LES GENS DE LOCON SUR LAWE
LES GENS DE LOCON SUR LAWE

Tout ce qui concerne les gens de LOCON et du BETHUNOIS
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 LAWE et INONDATIONS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
LOCH



Messages : 16
Date d'inscription : 22/09/2007

MessageSujet: Re: LAWE et INONDATIONS    Lun 20 Juil - 11:16

Vous etes naïf PACA, jamais CARON ne fera ce que fait le maire de Chocques , car pour ça il faut du courage .
CARON est un conservateur, et pour lui c 'est comme ça depuis des années et on n 'y peut rien !
Il veut aussi proteger des amis du bas chemin sud qui croient êttres protégés si l 'eau deborde dans le bas chemin nord.
Comme je ne crois pas que vous êtes son copain , vous pouvez toujours pleurnicher vous l 'aurez dans le baba !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2453
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LAWE et INONDATIONS    Sam 18 Juil - 23:56

Un rempart contre les inondations le long des berges de la ... [18/07/2009]
... Des travaux pour prévenir les débordements au niveau du pont de fer entre
les rues du Maréchal-Juin et de la Planche. | CHOCQUES |. ...
www.lavoixdunord.fr/.../Bas_Pays/2009/07/18/article_un-rempart-contre-les-inondations-le-lon.shtml


Un rempart contre les inondations le long des berges de la Clarence



samedi 18.07.2009, 04:50 - La Voix du Nord Des travaux pour prévenir les débordements au niveau du pont de fer entre les rues du Maréchal-Juin et de la Planche.

| CHOCQUES |



Depuis quelques jours, des travaux sont en cours pour prévenir les débordements de la Clarence dans la traversée du bourg. Ils devraient s'achever à la fin juillet.

L'orage de l'avant-dernière nuit n'a pas eu de conséquences dans la commune. Mais dans le secteur du Croquet, on se souvient comme d'un cauchemar des inondations de 1997 et de 2002. Dorénavant, les riverains devraient être à l'abri de pareils dégâts. Un chantier de renforcement des digues vient de débuter au niveau du pont de fer entre les rues du Maréchal-Juin et de la Planche. Une entreprise pose des bâtardeaux. Des pieux en fer ont été plantés sur 120 mètres entre le pont et l'ancienne Nationale 43. Quand les eaux monteront, on y élèvera un rempart de planches.
OAS_AD('Position1');


« Le dossier est en cours depuis trois ans », indique le maire. « Les travaux sont financés à 90 % par l'État, le conseil général et le Symsagel, syndicat mixte du schéma de gestion et d'aménagement des eaux de la Lys », précise Yvon Massart. À la charge de la commune, il restera donc 10 % d'une facture s'élevant à 63 500 E environ.
Petit à petit, on progresse pour domestiquer ce cours d'eau pour lequel un contrat de rivière avait été mis en oeuvre voilà dix ans.
Dans la foulée, Artois Comm. va entreprendre la dépollution des eaux de la Calonnette. Il s'agit de les débarrasser des métaux lourds. L'opération sera subventionnée par l'Agence de l'eau Artois Picardie.
La Calonnette avait fait parler d'elle il y a vingt ans : lors d'un curage de son lit, une brèche avait été ouverte vers la Clarence. La différence de niveau entre les deux cours d'eau avait été à l'origine de nombreux débordements. La lutte contre les inondations est désormais une compétence de la communauté d'agglomération. •




--------------------------------------------------------

Voila un maire qui sait defendre ses administrés !
On aimerait qu ' a LOCON , Francis CARON prenne exemple ! ! ! !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2453
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LAWE et INONDATIONS    Sam 18 Juil - 0:13

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Bethune/actualite/Autour_de_Bethune/Bruay_La_Buissiere/2009/07/17/article_le-sipal-lance-une-etude-pour-que-la-law.shtml

Le SIPAL lance une étude pour que la Lawe coule douce



vendredi 17.07.2009, 04:48 - La Voix du Nord La Lawe, ici à Bruay, devrait retrouver un visage plus naturel dans les années à venir.

| UN ÉTÉ AU BORD DE L'EAU |



Des siècles que les hommes canalisent la Lawe, pas toujours à bon escient. Le SIPAL est en passe de récupérer la gestion de cette rivière de sa source, à Rocourt en l'Eau, jusqu'à son embouchure, à la Gorgue. Il entend lui rendre son visage naturel et limiter les risques d'inondations.

PAR JÉRÉMY LEMAIRE
OAS_AD('Position1');


bruay@info-artois.fr En 1993, 1999 ou à l'été 2007. Les riverains de la Lawe, à Bruay notamment, ont l'habitude d'avoir les pieds dans l'eau.
Pierre Acarie, depuis 1965, se plaint des crues. Habitant de Locon, il a régulièrement son terrain inondé. En 2005, il a créé une association pour alerter les politiques sur les débordements à répétition du cours d'eau. « On réclame des aménagements, des bassins de rétention par exemple pour éviter, qu'au moindre orage, la Lawe ne déborde. » Depuis que la rivière n'est plus navigable (lire ci-dessous), l'Etat a délaissé quelque peu la Lawe. « Les berges se sont effondrées à cause d'un entretien a minima » accuse Olivier Switaj, le président du SIPAL, Syndicat intercommunal pour l'aménagement hydraulique du bassin de la Lawe. L'État s'est engagé à laisser la gestion totale du cours d'eau au Sipal d'ici la fin de l'année. Ce dernier annonce déjà un vaste plan de restauration de la Lawe, en deux parties.
Financée à 90 % par l'Union européenne et l'Agence de l'eau Artois-Picardie, la première phase concerne le tronçon entre Béthune et la Lysjusqu'alors sous contrôle étatique. Une étude devrait être lancée l'année prochaine, mais, selon les premières estimations du SIPAL, le coût des travaux pourrait atteindre trois millions d'euros. « On va faire des berges qui ressemblent à des berges en pente douce , souligne Olivier Switaj. On espère ainsi limiter les crues. » Si les inondations sont aussi nombreuses, c'est aussi en raison de l'intervention humaine qui a accru le débit de la Lawe. Jean-Pierre Lefebvre, chargé d'études à l'Agence de l'eau, a parcouru la quarantaine de kilomètres du tracé du cours d'eau. « Les curages, les rectifications de méandres, les barrages... ont transformé quasiment la rivière en canal, fait-il remarquer. L'état écologique de la Lawe n'est donc pas très bon, surtout en aval. » La deuxième partie du plan du SIPAL envisage donc de redonner un visage plus naturel à la Lawe. Dès la rentrée, des propositions seront faites pour le tracé jusqu'à Bruay, et même Béthune. Au programme : recréer des méandres, mettre en place des zones humides, installer des roselières... « Longtemps, on a mis en opposition écologie et hydrologie, argumente Olivier Switaj. Mais en réalité, les zones tampons naturelles que l'on se propose de créer vont ralentir le flux, et donc limiter les inondations. » En attendant, les riverains de la Lawe devront donc prendre leur mal en patience. •
> Retrouvez notre rubrique « Un été au bord de l'eau » tous les vendredis de l'été dans nos colonnes.temps où la Lawe était navigable...

-------------------------------------------------------------------

vendredi 17.07.2009, 04:48 - La Voix du Nord On voit sur cette illustration extraite des albums de Croy, l'intense activité, au port de Béthune, sur la Lawe, au XVIIe siècle.


Pendant longtemps, la Lawe, entre Béthune et la Gorgue, était propriété de l'État, entretenue par Voies navigables de France.
Car jusqu'en 1947, la Lawe était navigable.


Difficile d'imaginer des bateaux sur la Lawe, cette petite rivière tortueuse qui serpente dans le Bruaysis et le Béthunois.
L'Espérance, c'est le nom de la dernière péniche, chargée de charbon, à avoir navigué sur la Lawe. C'était en 1947. Puis la rivière perdit sa classification de voie navigable, entre Béthune et la Gorgue. Ainsi, contrairement aux idées reçues, c'est la DIREN (Direction régionale de l'environnement), et pas les Voies navigables de France, qui était chargée de l'entretien de la Lawe.
Des embarcations sur la rivière, ça ne date pas d'hier. Aménagée au XIIe siècle, la Lawe est étroitement liée au commerce de Béthune. La ville gère les digues, les berges, le chemin de halage. En 1344, Béthune aménage le lit de la rivière pour augmenter artificiellement son niveau d'eau. L'objectif est de faire circuler des « nefs », des grandes barques à fond plat pouvant contenir plus de 25 tonnes de blé. Le blé artésien est ainsi acheminé vers les villes et ports flamands.
Mais, la canalisation de la Lawe en restera toujours à un stade archaïque. Avec les siècles, le trafic sur ses eaux diminue au profit de la route. En 1782, les ingénieurs du roi inspectent la rivière et constatent que, envasée et tortueuse, elle ne peut guère être empruntée que par des petites barques.
Sous l'ère industrielle, le cours d'eau sera utilisé encore par les compagnies minières, jusqu'au clap de fin, il y a un peu plus de 60 ans. • J. L.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2453
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: LAWE et INONDATIONS    Sam 4 Avr - 18:09

A ESSARS le conseil municipal décide de claquer la porte du SIPAL

samedi 04.04.2009, 04:49 - La Voix du Nord


Rue Sèche, une délégation d'élus constate l'érosion des berges. À certains endroits, la route se fissure.

ESSARS

Les élus du conseil municipal ont décidé de quitter le SIPAL. Il reproche au Syndicat intercommunal pour l'aménagement hydraulique du bassin de la Lawe de ne pas rendre le service que la commune paie. En cause, les berges de cette rivière qui ne cessent de s'effriter.

Après le coup de sang des élus de Verquin, la colère de ceux d'Annequin, le SIPAL doit faire face à une nouvelle tension. Le conseil municipal d'Essars a tout bonnement décidé de quitter le SIPAL. La fronde viendrait notamment, mais pas uniquement, de nouveaux conseillers municipaux qui s'étonnent du versement de la participation au syndicat sans avoir un retour.

Pour l'année 2009, la commune a donné au SIPAL la somme de 6 214 E. « Une belle somme », selon les élus qui se présentent comme « les garants de la bonne gestion communale ». « Cette décision de se retirer ne fait pas suite à un problème de personne ni de politique », tient à préciser Gérard Malbranque, maire. Le nouveau président du syndicat, Olivier Switaj, n'est donc pas concerné. C'est davantage une question de service non rendu. « La commune adhère au SIPAL depuis 42 ans. Depuis cette date, on joue la carte de la solidarité intercommunale, mais nous n'avons pratiquement rien eu. Essars n'est pas une vache à lait », déclarait Dominique Mesurole, premier adjoint.
Les raisons de la colère sont les berges de la Lawe qui longent la rue Sèche. Minées par les rats musqués et rongées par le niveau du cours d'eau, elles s'effondrent totalement à certains endroits. Parfois, il ne reste qu'une dizaine de centimètres avec la chaussée qui se fissure également. « Nous avons promis aux riverains que la route serait refaite dès que les berges seront stabilisées. Les riverains ont assez attendu », assure la délégation d'élus.

Artois Comm. en relais ?

Dans ce dossier, l'intervention du SIPAL demeure compliquée puisque la Lawe est domaniale. « Nous avons envoyé plusieurs courriers aux Voies navigables de France, sans aucune réponse. On est excédé par cette administration qui ne prend même pas la peine de répondre à des élus », s'élevait Dominique Mesurole. Ce geste de claquer la porte du SIPAL est aussi un message envoyé aux VNF et représentants de l'État. « Nous nous sommes tournés vers la DIREN sans succès », enchaîne Gérard Malbranque. Et l'annonce, non encore officielle, d'une possible enveloppe (de 600 000 E) versée par VNF au SIPAL ne rassure pas les élus. « Cela fait des années qu'on entend que la partie domaniale de la Lawe sera rétrocédée et on ne voit rien », poursuit Jean-Baptiste Coquelle, délégué suppléant au SIPAL pour la commune. « La solidarité doit s'appliquer des deux côtés », rebondissait Virginie Meurin, déléguée titulaire au SIPAL.
« Aujourd'hui, on se pose la question de l'utilité du SIPAL pour Essars », assure Dominique Mesurole. « Pourquoi Artois Comm. ne pourrait-elle pas prendre le relais du SIPAL ? », pose la question Gérard Malbranque. Une pierre est lancée. •
DAVID CIERNIAK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LAWE et INONDATIONS    

Revenir en haut Aller en bas
 
LAWE et INONDATIONS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Penjab - Inde - Inondations en aout 2010 - Persecutions de Chretiens en aout 2009
» Tempête de vents au Québec-inondations-
» inondations en inde 418 morts
» Inondations en Estrie,Sherbrooke toujours en état d'alerte
» Inondations en Thailande

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
LES GENS DE LOCON SUR LAWE :: MONDE , Politique, financier, religieux,idéologique... :: gens d ' ici :: ON EN PARLE ? :: La VIE dans le BETHUNOIS-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: