LOCON SUR LAWE
LOCON SUR LAWE

Les GENS de LOCON et du reste du monde
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 WOERTH

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
PACA



Messages : 2597
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Jeu 2 Sep - 19:32

Banier : « Je ne cherche pas à protéger Sarkozy »
Mediapart cite plusieurs extraits de l'audition de l'artiste, entendu par la police les 15 et 16 juillet, dont celui-ci :

« Je ne cherche pas à protéger Sarkozy, par contre Liliane est du genre à confondre les noms. Elle aurait pu confondre avec Balladur ou un autre. Elle m'a à plusieurs reprises cité des demandes d'argent en se trompant sur la personne qui lui demandait.

Elle est tellement harcelée (environ 20 demandes par jour et 100 lettres) qu'elle finit par mélanger. Liliane a beaucoup donné, par exemple à Mme Pompidou et aux époux Mitterrand, mais aussi, à travers eux, pour d'autres causes qu'eux-mêmes.»







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
62790
Invité



MessageSujet: Re: WOERTH    Jeu 2 Sep - 18:01

Dans un autre pays que la France, à part les dictatures, il y a longtemps qu'il aurait du démissionner !

Cela fait des semaines que ce Monsieur, pour ne pas dire délinquant, prend les gens pour des cons.
Il n'a pas menti mais il n'a pas dit la vérité non plu...

C'est de la faute des autres, des journalistes, lui n'a rien fait !

Le pire c'est que, comme ses collègues, Pasqua, Chirac et autres, il va sûrement s'en tirer alors que d'autres vont au trou pour le vol de quelques euros, oranges ou pour rien (préventive)
Revenir en haut Aller en bas
PACA

avatar

Messages : 2597
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Jeu 2 Sep - 16:08

VITE faites comme moi ecrivez tous a votre député , Mr.FLAJOLET mairie de Saint Venant pour qu 'il vous octroie la legion d 'honneur ....vous le valez bien ! ! ! ! !

lol! lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2597
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Jeu 2 Sep - 16:05

Woerth admet avoir demandé la Légion d'honneur pour De Maistre
Eric Woerth a admis jeudi être l'auteur d'une lettre en 2007 où il appuie la demande d'attribution de la Légion d'honneur de Patrice de Maistre, gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt
.



Eric Woerth a admis jeudi pour la première fois être l'auteur d'une lettre en 2007 où il appuie la demande d'attribution de la Légion d'honneur à Patrice de Maistre, le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt. Interrogé lors d'une rencontre avec les membres de l'Association des journalistes économiques et financiers, l'actuel ministre du Travail a toutefois ajouté qu'à ses yeux ce geste n'avait pas de signification. (Reuters/Philippe Wojazer)

Le ministre du Travail, qui se prépare à défendre la réforme des retraites mardi prochain à l'Assemblée nationale, a toutefois ajouté qu'à ses yeux ce geste n'avait pas de signification.

"J'ai fait comme de multiples députés, c'était d'une grande banalité tout cela. Je n'ai jamais dit que (la lettre) n'avait pas existé, personne n'a dit qu'elle n'avait pas existé. Vous en tirez des conséquences fausses", a-t-il dit lors d'une rencontre avec les membres de l'Association des journalistes économiques et financiers.

Au début de l'affaire, il expliquait que la Légion d'honneur avait été attribuée à Patrice de Maistre sur le contingent du ministère de l'Economie et non sur celui de son portefeuille du Budget, laissant ainsi entendre qu'il y était étranger.
Il n'avait jamais parlé de la lettre, saisie par la police à la mi-août et révélée par la presse. Il nie que les nouveaux éléments contredisent ses premières déclarations.

"Je n'ai jamais menti sur rien et à qui que ce soit", a dit Eric Woerth, qui est soupçonné de conflit d'intérêt dans la mesure où le dossier de l'héritière de L'Oréal, qui a admis pratiquer l'évasion fiscale, était géré par son ministère.
Le ministre a critiqué les journalistes qui l'interrogeaient sur ces faits, jugeant leur "fixation malsaine".
Sa lettre adressée en qualité de député en mars 2007 à Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, a été suivie par l'embauche de Florence Woerth, épouse du ministre, en novembre 2007 dans la société de Patrice de Maistre.

FINANCEMENT DE L'UMP

Eric Woerth mentionne dans la lettre l'intérêt porté par Patrice de Maistre à l'UMP, parti pour lequel ce dernier organisait des dons légaux de Liliane Bettencourt.
Il a rencontré pour cela Eric Woerth en 2007, en sa qualité de trésorier du parti présidentiel.
Devenu ministre du Budget, avec l'arrivée de Nicolas Sarkozy à l'Elysée, Eric Woerth a ensuite remis lui-même la Légion d'honneur à Patrice de Maistre début 2008.
Un rapport de l'Inspection générale des finances (IGF) publié en juillet a conclu qu'il n'existait pas de trace d'une faveur d'Eric Woerth pour Liliane Bettencourt.
Mais le rapport a par ailleurs montré que Patrice de Maistre avait obtenu qu'Eric Woerth saisisse une cellule spéciale du ministère du Budget en 2007 pour un problème fiscal d'un de ses proches, qui a été conclu avantageusement.
Le rapport de l'IGF a aussi relevé qu'Eric Woerth avait saisi la même cellule en 2009, toujours à la demande de Patrice de Maistre, à propos des conséquences fiscales d'un projet financier concernant la fondation Bettencourt.
L'ensemble des faits, susceptibles de constituer un "trafic d'influence", intéressent deux magistrats, le procureur de Nanterre Philippe Courroye qui dirige l'enquête de police, et le procureur général de la Cour de cassation Jean-Louis Nadal.
Le premier, critiqué en raison de ses liens avec Nicolas Sarkozy et de son statut qui le lie hiérarchiquement au ministère de la Justice, a fait auditionner Eric Woerth comme témoin en juillet et pourrait, selon plusieurs médias, solliciter maintenant un nouvelle interrogatoire de police.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2597
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Mer 1 Sep - 10:13

AFP, Mise a jour : mercredi 1 septembre 2010 07:19
Avant le débat sur les retraites, Eric Woerth rattrapé par les affaires
De nouvelles révélations sur l'intervention d'Eric Woerth pour appuyer la demande de Légion d'honneur du gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, ainsi que sur la vente de l'hippodrome de Compiègne, ont encore fragilisé la position du ministre du Travail, à une semaine du débat parlementaire sur les retraites.



Yvelines
AFP
Dans leurs éditions de mercredi, Le Canard enchaîné et L'Express ont affirmé que la police avait saisi mi-août une lettre datée de mars 2007 dans laquelle l'ex-ministre du Budget et ex-trésorier de l'UMP demande à Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, d'appuyer la demande de décoration de Patrice de Maistre, contrairement à ce qu'il a toujours assuré.

Le ministre du Travail a immédiatement démenti avoir été pris en flagrant délit de mensonge par ce courrier. "Je n'ai pas menti à la police, je n'ai pas menti aux Français", a répété M. Woerth à la presse en marge du Campus des jeunes de l'UMP réuni à Port-Marly (Yvelines).

Dans la foulée, son avocat Me Jean-Yves Le Borgne a lui aussi certifié que le ministre du Travail n'avait pas "porté" le dossier d'attribution de la Légion d'honneur à M. de Maistre mais a concédé, pour la première fois, qu'il y avait peut-être donné un avis positif.

Alors ministre du Budget, Eric Woerth a remis la Légion d'honneur, sur le contingent du ministère de l'Economie, à M. de Maistre en janvier 2008, trois mois après l'embauche de son épouse Florence par le même M. de Maistre dans sa société chargé de gérer la fortune de l'héritière du groupe L'Oréal.

Interpellé à de nombreuses reprises sur ce sujet, M. Woerth a toujours fermement démenti, aussi bien devant la presse qu'à la police, avoir poussé le dossier de M. de Maistre en remerciement de l'embauche de sa femme ou de la participation du bras droit de Mme Bettencourt au financement de la campagne présidentielle victorieuse de Nicolas Sarkozy.

Le Canard Enchaîné publie par ailleurs un autre document relatif à une autre affaire impliquant Eric Woerth : la vente du domaine de 58 hectares comprenant l'hippodrome de Compiègne, dont les conditions de cession ont suscité une polémique, avait été refusée en 2003 par un précédent gouvernement, selon une lettre publiée par l'hebdomadaire.

L'hebdomadaire avait accusé en juillet Eric Woerth d'avoir bradé pour 2,5 millions d'euros une parcelle de la forêt de Compiègne (Oise) comportant un golf et l'hippodrome, lorsqu'il était ministre du Budget. M. Woerth avait alors vivement contesté l'interprétation du Canard enchaîné.

Le journal satirique publie désormais une lettre de l'ex-ministre de l'Agriculture Hervé Gaymard, refusant la vente sollicitée par la société locataire du lieu.

Dans ce courrier daté du 13 août 2003 et adressé à l'ex-président de la Société des courses de Compiègne, Armand de Coulange, M. Gaymard refuse de vendre le domaine, estimant qu'elle "n'est pas possible" du point de vue légal.

Interrogé par l'AFP, M. Gaymard a confirmé l'existence de cette lettre mais a affirmé n'avoir "aucun commentaire à ajouter".


affraid affraid affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2597
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Mar 31 Aoû - 16:03

Le nouveau trésorier de l'UMP a travaillé chez L'Oréal et il habite dans le même immeuble que DEMAISTRE 2 etages au dessus de lui !!!!!!!
Le député, Dominique Dord, succède à ce poste à Eric Woerth, empêtré dans l'affaire Bettencourt.



Ouf! Ils sont loin, les problèmes de double casquette entre fonctions ministérielle et partisane. Tout est rentré dans l’ordre... L’UMP tient son nouveau trésorier. Sauf qu’une ligne dans le CV du successeur d’Eric Woerth, empêtré dans l’affaire Bettencourt, fait désordre. Dominique Dord, élu lundi à ce poste, a fait un crochet, dans les années 80, par... l’entreprise L’Oréal!

Le groupe de cosmétiques, propriété de la famille Bettencourt, a confirmé à l’AFP que l’actuel député-maire d’Aix-les-Bains (Savoie), a bien été «directeur de produits pour L’Oréal de 1985 à 1987».

«Je pense que ça ne devrait pas avoir d’impact, mais ça va faire tous les choux gras, évidemment», soupire une source à l’UMP, interrogé par l’AFP. Euphémisant: «Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y a un manque de prudence dans la séquence politique actuelle.»

Rappelons que sur les conseils de Nicolas Sarkozy, Eric Woerth avait annoncé en juillet qu’il renonçait au poste de trésorier de l’UMP qu’il occupait depuis 2002, pour tenter de mettre un terme à la polémique. Le ministre du Travail est notamment accusé par l’opposition de conflit d’intérêts pour avoir cumulé le poste de trésorier du parti présidentiel et celui de ministre du Budget (2007-2010), alors que son épouse était employée par Clymène, la société de gestion du patrimoine de l’héritière de L’Oréal, Liliane Bettencourt.

La position d’Eric Woerth a notamment été affaiblie par le fait qu’il avait remis les insignes de chevalier de la Légion d’honneur au patron de Clymène, Patrice de Maistre.

Interrogé lors du point de presse hebdomadaire de l’UMP, le porte-parole, Frédéric Lefebvre, a relativisé le passage de Dord par L’Oréal: «Est-ce que, pour tous les Français qui travaillent chez L’Oréal, on peut considérer que c’est indigne de travailler chez L’Oréal?»

Le secrétaire général de l’UMP, Xavier Bertrand, a, lui, décrit «quelqu’un de particulièrement rigoureux et sérieux».

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2597
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Dim 29 Aoû - 19:04

Affaire Woerth/Bettencourt: le procureur général envisage de saisir la Cour de justice
Un énième front s'est ouvert dimanche dans la tentaculaire affaire Bettencourt/Woerth, avec l'éventuelle saisine de la Cour de justice de la République (CJR) pour des infractions présumées de prise illégale d'intérêt et de favoritisme de l'actuel ministre du Travail Eric Woerth.



AFP/Archives
Le procureur général près la Cour de cassation, Jean-Louis Nadal, a réclamé, selon le Journal du Dimanche (JDD), au parquet général de Versailles de lui communiquer les pièces du dossier avant une hypothétique saisine de la commission des requêtes, première étape avant une enquête de la CJR.

La CJR est une juridiction d'exception qui juge les crimes et délits commis par les membres du gouvernement "dans l'exercice de leurs fonctions".

Le ministre du Travail Eric Woerth, au coeur de l'affaire Bettencourt depuis mi-juin, est soupçonné de conflits d'intérêts entre ses anciennes fonctions gouvernementales de ministre du Budget, son ancien poste de trésorier de l'UMP, et l'embauche de sa femme Florence Woerth en 2007 par la société gérant le patrimoine de Liliane Bettencourt, héritière du groupe de cosmétiques L'Oréal.

Il a en outre été récemment mis en cause pour avoir attribué la Légion d'honneur au comptable ayant certifié ses comptes de campagne municipale.

Entendu par la justice fin juillet, il avait récusé tous ces soupçons.

Le JDD affirme que Jean-Louis Nadal a réclamé "la communication de tous les éléments du dossier pénal susceptibles de concerner une éventuelle prise illégale d'intérêt ou un délit de favoritisme" au procureur général de Versailles, supérieur du procureur Philippe Courroye à Nanterre, où est traitée une partie du dossier Bettencourt.

Le procureur général Jean-Louis Nadal aurait également réclamé "une copie du rapport de l'Inspection générale des finances" à l'actuel ministre du Budget François Baroin. Selon ce rapport, M. Woerth ne serait pas intervenu dans le dossier Bettencourt lorsqu'il était ministre du Budget de mai 2007 à mars 2010.

L'entourage de M. Nadal indique dans le JDD attendre d'avoir évalué "la pertinence des documents" avant de voir "s'il y a lieu de saisir la commission des requêtes". La Cour de cassation n'a pu être joint dimanche par l'AFP.

L'ancienne ministre de l'Environnement et avocate Corinne Lepage (Cap21), a de son côté envoyé un courrier le 11 août à M. Nadal pour lui demander de saisir la CJR.

"Lorsqu'un ministre de la République est mis en cause, il n'y a qu'une institution qui peut s'en saisir, c'est la Cour de justice de la République", dit-elle à l'AFP, estimant que pour l'instant, il n'y avait "pas eu d'affaire Woerth sur un plan juridique".

Elle se défend cependant d'être dans "une chasse à l'homme".

"Si on continue comme ça, il va y avoir rumeur sur rumeur et ça n'aboutira à rien du tout sauf à donner l'impression qu'il n'y a pas de justice en France", poursuit-elle.

L'avocat d'Eric Woerth, Me Jean-Yves Le Borgne, a rappelé à l'AFP qu'il fallait "une faute pénale identifiée" avant une éventuelle saisine de la CJR, qui a jugé au total six ministres, dont Charles Pasqua et Laurent Fabius.

Concernant la procédure, une commission des requêtes de la CJR, composée de magistrats de la Cour de cassation, apprécie la recevabilité des plaintes qui lui sont soumises. Elle les transmet, le cas échéant, au procureur général près la Cour de cassation, qui saisit la commission d'instruction de la CJR.

Cette commission est alors chargée d'instruire le dossier jusqu'à une ordonnance de non-lieu ou de renvoi devant la CJR composée de douze juges parlementaires et trois magistrats professionnels.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2597
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Dim 29 Aoû - 1:00


Liliane Bettencourt a révoqué de son titre de légataire universel le photographe François-Marie Banier, soupçonné d'abus de faiblesse à son égard et qui devait toucher plus d'un milliard d'euros après le décès de l'héritière de L'Oréal, un nouveau volet de ce feuilleton tentaculaire



AFP/Archives
"Liliane Bettencourt a estimé qu'elle avait déjà beaucoup donné à M. Banier, elle a donc mis fin à la disposition qui faisait de lui son légataire universel", a déclaré samedi à l'AFP Me Georges Kiejman, avocat de la milliardaire.

Mme Bettencourt, 87 ans, a rédigé mi-juillet depuis sa propriété de l'Arcouest (Côtes-d'Armor) un document qui modifie son testament établi en 2007 et révoque M. Banier de son titre, sans désigner de nouveau légataire universel, a précisé l'avocat, confirmant ce qu'il a dit au journal Le Monde.

François-Marie Banier devait, au titre de cette fonction de légataire universel, percevoir après le décès de Mme Bettencourt huit pour cent de son patrimoine, soit environ 1,25 milliard d'euros, avait expliqué fin juillet l'entourage de l'une des toutes premières fortunes de France.

Le patrimoine de Mme Bettencourt, évalué à 15,63 milliards d'euros selon la dernière estimation du 1er mars, est composé notamment pour 14,5 milliards de sa participation (30%) dans le capital de L'Oréal via la holding Thétys.

Françoise Meyers-Bettencourt - fille unique de Liliane Bettencourt - et ses deux fils détiennent la nue-propriété de cette participation dans L'Oréal (la fille en est propriétaire mais la mère touche les dividendes), ainsi que des biens immobiliers familiaux.

Mme Bettencourt et son mari, André Bettencourt, décédé en 2007, avaient en outre décidé de porter la part dont hériteront leur fille et ses deux enfants à plus de 92% de leur patrimoine, avait précisé fin juillet l'entourage de la milliardaire.

Reste ainsi au légataire universel la "quotité disponible", soit huit pour cent du patrimoine Bettencourt. M. Banier, visé par une plainte de Françoise Meyers-Bettencourt pour "abus de faiblesse" sur l'octogénaire, a déjà reçu environ un milliard d'euros de dons (assurances-vie, tableaux) dans les années 1990 et 2000.

Un autre bénéficiaire du testament de Liliane Bettencourt, le professeur Gilles Brücker, désigné exécuteur testamentaire par la milliardaire, est pour sa part dans le collimateur de l'Ordre des médecins.

Le président de l'Ordre, Michel Legmann, a demandé au conseil départemental de Paris d'entendre ce spécialiste en épidémiologie devenu médecin conseil de Mme Bettencourt à la fin des années 1990, ainsi que sa compagne, Christine Katlama, et d'autres praticiens "afin d'obtenir des éclaircissements" et déterminer s'ils ont enfreint le code de déontologie.


Interrogé par Le Monde sur ce dossier fin juillet, le Pr Brücker s'était déclaré "très serein". "Nous avons une telle conscience, Christine Katlama et moi-même, d'être transparents, désintéressés, que nous avons notre entière conscience pour nous", avait-il déclaré.

"A titre personnel, je n'ai pas touché un centime d'euro", avait-il assuré.

Ces nouveaux éléments devraient nourrir l'enquête menée à Nanterre par la juge Isabelle Prévost-Desprez, chargée de juger M. Banier et qui devrait entendre dans les jours qui viennent des visiteurs réguliers de Mme Bettencourt et des membres de son entourage, a dit une source proche du dossier.

La magistrate, en conflit ouvert avec le procureur de Nanterre, Philippe Courroye, doit en effet vite avancer dans ses investigations, avant que la cour d'appel de Versailles ne se prononce le 14 septembre sur un recours en annulation déposé par Me Kiejman, l'avocat de Liliane Bettencourt




http://www.marianne2.fr/Nouvelle-revelation-comment-Liliane-Bettencourt-trompe-le-fisc_a196721.html?preaction=nl&id=5917448&idnl=26059&
flower flower flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2597
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Lun 16 Aoû - 16:36

Woerth aurait menti dans une déclaration de revenus
Mediapart affirme que le ministre du Travail n'a déclaré vivre qu'avec 112 euros par mois lors d'une demande de prêt au Crédit Agricole pour sa campagne municipale. Une information démentie par son entourage et par la banque.





Eric Woerth (AFP)
Eric Woerth a rempli une curieuse déclaration de revenu, en omettant de déclarer la majeure partie de ses rémunérations, afin d'obtenir un prêt pour sa campagne municipale à Chantilly (Oise), a affirmé le site d'information Mediapart, dimanche 15 août. Une information qualifiée lundi d'"absurdité" par l'entourage du ministre du Travail et démentie par le Crédit Agricole, la banque auprès de laquelle il a contracté ce prêt.

SUR LE MÊME SUJET
Légion d'honneur : Eric Woerth à nouveau mis en cause


3.000 euros de revenus

Début 2008, Eric Woerth a contracté un emprunt de 6.500 euros sur huit mois auprès du Crédit Agricole de la ville - dont il est maire depuis 2005 - pour les besoins de financement de la campagne municipale.
Le formulaire de demande de prêt, que Mediapart s'est procuré et qu'il reproduit, fait état d'un revenu mensuel de 3.000 euros. Pourtant, Eric Woerth perçoit au moins 16.000 euros, souligne le site : environ 14.000 euros bruts par mois comme ministre et quelque 2.400 euros comme maire.



112 euros par mois pour vivre

Prenant en compte les différents emprunts d'Eric Woerth, le Crédit Agricole aurait calculé, à partir de sa déclaration, que ce dernier disposait de "112 euros par mois pour vivre" et présentait un "endettement bancaire de 89%", selon Mediapart, qui s'étonne que le Crédit Agricole ait néanmoins accordé un prêt au ministre.
Le site signale également que le ministre se présente comme "ingénieur cadre technicien" et "ne mentionne aucun impôt sur le revenu". "Quel intérêt a-t-il à mentir sur sa situation? A-t-il des revenus à cacher?", interroge encore Mediapart.



L'entourage de Woerth crie une nouvelle fois à l'"acharnement"

Contacté par l'AFP, l'entourage d'Eric Woerth a assuré lundi que le prêt avait été "souscrit dans des conditions normales comme tous les prêts électoraux", soulignant qu'il avait été "remboursé également à des conditions normales et classiques".
"Ce prêt est adossé à la garantie de remboursement de l'Etat après validation des comptes de campagnes (...) et non aux revenus du candidat", a-t-on ajouté de même source.
"Le Crédit Agricole connaît parfaitement la réalité des revenus d'Eric Woerth, celui-ci étant client de longue date de cette banque", a-t-on encore précisé, dénonçant un "acharnement" contre le ministre.
"Sauf erreur, depuis quand quelqu'un qui cherche un prêt bancaire minore-t-il ses revenus?", a demandé son entourage, estimant que "chaque Français comprendra à nouveau l'absurdité de ces allégations".
Eric Woerth, empêtré depuis plusieurs semaines dans des soupçons de conflit d'intérêts avec la milliardaire Liliane Bettencourt lorsqu'il était ministre du Budget, a aussi été mis en cause récemment pour avoir attribué la Légion d'honneur au comptable ayant certifié ses comptes de campagne municipale.



Le Crédit Agricole envisage de porter plainte

De son côté, l'agence régionale du Crédit Agricole Brie Picardie a également démenti lundi les informations de Mediapart, dans un communiqué adressé à l'AFP.
La banque dit apporter "un démenti formel à toutes les allégations ou interprétations qui pourraient vouloir être tirées d'un document de travail purement provisoire et ne représentant aucun caractère contractuel".
"L'opération dont il est fait mention est tout à fait banale, réalisée d'ailleurs avec des candidats de toutes tendances et s'analyse en fait comme une simple avance de trésorerie en anticipation du remboursement par l'Etat des dépenses de campagne dans les conditions fixées par la loi", assure-t-elle.
En conséquence, le Crédit Agricole dit "se réserver la possibilité de déposer plainte en violation du secret bancaire".

(Nouvelobs.com avec AFP)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2597
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Lun 16 Aoû - 0:55

Eric Woerth: encore une Légion d'honneur suspecte
13 Août 2010 Par Mathilde Mathieu Michaël Hajdenberg
L'ex-ministre du budget a accordé la Légion d'honneur à Bernard Godet, expert-comptable qui a certifié les comptes de son parti de poche. Après l'affaire de la médaille remise à Patrice de Maistre, cette décoration interroge sur l'usage que le ministre fait des décorations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2597
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Dim 8 Aoû - 18:09

Conflits d'intérêt élargi

WOERTH a été pris dans une nouvelle affaire.
Mercredi, le quotidien Libération l'accuse, lettre d'avril 2008 à l'appui, d'avoir abandonné 27 millions d'euros d'impôts, ainsi que toutes les pénalités afférentes, à l'exécuteur testamentaire du sculpteur Cesar, qui serait par ailleurs un fidèle donateur de l'UMP. Entre amis, on se comprend. Il n'y eut que Jack Lang, décidément en mal de notoriété, pour louer l'intervention de Woerth.

Quand le ministre et le donateur accusent Libération de désinformation et d'amalgame, le quotidien réplique en publiant la lettre, et ... rappelle l'affaire Guy Wildenstein : un ami du Président, fondateur du Premier Cercle, et patron des UMPistes de la Côte Ouest des Etats-Unis, est accusé par sa belle-mère d'avoir subtilisé des milliards d'euros d'oeuvres d'art de son père décédé. La justice a reconnu l'évasion fiscale, «un héritage familial». La veuve a écrit au ministre Woerth l'an dernier, sans réponse...
Il ne faut pas déranger l'ami Guy, comme l'appelle Nicolas Sarkozy.

On s'intéresse également au proche cabinet d'Eric Woerth aux ministères du Budget puis du travail. Il semblerait que tout le Premier Cercle y est ses entrées : le jeune et doué Sébastien Proto, fidèle conseiller de Woerth, n'est autre qu'un ami proche d'Antoine Arnault, fils de Bernard Arnault, et beau-fils de Patrice de Maistre... La publiciste Anne Meaux, qui gère depuis juin la communication de crise du ministre accusé et acculé confirme la proximité des deux hommes. Proto passe ses vacances en Corse dans la villa Arnault et sur leur yacht, immatriculé dans un paradis fiscal, alors que de Maistre et Woerth sont impliqués dans une même affaire judiciaire. En Sarkofrance, l'amitié n'a pas de frontière, fusse-t-elle celle du conflit d'intérêt. Bref, Eric Woerth a du mal aujourd'hui à maintenir qu'il connaît à peine le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt.


Patrice de Maistre, justement, a démenti certaines affirmations d'Eric Woerth lors de son interrogatoire de complaisance le 29 juillet dernier : oui, il a bien reçu Florence Woerth, à la demande de son mari, après l'élection de Nicolas Sarkozy, pour la «conseiller» sur sa carrière.
Quatre mois plus tard, elle était embauchée. Et dans les enregistrements pirates de ses conversations avec Liliane Bettencourt révélées par Mediapart, on pouvait l'entendre affirmer à sa patronne qu'il n'aurait pas dû l'embaucher pour faire plaisir à Woerth...

Autre proche d'Eric Woerth à récolter enfin quelques attentions cette semaine, Eric de Sérigny, gestionnaire de fortune, est aussi conseiller d'Eric Woerth, en charge des «relations avec le monde économique».
Le titre est officiel mais sa nomination aux ministères du Budget puis du Travail n'a jamais été publiée au Journal Officiel. A en croire le Canard Enchaîné, c'est grâce à lui qu'Eric Woerth recrute pour le Premier Cercle.

Il a aussi usé de son entregent pour glisser le nom de Patrice de Maistre dans la liste des légionnés d'Honneur.

Sérigny est aussi administrateur «non indépendant» d'Imérys, le leader mondial des minéraux industriels, dont l'actionnaire de référence est Albert Frère, autre proche du président.
Un autre administrateur d'Imérys est Robert Peugeot, descendant de la famille du constructeur automobile.
Selon le JDD, ce dernier a dîné avec Eric Woerth le lendemain d'un cambriolage à son domicile, le 5 décembre 2009, pour s'éviter un redressement fiscal sur 500 000 euros de lingots d'or dérobés et déclarés pour 150 000 euros seulement au fisc. Pour compléter l'affaire, le directeur général adjoint d'Imérys n'est autre que le mari de Valérie Pécresse.
Et l'ancien directeur général du Fond Stratégique d'Investissement, ce «machin» créé par Sarkozy et co-détenu par la Caisse des Dépôts et Consignations pour incarner la politique de relance industrielle de la France début 2009, vient d'être recruté par Imérys.


AFFAIRE A SUIVRE ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2597
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Mer 4 Aoû - 9:23

César, l'autre affaire Woerth



Eric Woerth va-t-il devoir faire face à une nouvelle affaire? Le journal Libération révèle en tout cas mercredi que ce dernier serait intervenu dans la succession du sculpteur César alors qu'il était ministre du Budget. Une aide qui se serait traduite par un dégrèvement fiscal de 27 millions d'euros.
Eric Woerth serait directement intervenu dans la succession du sculpteur César. (Reuters)


Il avait promis de ne s'être jamais directement impliqué dans un dossier fiscal. Pourtant, selon Libération , Eric Woerth serait intervenu dans la succession du sculpteur César, décédé en décembre 1998. Un "coup de pouce" qui aurait permis d'obtenir un dégrèvement fiscal de 27 millions d'euros. Pour preuve, le journal publie une lettre datée du 24 avril 2008 signée du ministre du Budget adressée à l'avocat de la succession. Un document qui "démontre sans ambiguïté qu'Eric Woerth a fait peser tout le poids de sa fonction pour obtenir un dégrèvement fiscal" sur cette succession, écrit le journal.

Le sculpteur aurait manifestement fait l'objet de lourds redressements fiscaux pour "insuffisance de déclaration". Le fisc avait en effet répertorié 230 œuvres qui n'étaient pas inscrites dans sa succession. Mais suite à l'intervention du ministre, les redressements fiscaux ont finalement été abandonnés. "Il ressort de l'examen approfondi de ce dossier que, dans le cadre de la vérification de l'activité de sculpteur déployée par M. César Baldaccini, le rehaussement opéré en 1998 au titre des œuvres manquantes ne peut être maintenu", justifie le ministre dans sa lettre.
Donateur de l'UMP



Une intervention qui ferait suite à une demande d'Alain Dominique Perrin, "l'exécuteur testamentaire de l'artiste", précise Libération. Et ce dernier, qui n'est autre que le président de la Fondation Cartier pour l'art contemporain, ne cache pas son engagement à droite. Il fait même parti des importants donateurs de l'UMP. Les discussions entre les deux hommes auraient ainsi eu lieu alors qu'Eric Woerth occupait toujours le poste de trésorier du parti majoritaire. "Mais cette appartenance politique relève de sa vie privée", tempère son avocat Me Chatain dans les colonnes du quotidien.

Une nouvelle révélation compromettante qui vient s'ajouter à la sulfureuse affaire Bettencourt. Avec le dossier des retraites sur la table, la rentrée d'Eric Woerth s'annonce brûlante.

---------------------------

C 'est ça la rupture selon SARKO , un fossé , entre deux mondes ...Copinage , magouilles , truandages , détournements d 'un coté et de l 'autre sacrifices , pauvreté , restrictions injures racistes subies et dénigrement des plus pauvres .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2597
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: au et pour leur   Mer 4 Aoû - 9:21

Le coup de pouce d’Eric Woerth à la famille César



Un document que s’est procuré «Libération» prouve que le ministre est intervenu directement, en 2008, pour alléger le redressement fiscal sur la succession du sculpteur.




Par KARL LASKE Photo Laurent Troude

Eric Woerth, le 12 juillet. (REUTERS) La passation de pouvoir a été discrète. Sans poignée de main. Vendredi, le ministre du Travail, Eric Woerth, a finalement transmis ses fonctions de trésorier de l’UMP à Xavier Bertrand, secrétaire général du parti. Cette démission voulue par Nicolas Sarkozy est la preuve qu 'il y avait incompatibilité entre le travail de ministre du budget et tresorier d 'un parti politique .

-------------------

SARKOSY avait été élu sur le theme de la RUPTURE ...ce que je n 'avais pas compris c 'est que la rupture se faisait entre le peuple et une classe de riches agissant en reseau et pour leur plus grand profit .

Ces elus de l ' UMP ne sont là que pour servir cette classe afin d 'en tirer les plus grands benefices ...

WOERTH et les affaires qu 'il traine en sont la preuve .

JUSTE APRES SON ELECTION SARKO recevait ses amis au FOUQUET 'S et il n ' y avait que peu d 'hommes politiques ...mais que des affairistes interressés .

C ' était ça la vraie rupture ...tout pour le fric , le bling bling , la frime et le profit personnel .

Sans compter le travail de son ami le juge COUROYE , placé par SARKO , cité et mis en cause dans l 'affaire BETANCOURT qui refuse de laisser son dossier et son enquete a un procureur indépendant ET ON COMPREND POURQUOI ....

Triste FRANCE !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2597
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Sam 31 Juil - 11:51

[INFO OBS] Affaire Woerth : Bassères (IGF) avait été nommé par Woerth
En demandant au patron de l'IGF de rédiger un rapport sur l'affaire Woerth/Bettencourt, François Baroin assurait que l'institution était complètement indépendante du pouvoir politique. Et pourtant
...



Jean Bassères (AFP)
Cela a été dit à plusieurs reprises. Le rapport de l'Inspection générale des finances (IGF) sur l'affaire Bettencourt/Woerth peut être considéré comme sujet à caution sur plusieurs points. Pour le gouvernement et la majorité, l'enquête réalisée par l'IGF a blanchi Eric Woerth. L'opposition, au contraire, a souligné que l'IGF, et donc son patron, était directement placée sous la tutelle de Bercy qui lui a d'ailleurs commandé ce rapport. Une proximité qui entacherait son indépendance. De fait, Eric Woerth et son cabinet entretiennent en effet une relation particulière avec l'IGF.

Le successeur d'Eric Woerth au Budget, François Baroin, a chargé Jean Bassères, patron de l'IGF, de mener à bien ce rapport. Or, ce qui n'a pas été relevé jusqu'alors, c'est que ce dernier a été nommé à ce poste par Eric Woerth lui-même. Le décret de nomination du 24 janvier 2008 annonçant le nouveau chef de service est bel et bien contresigné par Eric Woerth, alors ministre du Budget.

Par ailleurs, comme le soulignait un ancien chef de l'IGF interrogé par le Monde le 9 juillet dernier, le rapport n'a pas été commandé à l'IGF en tant qu'institution comme cela se pratique d'habitude, mais à son chef, Jean Bassères. "L'IGF n'a pas travaillé selon ses méthodes habituelles, collectives, contradictoires et inquisitoriales. Ce ne sera pas un rapport de l'IGF mais de son patron", expliquait-il.

Bassères a donc dû enquêter sur l'homme qui l'a conduit à occuper ce poste prestigieux. Sur le ministre mais aussi sur son cabinet, dont le directeur, Sébastien Proto, a commencé sa carrière… à l'IGF. Ajoutons que le prédécesseur de Sébastien Proto, Jean-Luc Tavernier, lorsqu'il a quitté le cabinet d'Eric Woerth a rejoint…l ' IGF . lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2597
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Sam 31 Juil - 9:55


Pourquoi Eric Woerth et Christine Lagarde, durant plus d’un an, laissèrent-t-ils le champ libre aux paiements en espèces, ceux qui ne laissent pas de trace ? Depuis octobre 1940, la loi les interdisait en France au-delà d’un certain montant.

Il s’agissait de freiner le marché noir, puis de combattre la fraude fiscale, enfin de lutter contre le blanchiment de l’argent sale.

Pourtant, de février 2009 à juin 2010, sous prétexte de « moderniser l’économie », cette réglementation fut abrogée, mais son remplacement tarda.

Pendant plus d’un an, le ministre du budget se montra intraitable en parole contre les fraudeurs et contre les trafiquants ; quant à son action, elle marqua le pas.

Depuis 1940, le code monétaire et financier et le code général des impôts sont régulièrement mis à jour, afin d’interdire les paiements en liquide dépassant un certain montant : 5.000 francs au tournant du siècle, ce qui est traduit par 750 euros au moment du passage à la monnaie unique. Au-delà, il faut rédiger un chèque barré, faire un virement, bref, laisser une trace écrite dans les livres d’une banque.

Mais un puissant lobby s’active : celui du commerce et de la distribution. Le plafond des paiements en espèce est bientôt relevé : 1.100 euros en 2005 pour un commerçant ; 3.000 euros pour un particulier s’il était résident fiscal en France ; 15.000 euros pour un non-résident.

Les sanctions suivent la pente inverse. Jusqu’en 2005, les contrevenants doivent acquitter solidairement une amende fixée à 5% des sommes illégalement échangées en liquide. L’ordonnance du 7 décembre 2005 atténue sensiblement l’article 1840 du code général des impôts. Les contrevenants sont désormais passibles d’une amende « dont le montant ne peut excéder 5% » des sommes illégalement échangées.

Pourtant, le Conseil du commerce de France, une émanation du Medef réunissant la plupart des syndicats patronaux de la distribution, accentue sa pression. En décembre 2008, il demande que l’on porte le plafond des paiements en espèces autorisés de 3.000 à 10.000 euros. On en savourera l’argumentaire. Un tel aménagement, écrit le Conseil du commerce de France, « n’aurait que des conséquences positives sur le budget de l’Etat en garantissant des entrées de TVA supplémentaires. »

Justement, Eric Woerth, alors ministre du Budget, et sa collègue de l’économie, Christine Lagarde, mettent la dernière main aux ordonnances fourre-tout visant à « prévenir le blanchiment » et à « moderniser l’économie ». Dans ce fatras se dissimule une réforme inattendue. L’article L112-8 du code monétaire et financier, qui fixait à 3.000 euros le plafond des paiements en espèce, est abrogé.

Un article nouveau le remplace : le L112-6. Seul changement : le plafond que fixait la loi abrogée sera désormais fixé par décret des ministres de l’économie et du budget.

Et les mois passent… Faute de décret, les paiements en liquide sont déplafonnés. On n’entend plus le Conseil du commerce de France. Quelques avocats spécialisés rédigent des papiers étonnés et peaufinent leurs arguments contre l’administration fiscale, car ici et là, ses agents se réfèrent encore aux plafonds d’antan.

Le 22 mars 2010, Eric Woerth quitte le ministère du budget sans avoir pris le décret attendu. François Baroin le remplace. Le 18 juin, le journal officiel publie enfin le fameux décret, signé Lagarde et Baroin. Il fixe à 3.000 euros le montant maximum d’un paiement légal en liquide.

Ainsi, il aura fallu dix-sept mois pour recopier dans un décret les termes d’une loi abrogée par ordonnance. Pourquoi y avait-il urgence à abroger ? Pourquoi fallut-il si longtemps pour combler le vide juridique ainsi créé ?

« Je suis là pour assumer avec un minimum de courage ce qui aurait dû être fait avant et qui n’a pas été fait », affirmait Nicolas Sarkozy en avril 2008. L’important, c’est d’assumer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2597
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Jeu 29 Juil - 11:30

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
INVITE
Invité



MessageSujet: VOTEZ MIEUX    Jeu 29 Juil - 11:02

LA PROCHAINE FOIS VOTEZ FN
Revenir en haut Aller en bas
LOCH

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 22/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Mar 27 Juil - 11:04

Ca commence a bien faire cette histoire ! Pendant ce temps on ne parle plus des retraites , des banques qui refont des benéfices , de la securité sociale qui est en déficit , du chomage , ca commence a bien faire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2597
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Mar 27 Juil - 0:57

ENQUETE - Une demande effectuée juste avant la présidentielle de 2007...


Et ça continue encore et encore. La banque Dexia, où l'ex-comptable de Liliane Bettencourt a retiré à sa demande 100.000 euros en espèces quatre mois avant la présidentielle de 2007, a refusé au préalable un retrait de 500.000 euros en 2006 à la milliardaire, révèle Marianne à paraître samedi.

Pour qui était destiné cet argent?
«Devant l’énormité d’un tel retrait, et craignant sans doute d’avoir à se justifier devant Tracfin, l’organisme chargé de la lutte contre les mouvements illicites de capitaux, les responsables de la banque (...) ont refusé de lui accorder une telle somme», précise l’hebdomadaire, qui s'interroge sur la destination de cet argent.


Dans un entretien accordé début juillet à Mediapart, l'ex-comptable a évoqué un financement politique illégal par le couple Bettencourt, assurant notamment que le ministre du Travail, Eric Woerth, trésorier de l'UMP, avait reçu 150.000 euros en espèces au printemps 2007 pour financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

Entendue par les policiers, Claire Thibout est revenue partiellement sur certaines de ses déclarations mais a maintenu ses accusations sur le financement de la campagne présidentielle de 2007, qualifiées de calomnieuses par Woerth et l'Elysée.

«Pour donner enveloppe qui donnera à Patrice»
Selon Marianne, les agendas de l'ancienne comptable et du gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, saisis par les policiers au cours de leurs perquisitions, font bel et bien état de rencontres entre le gérant de fortune de la milliardaire et EricWoerth en janvier 2007.

>> Si vous n'avez rien compris à l'affaire Bettencourt, retrouvez notre infographie pour les nuls ici http://www.20minutes.fr/media/bettencourt

Dans l'agenda de Claire Thibout, un rendez-vous avec Patrice de Maistre serait mentionné, le jeudi 18 janvier, où serait indiqué: «Pour donner enveloppe qui donnera à Patrice.» Dans celui de de Maistre, un rendez-vous avec Eric Woerth serait indiqué, dans un «café», le vendredi 19 janvier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2597
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Dim 25 Juil - 9:17

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RIGODON

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 02/04/2009

MessageSujet: Re: WOERTH    Sam 24 Juil - 17:41

PACA exagere madame Liliane Bettencourt ne reclame rien et voudrait qu ' on ne parle pas d 'elle sinon elle va se delocaliser en Suisse comme beaucoup de bons Français

C'est une personne agee necessiteuse qui beneficie de la solidarite nationale, on mobilise 6800 contribuables comme moi pour lui rendre un peu de ce que les regles injustes du droit fiscal lui volaient.

Malgre ses difficultes Liliane Bettencourt cherche a aider les pauvres, Eric Woerth et l'UMP peuvent temoigner qu'elle a fait ce qu'elle a pu pour eux.

PACA arretez de dénigrer cette famille !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2597
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Mer 21 Juil - 17:56

LA PAROLE EST A WOERTH :


http://www.dailymotion.com/video/xe3b7j_woerth-n-a-aucunement-l-intention-d_news#from=embed

embauche , legion d honneur , rabais sur les impots ....il s ' explique ....c 'est la faute de sa femme !

Précieuses maximes



Tenez par exemple, si notre gouvernement communique trop, c’est encore par application d’un dérivé d’un principe Shadok : « Il vaut mieux communiquer même s’il ne se passe rien que de risquer qu’il se passe quelque chose en ne communiquant pas ».



Sa politique ne vous semble pas toujours efficace, ne vous inquiétez pas, les Shadoks vous expliquent : « En essayant continuellement on finit toujours par réussir, donc plus ça rate, plus on a de chances que ça marche ».


Vous êtes un peu surpris que Nicolas Sarkozy ne tire pas les conséquences de l’affaire Woerth ? Très simple, il faut mais il suffit d’adapter la maxime Shadok « S’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème », laquelle devient au cas d’espèce : « S’il n’y a pas de sanction, c’est qu’il n’y a pas de faute ».


Le bouclier fiscal vous révolte ? C’est que vous avez oublié que les Shadoks ont inventé il y a longtemps déjà le parapluie pour temps sec.


Et pour finir, je vous laisse méditer sur la formule la plus énigmatique et sans doute la plus profonde des Shadoks : « Avec un escalier prévu pour la montée on réussit souvent à monter plus bas qu’on ne serait descendu avec un escalier prévu pour la descente ».


Voilà, vous êtes désormais équipés intellectuellement pour décrypter l’actualité. Ne me remerciez pas, je n’ai fait que mon métier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2597
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Mer 21 Juil - 12:28


20.07.10 | 20h08

Le Trésor public a remboursé au total 100 millions d'euros au cours des quatre dernières années à Liliane Bettencourt au titre du bouclier fiscal, a indiqué au Canard enchaîné Pascal Wilhelm, l'avocat de Patrice de Maistre, le gestionnaire de la fortune de la milliardaire, révèle le journal dans son édition à paraître mercredi 21 juillet. Rien qu'en 2008, le montant des sommes remboursées a atteint 30 millions d'euros, rappelle le Canard enchaîné.


Par ailleurs, toujours selon les déclarations de Me Wilhelm, le groupe L'Oréal aurait versé 280 millions d'euros de dividendes en 2009 à Liliane Bettencourt dont l'impôt sur le revenu devrait être inférieur à 25 millions. Ainsi "la femme la plus riche de France est imposée au même taux qu'un cadre moyen, soit environ 9 %", calcule le Canard.

"En 2005, les Bettencourt envisageaient de quitter la France", a indiqué Me Wilhelm au journal. "Mais finalement, leurs conseillers fiscaux ont trouvé une structure d'optimisation fiscale" en ayant recours à une "holding de patrimoine", a-t-il détaillé. Ainsi, "les quelque 30 % du capital de L'Oréal propriété de Liliane Bettencourt ne sont plus directement détenus par elle mais par une société lui appartenant intégralement, la holding Téthys qui encaisse les dividendes du groupe", explique le Canard. Ces dividendes, déjà soumis à l'impôt chez L'Oréal, sont exonérés de toute nouvelle ponction dans cette holding.
Liliane Bettencourt n'est quant à elle imposée que sur les fonds sortis de Téthys pour couvrir ses besoins personnels, soit 145 millions d'euros en 2009, les 135 millions restants demeurant dans les actifs de la holding.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------
c 'est ecoeurant de voir les combines utilisées et LEGALES , pour que les impots de certains sont minorés !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2597
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Lun 19 Juil - 18:19

"Je demande, pour ma part, que la Constitution soit appliquée. Son article 68-1 -sur la responsabilité pénale des membres du gouvernement- autorise le procureur général près la Cour de cassation, Jean-Louis Nadal, (...) de se saisir du sujet, de consulter la Commission des requêtes, pour voir s'il y a lieu d'ouvrir une procédure", affirme Mme Lepage, avocate, interrogée par le quotidien Libération.


La CJR est une juridiction d'exception créée pour connaître des infractions commises par les ministres dans l'exercice de leurs fonctions. Une Commission des requêtes, composée de magistrats de la Cour de cassation, apprécie la recevabilité des plaintes qui lui sont soumises et les transmet, le cas échéant, au procureur général près la Cour de cassation, qui saisit la CJR.

Une commission d'instruction est alors chargée d'instruire le dossier jusqu'à une ordonnance de non-lieu ou de renvoi devant la CJR composée de douze juges parlementaires et trois magistrats professionnels.

Dans l'affaire Woerth/Bettencourt, c'est actuellement le magistrat Philippe Courroye, hiérarchiquement soumis à l'exécutif, qui pilote trois enquêtes préliminaires distinctes. Plusieurs voix se sont élevées pour réclamer que la conduite de l'enquête soit confiée à un juge d'instruction indépendant du pouvoir politique.

"Comme M. Woerth est ministre, il n'y a qu'une procédure qui peut être mise en oeuvre. L'exécutif n'a rien à dire. Cela ne dépend pas de la Chancellerie, mais uniquement de M. Nadal", assure Mme Lepage dans Libération.

Les textes prévoient effectivement que le procureur général près la Cour de cassation, Jean-Louis Nadal, puisse saisir la Commission des requêtes mais en pratique, il ne peut pas le faire de sa propre initiative et "il est nécessaire" qu'il soit lui-même saisi, a précisé à l'AFP une source judiciaire.

C'est généralement un procureur général de cour d'appel qui adresse sa requête motivée au procureur général de la Cour de cassation afin qu'elle soit transmise à la Commission des requêtes, a ajouté cette source, soulignant que ce cheminement correspondait bien à "l'esprit de la loi."

http://www.plumedepresse.net/spip.php?article1459

Dans le MONDE Demaistre avoue :

http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/07/17/l-audition-de-patrice-de-maistre-met-eric-woerth-en-difficulte_1389184_823448.html#ens_id=1386567&xtor=RSS-3208



flower flower flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2597
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Sam 17 Juil - 20:18

Affaire Bettencourt : Maistre mouille Woerth, qui dément
Par François Krug | Eco89 | 17/07/2010 | 11H46


Le gestionnaire de fortune de l'héritière a dit aux policiers avoir rencontré le ministre. Qui aurait suggéré d'embaucher sa femme.



Eric Woerth est-il intervenu pour que Patrice de Maistre embauche sa femme ? Les déclarations du gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt lors de sa garde à vue vont embarrasser le ministre du Travail.

Patrice de Maistre est resté en garde à vue à la brigade financière de jeudi matin à vendredi soir. Selon Le Monde, qui cite le procès verbal de l'audition, l'homme de confiance de Liliane Bettencourt est revenu sur ses contacts avec Eric Woerth et sur l'embauche de sa femme Florence :

« Je l'ai vu […] deux ou trois fois début 2007, parce qu'il m'a demandé de recevoir sa femme et ce pour essayer de la conseiller sur sa carrière alors, me disait-il, qu'elle n'était pas entièrement satisfaite. »

Chez Woerth, on dénonce « du grand n'importe quoi »
Contacté ce samedi matin par Rue89, le cabinet d'Eric Woerth n'était pas en mesure de confirmer ces rencontres avec Patrice de Maistre, mais affirmait qu'il n'y avait là aucun problème :

« Patrice de Maistre ne dit pas qu'Eric Woerth a demandé que sa femme soit embauchée, il y a une énorme différence. Ce n'est pas du tout ce qu'il dit, c'est du grand n'importe quoi. »

Les nouvelles déclarations de Patrice de Maistre fragilisent pourtant les arguments d'Eric Woerth et de sa femme. Le 23 juin, dans Le Parisien, Florence Woerth présentait ainsi son embauche chez Clymène, la structure gérant la fortune de Liliane Bettencourt, et dirigée par Patrice de Maistre :

« Je travaillais pour une banque, la Compagnie 1818, qui appartient au Groupe Caisse d'épargne et qui démarche les familles qui ont un patrimoine important pour leur proposer des services de gestion. Dans ce cadre, j'ai été amenée à rencontrer M. de Maistre pour lui proposer les services de cette banque. Quelques jours plus tard, il m'a rappelée et m'a proposé ce poste chez Clymène. »

Florence Woerth recrutée « pour faire plaisir » à son mari ?
Ce n'est pas vraiment la version de Patrice de Maistre. Dans les enregistrements révélés par Mediapart et par Le Point, il expliquait à Liliane Bettencourt :

« Quand je l'ai fait, son mari était ministre des Finances [du Budget en fait, ndlr], il m'a demandé de le faire […]. Je l'ai fait pour lui faire plaisir. »

Florence Woerth a été embauchée en CDI chez Clymène en novembre 2007,
avec un salaire de 140 000 euros, une prime annuelle de 60 000 euros et
une voiture de fonction, selon Le Monde. Elle a démissionné de Clymène fin juin.

Dans les enregistrements et ses déclarations aux policiers, Patrice de Maistre n'évoque pas une éventuelle contrepartie, comme l'indulgence du ministre du Budget à l'égard de Liliane Bettencourt, une des premières contribuables de France.

Les arguments d'Eric Woerth fragilisés
Eric Woerth s'est toujours refusé à reconnaître un éventuel conflit d'intérêts, mais ses arguments sont un peu plus fragilisés :

Il a d'abord affirmé ne pas avoir de relations avec Patrice de Maistre : pourtant, c'était l'employeur de sa femme et il lui avait remis la Légion d'honneur… Les agendas de Maistre font état de fréquentes rencontres, déjeuners ou autres : 19 janvier 2007 (au « café »), 7 février 2007 (au « café »), 12 septembre 2007 (déjeuner), 20 septembre 2007 (déjeuner), 23 janvier 2008 (légion d'honneur), 11 février 2009 (dîner à Bercy)…
Il affirme ne pas être intervenu dans l'embauche de sa femme : les déclarations de Patrice de Maistre remettent en cause cette version, mais elles nécessitent évidemment d'être confirmées par l'enquête
Il estime qu'il n'y avait pas d'incompatibilité entre ses fonctions de ministre de Budget et de trésorier de l'UMP : l'UMP a bénéficié de dons de Liliane Bettencourt, tout comme le « parti de poche » d'Eric Woerth en Picardie ; Eric Woerth a annoncé qu'il abandonnerait son poste de trésorier fin juillet
Il assure qu'au Budget, il n'est pas intervenu sur le dossier fiscal de Liliane Bettencourt : un rapport contesté de l'Inspection générale des finances lui donne raison, mais évoque pourtant l'existence d'une « cellule fiscale » au sein du cabinet du ministre chargée des VIP…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2597
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: WOERTH    Ven 16 Juil - 14:36


SUR RMC :

Enfin, les deux journalistes de MEDIAPART ont raconté la manière dont ont été reçues les accusations de Xavier Bertrand au sein de la rédaction de Médiapart. Pour rappel, le secrétaire général de l’UMP avait évoqué des « méthodes fascistes ».
Manifestement, Fabrice Lhomme et Fabrice Arfi s’en amusent : « On est trotskistes, on est fascistes, on est manipulés par la gauche, par Arnaud Montebourg et par Dominique de Villepin... Ça fait beaucoup ! A chaque scandale qui sort, on accuse toujours les journalistes d’être manipulés par le camp que les révélations avantagent. Nous, on s’en fiche totalement. On fait notre métier. On a des infos, on les sort, quelles que soient les personnes mises en cause, quel que soit le pouvoir. En revanche, quand on nous traite de "fascistes", c’est grave. Il y a des mots qu’on ne peut pas employer d’une manière neutre… Donc Médiapart a déposé plainte contre Xavier Bertrand. Et à la lecture du Point ce matin, on apprend qu’à l’Elysée, lors d’une réunion qui rassemblait Claude Guéant, Christian Estrosi, Franc Louvrier [conseiller de communication de N. Sarkozy], et Nadine Morano, l’un des participants avait dit : "dans la riposte, il faut que l’on dise qu’Edwy Plenel [fondateur du site Mediapart], c’est Goebbles". Voilà où l’on en est. On ne peut pas accepter ça. »

Concernant les attaques dont ils font l’objet, Fabrice Lhomme a également tenu à insister sur un point : « Je dirais une chose quand même puisque tout l’exécutif s’est mobilisé contre nous pour nous traiter de fascistes… Parmi ces gens qui nous attaquent violemment, il y a le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux. Et de mémoire, je ne sais pas si c’est arrivé souvent sous la Ve République, qu’on ait un ministre de l’Intérieur condamné pour injure raciale... »

Pour écouter le podcast intégral de l’interview de Fabrice Lhomme et Fabrice Arfi, cliquez ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: WOERTH    

Revenir en haut Aller en bas
 
WOERTH
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mots Croisés : Eric Woerth souhaite adapter le temps de travail des enseignants à "la réalité de leurs missions".

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
LOCON SUR LAWE  :: MONDE , Politique, financier, religieux,idéologique... :: GENS D'ICI ET CHRONIQUE DU SOUVENIR :: ON EN PARLE ? :: LA TETE DE GONDOLE DE LA SEMAINE-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: