LES GENS DE LOCON SUR LAWE
LES GENS DE LOCON SUR LAWE

Tout ce qui concerne les gens de LOCON et du BETHUNOIS
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 LA FRANCE QUI RIT...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA FRANCE QUI RIT...   Mer 22 Mar - 9:18

LA VOIX DU NORD 


Le MRC veut « fusionner les pôles métropolitains Artois et Artois-Douaisis »  


PAR DAVID CIERNIAKbethune@lavoixdunord.fr

J. Mellick ménage les uns et les autres en proposant une fusion.


Jacques Mellick veut laisser du temps au temps. L’élu du Mouvement Républicain et Citoyen vise la communauté urbaine de l’Artois mais après 2020… En attendant, il propose la fusion des deux pôles métropolitains. 

 

BETHUNE.


L’idée de créer une communauté urbaine n’est pas mauvaise, mais elle arrive trop vite. Jacques Mellick, responsable du MRC, l’assure en réagissant à l’invitation lancée par l’État aux présidents des communautés d’agglomération de Bethune-Bruay, Lens-Liévin et Hénin-Carvin.


L’ex-bassin minier a la densité pour peser et l’Arrageois-Douaisis est sur le bon axe Lille-Amiens


 
« L’intégration prend du temps », assure l’ancien maire de Béthune en faisant référence à la récente fusion Artois Comm., Artois-Lys et Artois-Flandres. Atteindre une nouvelle échelle dans l’intercommunalité peut crisper les maires des petites communes, redoute Jacques Mellick. « Il ne faut pas avoir raison trop tôt », estime-t-il en pensant aux élus qui portent l’idée d’une communauté urbaine. Le projet doit mûrir et pourrait être cueilli, selon Jacques Mellick, après les municipales de 2020…


En attendant, pour ne pas regarder les trains passés et surtout l’enveloppe de 100 M €, annoncée début mars à Oignies, Jacques Mellick propose « une idée pragmatique » : rassembler les deux pôles métropolitains. Celui de l’Artois qui regroupe les communautés d’agglo de Béthune-Bruay-Lens-Liévin-Hénin-Carvin et celui de l’Artois Douaisis, qui s’étire d’Arras à Douai.


GOUVERNANCE ASSURÉE
PAR… MICHEL DAGBERT



Une telle entité pourrait répondre aux critères et prétendre à ramasser la « cagnotte » de Oignies et surtout, gérer « des grandes compétences », comme l’aménagement du territoire, la culture… 


Un peu ce qui a été fait il y a plus de 20 ans à travers l’université d’Artois, une faculté qui possède des antennes à Douai, Lens, Béthune et Arras. «Un tel pôle métropolitain ne remettrait pas en cause les communes, les SIVOM et les communautés d’agglo et leur proximité », veut rassurer Jacques Mellick. 


Mais il serait de taille pour donner la réplique à la métropole lilloise, qui si elle demeure seule dans cette catégorie pourrait assécher économiquement les autres territoires de la région. Pour l’ancien ministre, les deux pôles qui existent aujourd’hui seraient gagnants. 


« L’ex-bassin minier a la densité pour peser et l’Arrageois-Douaisis est sur le bon axe Lille-Amiens », précise-t-il.
Techniquement il n’y a pas d’obstacles pour fusionner rapidement les deux pôles métropolitains, estime Jacques Mellick.


 Quant à la gouvernance, elle pourrait être assurée par «des personnes de consensus, des élus forts… »… Comme le président du conseil départemental ? « Oui, Michel Dagbert a le souci de porter toutes les sensibilités et peut rassembler ».


+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
Ben voyons ....une strate administrative de plus , avec des élus ...du personnel ... des bureaux ...brefs des frais supplémentaires pour de nouvelles contraintes réglementaires pour la population . Mais il fait bien trouver des débouchés pour recycler ceux qui vont prochainement perdre leur job


afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro afro rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA FRANCE QUI RIT...   Mar 21 Fév - 16:55

LES ELUS GERENT  A LEUR MANIERE COMME SOUVENT EN FRANCE



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA FRANCE QUI RIT...   Lun 20 Fév - 17:21







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA FRANCE QUI RIT...   Jeu 15 Déc - 8:22

Nord : les agents du Département passeront aux 35h dès le 1 er janvier  




PAR CHRISTOPHE CARONccaron@lavoixdunord.fr



Environ 8300 agents seraient concernés par cette hausse du nombre d’heures de travail dans le Nord. Photo archives Christophe LEFEBVRE




Lundi, les élus ont confirmé, précisé et voté cette mini-révolution : les agents du Département du Nord voient leur temps de travail augmenter pour atteindre les 35 heures hebdomadaires.  

<>
 
 
 

NORD.
Voilà un sujet bien sensible ! « Nous sommes dans un discours doctrinal de droite, fulminait encore hier Paul Heems, secrétaire général de la CGT du Département 59. Il y a un mépris des agents, des fonctionnaires, du dialogue social.


 Nous sommes sous le rouleau compresseur. On verra comment mobiliser autrement. » 


C’est vrai, les manifestations d’il y a un an, quand la menace a émergé, n’ont rien donné. Et lundi, l’exécutif a mis un terme au feuilleton en adoptant la délibération finale. Disons sèchement que les agents du Département passent aux 35 heures dès le 1 er janvier (1 607 heures annuelles), perdant ainsi le bénéfice de 9,5 jours de congés exceptionnels datant de 2001 (semaine du président, fêtes de Lille).


 « Même la chambre régionale des comptes avait fléché cette particularité », argumente Jean-Luc Detavernier, vice-président chargé des ressources humaines, avant d’ajouter que cette hausse du temps de travail évitera des recrutements à hauteur de 362 postes en équivalent temps plein. Soit potentiellement une « économie de 15,5 à 17 M€ en fonctionnement ». Car c’est bien là l’enjeu revendiqué : les contraintes budgétaires.


Depuis que nous sommes aux affaires,  en avril 2015, il y a eu une baisse de la masse salariale de 400 postes en équivalent temps plein. 


Les agents gardent néanmoins la possibilité de déployer ces 1 607heures (au lieu de 1 525 aujourd’hui) sur 4, 4,5 ou 5 jours par semaine. Lundi, le président Jean-René Lecerf estimait à 8 300 le nombre d’agents concernés par cette augmentation du temps de travail (les assistantes familiales, pompiers et agents des collèges sont soumis à d’autres régimes). 


Et d’ajouter : « Depuis que nous sommes aux affaires, en avril 2015, il y a eu une baisse de la masse salariale de 400 postes en équivalent temps plein. » Le non-remplacement systématique des départs en retraite et la non-reconduction de certains contrats ont fait leur œuvre, par exemple dans la gestion des routes ou l’ingénierie. Mais pas là où l’action sociale doit être préservée, nous promet-on.


lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA FRANCE QUI RIT...   Mar 2 Fév - 8:42

 


La photo a été prise dans l'avion présidentiel au tout début du repas, ainsi on ne voit pas les bouteilles de vin et de Champagne qui vont réjouir les invités!


                                    Sujet : Lutte efficace contre le réchauffement climatique.


Diner entre amis à 12000 mètres d'altitude à  bord de Air Sarko One pourtant tant décrié par la gauche !
Il en profite bien Flamby 1er ! ! !



Nous notons la présence, autour du capitaine de pédalo, de tante Ségolène et de Lolo .


Il y avait aussi Marion Cotillard, très grande spécialiste en climatologie.


 Najat vallaud  Belkacem, Ministre du changement éducatif ,


Mélanie Laurent, experte en  quoi? 


et Nicolas Hulot, assistés par une Équipe de Tartuffe patentés !


 ça y est, la planète est sauvée !  lol! lol!


                       
  affraid affraid  Ah ! J'oubliais, c'est nous qui payons l'addition de tous ces Convives! affraid affraid



>  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA FRANCE QUI RIT...   Jeu 20 Nov - 10:35

LA REPUBLIQUE DES PROFITEURS !


LES COPAINS QUI SE PISTONNENT ET LES  COQUINS QUI SE PROTEGENT ......




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA FRANCE QUI RIT...   Ven 22 Aoû - 16:49

[size=34]Le banquier n’est pas un citoyen comme les autres[/size]
Mercredi 20 Août 2014 à 05:00 

JACK DION - MARIANNE

Directeur adjoint de la rédaction de Marianne et grand amateur de théâtre En savoir plus sur cet auteur




Baudoin Prot pourrait quitter la présidence de BNP-Paribas. Mais n'ayons crainte : notre homme ne se retrouvera pas une main devant, une main derrière. S'il part, il bénéficiera d'une prime de 150 000 euros, de jetons de présence à hauteur de 104 000 euros et, pour couronner le tout, d'une belle retraite d'un demi million d'euros par an. La patrie du fric sait être reconnaissante envers ses grands serviteurs...


Baudoin Prot à la sortie de l'Elysée, en 2009 - MEIGNEUX/SIPA

Les jours de Baudoin Prot semblent comptés. Le président non exécutif de BNP-Paribas ne survivrait pas (professionnellement parlant) au choc de l’amende record infligée par les autorités américaines pour non respect des privilèges du dollar, qui permettent aux Etats-Unis de frapper n’importe quel établissement ne respectant pas sa loi intérieure. En l’occurrence, BNP-Paribas, qui a commercé en dollars avec des pays sous embargo américain, a payé pour [size=14]un abus de position politico-monétaire dominante qui ferait scandale en d’autres latitudes. Passons. 

Toujours est-il que Baudoin Prot risque d’en supporter les conséquences. A 63 ans, il pourrait goûter les joies de la retraite plus tôt que prévu. On ne va pas le plaindre pour autant. En effet, son statut d’assisté de la finance lui permet de voir venir le choc de la fin de carrière sans les angoisses du citoyen ordinaire. 

Le magazine Capital (qui porte bien son nom) a détaillé le train de vie du futur retraité. Primo, BNP-Paribas s’est engagé à lui verser une poire pour la soif, sous forme d’une une prime de départ de 150 000 euros. Secundo, Baudoin Prot continuera à toucher les jetons de présence encaissés pour avoir l’honneur de s’asseoir sur les fauteuils des trois sociétés où il exerce son mandat d’administrateur (Kering, Lafarge, Veolia Environnement), estimés à 104 000 euros.Tertio, le banquier, qui a touché un salaire de 1,2 million d’euros en 2013 aura droit à une retraite dorée payée par BNP-Paribas jusqu’à l’extinction de ses feux personnels, soit la modique somme de 522 432 euros par an, autrement dit 45 000 euros par mois, bref l’équivalent de 37 smic pour service rendus à la patrie du fric. 

Ainsi va la vie chez nos amis les banquiers. Eux qui aiment à dénoncer le prétendu « coût du travail », le niveau inacceptable du smic, la rigidité du marché de l’emploi, le droit social inextricable, le poids exorbitant de la fiscalité, les privilèges des retraités ou les dépenses publiques excessives... Eux, donc, savent préparer leurs arrières. Au nom de la défense des « talents » (particularité génétique dont les pauvres seraient exclus), ils se mitonnent des statuts très particuliers qui sont aux antipodes des principes qu’ils prônent pour autrui. 

Baudoin Prot n’est pas un cas à part. Il est simplement fort représentatif de ces oligarques qui ont pignon sur rue dans la France d’aujourd’hui, au nom du « toujours plus » en vigueur dans cette caste. Et pas question de toucher à leurs prébendes ou de mettre la moindre limite à leurs émoluments. Ainsi, pendant que l’on s’attaque aux professions réglementées (non sans raison, parfois), on en laisse d’autres, qui tiennent les postes de commande, vivre dans l’opacité de la dérèglementation générale qui est à la porte ouverte à tous les abus.  

[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA FRANCE QUI RIT...   Dim 18 Mai - 8:31

http://www.atlantico.fr/decryptage/consanguinite-elites-economiques-francaises-areva-paie-facture-et-cas-lauvergeon-est-malheureusement-pas-exception-herve-joly-1072612.html#SKclzIZ82eJysSpR.99
Consanguinité des élites économiques françaises : Areva paie la facture... et le cas Lauvergeon n'est malheureusement pas une exception
Les élites françaises ont une fâcheuse tendance à se rassembler, à se donner des postes et à tout faire ensemble. Le cas d'Anne Lauvergeon vient montrer une fois de plus l'échec de cette habitude bien française.




Atlantico : Un pré-rapport de la Cour des comptes dont le quotidien Les Echos a publié de larges extraits mardi 13 mai dresse un bilan jugé décevant des années Lauvergeon à la tête d'Areva (voir ici). Dans quelle mesure le cas d'Anne Lauvergeon est-il révélateur des failles du système français en matière de création des élites économiques ? 
Hervé Joly : Anne Lauvergeon a été nommée en 1999 par le gouvernement Jospin à la tête de l’entreprise publique Cogema, qu’elle a transformée deux ans plus tard en Areva après sa fusion avec Framatome. A 40 ans, elle n’avait qu’une expérience restreinte comme dirigeante industrielle, avec deux années dans le groupe Alcatel, et une connaissance directe de l’énergie nucléaire réduite à un stage au Commissariat à l’énergie atomique durant sa formation d’ingénieur du corps des Mines. Sa brillante promotion devait beaucoup à sa proximité avec le gouvernement socialiste, et à son passé de "sherpa" dans les sommets internationaux de François Mitterrand à l’Élysée.



La pratique de nommer d’anciens collaborateurs ministériels issus des grands corps, sans expérience particulière de la branche, à la direction des entreprises à participations publiques est tout aussi répandue avec les gouvernements de droite, mais elle apparaît plus discrète car les prétendants perçus comme légitimes ont plus naturellement des affinités politiques avec eux.
D'où nous vient cette spécificité d'un point de vue historique ?
Elle s’explique à la fois par le rôle particulier joué depuis longtemps par l’État, avec, d’une part, son accaparement des meilleurs produits d’un système scolaire très sélectif au profit des grandes écoles et des grands corps de fonctionnaires et, d’autre part, son interventionnisme dans l’économie marqué notamment par le développement d’un important secteur public.
L'endogamie des élites françaises est-elle un frein à la bonne gestion des grosses entreprises françaises ? 
On peut considérer qu’en figeant des filières de recrutement très étroites elle peut décourager des vocations managériales, ceux qui n’ont intégré les bonnes écoles ou les bons corps à 20-25 ans ayant peu de chances quels que soient leurs mérites professionnels de parvenir aux fonctions dirigeantes. D’un autre côté, on peut défendre le système en considérant que, d’une part, en faisant jouer les uns et les autres dans des divisions différentes selon leurs origines, il borne le champ des possibles en laissant à chacun la possibilité de réussir dans sa catégorie sans provoquer de désillusions, et que, d’autre part, il reste même au sein de viviers aussi étroits que les grands corps assez de prétendants possibles pour que ceux qui sont choisis soient à l’arrivée de bons dirigeants.

Ces haut-fonctionnaires placés au sommet de ces entreprises ont-ils la culture du profit ? Connaissent-il vraiment leur secteur d'activité ? Est-ce un poids pour l'entreprise ? 
Beaucoup d’anciens fonctionnaires reconvertis dans les affaires ont montré depuis longtemps qu’ils n’avaient rien à envier aux purs professionnels de l’entreprise dans leur goût pour le profit. Des hommes à la réussite aussi contrastée que Jacques Calvet (Peugeot SA) ou Jean-Marie Messier (Vivendi) ont en commun de ne pas avoir géré leurs entreprises comme des administrations sans but lucratif. Le problème de la connaissance du secteur d’activité est ambivalent. On trouve autant d’exemples de patrons qui ont réussi ou échoué dans une branche qu’ils connaissaient. Connaître intimement une branche permet sûrement de mieux en exploiter les ressources internes, mais peut aussi conduire à un certain aveuglement stratégique. À l’inverse, un patron venu de l’extérieur peut avoir plus de recul pour faire les remises en cause nécessaires, mais aussi ne pas savoir développer ce qui existe. Tout dépend de la conjoncture dans laquelle se trouve l’entreprise. Pour opérer les réorganisations attendues dans l’industrie nucléaire, Anne Lauvergeon a longtemps incarné à la tête d’Areva une réussite industrielle. Il reste à démontrer que les erreurs qu’elle a commises ensuite n’auraient pas été partagées par un patron au profil plus spécialisé.
Cette reproduction des élites empêche-t-elle de renouveler les profils d'entrepreuneurs ? En quoi et comment ce système est néfaste à l'économie française ?  
Les profils sont trop homogènes. Ceux qui réussissent sont toujours les meilleurs par leur capacité d’abstraction et leur esprit de synthèse, parce qu’ils étaient bons en maths ou maîtrisaient l’exercice de la dissertation. Il faudrait diversifier les cultures en associant mieux spécialistes montés par le rang et généralistes à l’expérience diversifiée.
Ce phénomène est-il une spécificité française ? A l'étranger, quels sont les processus de formation des élites économiques desquels nous pourrions nous inspirer ?
Le resserrement autour de quelques filières scolaires aussi étroites, jusqu’à des promotions de quelques centaines d’élèves par an pour les grandes écoles et quelques dizaines pour les grands corps, et l’importance du passage par la haute fonction publique sont des spécificités françaises. Il existe ailleurs des filières d’excellence, mais, d’une part, elles sont souvent plus ouvertes et, d’autre part, elles forment d’abord des hommes de métier, ingénieurs, vendeurs ou juristes. En France, les élites sont souvent, à la sortie de Polytechnique et de l’ENA, des généralistes de la gouvernance qui prétendent pouvoir tout diriger qu’ils ne savent rien faire d’autre. Valoriser comme en Allemagne aussi bien l’expérience de terrain par l’apprentissage que l’initiation à la recherche par le doctorat, plutôt que la seule reproduction du savoir scolaire par la réussite à un concours, offrirait sûrement des profils plus diversifiés et plus innovants. Leur réussite dans des industries à la technologie pointue comme les machines-outils s’explique largement ainsi. Nos dirigeants savent concevoir de grands équipements pour des contrats publics attribués par leurs pairs, moins faire de l’industrie de niche pour des clients privés aux exigences diversifiées.
 


Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/consanguinite-elites-economiques-francaises-areva-paie-facture-et-cas-lauvergeon-est-malheureusement-pas-exception-herve-joly-1072612.html#koTdosyRvi4dk0ig.99
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA FRANCE QUI RIT...   Ven 21 Juin - 17:18

Frigide Barjot se dit «menacée d'expulsion» par la Ville de Paris

Pascal Dronne | 





Frigide Barjot et son mari Basile de Koch pourraient être obligés de quitter le logement qu'ils occupent dans le XVe arrondissement

Frigide Barjot pourrait bien se retrouver à la rue. Cette fois-ci, ce ne sera pas pour manifester contre le mariage pour tous. En effet, l'ex-égérie de la Manif pour tous et son mari, Basile de Koch, ont reçu à la mi-juin une assignation de la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP)
and Frigide Barjot célébrait un mariage homosexuel

 


Cette société d'économie mixte détenue à près de 80 % par la Ville, acteur majeur du logementsocial dans la capitale, souhaite obtenir la résiliation du bail du logement que le couple occupe rue de la Fédération, à côté du Champ de Mars dans le XVe arrondissement de Paris. 

«C'est grave, nous sommes menacés d'expulsion, s'étrangle Frigide Barjot, jointe au téléphone par Leparisien.fr. Jamais nous n'avons eu un loyer de retard et nous payons 3500 € par mois.»

Basile de Koch est arrivé rue de la Fédération en 1983, sa femme en 1994. Chacun y occupait un appartement, «l'un d'une surface de 80 m², l'autre de 60 m²», précise Frigide Barjot. La RIVP parle de son côté de 86 m² et 140 m². En 2000, ils obtiennent l'autorisation de construire un escalier pour relier les deux logements. Le loyer s'élève à 2850 € par mois, selon les chiffres du bailleur. Quand ce dernier a voulu augmenter son tarif, les locataires ont fait jouer une clause sociale, en arguant de revenus relativement faibles (environ 36 000 € par an).

Utilisation à des fins commerciales et sous-location

Ce duplex a intéressé de plus près la RIVP quand Frigide Barjot a assuré y héberger Jalons, la société qu'elle dirige avec son mari. Le greffe du Tribunal de commerce de Paris fait effectivement apparaître le siège social de l'activité rue de la Fédération. Or le bail de ce logement dit «intermédiaire à loyer libre» (en clair, il ne s'agit pas d'un logement social) a été dressé pour une habitation. L'utiliser à des fins commerciales se révèle illégal.

La RIVP reproche également aux époux Tellenne de l'avoir sous-loué à Jalons. Il se seraient ainsi reversé des loyers, à hauteur de 9000 € par an selon une source proche du dossier. «Ces deux motifs constituent des manquements graves aux obligations des baux d'habitation consentis à M. et Mme Tellenne», assène la Régie dans un communiqué.

Une manœuvre politique ?

Le dossier a donc été instruit durant plusieurs mois, selon la procédure habituelle. La mairie de Paris et la RIVP jurent qu'il n'y a aucune volonté politique à l'encontre de la pasionaria de la manif pour tous. «Une centaine de procédures pour occupation anormale (transfert illicite de baux, occupation sans titre, occupation à titre commercial) sont actuellement à l'étude», rappelle d'ailleurs la Régie dans son communiqué.

Néanmoins, selon une source proche du dossier, «cela tombe pas plus mal que le dossier ait été bouclé après le vote de la loi sur le mariage homosexuel». L'argument fait sourire Frigide Barjot. «On veut faire taire le mouvement de l'Avenir pour tous que nous venons de lancer, souligne-telle. C'est clairement politique. Comme par hasard, cela tombe en même temps qu'un manifestant condamné à de la prison ferme. La répression s'abat.»

Une audience au Tribunal d'instance du XVe arrondissement de Paris doit avoir lieu début juillet.

En 2007, Frigide Barjot et Basile de Koch avaient ouvert les portes de leur duplex pour l’émission «Toute une histoire», présentée par Jean-Luc Delarue. Ils y dévoilaient leur mode de vie atypique puisque à l’époque, Frigide Barjot occupait la partie basse de l’appartement avec ses enfants, tandis que son mari est installé à l’étage, dans un appartement indépendant. Autonomes, ils possédaient chacun leur cuisine, leur salle de bain et leur salon. Deux appartements aujourd'hui reliés par un escalier.

VIDEO. Les deux appartements de Frigide Barjot et Basile de Koch (France2)




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA FRANCE QUI RIT...   Jeu 20 Juin - 11:11


EXCLUSIF. 10 députés en colère : "Abolissons nos privilèges !"
http://tempsreel.nouvelobs.com/journaliste/204/julien-martin.html


Créé le 19-06-2013 à 11h06 - Mis à jour le 20-06-2013 à 09h43

Par Julien Martin



Retraites, indemnités, conflits d'intérêts... : 10 députés réclament l'abolition de leurs avantages. A lire dans "le Nouvel Observateur", en kiosque jeudi 20 juin.





L'Assemblee Nationale (Palais Bourbon) JPDN/SIPA


Ce n'est qu'un début, continuons le débat ! Tandis que le Parlement accouche, non sans peine, d'une loi sur la moralisation de la vie politique, dix députés en colère s'engagent dans "le Nouvel Observateur". "Osons rénover l'Assemblée !" lancent ces élus lucides qui ont compris que les petits arrangements avec la morale républicaine n'ont que trop duré.
Le temps presse. Jamais la défiance à l'égard de la représentation nationale n'a été aussi profonde : selon un sondage réalisé en pleine affaire Cahuzac, 77% des Français considéreraient que leurs élus sont "malhonnêtes". Le jugement, suggéré par le questionnaire de l'institut OpinionWay, est évidemment outrancier. Mais, pour le modifier en profondeur, il conviendrait sans doute de corriger une bonne fois pour toutes les mille et un avantages dont jouissent nos élus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA FRANCE QUI RIT...   Dim 23 Déc - 11:08

Dans une lettre du 13 octobre 2011, le candidat François Hollande écrivait au candidat Arnaud Montebourg :

« Si j’étais élu Président de la République, aucun plan de sauvegarde du système bancaire, pour éviter une crise économique majeure, ne se ferait sans contrepartie. »

Quelle contrepartie le Président François Hollande va t'il demander aux système bancaire français en échange de la contribution de 2 585 000 000 d'euros de l’état Français en 2012 pour combler l'incroyable trou provoqué par les frasques du Polytechnicien Pierre Richard (X61) ?

« 8 nov. 2012 – Le coût de la recapitalisation de Dexia par l’état français, soit 2,585 milliards d'euros, sera imputé sur le budget de l’état, a indiqué jeudi le ministre de l’économie, Pierre Moscovici, sur la chaîne d'information LCI. »

2 585 000 000 d'Euros.
À partager entre environ 19 500 000 foyers imposables en France
Coût par foyer imposable en France pour 2012 = 132,56 Euros
A ce jour, aucune poursuite contre Pierre Richard (École Polytechnique promotion 1961).

Les élites se serrent les coudes !

Vive la démosociocratie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LA FRANCE QUI RIT...   Dim 23 Déc - 10:58





Le Grand Charles ...L'avait bien dit ..Y'a 2 choses qui ne servent à rien ...La prostate ....Et le ......SENAT lol!
Revenir en haut Aller en bas
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA FRANCE QUI RIT...   Mar 18 Déc - 18:53

CHOQUE PAR DEPARDIEU ET
choqué par tous ces politiciens qui hurlent à la mort au sujet de l’acteur :oui !


Beaucoup de gens accepteraient de travailler du 1er janvier au 10 novembre de chaque année pour l’état et ne bénéficier de son travail que 51 jours par an ?
Par ce que eux les hommes politiques, donneurs de leçons, donnent l’exemple ?
Si les députés le souhaitent on pourrait parler de tous leurs avantages non taxés ! ou de leur retraite !
Les sénateurs :ils sont 343, 90 sont assidus, 120 sont là de temps en temps et 123 jamais présents ! ils touchent 11540€ net par mois et ne sont imposables que sur 50%.
La loi dit que s’ils sont plusieurs fois absents ils ne peuvent plus toucher leurs émoluments !
Ce n’est jamais appliqué !
Pas mal non ? pour des gens qui votent des lois !!!
Cela n’est il pas plus choquant que Depardieu ?
vous avez entendu un seul politique en parler ?

Un salarié moyen après 40 ans de travail touche 1500€ de retraite !
Un sénateur après 6 ans de mandat touche : 1869€ ! après 15 ans : 4000€ ! et comme il y a environ 50% de fonctionnaires cela vient en cumul de leur retraite de fonctionnaires !
Cela n’est il pas plus choquant que Depardieu ?

Le budget du sénat est de 350 millions d’euros ! Pour un organisme qui ne sert à rien !
Chaque sénateur touche 1000€ par mois de frais informatique !
Cela n’est il pas plus choquant que Depardieu ?

Chaque salarié du sénat a 4 mois de vacances et touche une prime de nuit, y compris les jardiniers !!! certains jardiniers toucheraient 7000€ par mois !
Cela n’est il pas plus choquant que Depardieu ?

La cagnotte du sénat près de 1milliard 500millions d’euros ! qui n’est pas utilisée et l’on nous met des impôts supplémentaires !

Alors monsieur Ayrault c’est vous et pas Depardieu, avec vos leçons qui êtes un vrai MINABLE de ne rien faire sur cette scandaleuse situation du sénat !

Députés et sénateurs serrez les fesses çà ne durera pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Messages : 515
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: LA FRANCE QUI RIT...   Lun 17 Déc - 9:21


les Français qui se moquent de nous :

Si la France manque de croissance et d'emplois, elle ne manque pas de parlementaires puisqu'elle en compte 925 pour 65 millions d'habitants

quand les USA comptent 535 membres du Congrès pour 315 millions d'habitants.

Mieux, l'URSS comptait 1500 membres du Soviet Suprême pour 293 millions d'habitants à son implosion alors que ce pays avait une superficie 45 fois supérieure à la France et s'étendait sur 11 fuseaux horaires.

Ainsi, quand les USA ont 1,7 parlementaire par million d'habitants et que l'URSS en comptait 5 par million d'habitants, la France émarge, elle, à 14 parlementaires par million d'habitants.

La France trois fois plus administrée que l'URSS, cherchez l'erreur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA FRANCE QUI RIT...   Sam 1 Déc - 18:13

http://blogs.mediapart.fr/blog/mbdl/281012/larticle-40-rejete

L'article 40 rejeté
28 octobre 2012 Par mbdl


Un Effet d'Annonce non suivi d'effet.!!!!!

Effectivement on retrouve tout sur le Site du Conseil Constitutionnel mais Personne n'en parle !!!!!





DECISION DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL

Par Décision n°2012-654DC du 9 Août 2012

Le Conseil Constitutionnel a déclaré non conforme à la Constitution l'Article 40 de la Loi de Finance rectificative qui prévoyait la Baisse de 30% du Président, du Premier Ministre et du Gouvernement.

Curieux, ça ne s'ébruite pas......

Les Médias n'en parlent pas!!
!

Tout ceci vérifiable à l'adresse suivante (bon déchiffrage) :

http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions/acces-par-date/decisions-depuis-1959/2012/2012-654-dc/decision-n-2012-654-dc-du-09-aout-2012.115426.html


- SUR L'ARTICLE 40 :

79. Considérant qu'aux termes du Paragraphe I de l'Article 14 de la loi du 6 Août 2002 susvisée : « Le Président de la République et les Membres du Gouvernement reçoivent un Traitement brut mensuel calculé par référence au Traitement des Fonctionnaires occupant les Emplois de l'État classés dans la Catégorie dite "hors échelle". Il est au plus égal au Double de la moyenne du Traitement le plus bas et du Traitement le plus élevé de cette Catégorie.

« Ce Traitement est complété par une Indemnité de Résidence égale à 3 % de son montant et par une Indemnité de Fonction égale à 25 % de la Somme du Traitement brut et de l'Indemnité de Résidence.

« Le Traitement brut mensuel, l'Indemnité de Résidence et l'Indemnité de Fonction du Président de la République et du Premier Ministre sont égaux aux Montants les plus élevés définis aux deux alinéas ci-dessus majorés de 50 %.

« Le Traitement Brut mensuel et l'Indemnité de Résidence sont soumis aux Cotisations Sociales obligatoires et imposables à l'Impôt sur le Revenu suivant les Règles applicables aux Traitements et Salaires.

« Les Eléments de Rémunération du Président de la République sont exclusifs de tout autre Traitement, Pension, Prime ou Indemnité, hormis celles à caractère familial » :

80. Considérant que l'Article 40 de la Loi déférée abaisse le Taux fixé au troisième alinéa de ce Paragraphe I de 50 % à 5 % :

81. Considérant qu'aux termes de l'Article 16 de la Déclaration de 1789 : « Toute Société dans laquelle la Garantie des Droits n'est pas assurée, ni la Séparation des Pouvoirs déterminée, n'a point de Constitution » : qu'en vertu de l'Article 5 de la Constitution, le Président de la République est le garant de l'Indépendance Nationale et de l'Intégrité du Territoire : qu'aux termes du premier alinéa de l'Article 20 : « Le Gouvernement détermine et conduit la Politique de la Nation » : que le Principe de la Séparation des Pouvoirs s'applique à l'égard du Président de la République et du Gouvernement :

82. Considérant qu'en modifiant le Traitement du Président de la République et du Premier Ministre, l'Article 40 de la Loi déférée méconnaît le Principe de la Séparation des Pouvoirs : que, par suite, il doit être déclaré Contraire à la Constitution :

83. Considérant que la Conformité à la Constitution d'une Loi déjà promulguée peut être appréciée à l'occasion de l'examen des dispositions législatives qui la modifient, la complètent ou affectent son domaine : qu'en l'espèce, l'Article 40 modifie les dispositions du paragraphe I de l'Article 14 de la Loi du 6 Août 2002 susvisée : que ces Dispositions, relatives au Traitement du Président de la République et des Membres du Gouvernement, doivent, pour les mêmes Motifs, être déclarées CONTRAIRES A LA CONSTITUTION;



Le Conseil Constitutionnel a déclaré non conforme à la Constitution l'Article 40 de la Loi de Finance rectificative qui prévoyait la Baisse de 30% du Président, du Premier Ministre et du Gouvernement.

http://you.leparisien.fr/actu/2012/10/03/les-reductions-de-salaire-de-nos-dirigeants-16763.html

http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions/acces-par-date/decisions-depuis-1959/2012/2012-654-dc/decision-n-2012-654-dc-du-09-aout-2012.115426.html

www.conseil-constitutionnel.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA FRANCE QUI RIT...   Jeu 8 Nov - 10:30

LA PRESSE ECRITE SAIT NOUS PRESSER LE CITRON ....

Voici le classement de toutes les aides à la presse en 2011

- Le Monde : 16 932 067 euros de subvention

- Le Figaro : 15 990 740 euros de subvention

- Ouest France : 14 108 028 euros de subvention

- La Croix : 10 437 334 euros de subventions

- Télérama : 9 533 479 euros de subvention

- Libération : 8 971 182 euros de subvention

- Le Nouvel Observateur : 7 917 224 euros de subvention

- L’Express : 7 621 766 euros de subvention

- Télé 7 jours : 7 288 021 euros de subvention

- Aujourd’hui en France : 6 777 475 euros de subvention

- Sud Ouest : 6 707 844 euros de subvention

- L’Humanité : 6 259 222 euros de subvention

- Paris Match : 5 359 329 euros de subvention

- La Nouvelle République du centre ouest : 5 171 578 euros de subvention

- A2 presse : 4 868 424 euros de subvention

- Télé Star : 4 790 124 euros de subvention

- La Voix du Nord : 4 546 741 euros de subvention

- Le Point : 4 543 178 euros de subvention

- Télé Loisirs : 4 411 904 euros de subvention

- La Dépêche du Midi : 4 038 548 euros de subvention

- Le Dauphiné libéré : 3 927 893 euros de subvention

- Newsprint SAS : 3 900 000 euros de subvention

- Syndicat de la presse quotidienne nationale (SPQN) : 3 771 080 euros de subvention

- Les Échos : 3 753 737 euros de subvention

- La Montagne : 3 747 371 euros de subvention

- Télé Z : 3 745 212 euros de subvention

- Télégramme : 3 739 454 euros de subvention

- Télécâble Sat hebdo : 3 324 771 euros de subvention

- Le Petit Quotidien : 3 298 437 euros de subvention

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA FRANCE QUI RIT...   Mar 30 Oct - 0:48

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA FRANCE QUI RIT...   Mar 9 Oct - 10:35

On comprend mieux pourquoi nos hommes politiques et nos hauts fonctionnaires sont mauvais ...question d 'éducation et de formation




afro afro afro afro afro affraid affraid affraid affraid affraid afro afro afro afro cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA FRANCE QUI RIT...   Lun 10 Sep - 12:33

Ces fonctionnaires qui gagnent mieux qu'Hollande et Ayrault
Mots clés : Rémunérations, Fonctionnaires, Ambassadeur, François Hollande, Jean-Marc Ayrault


Par lefigaro.fr
Mis à jour le 30/08/2012 à 17:18 | publié le 30/08/2012

Crédits photo : JACQUES BRINON/AFP

Selon Challenges, 656 hauts fonctionnaires sont mieux payés que le président de la République et le premier ministre. Au Quai d'Orsay et à Bercy, les rémunérations sont particulièrement élevées.

Parmi les hauts fonctionnaires de l'État français qui gagnent le mieux leur vie, beaucoup travaillent pour le ministère des Affaires étrangères, à l'étranger. Selon des données demandées à Matignon par nos confrères de Challenges , certains ambassadeurs peuvent toucher jusqu'à 35.000 euros brut par mois, notamment ceux qui exercent dans des régions à haut risque. Comme l'ambassadeur de France en Afghanistan: en plus de son salaire brut par mois, il touche une indemnité de résidence de 25.000 euros.

Des rémunérations qui dépassent largement celles de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault, qui viennent de réduire leur salaire de 30%, à 14.910 euros brut par mois, et des ministres, à 14.200 euros brut mensuel. Selon Challenges, depuis ce coup de rabot, les chefs de l'exécutif français ont chuté de la 52e à la 657e place des fonctionnaires français les mieux payés.

Sur les 656 hommes et femmes qui gagnent plus que le président de la République et le premier ministre, 39 travaillent au ministère de l'Économie et des Finances. Les bulletins de paie sont particulièrement généreux pour les chefs de services économiques, précise Challenges.

LIRE AUSSI:

» La baisse du salaire du président ne passe pas

» Valse de hauts fonctionnaires à Bercy

» La gauche remplace les sarkozystes aux postes clés

» Les salaires dans les entreprises publiques seront limités
http://www.lefigaro.fr/argent/2012/08/30/05010-20120830ARTFIG00597-ces-fonctionnaires-qui-gagnent-mieux-qu-hollande-et-ayrault.php?fb_action_ids=4351409110670&fb_action_types=og.likes&fb_source=aggregation&fb_aggregation_id=288381481237582

Par lefigaro.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: LES CUMULARDS    Mer 5 Sep - 17:57

LU DANS LE MONDE :

Le suivi des promesses de François Hollande
Cumul des mandats : notre classement des députés
Le Monde.fr | • Mis à jour le 07.10.2009 à 15h12
Abonnez-vous
à partir de 1 € Réagir Classer EnvoyerPartager facebook twitter google + linke
din



http://www.lemonde.fr/politique/visuel/2009/10/06/cumul-des-mandats-notre-classement-des-deputes_1247998_823448.html

SUIVRE ....Rémunération des élus : ce que ne veulent pas perdre les "cumulards"
Alors que le président du groupe socialiste au Sénat, François Rebsamen, a déclaré le 28 août qu'il s'opposait à la règle du non-cumul des mandats, la polémique enfle.Car qui dit cumul des mandats dit aussi cumul des indemnités...


Yann Duvert
Le 29/08/2012 à 17:31
- +Imprimer
cet articleréagir

Le sénateur-maire de Dijon (PS) a lancé un pavé dans la marre mardi, en s'opposant à la règle du non-cumul des mandats (DR)1 / 1
François Rebsamen a fait sensation mardi, en se positionnant contre la règle de non-cumul des mandats, promise par François Hollande lors de la campagne présidentielle. Pour sa défense, le sénateur-maire de Dijon explique vouloir garder un ancrage sur le terrain, ayant justement été élu par les collectivités locales. Déjà, les mauvaises langues y voient une volonté de conserver le cumul… de ses indemnités.

Des indemnités plafonnées

Les parlementaires ont la possibilité de cumuler plusieurs mandats, et donc plusieurs indemnités. Il existe néanmoins un plafond, qui limite cette rémunération à 1,5 fois l’indemnité parlementaire de base (environ 5500 euros bruts), soit un maximum de 8300 euros. Si l'on soustrait les 5500 euros touchés au titre de député ou sénateur, les indemnités locales ne peuvent donc pas excéder les 2757 euros. A cela, il faut ajouter quelques autres rétributions afin de faire face aux dépenses dues à leur fonction. Des sommes qui varient en fonction des mandats (voir ci-contre).

L'écrêtement, porte ouverte aux abus

Combien gagnent les parlementaires?

Députés :

Les députés touchent une indemnité parlementaire de base de 5 514,68 € brut mensuel, à laquelle il faut ajouter l’indemnité de résidence (165,44 euros) et l’indemnité de fonction (1 420,03 euros), toutes deux non-imposables.

Ils disposent également d’une indemnité représentative de frais de mandat, s’élevant à 6412 €. Cette dernière est destinée à couvrir les dépenses liées à leur fonction. Néanmoins, aucune obligation ne leur est faite de les justifier.

Un crédit mensuel de 9138 euros destiné notamment à la rémunération de collaborateurs leur est aussi alloué.



Sénateurs :

Les sénateurs disposent des mêmes indemnités de base, de résidence et de fonction que les députés.

Leur indemnité représentative de frais de mandat s’élève, elle, à 6240,18 euros brut par mois.

Leur crédit mensuel est de 7548 euros

Mais parfois, les indemnités perçues dépassent cette somme. C’est le cas de certains élus à la fois parlementaires et maires de grandes villes, par exemple. L’élu peut ainsi user de ce qu’on appelle "l’écrêtement". Le principe est simple : le surplus est reversé à un autre élu de la collectivité locale ou de la mairie. En toute logique, le destinataire épaule le parlementaire dans ses fonctions locales.

Mais cette disposition peut donner lieu à certains abus ou pratiques contestables. Patrick Balkany, maire de Levallois, reversait par exemple le surplus à sa première adjointe qui n’était autre que… sa femme. Certains autres élus ont aussi été soupçonnés de verser le surplus à un proche, qui leur retournait la somme "sous la table".

Le Sénat défend le statu quo

En 2011, le député PS René Dosière dépose un amendement visant à supprimer cet écrêtement, proposant que le surplus reste tout simplement dans les caisses de la collectivité. Las ! Bien qu’adopté par l’Assemblée (malgré l’avis défavorable du gouvernement de l’époque), ledit amendement est retoqué quelques semaines plus tard par le Sénat.

Au Parti socialiste, la question divise. François Rebsamen, proche de François Hollande, est farouchement opposé au non-cumul des mandats. De son côté, Martine Aubry, la patronne du PS, en a fait son cheval de bataille. D’autres, comme le rapporteur général du budget Christian Eckert, proposent une solution alternative. Il s’agirait de permettre aux parlementaires de conserver leur mandat local, mais en renonçant à leurs indemnités.
Lionnel Luca (UMP) se prononce pour une baisse des indemnités des parlementaires
Publié le 24/07/2012

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer rendeer

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Dans le cadre des efforts conséquents que le gouvernement et sa majorité demandent aux contribuables Français, le député Lionnel Luca (groupe UMP) porte une proposition de loi organique (relative à l’organisation des pouvoirs) « tendant à réduire les indemnités des Parlementaires ».



Cette loi propose de réduire les indemnités des Parlementaires à 90 % de leur montant actuel en cas de cumul des mandats et seulement à 95 % s’il est non cumulard. Rappelons que 338 députés et 225 sénateurs (plus de la moitié) exercent un cumul des mandats.

Dans l’exposé des motifs, le député déclare que cette proposition de loi, si elle était adoptée, « devrait générer entre 2,5 et 5 millions d ‘euros d’économie » tous les a
ns.

Evil or Very Mad No Exclamation Mad elephant Basketball jocolor jocolor jocolor jocolor jocolor jocolor jocolor jocolor jocolor jocolor jocolor
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA FRANCE QUI RIT...   Mar 24 Juil - 12:40

112 millions € par an… C’est ce que coûte le Président français au contribuable chaque année.

Herman Matthijs, professeur d’administration et de finances publiques à l’Université de Gand, vient de publier son sixième rapport sur le coût des chefs d’Etats européens.

Ainsi, la famille royale la plus chère est celle de Hollande. La Reine Béatrix et ses enfants coûtent 39,4 millions € par an au contribuable néerlandais. Soit un budget quatre fois supérieur à celui de la famille royale espagnole.

Au Royaume-Uni, les mesures draconiennes sur les dépenses publiques ont permis de réduire le budget de la famille royale de 16% l’an dernier. Il est passé de 45,6 millions € à 38,2 millions €.

Le rapport de Herman Matthijs, réalisé en avril 2012, correspond au coût du président Sarkozy à la fin de son mandat : 112 millions € par an. La décision du Président Hollande de réduire sa rémunération n’affectera pas ce budget de manière significative.

Soyons objectif ! Le chef d’Etat français est le seul à avoir un réel pouvoir politique, contrairement à ses voisins qui n’ont qu’un rôle de représentation.

Source : novopress.info
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA FRANCE QUI RIT...   Dim 1 Juil - 1:03


SITE A VISITER ...PETITIONS A SIGNER

http://www.contribuables.org/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA FRANCE QUI RIT...   Sam 30 Juin - 9:41

Le Conseil Général du Pas-de-Calais a dépensé 144 000 euros pour que ses élus puissent profiter de séjours à Londres pendant les JO, aux frais des contribuables. No No No No affraid affraid No No No affraid affraid

Ainsi, 45 élus du Conseil Général du Pas-de-Calais vont pouvoir profiter des JO de Londres aux frais des contribuables. Cinq d’entre eux bénéficieront même de séjours VIP, à 8093 euros par personne, incluant 2 nuits d’hôtel Grand Confort, transport Eurostar , billets d’accès aux finales 100 mètres Homme ( épreuve la plus prestigieuse des JO), compétition Equitation Saut, compétition Canoë-Kayak, ainsi que des accès au Club France VIP. affraid affraid affraid affraid affraid


Au total, le département du Pas-de-Calais a dépensé 143 965 euros pour que 45 élus puissent voyager à Londres et profiter des JO, sans débourser un seul centime. On ne connait malheureusement pas les noms des heureux bénéficiaires de ces vacances à Londres payées par les contribuables.

A quoi sert donc cette dépense d’argent public ? Quel intérêt pour les contribuables du Pas-de-Calais Shocked Sad Sad Sad Sad Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad ?

Le Conseil général justifie ce gaspillage d’argent public en expliquant que les 45 “élus”, qui portent bien leur nom, se rendent à Londres pour faire du lobbying et promouvoir les 20 millions d’euros de travaux d’équipements réalisés dans le Pas-de-Calais. pig pig pig

Mais la dépense publique ne s’arrête pas là ! Le Conseil général du Pas-de-Calais va également envoyer 900 enfants à Londres pour les JO, portant la facture totale pour les contribuables à 395 000 euros ! Vivent les JO du Pas-de-Calais.

source: dailynord.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phalene
Invité



MessageSujet: Re: LA FRANCE QUI RIT...   Mar 19 Juin - 8:21


Le nombre est le fruit de l’inorganisation, du non management, de l’abscence complète d’évaluation de la productivité des services, et d’anomalies criantes telle par exemple les maires à la tête du comité de surveillance des hopitaux,et qui poussent à la dépense pour caresser dans le sens du poil leurs électeurs, au frais de la S.S.
Revenir en haut Aller en bas
PACA

avatar

Messages : 2501
Date d'inscription : 26/09/2007

MessageSujet: Re: LA FRANCE QUI RIT...   Mar 19 Juin - 8:19

La France a beaucoup trop de fonctionnaires: 5,2 millions, selon la Cour des comptes en 2009, soit une prolifération de 1,4 million (36 %) depuis 1980 ! Pendant ce temps, l’emploi total ne progressait que de 18 %.
De 1980 à 2007, la fonction publique de l’État s’est empâtée de 14,3 %, la territoriale de 71,2 % et l’hospitalière de 53,4 %. Un Français sur cinq travaille dans l’une de ces trois fonctions publiques.
Aux 5,2 millions de fonctionnaires s’ajoutent 1,7 million de salariés ne relevant pas de la fonction publique stricto sensu, n’ayant pas le statut de fonctionnaires, mais payés eux aussi par les instances publiques: État, organismes publics ou parapublics, entreprises publiques.


Au total, 6,9 millions de salariés représentant 26 % de la population active française (un actif sur quatre) dépendent du secteur public pour leurs traitements comme pour leurs retraites.

La Cour des comptes a chiffré leur coût moyen par tête au long d’une vie à 3,5 millions d’euros.

Pour être à égalité avec l’Allemagne, la France devrait avoir 1 500 000 fonctionnaires de moins. Nous aurions alors le même nombre de fonctionnaires qu’en 1980. La règle du « non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite » est très insuffisante pour réduire les effectifs. Il faut aller plus loin, et geler les embauches de certaines administrations.
Les salaires et pensions de retraites des salariés des administrations publiques constituent les dépenses publiques les plus importantes. Ces dépenses sont très largement gaspillées : tâches improductives, temps perdu en réunions inutiles, sureffectifs, absentéisme, heures de délégation syndicale.
L’Etat n’est pas un bon employeur : la promotion d’un ministre ou d’un responsable d’administration qui aurait accru la productivité de son personnel est pratiquement inconnue dans l’administration.
L’Etat-employeur doit être réduit, notamment en privatisant ses participations dans des entreprises. Pour améliorer leurs finances publiques, les Britanniques ont prévu de réduire de 500 000 personnes leurs effectifs de fonctionnaires. La France doit au minimum suivre rapidement cet exemple.
Articles similaires :
Comparaison France / Allemagne sur le coût des fonctionnaires: le dérapage qu’on nous cache
Pour 59% des Français les fonctionnaires travaillent moins que les salariés du privé
1 Français sur 2 est favorable à l’interdiction du droit de grève pour les fonctionnaires [sondage exclusif]
65% des Français sont favorables à une réforme du statut des fonctionnaires



Dernière édition par PACA le Mar 19 Juin - 8:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LA FRANCE QUI RIT...   

Revenir en haut Aller en bas
 
LA FRANCE QUI RIT...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
LES GENS DE LOCON SUR LAWE :: MONDE , Politique, financier, religieux,idéologique...-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: