pas le faire lui-même. Il a besoin d'une plainte du propriétaire du terrain. Or, il s'agit de la commune et il est hors de question que Marc Boulnois demande l'expulsion. D'où cette injonction : que le maire le fasse lui-même au motif que ce camp est générateur de « troubles à l'ordre public », évoqués plus haut. Ce que l'édile conteste : « S'il n'y avait pas ce campement, les migrants seraient là quand même, simplement parce qu'il y a cette aire. » Ce que nous confirment d'ailleurs deux Érythréens. Et dans cette logique, l'élu et surtout Terre d'Errance travaillent à leur offrir un minimum de confort (habits, nourriture, douches dans une salle mise à disposition par la commune d'Isbergues.).
« Au départ, les raisons peuvent être humanitaires, mais le maire en fait une utilisation militante. Quant à Terre d'Errance, ils n'ont aucun intérêt à ce que le camp soit rasé, c'est leur raison d'être. Comment se fait-il que ni l'un ni l'autre ne soit un jour intervenu sur des cas individuels au sujet de demandes d'asile ? » Les bénévoles de l'association, souvent des retraités dévoués - on se souvient de Monique Pouille, placée en garde à vue pour avoir rechargé le portable de migrants - apprécieront. •
1. Un service de dix-huit mois qui peut être prolongé pour une durée indéterminée, dans un pays où les droits de l'homme sont régulièrement bafoués.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: GENS DU VOYAGE et MIGRANTS    Sam 8 Jan - 1:17

Lettre d'Hélène Flautre - députée Européenne au Préfet
Arras, le 5 janvier 2011



Monsieur le Préfet du Pas-de-Calais,

Suite à notre entretien téléphonique concernant votre courrier de mise en demeure de M. Marc Boulnois, Maire de Norrent-Fontes, je me permets de reprendre par écrit les éléments qui fondent mon profond désaccord avec son contenu préalablement au rendez-vous convenu pour ce lundi 10 Janvier.

En premier lieu, vous considérez que « le campement de « la Marnière » est devenu la cause majeure directe et le fait générateur de multiples troubles qui dépassent le seul territoire de la commune ». Or les « troubles » que vous mentionnez sont ceux liés aux activités des passeurs. Ils ne sauraient en rien être imputés à l'existence même du campement. Les enquêtes des services de police dont vous disposez devraient d'ailleurs suffire à vous en convaincre : les passeurs n'adaptent-ils pas leurs activités à la politique de destruction systématique des camps de fortune sur le littoral Nord-Pas-de-Calais que vous pratiquez depuis plusieurs années ? Au contraire la vulnérabilisation des migrants et la politique de répression à leur égard, mises en place sous votre autorité, sont des facteurs qui aggravent l'emprise des réseaux. Il est donc particulièrement choquant que votre courrier suggère que la responsabilité des « troubles graves et manifestes » pourrait être imputée à M. le Maire de Norrent-Fontes.


De plus, M. le Maire de Norrent-Fontes, en mobilisant des ressources communales limitées permet, sans aide de l'Etat, l'accueil, y compris par grand froid, des migrants. Il pallie également, dans la mesure de ses moyens avec l'aide et le soutien des associations et des habitants, les carences de l'Etat en matière d'accès aux services de base des migrants sur son territoire. Cette attitude exemplaire conforme aux droits de l’Homme tels que ratifiés par la France et aux fondements de notre constitution appelle encouragement reconnaissance et soutien. Vous n’êtes pas sans savoir que ces engagements font obligation aux représentants de l’Etat de tout mettre en œuvre pour garantir leur bonne application.


Or les violations permanentes des droits des personnes migrantes dans notre département sont de notoriété publique, documentées et référées dans de nombreux rapports. En mai 2010 le Commissaire aux droits de l'Homme du Conseil de l'Europe M. Hammarberg suite à sa visite à Calais a considéré que « l'action de la police déprime harcèle et fatigue les migrants », il s'est inquiété de la situation des mineurs étrangers non accompagnés, « Chaque mineur devrait être hébergé dans un centre adapté et bénéficier de la protection d’un tuteur, il est intolérable que des enfants migrants errent dans les rues, livrés à eux-mêmes », il a dénoncé l'usage abusif de la rétention des migrants « qui sont traités comme s’ils étaient des délinquants » et rappelé que « les personnes dans une telle situation sont avant tout des victimes et doivent être traitées comme telles ». Ces recommandations appellent un profond changement des pratiques en cours et de l’approche des questions migratoires en général.



Les migrants sur notre territoire sont pour la plupart, comme c’est le cas des érythréens présents à Norrent-Fontes, des personnes en besoin de protection internationale, fuyant des situations de violence généralisée. C’est à construire des solutions d’accueil décentes, en France ou en Europe que les autorités publiques devraient se sentir tenues. Utiliser comme vous le faites dans votre courrier, les questions d’insalubrité, de troubles à la tranquillité publique, ou à la sécurité, pour mettre en demeure M. le Maire de Norrent-Fontes, me semble inconvenant, et de surcroît parfaitement inadapté à la résolution des problèmes auxquels vous souhaitez répondre.



C’est pourquoi je vous suis reconnaissante de recevoir ce lundi 10 janvier, M. Marc Boulnois, Maire de Norrent-Fontes, afin de dissiper les injonctions et menaces que suggère votre courrier et envisager sereinement les initiatives susceptibles d’être développées dans cette commune et dans le département pour améliorer la situation des personnes migrantes.


Je vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet du Pas-de-Calais, l’expression de mes meilleurs vœux pour la nouvelle année.

Hélène Flautre









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: GENS DU VOYAGE et MIGRANTS    Jeu 30 Déc - 0:27

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: GENS DU VOYAGE et MIGRANTS    Jeu 23 Déc - 17:37

MARC BOULNOIS MAIRE DE NORRENT-FONTES A ARTE :


http://www.arte.tv/fr/3606814.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: GENS DU VOYAGE et MIGRANTS    Lun 25 Oct - 15:45

Cercle de silence à Béthune

Le bruit et l'agitation qu'entraine le projet de réforme des retraites a eu pour effet secondaire d'occulter complètement, dans les médias et les esprits, le vote par le parlement de la loi Besson sur l'immigration,contre laquelle nous nous sommes élevés depuis plusieurs mois.

Malgré donc toute la mobilisation des associations et les démarches menées auprès de nos élus, la loi a été adoptée (à savoir quand même, mais cela ne change rien au résultat, que certains de nos députés ont cependant voté contre ou se sont abstenus - comme André Flajolet).

Notre protestation silencieuse contre l'accroissement désormais "légal", mais néanmoins inique, de la sévérité de la répression à l'encontre de nos frères étrangers en situation irrégulière, ne doit pas flèchir. Nos Cercles de Silence doivent être encore plus notre CRI : un silence réprobateur plus expressif et plus fort que tous les slogans et les cris de révolte.

Comme dans les 150 autres villes qui ont l'honneur d'accueillir un Cercle de Silence, soyons nombreux au pied du beffroi de Béthune, ce mardi 26 octobre de 18h30 à 19h30




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: GENS DU VOYAGE et MIGRANTS    Mer 13 Oct - 15:04

PACA a écrit:
Tract distribué a la fete d 'artois comm ce dimanche a BEUVRY
lol! lol! lol!

ARTOIS COMM SERAIT IL SENSIBLE AU TRACT QUE J 'AI DISTRIBUE LORS DE LA FETE ORGANISEE LE 26 SEPTEMBRE A BEUVRY ?...On peut se poser la question ....reponse du berger àla bergere ?????????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: GENS DU VOYAGE et MIGRANTS    Mar 28 Sep - 21:54

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: GENS DU VOYAGE et MIGRANTS    

Revenir en haut Aller en bas
 
GENS DU VOYAGE et MIGRANTS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Vatican ouvre ses portes aux gens du voyage
» Régie temporaire voyage et carte bleue
» HELP : CE2 + CM1 + CM2 = classe à plusieurs niveaux
» gens du voyage
» Le voyage comme un besoin vital

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
LES GENS DE LOCON SUR LAWE :: MONDE , Politique, financier, religieux,idéologique... :: gens d ' ici :: ON EN PARLE ? :: La VIE dans le BETHUNOIS-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: