LES GENS DE LOCON SUR LAWE
LES GENS DE LOCON SUR LAWE

Tout ce qui concerne les gens de LOCON et du BETHUNOIS
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 la France qui meurt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PACA

avatar

Messages : 2554
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: la France qui meurt   Sam 21 Juin - 15:40


 TRES BELLE ANALYSE 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2554
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: la France qui meurt   Dim 28 Juil - 10:23

http://argent-dette.over-blog.com/article-le-bilan-sarkozy-vu-par-les-organismes-i-102252223.html

Le bilan Sarkozy vu par les organismes internationaux…
par bbc2033 11 Juillet 2013, 18:53
Ah la crise… vous savez celle qui a entravé l’action de Nicolas Sarkozy… en fait, il semblerait elle n’ait touché que la France et  son gouvernement si on en juge par le recul enregistré sur différents points clefs de la gouvernance d’un pays. Je ne vois donc pas d’autre explication qu’une crise mondiale limitée à notre seul pays. Fort heureusement, nous avons eu un Président protecteur.

Et encore on ne parle pas du chômage et de la dette…

Production de richesses (monde)
1. Avant Sarkozy
, la France était à le 16ème pays le plus riche au monde (PIB par habitant en parité de pouvoir d’achat, OCDE/FMI)
Aujourd’hui, elle n’est plus que 18ème.

Production de richesses (Europe)
2. Avant Sarkozy
, la France était le 10ème pays le plus riche de l’Union européenne. (PIB par habitant en standards de pouvoir d’achat, Eurostat).
Aujourd’hui, elle n’est plus que 11ème, en-dessous de la moyenne de la seule zone euro.

Exportations
3. Avant Sarkozy
, la France était le 5ème puissance exportatrice de marchandises au monde. (Classement OMC).
Aujourd’hui, elle n’est plus que la 6ème, derrière les Pays-Bas.

Inégalités
4. Avant Sarkozy
, la France était le 16ème pays le moins inégalitaire concernant la distribution des revenus. (Coefficient Gini, ONU).
Aujourd’hui, elle n’est plus que le 38ème, derrière le Tadjikistan.

Indice de développement humain
5. Avant Sarkozy
, la France était le 8ème pays ayant le plus fort indice de développement humain (IDH). (Chiffres du PNUD, ONU).
… Aujourd’hui, elle n’est plus que le 20ème, juste devant la Slovénie.

Agriculture
6. Avant Sarkozy
, la France était le 3ème exportateur de produits agroalimentaires et agricoles. (Étude de la Coface).
Aujourd’hui, elle n’est que 4ème, derrière l’Allemagne.

Niveau scolaire et éducatif
7. Avant Sarkozy
, la France était à la 16ème place du classement scolaire international. (Classement OCDE).
Aujourd’hui, elle n’est qu’à la 24ème place, à peine dans la moyenne des pays de l’OCDE.

Liberté de la presse
8. Avant Sarkozy, la France était à la 33ème place pour la liberté de la presse. (Classement Reporters Sans Frontières).
Aujourd’hui, elle n’est qu’à la 38ème, derrière le Salvador, mieux classé.

Corruption
9. Avant Sarkozy
, la France était à la 18ème place des pays les moins corrompus. (Classement Transparency International).
Aujourd’hui, elle n’est plus qu’à la 25ème place et a un indice de corruption supérieur au Qatar par exemple

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2554
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: la France qui meurt   Ven 26 Juil - 11:24




Alternatives
Hervé Nathan 




NOS 10 PROPOSITIONS D'ÉCONOMIES PRODUCTIVES ET D'INVESTISSEMENTS VERTUEUX



1. Oser réformer les institutions : 11,6 milliards 

Hollande a calé, mais refondre la carte administrative du pays - ce mille-feuilles de doublons et de gabegies - permettrait aux Français de regarder la politique autrement et au budget de faire de sacrées économies. La Cour des comptes a par exemple repéré qu'en se faisant concurrence les collectivités locales dépensent 1,5 milliard d'euros par an en communication ! Pour l'OCDE, « simplifier la structure des administrations infranationales, notamment en fusionnant les plus petites des 36 700 communes et en supprimant les départements, engendrerait des économies d'échelle substantielles », estimées à 11,6 milliards d'euros par an. 

2. Supprimer les subventions inefficaces : 4,6 milliards 

Sur les 46 milliards d'euros d'aides diverses aux entreprises (hors baisse des cotisations) répartis en 1 500 dispositifs différents, le récent rapport Queyranne pointe près de 2 milliards d'économies possibles, dont 400 millions d'euros inutilement perçus par les chambres de commerce et d'industrie. De son côté, la Cour des comptes a estimé légitime d'économiser 100 millions d'euros sur les aides à la presse, 95 millions sur les aides aux sports (faut-il vraiment que l'Etat rétribue les entraîneurs des clubs de golf ?), 200 millions d'euros sur le secteur agricole, 15 sur la culture, 15 sur l'obsolète prime à l'aménagement du territoire, 97 sur l'aide aux débitants de tabac, et 180 par la suppression de la « majoration des rentes légales », dispositif archaïque d'aide aux assureurs mis en place après guerre pour améliorer les pensions de certains retraités. Réduire simplement de 10 % le volume total de ces 1 500 dispositifs permettrait de basculer 4,5 milliards d'euros vers l'industrie et l'innovation, actuellement les deux parents pauvres du subventionnement public. 

3. Construire 600 000 logements sociaux : 40 milliards à réorienter 

La crise du logement concerne plusieurs millions de familles. Or les outils « libéraux », centrés sur l'accession à la propriété, sont en panne. Le financement de 600 000 logements par an est possible en réorientant une partie des 40 milliards de crédits du ministère du Logement et en investissant le Fonds de réserve pour les retraites (37 milliards) dans le logement social, plutôt que sur les marchés financiers. Pour le complément, les banques et sociétés d'assurances peuvent être contraintes de réinvestir dans l'immobilier locatif... Bénéfice double avec la création de 300 000 emplois en trois ans et une baisse des loyers permettant un gain de pouvoir d'achat de 280 € par mois et par famille, comme en Allemagne... 

4. Augmenter le temps de travail des fonctionnaires : 1,5 milliard 

Depuis l'élection de François Hollande, les fonctionnaires sont condamnés à une nouvelle version du « ni-ni » : ni baisse des effectifs ni augmentation des traitements ! Intenable à moyen terme car les salaires offerts sont si bas que l'Education nationale peine à recruter ! En sortir nécessite de dégager des marges de manœuvre qui pourraient être trouvées en augmentant le temps de travail de deux heures par semaine. L'économie de postes dégagerait, selon l'Inspection des finances, 1,5 milliard d'euros, permettant d'améliorer les rémunérations des agents. Encore faut-il avoir la volonté de négocier avec les fonctionnaires, ce qui s'apparente à un nouveau contrat social. 

5. Un impôt minimal sur les profits : 5 milliards 

En 2010, le rapporteur général du Budget, Gilles Carrez (UMP), avait créé la surprise en révélant dans un rapport que les sociétés du CAC 40, hors celles dont l'Etat est actionnaire, payaient moins de 8 % d'impôt sur les bénéfices, voire pas du tout dans le cas de Total, alors que le taux nominal est de 33 %. L'explication tient dans la capacité des grands groupes à optimiser l'impôt, par l'évasion vers les Pays-Bas ou l'Irlande. En attendant une uniformisation européenne hypothétique, l'instauration d'un impôt minimum effectif de 15 % des bénéfices (le niveau officiel de l'Irlande) pour les grands groupes ferait rentrer 5 milliards d'euros dans les caisses de l'Etat. 

6. Taxe carbone pour changer le pays : 26 milliards 

C'est, avec le volet logement, le dispositif le plus apte à ramener la France dans la voie de la croissance. En 2009, le rapport Rocard avait établi qu'une taxe carbone sur la consommation de toutes les énergies fossiles, dite « taxe énergie-climat » (TEC), fixée à un niveau bas (34 € la tonne de CO2) produirait 7 à 9 milliards d'euros dès la première année, ce qui permettrait de baisser les cotisations de tous les salariés ou la TVA. La TEC devrait ainsi tripler au bout de cinq ans, générant 26 milliards de recettes. L'effet d'entraînement sur la production d'énergie sans carbone et de matériaux pour l'économie d'énergie est estimé à 600 000 emplois, dont plus de 150 000 uniquement dans la filière isolation du bâtiment thermique. Pour les ménages, les effets positifs d'un plan général d'isolation sont estimés à 1 000 € en moyenne par an. 

7. Moderniser l'impôt : 6 milliards 

La France se place au cinquième rang des pays industrialisés en matière de coût de gestion des impôts. Selon l'OCDE, « une amélioration de l'efficience de la collecte des impôts, conjuguée à une simplification d'un code des impôts complexe et changeant fréquemment, permettrait de réaliser des économies de 0,6 % du PIB », soit 6 milliards d'euros par an. 

8. Faire payer la garantie des banques : 2,4 milliards 

La crise de 2008 a démontré que, lorsqu'une banque fléchit, seul l'Etat est en mesure de la secourir. Or le Fonds de garantie des dépôts ne contient que 2 milliards d'euros, en regard de 1 500 milliards de dépôts bancaires. En cas de catastrophe, le contribuable serait donc directement (et, à partir de 2018, indirectement au niveau européen) appelé à sa rescousse. Le Sénat a estimé à 48 milliards d'euros par an l'avantage pour les banques françaises de cette garantie d'Etat, qui leur permet de lever de l'argent moins cher sur les marchés. Il n'est donc pas anormal de leur demander une rétribution sur cet avantage, par exemple sous forme d'une « prime d'assurance » de 5 %, soit 2,4 milliards. 

9. Simplifier les normes : 2,5 milliards 

Dans un rapport récent au Premier ministre, deux anciens parlementaires, Jean-Claude Boulard et Alain Lambert, dénonçaient les 600 000 normes réglementaires qui entravent l'activité des entreprises et des services publics. L'impact en 2012 est évalué à 1,2 milliard d'euros en France, une estimation basse. Le député Thierry Mandon considère que la suppression de 80 % des coûts liés à la complexité administrative permettrait d'économiser jusqu'à 2,5 milliards. 

10.Fusionner les administrations de Sécurité sociale : 3 milliards 

Plutôt que de chercher à toute force l'alignement des différents régimes de sécurité sociale (public, privé, MSA, indépendants...), qui ne peut se réaliser qu'à long terme, la fusion des différents organismes prestataires (caisses de retraite ou caisse d'assurance maladie) permettrait un meilleur service aux assurés et générerait, selon la commission Attali, une économie de 3 milliards d'euros en fonctionnement.





D'autres dépenses à sabrer ETAT TROP SPORTIF 

En 2010, l'Etat mettait à disposition de la Fédération française d'athlétisme 99 conseillers techniques, 77 pour celle de football, 71 pour celle de basket-ball, 52 pour celle de rugby, sans compter les fédérations de golf et de tennis. Coût estimé par la Cour des comptes : 200 millions d'euros, alors que ces fédérations bénéficient de ressources propres. Il ne semble pas que ces pratiques aient cessé.





D'autres dépenses à sabrer BAZAR BUREAUCRATIQUE 

Dans le domaine institutionnel ou administratif, de nombreuses économies sont possibles. Suppression de sous-préfectures, réduction à 400 du nombre des députés et à 180 de celui des sénateurs ; transformation du ministère des Anciens Combattants en une antenne du ministère de la Défense ; réduction de moitié des 55 000 organismes divers de formation professionnelle, qui épongent 32 milliards par an (au bénéfice pour l'essentiel des entreprises privées).





Le fil de la PAT 

La prime à l'aménagement du territoire (PAT) avait été créée en 1982 pour soutenir l'emploi dans les régions en difficulté. Trente ans plus tard, les 40 millions de la PAT sont captés en priorité par les quatre régions les plus riches ! L'emploi créé revient à 17 000 €.





D'autres dépenses à sabrer Un peu fort de tabac 

Pour compenser la perte de recettes attendue à la suite de l'interdiction de fumer dans les lieux publics, les débitants de tabac reçoivent 225 millions d'euros par an. Or le chiffre d'affaires des marchands de «nuit-gravement-à-la-santé» (hors frontaliers) a augmenté de 44 % depuis 2002, grâce aux différentes hausses des prix décidées par le gouvernement !





D'autres dépenses à sabrer Les médecins trop libérés 

Dans les années 80, certains médecins libéraux avaient obtenu de la Sécurité sociale la prise en charge de leurs cotisations maladie et retraite, en échange de l'observation des tarifs réglementés. Depuis lors, les dépassements tarifaires ont allégrement explosés, mais l'avantage social (2,2 milliards d'euros par an), lui, perdure... Et, lors de la dernière négociation entre la Sécu et les professions de santé, on a oublié d'en parler !





D'autres dépenses à sabrer Très chers scrutins 

Toutes nos élections locales sont à deux tours. Elles coûtent donc deux fois plus cher qu'ailleurs, où elles sont à un tour.





La télé-dérive 

En 2011, les effectifs de France Télévisions ont continué d'augmenter de 1,8 %, de même que les personnels d'Arte et de Radio France.





D'autres dépenses à sabrer Les comités Théodule n'en finissent pas de mourir 

Le gouvernement Ayrault a décidé la suppression de 101 comités Théodule. Des «machins», sans aucune activité, aux noms poétiques comme la Commission consultative des inventions ou le Comité de liaison des comités de bassins d'emploi. Fort bien. Mais ils ne représentent que... 15 % du total. A quand le tour des 650 autres ? Et pourquoi le Parlement vient-il de voter la naissance d'un nouveau comité tout aussi inutile (lire ci-dessous) ?





UN NOUVEAU CONSEIL HAUTEMENT INUTILE 

La dérive des finances publiques locales (11,7 % du PIB) fait l'objet de toutes les attentions du gouvernement. La preuve ? Le projet de loi de Marylise Lebranchu sur la «nouvelle étape de la décentralisation» frappe un grand coup en instituant un Haut Conseil des territoires, qui pourra, tenez-vous bien les côtes, être consulté «sur la politique du gouvernement à l'égard des collectivités et sur la programmation pluriannuelle des finances publiques». Les maires en tremblent d'avance !





D'autres dépenses à sabrer Vide-greniers 

Des milliers d'œuvres d'art démodées, dévalorisées ou en doublons, y compris des antiquités (ainsi des dizaines de masques égyptiens tous sur exactement le même modèle) dorment dans les caves et greniers de nos musées et n'en sortiront plus jamais. Question : pourquoi ne pas les vendre ?





D'autres dépenses à sabrer Coûteux hypersalaires 

Si le patron de Renault, Carlos Ghosn, se contentait, pour vivre, de 1 million d'euros par an, avec le restant de ses gains on pourrait payer 140 salariés à une fois et demie le Smic. Ces salariés ne seraient plus à la charge de l'Etat, mais, au contraire, paieraient des charges sociales et des taxes. Et des dizaines de rémunérations sont encore plus importantes que celles de Ghosn. Avec ces superflus obscènes, quelques milliers d'emplois pourraient être créés, permettant de transformer des coûts (sociaux) en recettes (sociales et fiscales) tout en soutenant la consommation. Gain considérable à l'arrivée.





D'autres dépenses à sabrer Le concours Lépine des subventions 

Sur les centaines de milliers de subventions à des associations, la plupart d'utilité publique, certaines arrosent de pseudo-activités associatives de pure complaisance, clientélistes et souvent élitistes (genre «les amis du château de Chambord» ou «les croisés du chant grégorien»). Pourquoi ne pas nommer une commission mixte (majorité-opposition) chargée de les recenser ? On a pu calculer que plus de 50 000 subventions de ce type, coûtant des centaines de millions d'euros, pourraient être supprimées sans dommage.





L'ETAT, DIEU DU STADE 

Depuis 1998, l'Etat verse au Stade de France une indemnité pour absence de club résident, soit 114 millions en cumulé depuis l'inauguration. Heureusement qu'on a eu la Coupe du monde !





D'autres dépenses à sabrer Codiplomatie 

La France fait partie de l'Union européenne. Pourquoi ne mutualise-t-elle pas certaines ambassades ? Ne pourrait-elle pas, par exemple, partager avec les Pays-Bas, la Finlande ou le Danemark une ambassade au Honduras, au Népal ou en Nouvelle-Guinée ? Un consulat à Kyoto, à Rosario, à Vancouver ou à Valparaiso ?



 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 535
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: la France qui meurt   Jeu 25 Juil - 0:43

http://www.lemonde.fr/emploi/article/2013/07/24/la-carte-de-france-des-pertes-d-emplois_3452799_1698637.html

La carte de France des pertes d'emplois

LE MONDE | 24.07.2013 à 11h59 • Mis à jour le 24.07.2013 à 19h03 |
Comment la crise a-t-elle touché la France ? Cinq ans après la chute de
Lehman Brothers et le début de la crise, Le Monde revient sur l'impact du ralentissement économique bassin d'emploi par bassin d'emploi. Entre Nemours (Seine-et-Marne), qui a perdu en quatre ans plus de 14 % de ses emplois, et Sartène-Propriano (Corse-du-Sud), qui en a gagné près de 20 %, les Français ont de fait vécu très différemment ces années de crise selon l'endroit où ils habitent. Les chiffres compilés par les organismes de recouvrement des cotisations (Urssaf) permettent de voir exactement l'impact du ralentissement territoire par territoire.


http://www.lemonde.fr/emploi/article/2013/07/24/la-carte-de-france-des-pertes-d-emplois_3452799_1698637.html
CRÉATIONS ET DESTRUCTIONS D'EMPLOIS EN FRANCE ENTRE 2008 ET 2012


Les données des Urssafs montrent ainsi que le quart nord-est de la France a nettement plus perdu d'emplois que l'arc qui va de la Bretagne aux Alpes. Alors que les régions fortement industrielles du Nord-Pas-de-Calais, de la Picardie, de la Lorraine ou de Champagne-Ardenne font figure de grandes perdantes, des zones entières de la façade atlantique et méditerranéenne ont de leur côté continué à créer des emplois. Néanmoins, le chômage a pu y augmenter, puisque les créations d'emplois peuvent ne pas suffire à compenser la hausse de la population active dans ces zones où la démographie reste très dynamique en raison des flux migratoires.
Les métropoles de l'Ouest ont particulièrement continué à créer des emplois avec une hausse de près de 5 % à Toulouse, 3,4 % à Nantes ou 3,2 % à Bordeaux. Les grandes villes affichent globalement des résultats plutôt positifs, même si les créations ont été moins fortes à Lyon, Lille ou Marseille.
Lire aussi Les chiffres du chômage : mode d'emploi
La Corse compte les six zones aux progressions les plus fortes, même si le taux de chômage y reste élevé. Par ailleurs, des bassins d'emploi très dynamiques, comme Vitré (Ille-et-Vilaine) – 5,9 % de chômage fin 2012 –, ont continué à créer de nombreux emplois. Dans une très mauvaise situation avec près de 12, % de chômeurs et plus de 10 % d'emplois détruits en quatre ans, Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne) fait figure d'exception dans une zone géographique relativement préservée qui recoupe l'ouest et le sud-ouest de la France.
Mais les créations d'emplois n'empêchent pas forcément l'explosion du chômage. Le Languedoc-Roussillon, touché par un chômage endémique (14,5 %), compte de nombreuses zones qui ont moins détruit d'emplois que le reste de la France et qui en ont parfois même créé, à l'image d'Arles, Perpignan, Narbonne, Béziers ou Sète.
GRANDE PERDANTE
Si la moitié des zones ont perdu plus de 3,2 % d'emplois, seize d'entre elles ont particulièrement souffert de la crise avec des pertes supérieures à 10 % en quatre ans. Les zones qui affichent les plus fortes baisses ne figurent pas forcément dans celles au chômage le plus élevé. Nemours et Saint-Claude affichent les deux plus grosses pertes d'emplois (respectivement – 14 % et – 12,6 %), alors qu'elles ont l'un des taux de chômage les plus faibles de France. D'autres zones qui affichent aussi des taux de chômage très faibles, autour de 6 % fin 2012, ont davantage souffert que la moyenne, comme Rambouillet (– 9,4 % d'emplois), Molsheim (– 4,7 %), Versailles (– 4,2 %).
De fait, les zones qui ont perdu le plus d'emplois sont surtout celles où l'industrie joue un rôle important, comme la vallée de l'Arve dans la région de Chamonix (Haute-Savoie), Longwy et Remiremont en Lorraine. La petite zone d'emploi fortement industrielle de Tergnier (Aisne) affiche l'un des plus mauvais résultats, avec 16,2 % de chômage en 2012 et 10,75 % d'emplois détruits en quatre ans. Calais (Pas-de-Calais) est également dans une situation extrêmement difficile, avec 9,6 % d'emplois perdus en quatre ans et un taux de chômage qui culmine à 17,8 % fin 2012.
Sur les vingt zones d'emploi au taux de chômage le plus élevé fin 2012, douze ont détruit plus d'emplois que la moyenne en quatre ans. Des zones entières du Nord-Pas-de-Calais, comme Boulogne-sur-Mer, Roubaix, Maubeuge ou Valenciennes, ont ainsi plus fortement souffert de la crise, alors qu'elles affichaient déjà des taux de chômage élevés. De quoi faire de cette région, malgré l'exception lilloise, la grande perdante de la crise.
Lire aussi (édition abonnés) : "A Saint-Dizier, le manque de travailleurs qualifiés plombe les chiffres du chômage"


Jérémie Baruch et Jean-Baptiste Chastand
Les ZUS plus fortement touchées par le chômage


Au milieu du marasme économique national, la situation des zones urbaines sensibles (ZUS) est plus particulièrement catastrophique. Le taux de chômage y a atteint 23,1 % au quatrième trimestre 2012, contre 10,1 % de moyenne nationale – un écart de 13 points alors qu'il n'était que de 9 points en 2008.
Surtout, ces territoires urbains, déjà fragilisés avant la crise, ont été frappés par les quatre années de ralentissement économique. Ils ont été touchés à la fois plus durement et plus rapidement. Les données de l'Observatoire national des ZUS (Onzus) montrent que le taux de chômage hors ZUS est resté stable, autour de 9,5 %, entre 2009 et 2011. Dans le même temps, il augmentait de près de 4 points dans les ZUS.
Comment expliquer ce décalage ? Le manque de qualification des jeunes dans ces zones a pu jouer. Le taux de chômage des moins de 25 ans dépasse les 40 % dans les ZUS, contre 26 % au niveau national. Les difficultés des jeunes à décrocher un emploi lorsqu'ils sont issus de ces zones sont également établies. Face à ce constat, le gouvernement a tenté d'orienter plus spécifiquement ses mesures de politique de l'emploi sur ces jeunes, qui font le gros des entrées à Pôle emploi.
Un tiers des emplois d'avenir est normalement réservé aux jeunes de ZUS, pour lesquels une exemption permet même l'embauche de diplômés, alors que le dispositif est réservé aux non-diplômés pour les autres territoires. Malgré cela, le dispositif ne décolle toujours pas dans les ZUS. Seuls 15 % des emplois d'avenir signés jusqu'ici concernent des jeunes de ZUS. Et des départements très pauvres, comme la Seine-Saint-Denis font figure de lanterne rouge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
PACA

avatar

Messages : 2554
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: la France qui meurt   Lun 17 Juin - 18:17

Retraites : François Hollande repousse une nouvelle convergence entre public et privé...




En 197 pages, le rapport Moreau, du nom de la présidente de la commission pour l'avenir des retraites, étudie plusieurs scénarios pour revenir à l’équilibre à court, moyen et long terme.


 La durée d'assurance, l'âge de départ en retraite, le niveau des cotisations, l'évolution des pensions ou de certains avantages fiscaux propres aux retraités sont autant d'hypothèses développées et qui laissent « toute liberté de choix », a réagi le Premier ministre qui recevait ce rapport vendredi 14 juin.

Jean-Marc Ayrault a voulu être clair sur un point : il refusera « toute opposition entre les jeunes, les actifs et les retraités, et entre les différents régimes ».


 Une allusion à la question posée par le rapport de la poursuite de la convergence des règles de calcul des pensions entre les secteurs public et privé. Au lieu d'un calcul sur les 6 derniers mois de salaire dans le public (contre les 25 meilleures années dans le privé), le rapport Moreau évoque une durée de trois à dix ans, avec une intégration partielle des primes pour compenser la baisse de pension en résultant. 


Pourtant, comme le précise le rapport Moreau, l'enjeu « n'est pas de dégager des économies » mais « de favoriser la lisibilité et la fixation d'objectifs communs aux régimes », et ainsi répondre « à un sentiment d'injustice » bien ancré dans l'opinion.

Invité de l'émission Capital hier soir sur M6, le président de la République a semblé écarter une nouvelle convergence entre ces régimes, considérant, que les réformes de 2003 et 2010 ont fait l'essentiel.


 Il a en revanche, plus globalement, indiqué sa préférence, comme la commission Moreau, sur la modification de la durée de cotisation (de 41,5 ans aujourd'hui), allongée proportionnellement aux gains d'espérance de vie (1 trimestre tous les 3-4 ans), plutôt que de l'âge légal de départ en retraite. Mais le rapport Moreau l'assortit d'une condition : « accroître le taux d'emploi des seniors et réformer la prise en compte de la pénibilité ».

« Il y aura des efforts à faire » - le rapport chiffre l'urgence de combler un déficit estimé à 20 milliards d'euros en 2020 - « mais ils ne seront pas écrasants », avait estimé vendredi Jean-Marc Ayrault. Le rapport Moreau indique que les efforts seront surtout nécessaires à court terme, mais « qu’une fois l'équilibre retrouvé en 2020, les mesures à prendre sur le long terme sont d'une ampleur raisonnable ». 

Selon le Premier ministre, un projet de loi pourrait être déposé d'ici à la fin de l'été. La concertation avec les partenaires sociaux va s'engager à l'occasion de la nouvelle conférence sociale, des 20 et 21 juin.


E.S.

Télécharger le rapport Moreau.

Twisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted EvilTwisted Evil£££££££££££££££££££££££££££££££££££££££££££££££££££££££££££££££££££££££££££££££££
UNE FOIS DE PLUS LA GAUCHE CREE DES INJUSTICES ET FAVORISE LE SECTEUR PUBLIC QUI LUI FAIT PEUR ( PACA )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2554
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: la France qui meurt   Mar 30 Avr - 16:47

http://www.20minutes.fr/economie/1113805-20130307-carte-chomage-union-europeenne#xtor=RSS-145

Chômage: La carte des bons et mauvais élèves de l'Union européenne
50 contributions
Créé le 07/03/2013 à 08h42 -- Mis à jour le 30/04/2013 à 15h54 ( copié sur 20 minutes )



CHOMAGE - Quel taux de chômage les Vingt-Sept de l'UE affichent-il en mars 2013? La réponse avec notre carte interactive...

Eurostat publie un nouveau record du taux de chômage dans l'Union européenne, qui s'établissait à 10,9%, à la fin du mois de mars 2013. Quel est-il dans les autres pays de l'Union européenne? Découvrez cela sur notre carte du chômage au sein de l'Union européenne (les Vingt-Sept). De 4,7% en Autriche à 27,2% en Grèce, la marge ne cesse de se creuser au fil des trimestres.

Sur un an (2012-2013), le taux de chômage a augmenté dans dix-neuf États membres et a baissé dans huit. Les plus fortes hausses ont été enregistrées en Grèce (de 21,5% à 27,2%), à Chypre (de 10,7% à 14,2%), en Espagne (de 24,1% à 26,7%) et au Portugal (de 15,1% à 17,5%). Les baisses les plus marquées ont été observées en Lettonie (de 15,6% à 14,3%), en Estonie (de 10,6% à 9,4%) et en Irlande (de 15,0% à 14,1%).

En mars 2013, 5,690 millions de jeunes de moins de 25 ans étaient au chômage dans l'UE27, dont 3,599 millions dans la zone euro.
https://maps.google.com/maps/ms?msa=0&msid=204648746482379436284.0004d750661a209206d3a&hl=en&ie=UTF8&t=h&ll=49.61071,10.019531&spn=40.0891,74.707031&z=3&source=embed
Code couleur: en bleu, - de 7% de chômage, en vert, de 7 à 10%, en violet, de 10 à 14%, en jaune de 14 à 17%, en rouge, + de 17%.

(Chiffres Insee/eurostat - Mars 2013)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2554
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: la France qui meurt   Jeu 25 Avr - 14:42

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: la France qui meurt   Mer 24 Avr - 11:42

Et voilà c'est fait .....Mais bon y'a pas de quoi se réjouir !!!

Quel Gouvernement de M**** qui préfére s'occuper du mariage ....De ces gens là .....Plutôt que des Ouvriers qui se meurent et des Acièries de Florange qui doivent malgrés leurs promesses fermer et arrêter les fourneaux ce jour et que PSA Aulnay fermera peut-être en 2013 plutôt qu'en 2014 .....Toujours malgré les promesses de ce Clown de Montebourg !!!

Que les politiques de Gauche comme de Droite fassent de la Politique et non pas de l'économie et la France ira mieux !!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: la France qui meurt   Jeu 21 Fév - 10:16

Peut-être que Mr Taylor (Titan) n'est pas trop diplomate ....Mais lui même s'il en a eu fait, il ne fait plus de Politique ...surtout en France !! Donc la diplomatie ...??

Par contre Montebourg lui Fait de la politique , fait partie du gouvernement " de Gauche " .....Mais est à cent milles lieues de faire de la diplomatie !!!affraid

Réglementer la rentrée des produits importés que ce soit pour Titan ou autre ?? Les autres vont surtout avoir peur Non ?? Rolling Eyes

Je crois surtout que le Montebourg aura fait plus de mal à l'Industrie que tous les syndicats réunis ahahah Wink
Revenir en haut Aller en bas
PACA

avatar

Messages : 2554
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: la France qui meurt   Mer 20 Fév - 18:29

extrait d 'un JOURNAL DE 1939


ET EN 2013 NOUS AVONS LES ECOLOS QUI NE VEULENT PLUS DE VOITURES ... INTERDISENT LES ENTREES EN VILLE .. AUGMENTENT LES IMPOTS PAR UNE TAXE SUR LES CARBURANTS GRACE AU CONSEIL REGIONAL ET UNE TAXE CARBONE ! ! !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2554
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: la France qui meurt   Mer 20 Fév - 18:17

La CGT se croit encore au 19 eme... milieu 20 eme siecle ...avec la lutte perpetuelle contre le patronat.

Avec folklore de drapeaux rouges... barbecues ...merguez et greves a répétition pour un pet de lapin ...

C 'est attristant de voir Paris ou les grandes villes bloquées par des manifestations inutiles et completement archaiques ...partout en Europe on négocie , on joue la flexibilité , on s 'adapte au marché ...sauf en France où les professionnels du syndicalisme s "acharnent a des luttes fratricides et stériles .

Dunkerque a periclité a cause des greves de Docker a répétition et TOYOTA devait s 'installer pres de Lens mais apres enquete ils ont constatés que le terrain politique et syndical ne leur était pas favorable ...ils se sont installés a Denain où les chomeurs et les syndicats etaient moins obtus .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: la France qui meurt   Mer 20 Fév - 17:35

Je reviens un peu sur cette lettre .....Et même si c'est exagéré, je me souviens avoir attendu 14h30 voir 15h pour avoir mon RDV .....Le gars faisait un repas de noces à la cantine ...Briquet de 12h à 14h30 - 15h ??? Oui c'était un Administratif ...mais bon !!

Même des ouvriers disait pas du bien de ce syndicat " Majoritaire " la majorité voulait bosser ...Eux comme à Dunlop ( A qqs Centaines de mètres) qui eux ont acceptés les mesures dites " Patronales " mais Eux bossent encore !!

Certes les ouvriers ont besoins de Syndicats qui les défendent ....Tous les patrons ne sont quand même pas des " brigands "

Mais en particulier la CGT ce soi disant Majoritaire .....Monopole, Autoritaire, jusqu'au-boutiste, Et dictaturiel ......Rappelez vous c'est pas loin

Beaucoup s'en souviennent .....En particulier dans les ports Marseille .....Boulogne ça je me rappelle et Dk !!

Mais bon c'est pas la CGT qui a amener le progrés dans les Usines ....Comme dit J.Gabin .." Ca je le sais " Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: la France qui meurt   Mer 20 Fév - 17:24

Ca fait les affaires de Brigestone Bethune...!

Alors pas sur du tout Rolling Eyes

Bridgestone a vu sa production baisser elle aussi avec la baisse de production des Véhicules ..... -30% !!!

Et pourvu aussi qu'elle ne prenne pas exemple sur ceux qui délocalisent .....Du reste elle en a pas besoin présente déjà dans plusieurs pays Européen à bas coût ...Pologne, Roumanie, Espagne

Et je me suis laissé dire qu'elle pourrait produire aussi dans les pays Asiatiques Indes Etc....

Alors surtout que BriDgestone ne prenne pas exemple sur les Mauvais exemples !!! [b]


Dernière édition par Lensois le Mer 20 Fév - 17:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
PACA

avatar

Messages : 2554
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: la France qui meurt   Mer 20 Fév - 16:59

Cette usine fut volontairement cassée par le patronat parce que la CGT ne voulait pas reculer... garder les avantages acquis et ne voulait pas faire les 4/8 ...

C 'est facile de ne plus investir , de ne plus rechercher de clients et de faire crouler une boite au profits d 'autres délocalisées !
C'est vrai que depuis qqs temps par manque de travail les ouvriers venaient se presenter et qu 'on ne leur donnait rien a faire ...donc ils glandouillaient contraints et forcés et ce spectacle ne faisait pas l 'affaire de repreneurs ...



*******************************************************************************
Les critiques sont acerbes: « les salariés discutent pendant trois heures et travaillent pendant trois heures », « Vous pouvez garder les soi-disant ouvriers », fustige Maurice M. Taylor, en anglais, dans une lettre adressée au ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg et dont Les Echos ont publié mardi une copie.

Le patron du groupe américain de pneumatiques agricoles parle encore de « syndicat fou » et insiste sur la responsabilité du gouvernement français dans ce dossier.

Face à ce flot de critiques, Arnaud Montebourd a d’abord choisi le silence, mardi, pour ne « pas nuire aux intérêt de la France », avant de promettre le lendemain une réponse « par écrit ».

En 2012, Titan avait proposé de reprendre plus de 500 salariés de l’usine en difficulté Goodyear d’Amiens-Nord, mais le projet avait capoté. Et Goodyear a annoncé fin janvier que le site allait fermer, menaçant 1 173 postes.

« Goodyear a essayé pendant plus de quatre ans de sauver une partie des emplois à Amiens, qui sont parmi les mieux payés, mais les syndicats et le gouvernement français n’ont fait rien d’autre que de discuter », écrit Maurice M. Taylor.

Un brin provocateur, il annonce que «Titan va acheter un fabricant de pneus chinois ou indien, payer moins d’un euro l’heure de salaire et exporter tous les pneus dont la France a besoin ».

Au passage, le patron se fait aussi oiseau de mauvaise augure pour les activités du géant français du pneumatique Michelin dont il prédit que « dans cinq ans, il ne pourra plus produire de pneus en France ».

Plus tard, le PDG de Titan a réitéré ses propos. «J'ai écrit une lettre à Arnaud Montebourg, ce n’est pas une lettre toute rose, ce n’est pas une lettre à ma petite amie, on parle d’affaires ». « Il m’a écrit (...) en me disant: "nous voulons relancer les négociations". Je lui ai dit: "vous êtes dingue"», a ajouté M. Taylor, affirmant qu’il n’y avait pas de négociations possibles. « Nous sommes les seuls au monde à avoir voulu mettre de l’argent dans l’usine », justifie-t-il.
« Nous sommes ceux qui avons le carnet de chèque et vous nous dites que nous devons d’abord rencontrer les syndicats ? (...). Vous êtes dingues », a-t-il répété.

« La semaine de travail pour un travailleur français, c’est sept heures payées par jour. Il déjeune et fait des pauses pendant une heure par jour, travaille pendant trois heures et pendant les trois autres heures il s’assoit et discute », a poursuivi le patron de Titan.

Il a fustigé l’attitude du gouvernement français qui « autorise les importations de pneus chinois moins chers mais n’a pas le droit d’exporter de pneus en Chine ».

« Leurre dès le départ »

Le Parti communiste (PCF) n’a pas tarder à réagir estimant mardi, dans un communiqué, que Titan incarnait « un capitalisme de vautours » et qualifiant ce courrier de « lamentable provocation, doublée d’une xénophobie assumée à l’encontre des salariés français ».

Plus sévère, le représentant de la CGT, majoritaire à l’usine Goodyear d’Amiens-Nord, Mickaël Wamen a dénoncé mercredi une « insulte totale» , jugeant Maurice M. Taylor proche de l’« asile psychiatrique ».

« Cela montre bien le personnage que c’est, de ce qu’il entendait faire avec nous. Titan, c’était un leurre dès le départ », a estimé Magid Boubeker, délégué Sud à l’usine d’Amiens-Nord.

Cédric Soares, ouvrier non syndiqué de l’usine d’Amiens-Nord suggère de « retrourner » la lettre à Goodyear en disant que ce sont « eux les incapables, eux qui ont été incapables de maintenir un outil de travail qui ramène de l’argent ».

Les propos sont plus nuancés à droite où l’ex-président de l’Assemblée nationale Bernard Accoyer (UMP) a dénoncé un « jusqu’au-boutisme de certains syndicats » français même si la lettre du PDG de Titan lui semble « moqueuse » et « caricaturale ».

De son côté, la direction de Goodyear Dunlop Tires France (GDTF) a indiqué qu’elle n’entendait « pas entrer dans la polémique et les excès ».

« Notre souci est avant tout celui des salariés concernés par le projet. Nous sommes très attachés à trouver avec eux, dans le cadre légal prévu, les solutions les plus adaptées à la situation actuelle », a-t-elle affirmé dans un communiqué.

Lors d’un Comité central d’entreprise (CCE) le 12 février, la direction de Goodyear a exposé « les motivations économiques » de son projet aux élus du personnel ainsi que le Plan de Sauvegarde de l’Emploi envisagé.

Elle a affirmé vouloir « utiliser au mieux » les possibilités de reclassement interne et devrait proposer en France « au moins cent » postes, un nombre toutefois limité au regard des 1 173 subissant l’impact de la fermeture.


*****************************************************************************
Ils sont fous ces Français ..ils voudraient tous etre fonctionnaires....
GOODYEAR fermera donc en France ...Michelin dans 5 ans ....Ca fait les affaires de Brigestone Bethune...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: la France qui meurt   Mer 20 Fév - 12:03

Bravo encore une fois la CGT ......!!!


Le président de Titan a été direct. Très direct. Dans une lettre, que se sont procurés ce mardi 19 février Les Echos, l’éventuel repreneur de l’usine Goodyear d’Amiens Nord explique pourquoi il jette l’éponge.

Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, avait espéré que Titan, dont l’offre de reprise avait été violemment combattue par la CGT, reviendrait à la table des négociations. Mais le 11 février dernier, le ministre avait annoncé que l’Américain renonçait.

Voici un extrait de la lettre traduite : "J'ai visité cette usine plusieurs fois. Les salariés français touchent des salaires élevés mais ne travaillent que trois heures. Ils ont une heure pour leurs pauses et leur déjeuner, discutent pendant trois heures et travaillent trois heures. Je l'ai dit en face aux syndicalistes français. Ils m'ont répondu que c'était comme ça en France (...). Monsieur, votre lettre fait état du fait que vous voulez que Titan démarre une discussion. Vous pensez que nous sommes si stupides que ça ? Titan a l'argent et le savoir-faire pour produire des pneus. Qu'a le syndicat fou ? Il a le gouvernement français. Titan va acheter un fabricant de pneus chinois ou indien, payer moins d'un euro l'heure de salaire et exporter tous les pneus dont la France a besoin. Vous pouvez garder les soi-disant ouvriers. Titan n'est pas intéressé par l'usine d'Amiens nord".

J ai visité et travaillé cette usine quand j'étais en Activité tout comme Dunlop .....Et je peux dire que pour la 1ére c'est pas " totalement faux " Wink

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: la France qui meurt   Ven 25 Jan - 18:27

C'est dommage que l'Etat ne soit pas intervenu pour soutenir les ventes de cycle, chaque jour on apprend des pertes d'emplois, jusqu'où pouvons nous aller !

Je ne demande pas de démission, c'est pas mon rôle mais il serait quand même important qu'on arrête de nous dire ce que nous on doit faire et que l'Etat fasse le contraire !

Un Etat responsable et intelligent se doit ,avant tout de montrer l'EXEMPLE .



Après les voitures de Gendarmerie ou de Police pour remplacer les Renaults & Peugeots l'Etat à choisi Ford et Ww qui vont arrivé tout équipé ...

donc la cause c'est... http://www.hervepolypcf62.com/article-durisotti-inadmissible-plus-de-140-licenciements-annonces-114468691.html

Effectivement, les syndicats confirment la diminution des commandes de l'État (véhicules pour la police, gendarmerie, justice, douanes, mairie de Paris...)




http://www.nordeclair.fr/info-locale/durisotti-va-se-separer-d-un-tiers-de-son-effectif-ia60b0n69846














LA POSTE ACHÈTE 3 000 SCOOTERS TAÏWANAIS ALORS QUE LES SCOOTERS PEUGEOT LICENCIENT !!





Comment la France peut elle supporter d'avoir de tels imbéciles , menteurs et surtout incompétence comme ministres. Cela devient insupportable.



Ils passent leur temps à déclamer des discours vides sur la compétitivité et le "made in France" et achètent étranger au nom de La Poste qui appartient à 100 % à l'état.



Le résultat : l'usine de Dannemarie (Haut-Rhin) va fermer. Une centaine de postes devraient être supprimés, une grande partie des employés restants étant reclassés dans des usines du groupe consacrées à l'automobile. Le reste des effectifs sera déplacé à Mandeure, où une centaine de postes pourraient aussi disparaître.
> > Ayrault et Montebourg doivent démissionner d'urgence, c'est la priorité nationale pour enrayer le chômage !!


> > Ils refusent de taxer les importations et de privilégier le Made in France !!!
> > Le bénévole de NON AU PS "très en colère". (sur FACEBOOK)




























> >




Revenir en haut Aller en bas
PACA

avatar

Messages : 2554
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: la France qui meurt   Mar 20 Nov - 0:02

Moody's retire à la France son triple A
Créé le 19-11-2012 à 23h44 - Mis à jour à 23h56Par Challenges.fr
La note souveraine est dégradée d'un cran. L'agence de notation américaine estime que les perspectives de croissance de la France se sont détériorées.




Moody's a abaissé lundi soir d'un cran la note de la dette de long terme de la France, qui perd ainsi son précieux AAA, meilleure distinction possible, auprès d'une deuxième grande agence d'évaluation financière internationale après Standard and Poor's en début d'année. (c) Afp
» S&P sanctionne les grandes banques françaises
» Les agences de notation dans le collimateur de la justice italienne
près Standard & Poor's en janvier, c'est au tour de Moody's de dégrader la note de long terme de la France. L'agence américaine l'a annoncé ce lundi 19 novembre dans un communiqué : la notation est baissée d'un cran passant de Aaa à Aa1.

Pour justifier sa décision, Moody's explique que les perspectives de croissance économique de la France sont affectées négativement notamment du fait de son manque de compétitivité et des rigidités de son marché du travail. L'agence estime que, de ce fait, les recettes fiscales risquent de ne pas être suffisantes tant à court qu'à long terme.

Concomitamment, la Société de Financement de l'Economie Française (SFEF) et la Société de Prise de Participation de l'État (SPPE) voient également leur note passer de Aaa à Aa1.

Quelles conséquences pour la France ?

Les risques de cette dégradation semblent néanmoins limités. Selon des économistes cités par Reuters, une dégradation de la note souveraine de la France par Moody's aura un impact limité sur les taux d'emprunt très bas dont elle bénéficie. Dégradée depuis 10 mois par Standard and Poor's, la France emprunte toujours à des taux bas record, ce qui contribue à réduire son déficit public, les dettes arrivant à échéance étant remplacées par des emprunts moins coûteux.

Les rendements des titres de dette française, qui reflètent les taux auxquels le pays emprunte, sont proches de leurs plus bas historiques. Il était d'environ 2,07% lundi pour la dette à 10 ans sur la plate-forme de transaction Tradeweb contre un plus bas d'environ 2,01% début août. Du fait de taux encore plus bas pour la dette allemande, le "spread" franco-allemand (l'écart de rendement entre les dettes françaises et allemandes de même maturité) est moins favorable. Il était d'environ 72 points de base lundi pour la dette à 10 ans contre 50 un mois plus tôt, mais ce niveau reste très inférieur aux plus de 150 points atteints au mois d'avril.

"Je ne pense pas qu'au lendemain d'un changement de notation, les spreads bougeraient de façon significative", assure Fabrice Montagné, économiste chez Barclays. "Le marché est en général en avance sur les agences de notation et ajuste les prix bien avant la publication des ratings", ajoute-t-il, en soulignant qu'à la vue des spreads, "la France est déjà cotée moins favorablement qu'un 'triple A'".

"S'il devait y avoir de nouvelles informations défavorables sur l'état de l'économie alors oui, le spread s'écarterait pour refléter un nouveau diagnostic, mais cela dépend évidement plus des évolutions réelles que des agences de notation."

Dans un communiqué, le ministre de l'Economie et des Finances a mis en avant le fait que la France s'est engagée à réformer pour redresser l'économie soulignant notamment que des négociations était en cours sur le marché du travail. Pour Pierre Moscovici, la dette française demeure "parmi les plus liquides et les plus sûres de la zone euro".



(Avec Reuters)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2554
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: la France qui meurt   Dim 23 Sep - 17:11




Au sujet de la TSCG :
Nous ne pouvons plus faire confiance a des elus qui pendant des années nous ont menti .

Ils dépensaient sans compter et a credit ...quand l 'europe donnait des subventions, les elus n 'en parlaient pas ...et quand l 'europe mettait des reserves ou faisait des reglements debiles , alors là tous critiquaient l 'europe MAIS SE PLIAIENT ...
La preuve est faite que la gestion des pays est trop délicate pour la donner a des demagoges ; des clientélistes , des menteurs ..Si au dessus des elus un organisme freine leurs délires ils pourront dire hypocritement : c 'est pas moi c 'est l 'europe .

Cette possibilité de rejeter sur un autre organisme au dessus d 'eux leur servira grandement pour se refaire une virginité .

Mais il est urgent de faire des economies comme l ' a fait l ' Allemagne , de revoir a la baisse le nombre de fonctionnaires ( le double des autres pays) de stopper les depenses non rentables ( stades et autres gadjets ) pour des investissements productifs ...reprendre la gestion des autoroutes qui sont des affaires juteuses , des rachats d 'usine et creer des Scop ou des banques de gestion cooperatives et de diminuer les salaires des tres hhauts fonctionnaires , de reduire les strates des differentes structures administratives , de rendre polyvalents des fonctionnaires pour les recycler dans les metiers UTILES ...et hélas d 'augmenter les impot
s .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2554
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: TROP DE STRUCTURES ET SURADMINISTRATION   Mar 29 Nov - 23:06

Nous sommes sur-administrés

Nous avons trop de petites communes et trop de petites régions.


36000 communes : record d’Europe. C’est 3 fois plus qu’en Allemagne pourtant plus peuplée que nous. C’est 5 fois plus qu’en Espagne, presque aussi vaste que nous. C’est 80 fois plus qu’au Royaume-Uni qui a autant d’habitants que nous.

Pour animer ces villages nous devons élire près d’un demi- million de conseillers municipaux.

Bien sûr, ces communes sont beaucoup trop petites et ne peuvent fonctionner de façon autonome. Au lieu de régler le problème à la source, nous avons créé des structures de regroupement : communauté de communes, syndicats intercommunaux…, afin de mettre en commun moyens et compétences.

Idée géniale de nos édiles, 19000 structures nouvelles de regroupement sont sorties des cartons en quelques décennies. Le nombre d’entités territoriales, au lieu de diminuer, a encore augmenté. Nos élus ou fonctionnaires passent maintenant leur temps à essayer de se mettre d’accord sur qui fait quoi, dans d’interminables réunions. Désespérant…

27 régions, dont 22 en métropole : beaucoup d’entre elles ne comportent que deux ou trois départements, ou sont des déserts économiques. Seuls l’Ile de France, le Rhône Alpes et le Paca ont une taille européenne.

Nos politiques veulent-ils vraiment s’occuper de ce problème ? Nous n’en sommes pas certains.

Au trop grand nombre de communes, on nous répond que l’on doit aux français une administration de proximité. Depuis la transformation de nos paroisses en communes, il y a plus de deux siècles, nous avons pourtant inventé la bicyclette, les transports motorisés, le téléphone, l’informatique. Peine perdue !

Au trop grand nombre de régions on rappelle l’histoire, ou des rivalités presque millénaires entre capitales régionales.

Il faut bouger maintenant et exiger une réforme territoriale d’envergure. Pour- convaincre.com travaille sur un plan média puissant afin de convaincre nos politiques d’agir. Nos affiches et nos slogans ne sont pas encore finalisés, utilisez notre boite à idées, et à vos plumes et crayons…

• L’objectif :

- 10000 communes au lieu de 36000.
- 10 fois moins de structures de regroupement
- 13 régions métropolitaines, au lieu de 22.

Nos élus doivent d’abord penser à l’efficacité de nos structures territoriales. Quitte à se saborder…



http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/nous-sommes-sur-administres-105259
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2554
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: la France qui meurt   Mar 27 Juil - 23:10

LES VILLES LES PLUS PAUVRES DE FRANCE ....LE 59/62 EST EN TËTE !


http://www.journaldunet.com/economie/magazine/les-villes-les-plus-pauvres/




SUR LES 30 VILLES LES PLUS PAUVRES de France de plus de 20.000 habitants IL Y A 10 VILLES DU 59/62 §

avec : DENAIN ....ROUBAIX....MAUBEUGE.... CALAIS.... TOURCOING.... GRANDE-SYNTHE.... LENS.... SAINT POL SUR MER.... BRUAY.... LIEVIN....!


ON EST LES CHAMPIONS !!!!!!!!!! ON EST LES CHAMPIONS ! ! ! ! ! ! ! ! ! ON EST LES CHAMPIONS !!!!!!!!!!! !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
michel
Invité



MessageSujet: Re: la France qui meurt   Dim 27 Juin - 18:40

La marseillaise ces etrangers ne la connaiscent et pas Ribery il est s' converti a l islam et il mange hallal il va bientot refuser de jouer avec les mangeurs de cochons !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: la France qui meurt   Sam 26 Juin - 11:49

Bien triste image de la France en effet !!!

Mais alors si de tous cotés cette France est finie usée et vendue .....Qui ou et comment la relever pour nos p'ti z'enfants et futures générations ???

OUI la question est QUI ????

Maintenant pour .....Cette bouche cousue à l'écoute de la Marseillaise .....Ce chant de Guerre Sanglante au 21éme ????

Il faut savoir qui si certains restent la bouche fermée c'est aussi une question de concentration ....il faut avoir fait de la compétition et aussi à Haut niveau pour connaitre cet état ......Bon sont pas obligé non plus de " machouiller "
Revenir en haut Aller en bas
RAYMOND
Invité



MessageSujet: la France qui meurt   Ven 25 Juin - 19:07

La France qui meurt
Finkelkraut déclare justement :

« Nous avons la preuve effarante que l’équipe de France n’est pas une équipe, c’est une bande de voyous qui ne connaît qu’une seule morale, celle de la mafia (…).
On a rêvé avec l’équipe de la génération Zidane, aujourd’hui on a plutôt envie de vomir avec la génération caillera. »

L’Express écrit :
« Soixante-dix ans après l’appel du 18 juin, les Dracénois louent leurs nouveaux libérateurs, mais maudissent leurs lâches. Car il y en a eu, à côté des héros. Les pillards ont su profiter du chaos, dévalisant échoppes en ruine et maisons dévastées. Même les pompiers ont vu leurs casques, leurs bottes et tout leur matériel éparpillé sous l’effet des eaux folles, embarqués sous leurs yeux par des badauds opportunistes. Pire : sans le renfort d’une compagnie de CRS, les commerces de Draguignan et de Trans-en-Provence auraient été mis à sac.
Les habitants n’oublieront pas non plus les cyniques. Tel ce voisin, épargné par la crue, qui "taillait tranquillement sa haie" quand d’autres s’arrachaient les mains à sauver le peu qui leur restait. Ou certains épiciers monnayant leurs bouteilles d’eau à prix d’or, alors que des milliers de foyers étaient privés d’eau potable. "J’ai même vu un type rouler à toute bringue dans notre quartier, juste pour essayer son 4x4 dans la boue !" s’étrangle une Dracénoise. »

France racaillisée, France morte à la solidarité. France de tous les égoïsmes quand les plus riches ont quitté le navire qui leur a donné l’argent qu’ils se sont empressés de déposer en Suisse.

France dont le symbole le plus honteux ne restera pas une équipe de football mais le Docteur Folamour qui conduit les destinées d’un pays en lui donnant l’exemple donné le gôut du cynisme et l’étalage de la médiocrité pour vertu.

France des Bettencourt, Kouchner, Tapie, Blanc, Woerth. France où un parti « démocratique » traficotte les élections de sa première Secrétaire. France qui, à l’instant où elle souffre, accepte de voir côte à côte à la télévision, le porte parole du PS et celui de l’UMP parler… football ! France sans morale, à bout, fataliste, vaincue.

Cette France donc à l’image de son équipe de football, de ses mensonges quand ce n’est pas de son ridicule. Bachelot qui fait sa bisounours et nous insulte en prétendant avoir arraché des larmes aux bleus quand nous voyons ces mêmes bleus murer obstinément leur lèvres à l’écoute de la Marseillaise !

France de toutes les corruptions quand son Président détourne le regard à chaque ignominie ministérielle, quand la justice est empêchée au bénéfice des riches et des karachigate.

Une semaine après les cérémonies hypocrites pour l’anniversaire du 18 juin, que reste-t-il ce ce pays ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la France qui meurt   

Revenir en haut Aller en bas
 
la France qui meurt
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saint Laurent et commentaire du jour "S'il meurt, il donne beaucoup de fruit"
» Une témoin de Jéhovah refuse d'être transfusée, meurt après son accouchement
» Sainte Gladys et commentaire du jour "Si le grain de blé meurt, il donne beaucoup de fruit"
» On ne meurt jamais
» Un singe meurt ébouillanté vivant dans un centre

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
LES GENS DE LOCON SUR LAWE :: MONDE , Politique, financier, religieux,idéologique...-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: