LES GENS DE LOCON SUR LAWE
LES GENS DE LOCON SUR LAWE

Tout ce qui concerne les gens de LOCON et du BETHUNOIS
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

  SANS LIBERTE DE LA PRESSE IL N ' Y A PLUS DE DEMOCRATIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: SANS LIBERTE DE LA PRESSE IL N ' Y A PLUS DE DEMOCRATIE    Sam 1 Juil - 17:48





PUBLIÉ PAR GAIA - DREUZ LE 1 JUILLET 2017




La France arrive largement en tête du nombre de contenus Facebook censurés en 2015, avec 37 990 pages supprimées suite à des requêtes gouvernementales.


 Suites à des requêtes gouvernementales,Facebook a été amené à supprimer des milliers de contenus en 2015… Et la France arrive très largement en tête avec 37 990 pages effacées, contre 30 126 pour l’Inde et 6 574 pour la Turquie. Un résultat lié aux attentats de Paris et aux pages Facebook dont les contenus ont été jugés comme promouvant les actes terroristes.


Après la France, l’Inde et la Turquie sont les deux pays à avoir obtenu le plus de suppressions de pages par Facebook en 2015. © Statista


affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: SANS LIBERTE DE LA PRESSE IL N ' Y A PLUS DE DEMOCRATIE    Sam 8 Avr - 8:15

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: SANS LIBERTE DE LA PRESSE IL N ' Y A PLUS DE DEMOCRATIE    Jeu 15 Jan - 16:16

Bonjour , merci pour le lien . 
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Messages : 515
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: SANS LIBERTE DE LA PRESSE IL N ' Y A PLUS DE DEMOCRATIE    Jeu 15 Jan - 0:04

POUR CEUX QUi N ' ONT  PAS CHARLIE HEBDO ....


VOUS POUVEZ LE TELECHARGER ICI .


https://userscloud.com/g7o29nx0gh5r





MAIS CA NE VOUS EMPECHE PAS DE L 'ACHETER PAR SOLIDARITE .


lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: SANS LIBERTE DE LA PRESSE IL N ' Y A PLUS DE DEMOCRATIE    Mar 17 Juin - 8:47

http://www.marianne.net/Journalistes-votre-temps-est-compte-_a239466.html?preaction=nl&id=5923117&idnl=27168&


Journalistes : votre temps est compté !
Lundi 16 Juin 2014 à 05:00 


RÉGIS SOUBROUILLARD - MARIANNE

Journaliste à Marianne, plus particulièrement chargé des questions internationales En savoir plus sur cet auteur




Précarité croissante, presse écrite en crise, le journalisme connaît une mutation difficile dans un marché qui cherche encore son modèle de développement. Une étude sur les récents journalistes encartés détaille l'ampleur du chantier à mener. Selon elle, moins d'un tiers des détenteurs de cartes de presse feront une carrière longue.



REVELLI-BEAUMONT/SIPA

De nos jours, le journalisme est une activité qui mène à tout… surtout à sa sortie. C’est le résultat d’une étude sur la carrière des journalistes entrés dans la profession en 1990, 1998 et 2008, menée par une chercheuse de l’Institut français de presse. Carrières courtes, précarité croissante, presse écrite en régression, le journalisme s’atomise dans un contexte marqué par la« diminution de la production de l’information ».   
  
Sur les 36 000 journalistes qui obtiennent la carte, moins d'un tiers feront une carrière longue. Et les carrières continues sont très minoritaires. Durer plus de dix ans de suite dans la profession relève presque de l’exploit : pour les encartés de 1990, les carrières continues sur onze ans ne concernent que 39% de la profession. Une proportion qui tombe à 29,5% sur dix-huit ans. Autant dire qu’il est exceptionnel de durer dans le métier malgré ce que peut laisser penser ces quelques éditorialistes qui peuplent depuis des lustres, à en prendre la poussière, les journaux, plateaux télé et studios de radios. 
  
Difficile de durer donc, d’autant que l’écrémage est déjà très violent dès le début de la carrière. Les contrats précaires (piges, CDD, contrats de qualif) n’ont cessé de progresser depuis 1990, les stages se sont progressivement imposés comme la principale  expérience préprofessionnelle. Dans le même temps, la proportion de CDI en début de carrière s’est littéralement effondrée : passant du déjà pas très important 8,4% en 1990 au ridicule 1,9% en 2008.  
  
La carrière moyenne des journalistes est aujourd'hui de quinze ans. Christine Leteinturier, sociologue à l’origine de l’étude explique notamment cette précarisation par l’absence de diversification d’une profession qui, en France, a tendance à se limiter au champ de l’information générale et politique :« Ce champ est généralement considéré comme un idéal, idée que véhiculent les écoles de journalisme et à laquelle adhère la plupart des étudiants en journalisme. Ce marché est pourtant en réduction importante. En revanche, les étudiants se tournent difficilement vers les marchés de l'information spécialisée (information sociale, juridique, économique, scientifique, etc.), qui ont pourtant de réels besoins sur les deux dispositifs complémentaires que sont le papier et le web. Ces marchés spécialisés ont entamé une restructuration de l'information sur le web, avec plus de succès que le marché de l'information générale et politique. Il faut donc que les étudiants fassent le deuil de cette idée de l'excellence du journalisme ». 

Un chantier technologique, éditorial et politique 
  
Peur sur la presse. Et peur dans la presse où s’installe le même pessimisme que dans l’ensemble de la société française. C’est toute l’identité d’un groupe professionnel qui « se brouille, se transforme et s’atomise avec une hétérogénéité croissante des situations professionnelles et des écarts de position accentués par l’individualisation constante des statuts », alors que le futurbusiness model de la presse écrite, auquel le numérique offre une multiplicité de possibles solutions, reste à inventer.  
  
Etonnamment, alors qu’on assiste au développement d’une profusion des sources d’information, l’étude constate pour sa part « une diminution de la production de l'information », qui dit bien la« prudence » à l’œuvre dans le métier. Une « prudence » qui explique certainement la désaffection croissante des lecteurs vis-à-vis de la presse d'information générale et politique. Mais au-delà du simple constat, se pose la question bien plus large de la transformation des formes de « consommation » de l’information, elle-même liée à la vision que les citoyens ont de la politique. Vaste chantier.  







TAGS : JOURNALISMEJOURNALISTEMÉDIASPOLITIQUEPRESSEPRÉCARITÉ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: SANS LIBERTE DE LA PRESSE IL N ' Y A PLUS DE DEMOCRATIE    Mar 13 Juil - 17:51

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MEDIA
Invité



MessageSujet: Re: SANS LIBERTE DE LA PRESSE IL N ' Y A PLUS DE DEMOCRATIE    Lun 12 Juil - 12:03

Au nom de toute l'équipe de Mediapart, je voulais vous dire simplement merci. A vous tous, lecteurs fidèles et nouveaux abonnés, qui nous soutenez parce que vous avez compris l'enjeu de cette folle histoire.



A vrai dire, Mediapart n'en revient pas. Comment cacher notre émotion devant les soutiens qui affluent, les abonnements qui augmentent, les messages amicaux, les commentaires chaleureux, bref, devant cette immense vague solidaire et fraternelle qui est, évidemment, la meilleure réponse aux attaques venues de l'Elysée. Citoyens d'horizons divers et de sensibilités variées, convertis récents à la lecture sur Internet aussi bien qu'habitués assidus des réseaux sociaux, confrères de la presse en ligne tout comme journalistes des médias classiques : vous témoignez tous que ce qui se joue ici est essentiel pour notre vie démocratique. Aussi ne pouvions-nous terminer cette folle semaine sans vous exprimer, du fond du cœur, nos plus vifs remerciements. Votre solidarité nous encourage et nous oblige.

Nous sommes une petite équipe d'une trentaine de personnes, dont vingt-cinq journalistes, toutes rassemblées autour d'une même passion : celle de l'information. Une équipe variée et pluraliste, aux parcours différents et de générations diverses, qui s'est lancée en 2008 dans cette aventure avec pour seule ambition de prouver la valeur d'un journalisme indépendant et audacieux. De montrer qu'en le pratiquant sans entraves politiques ou économiques, nous pourrions retrouver la confiance du public et prouver ainsi que la crise de notre métier n'est pas sans issue. D'affirmer enfin que la révolution numérique n'était pas une fatalité mais une opportunité, permettant d'illustrer et de renforcer un journalisme de qualité, accompagné d'une participation active de lecteurs contributeurs. Autant d'ambitions que nous avons résumées dans notre Manifeste, paru en 2009.

C'est donc ce que nous essayons de faire : notre travail, tout simplement. Dans le respect de ses idéaux et de ses principes, de ses règles et de ses déontologies. Un travail dont l'enjeu, s'agissant de l'information politique et générale, est évidemment la démocratie, ses débats et ses conflits, ses espérances et ses inquiétudes. Ce que l'on appelle, par commodité tant cette histoire a mille dimensions, « l'affaire Bettencourt » est, de ce point de vue, un véritable événement démocratique. Un événement rassembleur car révélateur. Spontanément, dès la révélation des enregistrements, chacun d'entre nous a compris ce que dévoile cette rencontre au sommet de l'argent et du pouvoir, d'une grande fortune et d'une présidence politique : soudain, une inégalité profonde – devant la loi, devant l'impôt, devant la justice, devant la vie matérielle, etc. –, une inégalité acceptée, tolérée et favorisée, une inégalité qui semble la vérité d'un monde qui n'aurait plus que l'argent, son accumulation et sa puissance, comme valeur.

Tel est le scandale que l'on voudrait faire taire. Pas seulement faire oublier telle ou telle révélation précise mais, plus profondément, tenter de discréditer un récit dont le seul énoncé met à nu les mondes du pouvoir et de l'argent, du pouvoir absolu et de l'argent sans fin. Au-delà de la protection du président lui-même, ce fut l'enjeu des grandes manœuvres et manipulations de la semaine passée. En ayant recours, par l'enquête préliminaire à discrétion d'un procureur dévoué, à des méthodes ne respectant pas les droits de la défense, on s'est donc efforcé de déstabiliser l'ancienne comptable des Bettencourt dont nous avions recueilli le témoignage. Il suffit de réentendre les déclarations de son avocat, le matin même de nos révélations du 6 juillet tout comme au lendemain de sa énième audition policière, le 9 juillet, pour savoir que, libre et, cette fois, à l'abri des pressions, elle maintient l'intégralité de son témoignage à Mediapart.

En nous rejoignant massivement, non seulement vous attestez du sérieux et de la crédibilité de notre travail, mais vous réduisez à néant le pauvre argumentaire qui a vainement tenté de le discréditer. Non, Mediapart n'est pas une officine fasciste et la moustache n'y est pas obligatoire! Et c'est avoir une bien piètre estime non seulement du journalisme mais, plus essentiellement, de l'humanité que de réduire un travail collectif, exercice de la liberté et de la responsabilité de chacun, à l'itinéraire d'un seul d'entre nous. Avec six fondateurs à l'origine, dont quatre journalistes, Mediapart a reçu, dès le départ, le soutien financier de citoyens de tous horizons dans son combat pour une presse libre. Loin d'être les otages d'un seul camp ou les relais d'un seul parti, Mediapart a su réunir, dans sa brève mais déjà riche histoire, autour d'initiatives ou de révélations, des personnalités fort différentes, aussi bien gaullistes que socialistes, écologistes que communistes, centristes que radicales.

Ce fut le cas avec Reporters sans frontières, dans notre critique des Etats généraux de la presse, organisés sous le contrôle de la présidence, notamment lors d'une soirée organisée au Théâtre du Rond Point à Paris. Il en fut de même autour de nos informations, anticipatrices de la crise financière et de ses dégâts, sur le dossier des Caisses d'Epargne qui nous valurent des soutiens de tous bords. Tout comme autour de notre enquête au long cours sur l'attentat de Karachi, cette « affaire interdite », dont l'enjeu dépasse évidemment les clivages partisans. Et quand fin 2009, conscient que la réalité vécue par nos concitoyens était à mille lieues des élucubrations idéologiques du supposé débat sur l'identité nationale, Mediapart s'y oppose et lance son appel Nous ne débattrons pas, la grande diversité des signataires suffit à démentir ceux qui voudraient nous caricaturer en journal partisan et minoritaire.

Nous ne sommes partisans que de la démocratie, radicalement partisans de sa vitalité la plus forte, de son extension la plus entière, de sa défense la plus intransigeante. Qu'en France, cette conviction démocratique, celle-là même qui légitime le métier de journaliste, entre souvent en conflit avec les excès du présidentialisme, ses déséquilibres et abus de pouvoir, ses privatisations et détournements du bien public, c'est l'évidence. Et que ce défi, qui fut toujours celui du journalisme français sous la Cinquième République, soit aujourd'hui plus éprouvant face à une « hyperprésidence » qui a augmenté tous les travers et dangers, excès et périls de ce pouvoir personnel, ce « coup d'Etat permanent » fort bien diagnostiqué par François Mitterrand avant qu'hélas, il s'en accommode lui-même, c'est une évidence complémentaire. Une évidence que nous avons précisément et rigoureusement illustrée par ce travail collectif d'enquête, de reportage et d'analyse dont a témoigné notre livre, N'oubliez pas! Faits et gestes de la présidence Sarkozy.

Face au pouvoir et face à l'argent, il n'y a que la liberté. C'est notre seule richesse, une richesse sans prix, et c'est bien pourquoi, depuis les Lumières, toute la pensée démocratique s'est efforcée d'imposer la liberté au pouvoir et de distancier le pouvoir de l'argent. La presse, son indépendance économique et son intransigeance professionnelle, est ici un enjeu essentiel. Car ce qu'elle produit et vend n'est pas une marchandise comme les autres : c'est une matière, l'information, consubstantielle de la démocratie, de son espace public et de ses affrontements légitimes.

Tel est l'idéal qui, ici, lecteurs et journalistes, nous réunit. Tel est l'idéal qu'en nous rejoignant encore plus massivement, jusqu'à assurer définitivement à Mediapart sa viabilité financière et, donc, son indépendance durable, vous ferez vivre, faisant mentir ainsi tous ceux à qui la liberté, forcément indocile, souvent frondeuse, parfois irrévérencieuse, fait peur.

Pour tout cela, ce que vous avez déjà fait hier, ce que vous ferez encore demain, merci mille fois, au nom de toute l'équipe de Mediapart.
Revenir en haut Aller en bas
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: SANS LIBERTE DE LA PRESSE IL N ' Y A PLUS DE DEMOCRATIE    Dim 11 Juil - 1:58

Pisarz a écrit:


"Mais et il faut le préciser certains journalistes, ...Connus de mes proches, .....Eux même sont déçus du comportement de leurs confréres et du mal qu'ils font à leur corporation .....!!

Comme partout un faible pourcentage ......font plus de mal que la majorité .....mais bien sur eux ne sont pas ou peu connus et n'ont pas besoins de la célébrité pour convaincre !!!"
!

Je crois qu 'on ne peut pas comparer qqs journalistes locaux , relatant les faits divers et les reunions de joueurs de boules ou de pecheurs du dimanche avec un ancien redacteur en chef , pendant plus de 20 ans , du " MONDE " journal de reference politique et ayant une reputation internationale .

Dans la VOIX DU NORD du 8/07/2010 le journaliste ERIC DUSSART ecrit :

" le juge COURROYE est a la fois sous l 'autorité et en amitié avec l 'une des personnes dont le nom est cité dans son enquete ;( MR sarkosy )"

Et il trouve dans son article, cette situation anormale en démocratie, mais voulue par le chef de l 'etat dans sa reforme de la justice ...


LE 04/07/2010 Jean -Michel BRETONNIER...Patron de la VOIX DUNORD et de la redaction ecrit :

"Le rideau se leve sur un monde où on offre des voiliers , des tableaux de maitre et où on ne sait plus tres bien ce
qu 'on possede , tellement on possede ....les jeux d 'antichambres , les croisements d 'influence , les services prétés et rendus , les renvois d 'ascenseurs , le melange des genres et la confusion des pouvoirs ....sont la preuve de la puissance des reseaux ... quand l 'etat fait une ristourne de 30 millions d 'euros a Mme BETTANCOURT....
et on va bien finir par nous demontrer que si tout celà existe , c'est de la faute des medias qui rendent ces faits public
"
TOUT EST DIT DANS CES 2 ARTICLES de journalistes connus , responsables , travaillant tous deux dans un journal qu ' on ne peut pas qualifier de gauche .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LOCH

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 22/09/2007

MessageSujet: Re: SANS LIBERTE DE LA PRESSE IL N ' Y A PLUS DE DEMOCRATIE    Sam 10 Juil - 21:07

Millionnaires ! dormez tranquilles... quoique ?


Les riches s’enrichissent, les pauvres eux peinent, se désespèrent et demain, peut être se révolteront !

Millionnaires ! Dormez tranquilles, les pauvres paieront !
À moins qu’ils descendent dans la rue !
Le bouclier fiscal, solide et même renforcé va protéger les grandes fortunes.
La TVA à à 5,5% pour les restaurateurs demeure (3 milliards pour rien : pas d’emplois, pas de baisse des repas), alors que la suppression de la taxe professionnelle représente un manque à gagner de 12 milliards d’euros …
Voici le côté cour....
Pour le côté jardin, c’est l’austérité et la paupérisation
Le Premier Ministre annonce :
- Le gel des salaires des fonctionnaires pendant 3 ans , ce qui correspond à une baisse réelle du pouvoir d’achat
-La suppression de 100 000 postes de fonctionnaires sur 3 ans alors que les services publics sont à la peine ou proches de l’effondrement. : des dizaines d’hôpitaux fermeront, des centaines de classes primaires seront liquidées et l’école maternelle pour les trois ans rejoindra celle pour les deux ans, disparue malgré son intérêt éducatif et pédagogique.
- La fin du cumul entre la demi-part fiscale par enfant à charge et l’aide personnalisée au logement ce qui entrainera pour beaucoup d’entre eux l’abandon des études supérieures. Il faudra que les étudiants de milieu modeste cherche des petits boulots ou stoppent leurs études devenues par ailleurs trop coûteuse avec la hausse des tarifs d’inscription.
- La parole donnée aux personnes handicapées d’augmenter l’AAH (700€) régulièrement jusqu’au niveau actuel du seuil de pauvreté (900€), ne sera pas tenue.
La révision à la baisse des subventions pour l’emploi des salariés à domicile entrainant la fermeture et le dépôt de bilan de milliers d’associations et la dégradation d’un service essentiel pour les personnes âgées et les personnes handicapées.
Pour le CNAFAL ( association familiale laïque) , cette politique de rigueur ne fera qu’accroître l’abime qui désormais sépare les riches qui cachent leur fortune dans les paradis fiscaux avec la complicité d’une classe politique qui vit dans sa bulle aristocratique et la grande masse des français contraints de plus en plus à serrer la ceinture.
La souffrance sociale des familles et de leurs enfants va s’amplifier au détriment de l’avenir de leurs enfants.
Pour le CNAFAL, ce train de mesures ne fera que casser la reprise économique dont on tant besoin !
Ce régime qui favorise les nantis et qui se nourrit de scandales financiers comme ceux qui touchent des membres du gouvernement est néfaste.
Il favorise le développement d’une désaffection électorale d’un « poujadisme » nationaliste face à un communautarisme .
Il développe la misère, engendre la désespérance .
Gare aux pauvres qui n’en peuvent plus, ils peuvent très vite passer du découragement à la révolte.
Jean-François Chalot
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LOCH

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 22/09/2007

MessageSujet: Re: SANS LIBERTE DE LA PRESSE IL N ' Y A PLUS DE DEMOCRATIE    Sam 10 Juil - 19:23

Encore un petit effort Éric, il reste 498 noms sur la liste du Liechtenstein ?


TRACFIN ou TRACPASGROS ?

On en connait deux, voire trois , il en reste donc 497 ou 498 ?

C’est étrange, comme le fisc peut être lent, parfois. Personnellement je me suis trompé de formulaire en déclarant en 2007 des salaires de 2003 que mon employeur a du me verser après les 4 ans de procès au prudhomme, et malgré la déclaration sur le mauvais formulaire, j’ai eu droit a un redressement, petit certes, mais redressement quand même, pourtant je suis loin, très loin des 380 000€ évapores du compte Bettencourt entre Janvier et Avril 2007, vous vous rappelez, juste avant l’élection !

Un autre fait me chatouille : pourquoi, moi, français moyen, sans prétention aucune, je dois donner des explications à chaque fois que je retire de l’argent en espèce alors que la mandataire de Mme Bettencourt retirait 50 000 € par semaine sans explications ?
Si elle en a donné, pourquoi la banque ne sort pas les formulaires ou cela est mentionné ?

Peut être déclarait elle comme moi, pour acheter des bonbons parce que les fleurs c’est périssable , acheter une ile cela aurait fait suspect !

Je crois comprendre, la cellule ne s’appelle pas TRACFIN, mais TRACPALESGROS ?

Revenons a Mon pays, notre pays, pour tout ceux qui ne sont pas encore Suisse, Monégasques, citoyens du Liechtenstein.... est la risée du monde entier, les Allemands, les Anglais, et même les Espagnols, et même les italiens pourtant pas mieux loti que nous se gaussent sur notre dos par le biais du « petit roi Soleil cassé » ou encore le « wie got im Frankreich » . dans ce dernier on peut lire que 280 000 € sont nécessaires chaque année pour fleurir les 300 mètres carrés d’appartement privé ! Même chose dans le « Spiegel » pourtant plutôt de droite qui parle du air Force UN de Sarkozy !

Chez nos voisins anglais on l’appelle « Monsieur » !

Il n’y a que les belges qui ne se moquent pas trop, peut etre à cause du fait que si un jour ils étaient rattachés a la France..... je plaisante bien sur.

Les Suisses ,eux aussi se défoulent, on sait pourquoi, toutefois, le collecteur local a quitté l’UMP pour le parti « Alternative Libérale » ?

Après les 497 ou 498 noms du Liechtenstein, il restera les 2000 de la Suisse , ces deux 2497 noms concernent les Français, tous les Français et il n’y a aucune excuse pour ne pas les publier a mois que …. Heine en fasse parti,de manière directe ou indirecte, dans ce cas je comprends l’embarras !

Pour Elf il y a surement prescription et on ne saura de toute façon plus rien puisque le malheureux Sirven n’a pas survécu, tout comme Mery le pourvoyeur de cassette de DSK qui les a perdues, tous deux mort d’un cancer ?

Combien de temps cela peut encore durer, allons nous devoir utiliser les mêmes moyens que ceux utilisés par les paysans chinois devant les promoteurs pour protéger notre pays ?

par Defrance (son site) samedi 10 juillet 2010
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: SANS LIBERTE DE LA PRESSE IL N ' Y A PLUS DE DEMOCRATIE    Sam 10 Juil - 14:07

Je ne donne pas de leçons, moi je ne me le permettrai pas, mais comme chacun a le droit dans un forum j'exprime une et mon opinion .....qu'elle plaise ou pas je m'en tape c'est la mienne ...et j'ai le courage de l'exprimer . Basta !

Même " Tonton " en son temps les appelait ......." Ces Chiens ....."

Pour moi ça ne seront jamais que des Fouille- merde et pisse - copie .

Allez laissons tomber ils n'en valent pas la peine .....!!


Mais et il faut le préciser certains journalistes, ...Connus de mes proches, .....Eux même sont déçus du comportement de leurs confréres et du mal qu'ils font à leur corporation .....!!

Comme partout un faible pourcentage ......font plus de mal que la majorité .....mais bien sur eux ne sont pas ou peu connus et n'ont pas besoins de la célébrité pour convaincre !!!

Basta !
Revenir en haut Aller en bas
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: SANS LIBERTE DE LA PRESSE IL N ' Y A PLUS DE DEMOCRATIE    Sam 10 Juil - 13:06

PETITION POUR LA LIBERTE DE LA PRESSE :

PLENEL FIIAT ICCI UN CONSTAT ACCABLANT contre les puissances de l 'argent :



http://www.lepost.fr/article/2009/05/10/1529269_pourquoi-il-faut-signer-la-petition-de-soutien-a-mediapart.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 515
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: SANS LIBERTE DE LA PRESSE IL N ' Y A PLUS DE DEMOCRATIE    Sam 10 Juil - 12:12

woerth ment , normal ...il a connu CHIRAC qui la main dans la valise MERY niait encore !

CHIRAC se fait heberger gratos dans un immeuble quai de seine appartenant a un LIBANAIS ! ! !

pour quels services rendus ?


http://www.lepost.fr/article/2010/07/10/2147035_affaire-bettencourt-la-defense-de-woerth-prend-l-eau.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
ACARIE
Invité



MessageSujet: Re: SANS LIBERTE DE LA PRESSE IL N ' Y A PLUS DE DEMOCRATIE    Sam 10 Juil - 11:59

FLORENT PAGNY .....belle reference de ce donneur de leçons ! affraid

qui se sauva en amerique du sud pour ne pas payer ses impots pour faire comme les Jhonny et autres soutiens de SARKO ...


Là JE RIGOLE lol!

en 1981 le Figaro titrait : la gauche est au pouvoir et les chars russes vont arriver !

LE PATRON MR CARONI fut prit a la frontiere suisse avec une valise de lingots d 'or ....encore un bon français !

la droite s 'est acharnée dans le FIGARO et a l 'assemblée sur BEREGOVOY comme elle l ' avait fait sur roger SALENGRO

IL EST BON DE RAPPELER CERTAINES CHOSES ...LA DROITE CONSERVATRICE N 'A PAS TOUS LES DROITS....

et la GAUCHE tous les defauts c 'est pourtant ce que d 'aucun voudraient nous faire croire !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: SANS LIBERTE DE LA PRESSE IL N ' Y A PLUS DE DEMOCRATIE    Sam 10 Juil - 11:13

Comme dit de 1981 à 1995, bien d'affaires auraient défrayées la chronique et les journaux ...s'il y avait eu l'Internet et bien d'autres Média .....qui Eux aussi ont bien été " Muselés " à l'époque par le pouvoir en place et ce à trés haut niveau !!!

Heureusement l'Internet & Médiapart n'existait pas ou trés trés peu a cette époque !!!

Maintenant comme le pouvoir en place, que je soutiens ce pour des raisons d'éthiques " personnelles " et je n'ai pas pour habitude de changer de veste, et aprés avoir fait moi-même mon sondage (jamais mieu servi que par soi-même) auprés de ma famille et certains amis dont certains pour autant n'ont pas mes convictions politiques je dirai donc que le ou les français lambda se contrefiche de cette affaire qui au départ n'était qu'une affaire de famille .....!!
Les français s'intéressent à leur pouvoir d'achat leurs vacances leur famille et surtout que cela n'affecte pas leur portefeuille et cela est bien légitime !!

Oui je pense que les Français sont bien plus intelligents que tous ces journalistes qui eux et là c'est peut être leur alibi et surtout leur gagne pain, s'occupe surtout de ces affaires on dirait qu'ils ménent un Combat Presse écrite contre Parlée Télévisé & Internet !!!!

Ah cette presse qui roule chantait en son temps ...Florent Pagny
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Messages : 515
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: SANS LIBERTE DE LA PRESSE IL N ' Y A PLUS DE DEMOCRATIE    Sam 10 Juil - 11:02

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
ACARIE
Invité



MessageSujet: Re: SANS LIBERTE DE LA PRESSE IL N ' Y A PLUS DE DEMOCRATIE    Sam 10 Juil - 10:57

ALLONS nous devenir un peuple
un troupeau de moutons qu 'on n 'informe pas , pour mieux l 'asservir et le manipuler ....
Presque toute la presse appartient a de grands groupes financiers de droite ....GROUPES QUI ont aidé SARKOSY a venir au pouvoir par des aides financieres legales et certainement illegales comme on peut l 'imaginer avec le faisceau de presomptions autour de BETTENCOURT ...

QUI ACHETE EN MAJORITE LES JOURNAUX ET FAIT VIVRE LA PRESSE ECRITE ? les petits revenus ou les gros et moyens revenus ?

Dans les petits revenus combien votent a gauche et combien a droite ?

EN FONCTION DES REPONSES COMBIEN DE JOURNAUX DE GAUCHE et COMBIEN DE DROITE ? .... l 'ecart est enorme

CHACUN SAIT QUE SANS INFORMATION , sans liberté de la presse la population ne peut plus faire de choix politique....

je vais même plus loin , sans information totale la population n 'est pas reellement APTE A VOTER .

On le voit dejà au journal de 13 h sur TF1 avec PERNOT où ce type qui se dit journaliste , nous parle plus de la fabrication des sabots dans le Cantal que de ce qui se passe dans le monde ...

il faut donc reagir pour aider la presse et les journalistes, de droite comme de gauche .

http://www.dailymotion.com/video/xdz245_woerth-la-liberte-de-la-presse-se-r_news?start=35#from=embed




flower flower
Revenir en haut Aller en bas
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: SANS LIBERTE DE LA PRESSE IL N ' Y A PLUS DE DEMOCRATIE    Sam 10 Juil - 1:09

Etranger (Samedi 10 Juillet 2010)

Alors que l’UMP a tenté de mettre à profit les déclarations de la comptable
Les livres de comptes du couple Bettencourt enfoncent Sarkozy
Par : Merzak Tigrine
Lu : (104 fois)

Pendant que le clan du chef de l’État français cherchait à exploiter politiquement les dernières déclarations de la comptable de Liliane Bettencourt, en estimant qu’elle s’est rétractée, les livres de comptes de la milliardaire révèlent que plus de 380 000 euros auraient été retirés en espèces à la BNP durant les quatre mois précédant l’élection présidentielle de 2007.


à en croire l'hebdomadaire Marianne, qui s'est procuré l'un de fameux carnets des livres de comptes du couple Bettencourt, plus de 380 000 euros auraient été retirés en espèce à la BNP durant les quatre mois précédant l'élection présidentielle de 2007.

Il s’agit de sommes “sorties en liquide et sans affectation”, précise la même source, qui souligne : “Ce qui est logique, puisque [Liliane Bettencourt] elle-même indique qu’il ne fallait pas laisser de trace.” Bien qu’il soit impossible donc de savoir à qui était destiné cet argent, car l'ex-comptable a redit jeudi après-midi aux enquêteurs qu’“une partie de cet argent était destiné à des politiques”, tout semble indiquer en effet que l’UMP en était la bénéficiaire.
D'après les déclarations de l'ex-comptable à “Mediapart”, les mentions “Monsieur” ou “Monsieur Bettencourt” signifient que les retraits étaient destinés à des politiques. Si l'on part de cette hypothèse, le total des retraits annoté de cette façon s'élève à “183 350 euros en quatre mois”, selon les calculs de l'hebdomadaire.

Comparant ces retraits réalisés en 2007 à ceux de 2006, Marianne aboutit au résultat qu’en 2006, 50 000 euros “seulement” ont été retirés. “On est loin des 183 350 euros de la période précédant le 1er tour de l’élection présidentielle”, commente l’hebdomadaire. Ainsi, le président français Nicolas Sarkozy, qui bénéficiait d'un répit jeudi dans la crise politique née d'une succession d'accusations de conflits d'intérêts et de financement illégal, est loin d’avoir sorti la tête de l’eau.

Claire Thibout, l'ancienne employée de la milliardaire, a été entendue de nouveau jeudi par la police et confrontée à Patrice de Maistre, le gestionnaire de fortune, chacun restant sur ses positions.

Mme Thibout a maintenu ses propos tenus aux enquêteurs et au site d'information “Mediapart”, auxquels elle avait affirmé que Patrice de Maistre lui avait demandé d'aller chercher 150 000 euros à la banque avant l'élection présidentielle de 2007, selon une source judiciaire. Des propos “faux et romancés”, aurait affirmé Mme Thibout, alors que “Mediapart” “maintient l'intégralité de ses écrits”.

Pour rappel, les premières déclarations de Claire Thibout avaient déclenché l'ouverture d'une enquête de la justice sur d'éventuels dons illégaux et une véritable crise au plus haut niveau de l'État, du fait de la mise en cause d'Eric Woerth, chargé de la réforme cruciale des retraites.

À partir de là, un sondage CSA a fait ressortir que plus d'un Français sur deux (55%) juge d'ailleurs que Nicolas Sarkozy doit procéder à un remaniement de son gouvernement.

Cette perspective a été rejetée jeudi par le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, qui a déclaré que “c’est pas pour maintenant”. Nicolas Sarkozy, au centre du scandale politico-fiscal, qui doit présenter mardi en Conseil des ministres la délicate et impopulaire réforme des retraites, semblait également devoir être conforté au moins sur un point de cette affaire dans laquelle il est mis en cause à plusieurs titres.

L’Elysée dit attendre avec sérénité la publication, initialement attendue vendredi, mais qui devrait finalement être rendu public lundi au plus tard, d'un rapport administratif interne sur la gestion du dossier fiscal de Liliane Bettencourt, dont M. Woerth est soupçonné d'avoir couvert de possibles fraudes.

Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2507
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: SANS LIBERTE DE LA PRESSE IL N ' Y A PLUS DE DEMOCRATIE    Ven 9 Juil - 18:14

LA LIBERTÉ DE LA PRESSE N’EST PAS NÉGOCIABLE
9 juillet 2010 par Service de presse

Communiqué

La liberté de la presse n’est pas négociable

Paris, le 9 juillet 2010

Les député-e-s européens d’Europe Écologie constatent avec consternation que les journalistes exerçant en conscience leur métier d’information dans la ténébreuse affaire Bettencourt-Woerth sont soumis à une surenchère d’insultes de la part de responsables politiques de la majorité et de membres du gouvernement. Les collaborateurs du site Mediapart et leur directeur Edwy Plenel sont particulièrement la cible de cette délinquance verbale.

Alors que l’opinion a un besoin légitime d’éclaircissement sur un dossier qui pose de graves questions, les responsables du pays favorisent un déchainement haineux qui transgresse les règles de notre démocratie au cœur de laquelle le droit à l’information est sacré. Aurait-on à ce point peur des faits, des documents, des témoignages que les journalistes apportent ? Que dissimulent la violence des mots et l’outrance des invectives ?

Cette attitude nous inquiète d’autant plus qu’elle révèle le modèle de société dont certains rêvent : une presse silencieuse, des journalistes passifs face à un monde dominé par l’argent et les connivences.

Les députés européens d’Europe Écologie réaffirment leur attachement à la liberté de la presse, qu’elle qu’en soient ses conséquences pour toutes les formations politiques. Au-delà de l’affaire Bettencourt-Woerth, il en va de l’exercice de la démocratie en France, en Europe et ailleurs
.

Les 14 député-e-s européens d’Europe Écologie : François Alfonsi, Sandrine Bélier, Malika Benarab-Attou, Jean-Paul Besset, José Bové, Pascal Canfin, Daniel Cohn-Bendit, karima Delli, Hélène Flautre, Catherine Grèze, Yannick Jadot, Eva joly, Nicole Kiil-Nielsen, Michèle Rivasi.

ET CI DESSOUS LA GRANDE MANIPULATION DES MEDIAS ASSUJETIS AU POUVOIR EN PLACE :

http://www.dailymotion.com/video/xdz4nc_bettencourt-les-comptes-rendus-tron_news?start=42#from=embed


http://www.dailymotion.com/video/xdyzwx_rsf-soutient-la-journee-du-silence_news


http://fr.rsf.org/france-contrefeux-et-attaques-retrogrades-09-07-2010,37911.html



http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/07/09/affaire-bettencourt-woerth-une-troisieme-enquete-preliminaire-ouverte-pour-blanchiment-de-fraude-fiscale_1386094_823448.html



rendeer rendeer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SANS LIBERTE DE LA PRESSE IL N ' Y A PLUS DE DEMOCRATIE    

Revenir en haut Aller en bas
 
SANS LIBERTE DE LA PRESSE IL N ' Y A PLUS DE DEMOCRATIE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Diderot et liberté de la presse
» Fromage: avec ou sans présure?
» Dépêche de presse Nouvel obs du 12/07/2013
» Revue de presse: survols des centrales (sans discussions)
» Recherche textes, documents, poèmes et images portant sur la liberté d'expression, la liberté de la presse, le fanatisme et la caricature

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
LES GENS DE LOCON SUR LAWE :: MONDE , Politique, financier, religieux,idéologique... :: gens d ' ici-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: