LES GENS DE LOCON SUR LAWE
LES GENS DE LOCON SUR LAWE

Tout ce qui concerne les gens de LOCON et du BETHUNOIS
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 WOERTH

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
PACA



Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Ven 16 Juil - 14:36


SUR RMC :

Enfin, les deux journalistes de MEDIAPART ont raconté la manière dont ont été reçues les accusations de Xavier Bertrand au sein de la rédaction de Médiapart. Pour rappel, le secrétaire général de l’UMP avait évoqué des « méthodes fascistes ».
Manifestement, Fabrice Lhomme et Fabrice Arfi s’en amusent : « On est trotskistes, on est fascistes, on est manipulés par la gauche, par Arnaud Montebourg et par Dominique de Villepin... Ça fait beaucoup ! A chaque scandale qui sort, on accuse toujours les journalistes d’être manipulés par le camp que les révélations avantagent. Nous, on s’en fiche totalement. On fait notre métier. On a des infos, on les sort, quelles que soient les personnes mises en cause, quel que soit le pouvoir. En revanche, quand on nous traite de "fascistes", c’est grave. Il y a des mots qu’on ne peut pas employer d’une manière neutre… Donc Médiapart a déposé plainte contre Xavier Bertrand. Et à la lecture du Point ce matin, on apprend qu’à l’Elysée, lors d’une réunion qui rassemblait Claude Guéant, Christian Estrosi, Franc Louvrier [conseiller de communication de N. Sarkozy], et Nadine Morano, l’un des participants avait dit : "dans la riposte, il faut que l’on dise qu’Edwy Plenel [fondateur du site Mediapart], c’est Goebbles". Voilà où l’on en est. On ne peut pas accepter ça. »

Concernant les attaques dont ils font l’objet, Fabrice Lhomme a également tenu à insister sur un point : « Je dirais une chose quand même puisque tout l’exécutif s’est mobilisé contre nous pour nous traiter de fascistes… Parmi ces gens qui nous attaquent violemment, il y a le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux. Et de mémoire, je ne sais pas si c’est arrivé souvent sous la Ve République, qu’on ait un ministre de l’Intérieur condamné pour injure raciale... »

Pour écouter le podcast intégral de l’interview de Fabrice Lhomme et Fabrice Arfi, cliquez ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: L   Jeu 15 Juil - 23:59

DEMAISTRE :



BANIER :


GOGUEL (AVOCAT) :


le gerant de l 'ile d ' ARROS :



La brigade financiere cherche les fraudes fiscales alors que WOERTH cherchait les fraudeurs il y a un an ...et que son épouse travaillait a la gestion du patrimoine de lilianne BETTANCOURT ...le pauvre....il ne savait rien ! MDR


HEUREUSEMENT QU ' IL Y A LA PRESSE...LA VRAIE PRESSE ....que certains appellent vulgairement les pisses-copies !

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Jeu 15 Juil - 18:26

Eva Joly
© Xavier Lhospice / Reuters

Qui: Eva Joly, ancienne juge d'instruction.

Où: Dans une interview accordée au quotidien Le Monde.


Le contexte: Le procureur Philippe Courroye mène actuellement trois enquêtes préliminaires dans le cadre de l'affaire Bettencourt. Comme tout procureur, il dépend du ministère de la Justice. Pour certains, cela met en doute son indépendance. D'autre part, Philippe Courroye est cité dans les enregistrements pirates effectués au domicile de Liliane Bettencourt.

Bonus-tracks: "Philippe Courroye n’est pas l’homme de la situation, c’est un procureur aux ordres, et sa position va même fournir des arguments à ceux qui voudraient annuler la procédure".

"J’ai bien connu Philippe Courroye quand j’étais au pôle financier, et je ne souhaite qu’une seule chose, qu’il redevienne lui-même, ce magistrat qui sortait de gros dossiers. Qu'il se réveille, sa place n’est pas à la table des Chirac!".

"Il est trop orgueilleux et vaniteux désormais, il semble souffrir du même syndrome que Nicolas Sarkozy, celui de la toute-puissance et de l’impunité".

"Il ne sert pas l’intérêt de la justice, il a été placé à ce poste en raison de ses failles psychologiques, et aussi parce que l’on a prise sur lui".

Pour Eva Joly, les enquêtes lancées par Philippe Courroye sont "une opération de blanchiment vis-à-vis de l’opinion publique".

"Dans l’affaire Woerth-Bettencourt, le conflit d’intérêts -qui n'est pas un délit - est patent, il n’y a même pas besoin d’enquêter".

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

corruption et delabrement de republique sous SARKOSY la cellule ANTICOR ... (ANTI-CORRUPTION) donne son avis :


http://www.agoravox.tv/actualites/politique/article/une-republique-en-delabrement-le-24933


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ERIC
Invité



MessageSujet: Re: WOERTH    Mer 14 Juil - 16:06

Monsieur PACA vous ne croyez pas que c 'est la gauche qui balance toutes ces histoires ?
Revenir en haut Aller en bas
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Mer 14 Juil - 11:28

Grace aux journalistes nous apprenons tous les jours de nouvelles histoires de fric et de combines dans la bande de ministres qui nous gerent dans la galaxie sarkosyste.

MAIS QUI PREVIENT LES JOURNALISTES ?

QUI LES INFORME ET LEUR LIVRE DES DOCUMENTS ?

J ' ai lu hier " le cabinet noir " le bouquin de GUY BIRENBAUM sorti en 2009 ... il y décrit une organisation où les R.G. ALIMENTAIENT en "SCOOPS" et en rumeurs les journalistes ....et les RG , 3500 policiers avaient comme patron un certain yves BERTRAND nommé par CHIRAC et maintenu contre l' avis de JOSPIN PAR CHIRAC...

Les affaires HALPHEN , ANGOLAGATE , le faux assassinat de BEREGOVOY , la reddition de COLONNA , l 'affaire CLEARSTREAM , divorce de CECILIA ... LES VEDETTTES DE TAIWAN ....karachi ....etc FURENT SORTIES et divulguées par ce FONCTIONNAIRE qui notait tout manipulait tout un petit monde de journalistes et de medias .

QUESTION ce cabinet noir TRAVAILLERAIT IL encore ? SERAIT IL ENCORE ACTIF POUR AIDER VILLEPIN ? HERITIER DE CHIRAC l 'homme qui crea ce cabinet noir ?

on peut se poser la question




affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Mer 14 Juil - 11:00

Exclusif: quand Woerth bradait le domaine pour faire plaisir aux copains
Daniel Bernard - Marianne | Mardi 13 Juillet 2010 à 17:21 | Lu 45540 fois


Quelques jours avant son transfert au ministère du Travail en mars 2010, le ministre du Budget organisait la vente de l’hippodrome de Compiègne à des amis d’amis, au prix d’une acrobatie juridique.




Ce fut l’une des dernières décisions d’Eric Woerth, juste avant de quitter Bercy. Dans la semaine précédant le remaniement, l’encore ministre du Budget s’est assuré de la cession d’une parcelle sur laquelle est installé l’hippodrome de Compiègne, situé dans son cher département de l’Oise. Contre un chèque de 2,5 millions d’euros, France Domaine a reçu l’ordre de céder la soixantaine d’hectares à la Société des courses de Compiègne (SCC), l’association qui en était jusqu’à présent simple concessionnaire.

Or, cette transaction, même à l’heure où tout est bon pour renflouer les comptes publics, est tout sauf anodine. Elle a mis en émoi, à Compiègne et ailleurs, les spécialistes du droit forestier qui se demandent pourquoi Eric Woerth, par ailleurs maire de Chantilly et dont l’épouse possède une écurie de courses, a ainsi précipité une cession juridiquement hasardeuse. «Qu’un ministre intervienne personnellement dans une cession, je ne l’avais jamais vu, s’étonne un fonctionnaire de l’ONF. Il fallait que les choses soient tordues pour justifier une telle implication !».


Après avoir, dans ce courrier du 29 octobre 2009, informé l’heureux acheteur que l’Etat était disposé à céder la parcelle, le ministre a veillé jusqu’au bout à ce que le trésorier payeur général de l’Oise procède bien à la vente. «Tout devait être bouclé avant son transfert au ministère du Travail», affirme une source, au ministère de l’Agriculture.

Pourquoi une telle diligence ? Clairement, il s’agissait de passer en force. S’appuyant sur l’Article L. 3211-5 du Code général de la propriété des personnes publiques, un juriste consulté par Marianne affirme que «l’hippodrome, dès lors qu’il a été bâti sur une forêt domaniale, est inaliénable». Une étude de l’ONF, sollicitée par Bercy, stipulait d’ailleurs qu’une cession nécessitait le vote préalable d’une loi. Une jurisprudence existe : en 1960, le conseil d’Etat avait annulé une vente dans le département des Alpes-Maritimes. Malgré cette mise en garde, Eric Woerth n’a pas voulu s’aventurer dans une procédure législative. Par souci de discrétion ?

La Société des courses de Compiègne (SCC), qui a obtenu la cession de gré à gré, est présidée par Antoine Gilibert*, bien connu dans l’Oise. Cet homme d’affaires est un supporter notoire du sénateur-maire Philippe Marini qui, sans être un ami de Woerth, est tout de même un membre éminent de l’UMP. Egalement propriétaire de chevaux, le même Gilibert participe aux commissions de l’organisateur des courses France galop —un point commun avec Florence Woerth, qui y siégeait également de 2004 à 2007. Bref, il fréquente un petit monde cimenté par la passion équestre, le sens des affaires et le goût de la politique —ce même petit monde qui est aussi celui des Woerth.
Désormais propriétaire, la Société des courses de Compiègne n’aura plus de comptes à rendre à personne pour transformer l’hippodrome. Jusqu’à présent, ses dirigeants devaient obtenir l’accord de l’ONF avant de réaliser le moindre aménagement. Désormais, plus rien ne s’oppose à la construction, envisagée, d’un restaurant panoramique. «On s’engage plus volontiers, quand on construit chez soi, plutôt que chez les autres», déclarait Antoine Gilibert à Paris Turf, peu après la vente. Merci qui ?

*Contactés par Marianne2, ni Antoine Gilibert ni la secrétaire générale de la SCC Corinne Dutrey Soyer n’ont pu être joints avant la mise en ligne.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Mar 13 Juil - 16:18

LES AMIS DU PREMIER CERCLE DES GENEREUX DONATEURS DU SYSTEME SARKOSYSTE :


http://www.dailymotion.com/video/xbfg9x_sarkozy-et-ses-amis-du-bristol-trin_news
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Mar 13 Juil - 10:59

SARKO ne m 'a pas convaincu ....il ne suffit pas de se plaindre , de gemir , de se faire passer pour une victime pour tout oublier ....des faits existent qu' il ne peut nier , même avec un juge ami .

Sarkozy : ceux qui ont dénoncé le scandale Woerth ont eu raison!






Brillantissime intervention télévisée de Nicolas Sarkozy. C’est Xavier Bertrand qui le dit.
Et Xavier Bertrand est un homme de goût.
Première information : Sarkozy est mal payé. Côté confort : son existence élyséenne laisse à désirer. C’est ce qu’il nous a confié avec beaucoup de franchise. S’il avait voulu faire du fric, il aurait fait un autre job. D’ailleurs parfois il regrette. Il a du mérite parce que l’argent il aime ça, il le reconnaît, et il ne supporte pas qu’on le diabolise. Etre très riche, ce n’est pas une tare. Liliane appréciera. En écoutant Sarkozy lundi s’exprimer de la sorte — excellemment bien sûr comme toujours — on était presque surpris qu’il ne soit pas sur TF1.
Seconde information : certains vont avoir l’air fin. Ainsi, ls activistes de la secte sarkolâtre nous affirmaient qu’entre Woerth ministre du Budget, Woerth trésorier de l’UMP et Woerth président du club des plus gros donateurs à la campagne électorale de Sarkozy, il n’y avait pas l’ombre d’un conflit d’intérêt.
Eh bien ils ont été récusés, désavoués solennellement et du coup ridiculisés par leur mentor qui a dû admettre — comment faire autrement ! — qu’il y avait là un problème tellement réel et tellement sérieux qu’il convenait de réunir une commission mixte pour éviter qu’une telle aberration ne se reproduise.
Et, en attendant, il conseille à Woerth de renoncer à son poste de trésorier alors que, quelques heures auparavant, tous les leaders de l’UMP expliquaient que cela ne posait aucun problème, qu’il devait donc le conserver. Et voilà les zélateurs une deuxième fois ridiculisés. Pauvre Frédéric Lefebvre, pauvre Dominique Paillé. Dur métier.
Ainsi tous ceux qui, à l’occasion de l’affaire Bettencourt (et il faut donc remercier les journalistes « fascistes » qui l’ont révélé) ont pointé le scandale effarant que représentait la triple casquette d’Eric Woerth (tu verses de l’argent à la campagne Sarkozy et on te promet un bouclier fiscal) et l’engagement de sa propre épouse comme co-gestionnaire de fortune de la femme la plus riche, sinon la plus fraudeuse, de France, ceux-là ont eu parfaitement raison. Et c’est le président de la République lui-même, fût-ce contraint et forcé, qui le reconnaît. Quitte à envoyer ainsi dans les cordes les plus fanatiques de ses courtisans. Pauvre Xavier Bertrand. Dur métier.








Le Sudoku fiscal de Liliane Bettencourt (2) : ce que dit le rapport de l’IGF


Emmanuel Lévy - Marianne | Mardi 13 Juillet 2010 à 05:01 | Lu 3332 fois




Le rapport de l’Inspection générale des finances, cité par les sarkozystes pour dédouaner Eric Woerth, conteste l’évaluation de la fortune de Liliane Bettencourt pour 2007. Explications.













Comme Marianne le révélait en publiant l’état de son patrimoine et le montant de son impôt sur la fortune en 2007, l’actif net imposable de la femme la plus fortunée de France est estimé à 2,233 milliards d’euros. Entendons nous bien : il ne s’agit pas de la véritable première fortune de France. Les actifs de la famille Bettencourt, comme le note le magasine Forbes avoisinent les 17 milliards. Mais des dispositions de succession du vivant ont réduit le patrimoine personnel imposable à l’Impôt sur la fortune (ISF) de Liliane Bettencourt à un « résidu » de 2,2 milliards.


Mais l’appétit d’optimisation fiscale est illimité chez ces gens-là… Comme le confirme le rapport de l’IGF qui évoque « une minoration du patrimoine déclaré au titre de l'impôt sur la fortune en 1997-1998 »
Qu’a voulu dire l’auteur du rapport, Jean Bassères, le chef de l’Inspection des finances ?

Que les 2,2 milliards déclarés par Liliane Bettencourt sont très en dessous des actifs imposables qu’elle aurait dû déclarer.


Marianne a cherché à comprendre.



Rappelons d’abord que pour déclarer sa fortune personnelle, c’est-à-dire, pour l’essentiel, des titres L’Oréal, Lililane Bettencort utilise une « family office » comme disent les gestionnaires de fortune. C'est-à-dire une structure associant Liliane et ses deux petits-fils, et non assujettie à l’impôt sur les sociétés.


En effet, cette société, du nom de Téthys, s’interpose entre l’Oréal et les Bettencourt, et n’est pas, de ce fait, éligible à l’impôt sur les sociétés, laissant l’effort fiscal à ses actionnaires via l’impôt sur le revenu. Ce qui comporte plusieurs avantages:


1°) Elle permet de déclarer un certain nombre de charges, qui viendra en soustraction des dividendes.


2°) Elle transforme une partie des dividendes l’Oréal en capital, ce qui allège l’impôt sur la future succession de ses associés ayants droits, c’est-à-dire ses petits enfants.


3°) Elle permet de faire peser un impôt de 24 % sur les dividendes perçus par Liliane Bettencourt : la législation prévoit en effet que ces dividendes sont taxés à 40% après voir subi un abattement de 40%.


Il existe un quatrième avantage, énorme celui-là, qu’il nous faut maintenant détailler.


C’est donc la société Téthys qui porte la véritable fortune de Bettencourt : les 109 214 292 actions l’Oréal qu’elle possède en pleine propriété, plus 76 440 824 autres actions dont elle ne possède plus que l’usufruit. Avant même l’affaire en effet, les gestionnaires de fortune avaient commencé à organiser la succession. Liliane avait donc cédé 76 440 824 actions à sa fille en nue-propriété, tandis qu’elle conservait pour elle les revenus issus des dividendes (c’est la définition même de l’usufruit : l’arbre est cédé à la fille, les fruits reviennent à la mère tant qu’elle est vivante).


Ainsi, les titres en pleine propriété sont-ils considérés comme un « outil de travail » donc hors du périmètre de l’ISF, ce qui, au passage, lui fait économiser 153 millions d’euros par an… Entre parenthèses, il suffirait de prouver que Madame Bettencourt ne travaille plus pour faire sauter cette exonération, une enquête tout à fait à la portée d’un modeste agent du fisc …


De fait, l’estimation de Téthys déclarée par Madame Bettencourt est juste une plaisanterie : moins d’un milliard d’euros, alors qu’au cours actuel (78,29 euros), les 109 214 292 titres valent à eux seuls 8,5 milliards d’euros. Dans les comptes de Téthys, ce paquet est inscrit pour la misérable valeur de 1,15 milliards !


Restent donc les 76 440 824 actions détenues en usufruit sur lesquels porte l’ISF. Là aussi, la « family office », combinée avec quelques pirouettes comptables, fait des merveilles. D’abord, il s’agit de connaître leur valeur. Dans les comptes, ils sont enregistrés pour 548,990 millions d’euros, grâce à René Ricol, commissaire aux apports chargé d’estimer la valeur des actifs apportés à la société. En effet, pour Madame Bettencourt détenir leur seul usufruit revient à être sûre de percevoir les dividendes liés à ces actions, et ce jusqu’à sa mort. Un décès programmé dans les comptes de Téthys pour 2013. Cet actif (l’usufruit des 76 440 824 actions) est régulièrement amorti tous les ans, de sorte que sa valeur soit nulle à horizon 2013, soit 7,8 ans après leur apport à Téthys en 2005. Ils ne valent d’ailleurs plus que 404,6 millions en fin 2007.

Un petit calcul actuariel de coin de table, comme disent nos amis financiers, permet d’estimer la vraie valeur de ces titres en usufruit, qui représente la somme « actualisée » des 7,8 années de dividendes. En 2008, ils ont généré 105,5 millions d’euros. Sous l’hypothèse d’une croissance historique de 11% des bénéfices, et d’une érosion du capital de 3,5%, ce que l’on appelle le taux d’actualisation, cela donne une valeur de 730 millions d’euros. Soit 320 millions de moins que les 404,5 millions inscrits au bilan.


Il manque donc au bas mot 320 millions d’euros à l’estimation que Liliane Bettencourt a faite de la valeur de Téthys.


Mais qu’importe les faits comme le précise le rapport de l’IGF sont prescrits.








tweetcount_url = 'http://2.xfru.it/rSzppv'; tweetcount_title = 'Le Sudoku fiscal de Liliane Bettencourt (2) : ce que dit le rapport de l’IGF'; tweetcount_short_url = 'http://2.xfru.it/rSzppv'; tweetcount_size = 'small'; tweetcount_via = false;





MOT-CLÉS : bettencourt, bouclier fiscal, fraude, igf, impôts, inspection générale des financ, woerth

Accueil Envoyer Imprimer Partager




Dans la même rubrique :

< >




Mardi 13 Juillet 2010 - 11:08 Grippe A: des rapports accablants pour la France et pour l'UE



Lundi 12 Juillet 2010 - 22:46 Sarkozy : touche pas à mon Woerth et vive Fillon!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: WOERTH    Lun 12 Juil - 23:55

De Bettencourt à Karachi, par dessus la démocratie


Décidément, toute cette affaire me plaît énormément : à elle seule elle suffit à démontrer l’obsolescence de notre démocratie.

Tout d’abord, il y a le premier procès : une vieille femme immensément riche, en procès avec sa propre fille au sujet d’un homme qui aurait reçu de l’argent de sa part... la vieille est-elle sénile ou folle, voilà toute la question que se posaient il y a peu, conjointement, la presse et la justice.


Mais aujourd’hui, tout a changé. On apprend que les conseillers de cette personne sont susceptibles d’une part d’avoir organisé l’évasion fiscale d’une partie de sa fortune, et d’une autre d’avoir financé illégalement certains partis politiques, dont celui de l’actuel président.

Il y a plusieurs choses à dire à ce sujet, et qui sont très révélatrices du fonctionnement de notre démocratie, et même de la réalité du monde d’aujourd’hui.

Premièrement, on est en droit de s’interroger sur les leçons qui ont été tirées de la crise...les paradis fiscaux existent bel et bien, et ne sont sans doute pas prêts d’être interdits : ils ont le double avantage d’économiser de l’argent, mais aussi et surtout de permettre le financement de certaines activités, licites ou non.

Deuxièmement, on s’aperçoit à quel point les politiques sont hypocrites et injustes, car non seulement ils nous ont trompés sur le coup des paradis fiscaux, mais en plus ils ont permis à cette dame, par l’intermédiaire du bouclier fiscale (et en plus de l’évasion fiscale donc), de toucher la coquette somme de 30 millions d’euros ; rien de moins qu’un euro-million, par an si j’ai bien compris.



Le décalage qui existe entre le commun des mortels et ce genre de personnalités est effarant, et donne le vertige. Mais le pire est que c’est à ces gens que reviennent tous les avantages, et ce sont eux qui s’enrichissent chaque jour un peu plus de notre appauvrissement.

Quelle indécence que de pouvoir avouer cela publiquement, et pourtant sans provoquer de révolte de la part du peuple.

Et ce n’est pas tout. En plus de cela, on apprend que l’intermédiaire de ces financements serait le ministre du travail, qui non content de lutter contre la fraude fiscale sans répit, laisse sa femme travailler dans le cabinet de gestion de la fortune de la dame susnommée...en d’autres termes, d’organiser son évasion fiscale.

Voilà où nous en sommes ou à peu près, environ trois semaines après les premières révélations à ce sujet.

Un procureur, ami du président, a pris l’affaire en main. Cet homme, qui seul a le pouvoir de classer l’affaire ou de nommer un juge d’instruction, est lui-même, à ce qu’il paraît, cité dans les enregistrements pirates à l’origine de cette affaire. Beaucoup s’en émeuvent, mais pourtant les collusions ne s’arrêtent pas là.

Si on y regarde de plus prêt, on verra rapidement que le pouvoir politique est pour ainsi dire en très bons termes avec tout ce que le pays compte d’influents. les amis du président sont de grands magistrats, de grands chefs d’entreprises, de grands personnages influents, et tout ce petit monde se connaît bien. Effet de transparence ou d’opacité ?

On remarque aussi rapidement que la justice est en pleine mutation, et on comprend mieux à quoi servira la suppression annoncée du juge d’instruction. De telles affaires n’apparaîtront sans doute plus une fois la justice mise sous dépendance, et pour couronner le tout, même si il s’avérait exact que la campagne présidentielle ait été financée illégalement, le gouvernement a déjà pris soin, à travers la modification constitutionnelle du début de mandat, de protéger le président de toute attaque judiciaire. Si on ajoute à cela que les amendes maximum prévues par la loi sont inférieures aux sommes gagnées par certaines malversations, ou la loi concernant les délits de « prise illégale d’intérêts » qui a déjà été modifiée, on imagine bien que le président, comme la plupart des gens impliqués dans cette affaire, n’ont pas grand chose à craindre...

Alors pourquoi se défendre de la sorte ?

Et bien gouverner c’est certes prévoir, mais également savoir profiter de toutes les opportunités. Car en effet, toute cette histoire semble bien n’être qu’une vaste fumisterie, dont le gouvernement tente de se servir pour attaquer encore un peu plus nos libertés. A travers cet écran de fumée, on peut entrevoir la future mise au pas de la presse, très critiquée par le gouvernement ; ainsi qu’internet, dont la puissance de frappe et la rapidité d’action sont à craindre. D’ici peu nous pouvons nous attendre à voir des propositions de lois concernant la liberté de la presse fleurir comme en Italie, et un renforcement du contrôle de l’information. La droite et la gauche voteront celles-ci comme un seul homme, juste pour nous éclairer un peu plus sur l’état de notre démocratie. Et la presse se soumettra aussi, au nom d’une loi imposée par l’illusion démocratique.

Et pendant ce temps-là, les équipes du gouvernement sont au travail, et les députés continuent de voter. La loi sur la burqa a été adoptée sans faire de vagues, et la réforme des retraites avance sans nous.

Même les niches fiscales à vocation sociale ou les allocations logement vont sauter, et personne n’est là pour en parler.

Ensuite, cette affaire tombe à pic pour remplacer la désaffection pour la coupe du monde, et permet d’oublier d’autres sujets brûlants, d’autres affaires impliquant des sommes beaucoup plus importantes, des armes et même des morts. L’affaire Karachi, dont on a très vite enterré le rapport, semble devoir être la grande gagnante de toute cette sombre histoire : car une fois l’affaire Bettencourt remisée au placard et les dispositions législatives prises pour protéger les suspects de la première affaire (la plus importante), les portes seront fermées pour l’enquête, et verrouillées pour la presse. Ainsi, quand tout cela sera terminé et que les esprits se seront apaisés, nous ne penserons plus ni à Bettencourt, ni à Karachi, et encore moins à la taupe, celle qui distille une à une les informations dans la presse.

Nous n’aurons plus alors qu’à nous poser une seule question : comment avons-nous pu laisser faire cela ?



Caleb Irri

http://calebirri.unblog.fr




http://www.youtube.com/watch?v=4cyeEvHLkEI&feature=player_embedded#!




Dernière édition par PACA le Lun 16 Aoû - 0:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2553
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: WOERTH    Mer 3 Mar - 13:52




Dernière édition par PACA le Lun 16 Aoû - 0:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: WOERTH    

Revenir en haut Aller en bas
 
WOERTH
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Mots Croisés : Eric Woerth souhaite adapter le temps de travail des enseignants à "la réalité de leurs missions".

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
LES GENS DE LOCON SUR LAWE :: MONDE , Politique, financier, religieux,idéologique... :: GENS D'ICI ET CHRONIQUE DU SOUVENIR :: ON EN PARLE ? :: LA TETE DE GONDOLE DE LA SEMAINE-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: